Archives de catégorie : Vents contraires

Vents contraires

Coline Portet cc (02/11/2015)

A la rentrée nous avons dû choisir un projet parmi tous ceux proposés. Après avoir fait le tour de chaque groupes, il a fallu décider les idées qu’on allait garder et celles qu’on allait jeter. Sans hésiter, mon choix s’est porté sur le film d’animation pour qui j’ai beaucoup d’affection. C’est en M1 que nous l’avons créée et chaque jours, nous essayons de l’améliorer. L’histoire raconte celle de deux petits enfants en phase de devenir grand qui voient la vie différemment. Cette adaptation de Don Quichotte reprend l’épisode des moulins à vent. Mon envie de faire partie de ce projet vient de ma curiosité pour la nouveauté. Faire un film d’animation m’a toujours beaucoup attirée. J’ai fait quelques essais mais je n’ai jamais eu l’occasion de le transporter du début à la fin. Le but de ce travail commun est d’encadrer ce projet, de sa conception à sa réalisation en passant par le production et pourquoi pas par la diffusion..

Une fois le scénario terminé, place à l’esthétique et au choix d’un univers graphique. C’est cette partie qui m’intéresse le plus. J’ai toujours aimé créer, manipuler, colorier, dessiner, coller, découper. Ce mélange entre art plastique et cinéma retient donc tout mon intérêt. Installer dans mon salon en écoutant des chansons, je me lance dans la conception de décors en carton. J’essaye de donner du relief au décor en superposant et en utilisant des matériaux différents ainsi qu’un mélange de couleurs intéressants. Je dessine des personnages et essaye de trouver un moyen de les faire bouger à travers leurs lieux que je leur ai créé : bouts de ficelles, pâtes à fixe, trous, cure dents, fil de fer.. Tous les moyens sont bons pour faire évoluer ces petits garçons. Il nous reste encore beaucoup de pistes à creuser, d’idées à développer et de partie prix à décider : Décors et personnages en 2D ou en 3D, organisation du tournage et réponses à nos difficultés, éclairages à positionner, message à faire passer. Tous ces points sont en cours de décision et plus nous essayons, plus nous nous en emparons et tout devient évident.

Coline Portet

L’ombre d’un doute

jeux-dombre
(cc) Jeanne Vidal-Giraud 02/11/15

Le désir de rejoindre le projet d’animation à peut être inconsciemment quelque chose à voir avec le choix de mon sujet de mémoire sur Le roi et l’oiseau. En tout cas, il relève d’une prise de conscience récente sur les qualités de l’animation et la variété de ses formes. En effet, de nombreux exemples me viennent en tête : Valse avec Bachir et Le congrès de Ari Folman, Persepolis de Marjane Satrapi, Les noces funèbres, L’étrange noël de monsieur Jack, autant de films animés prenant des libertés que la prise de vue réelle ne permet pas. Je rejoint donc Vent contraires, projet d’animation sur fond de Don Quichotte, où comment l’imagination de deux enfants peut transformer un objet banal en quelque chose de merveilleux.

Le défi de ce teaser est de définir un style bien particulier qui va retenir l’attention du spectateur et donner renvie d’en savoir plus sur cette histoire pourtant simple. L’idée du jeu sur les matières à été évoquée, surtout quand on en vient à réfléchir à la conception de  l’arbre. Comment faire pour rendre ce dernier  tour à tour inquiétant, puis merveilleux? Lors de notre dernière entrevue, le travail de Michel Ocelot dans Princes et princesses a été mentionné. C’est une idée qui est restée dans un coin de ma tête jusqu’à ce que je tombe sur une oeuvre de Dan Ohlmann, au musée du cinéma et de la miniature de Lyon. La simplicité même, tout de carton noir et de lumière, un quartier reconstitué, on y voit les passants à pied ou à vélo, les gens à leurs fenêtre. Ces personnages donnent l’impression qu’ils vont s’animer dès que l’on tournera le dos à la vitrine dans laquelle ils sont exposés.

