Archives de catégorie : Vents contraires

Le temps passe…

Lors de la dernière séance de l’atelier projet, nous avons pu découvrir le matériel que nous allons utiliser pour réaliser le teaser de notre film d’animation « Vent Contraire ». La tâche s’annonce plutôt difficile car le temps passe et nous n’avons toujours pas encore nos décors. La baisse de motivation au sein de l’équipe se fait sentir et ces derniers temps nous n’avons pas pris le temps de reparler du projet ensemble. Il faut dire que nous avions un peu sous estimé le travail de préparation. De plus nous avons changé de nombreuses fois les matériaux et couleurs que nous souhaitions utiliser et également la manière dont nous allons tourner. Aucune d’entre nous ne possède véritablement de talents de dessinatrice et de créatrice, il est donc difficile pour nous de mettre en forme l’univers que nous imaginons depuis un peu plus d’un an.

Pour la prochaine séance de l’atelier projet, nous allons retrousser nos manches et essayer tant bien que mal de réaliser des éléments du décor. Ensuite nous allons faire une mise en situation en effectuant quelques tests avec l’appareil photo. Cet exercice nous permettra de réellement visualiser plus précisément le projet dans son ensemble et de se rendre compte des difficultés que nous pouvons rencontrer. Après cette séance il n’y aura, je l’espère, plus de doute sur la façon de procéder. En espérant que cette prochaine séance nous permettre de retrouver la motivation perdue et que nous puissions avancer dans ce projet et à le mettre en place.

L’art et la matière

Trees
Marion Souquet (24/01/2016)

Le projet sur lequel nous avons choisi de travailler se raconte sous la forme d’ombres, de silhouettes et il faut à présent leur choisir une forme. La question se pose donc de comment faire passer les émotions des enfants lorsqu’on ne peut voir leurs visages? Comment donner du dynamisme au décor? Le choix de la silhouette de l’arbre est primordiale, il doit être à la fois effrayant pour un des enfants et attrayant pour l’autre. Il faut également lui donner du mouvement car il est le décor principal. Lors de la prochaine séance, nous testerons plusieurs sortes d’arbres, de matières (tissu, papiers) afin de voir ce qui passe le mieux à l’image.

J’ai composé une image avec différentes silhouettes d’arbres qui pourrait être utilisé pour le décor. J’ai voulu reproduire l’effet que l’on pourrait donner à l’arbre en ajoutant sur certains des contours lumineux, un effet cartonné et une distorsion dûe au vent, à la