Jeanne Vidal-Giraud

 

 

 

 

Un imaginaire à imaginer

C’est en réunissant nos idées qu’avec Camille, Adélaïde, Coline et moi même nous avions commencé à mettre en place ce projet, il y a maintenant un an. Il s’agit d’un court métrage d’animation dont l’histoire s’inspire d’un extrait de L’ingénieux Hidalgo Don Quichotte de la Manche, de Cervantes (1605).  L’idée n’est pas de faire une adaptation exacte mais bien d’utiliser la base de cette histoire ainsi que la morale tirée de ce passage, en le transposant dans un univers contemporain et imagé. C’est la première fois que nous nous engageons dans un projet d’animation, pour ma part c’est un domaine qui m’est presque étranger et qui me fascine.

Difficile de se replonger dans ce projet après l’avoir laissé de côté pendant plus de six mois. Le scénario en lui même est définitif cependant je n’arrive toujours pas imaginer l’univers de ce film d’animation. Nous sommes certaines depuis le début de vouloir créer une atmosphère très colorée, cependant nous rencontrons encore des difficultés à se décider sur la manière de faire. De nombreuses références visuelles nous ont inspirées cependant nous changeons constamment d’avis, 3D ou 2D, stop motion ou images en temps réel, papier ou pâte à modeler… Le fait de réaliser cette année un teaser va nous permettre de tester les différentes matières et ainsi de déterminer concrètement par quels moyens nous allons nous y prendre. Jeanne et Marion ont rejoins le groupe, c’est un véritable atout pour nous car nous avons besoin de petites mains pour créer cet univers encore non déterminé. La prochaine séance ne s’intitulera pas atelier projet mais plus précisément atelier bricolage !

"Fear of flying" de Connor Finnegan
« Fear of flying » de Connor Finnegan

Casse-tête

(cc) Camille Coquereau (31/10/2015)
(cc) Camille Coquereau (31/10/2015)

Vents contraires, petit projet d’animation à l’état de mots doit à présent se faire une image. Six personnes pour mener le projet, c’est six visions différentes de cette histoire entre deux enfants.  Toutefois il faut se mettre d’accord car une seule représentation du scénario sera réalisée. C’est donc un casse-tête qui commence, celui du mélange des idées et des points de vues, des « je voyais cela plus comme ça » ou autres « on pourrait choisir cette couleur au lieu de celle-ci ». De ce méli-mélo d’idées nait notre petit film d’animation.

Puisqu’il faut bien se mettre d’accord un jour, une ébauche de story-board est faite. On sait alors quel cadre choisir ainsi que les objets qui seront visibles. Ceux qu’il faudra donc créer en priorité. Une direction de travail est donnée et ainsi le matériel à prévoir pour la réalisation de ces plans tests. Le plus important n’est pourtant pas encore fixé : à quoi ressembleront nos personnages ? Cette étape, la plus compliquée car aucune de nous ne sait réellement dessiner, est le challenge fixé pour la semaine. Gabriel et Victor auront-ils un visage qui plaira à tous ?

Camille Coquereau

Court passage à vide

(cc) Adélaïde Michel (26/10/2015)
(cc) Adélaïde Michel (26/10/2015)

Vents contraires est un projet de très court métrage d’animation dans lequel nous nous sommes lancées l’an dernier. Après avoir planché sur l’idée d’adapter l’histoire de Don Quichotte en animation, nous nous sommes très vite éloignées de cette envie de base au profit d’une histoire d’amitié plus classique entre deux enfants. La « touche » Don Quichotte reste toujours perceptible dans le regard naïf que l’un des deux enfants porte à l’univers qui l’entoure.

Aujourd’hui, quand je relis le très court scénario, j’avoue avoir quelques doutes. Nous gagnerons, à mon sens à retravailler l’histoire avant de passer à la réalisation. Toujours est-il que le fait de concevoir un projet en stop-motion avec du papier comme matériau principal m’enchante. J’ai toujours aimé la création visuelle, peindre, découper, coller. Il nous manquera certainement quelques qualifications techniques, et un talent pour le dessin nous serait bien nécessaire pour créer l’identité des personnages. En attendant nous rassemblerons les talents de chacune pour essayer de recréer l’univers de Victor et Gabriel tel que nous l’avions imaginé. Nous nous inspirons beaucoup de l’univers de Conor Finnegan dont nous avions découvert le travail l’an dernier. Je pense que c’est en s’armant de références comme celle-ci que nous arriverons à tracer les contours du projet.

Adélaïde Michel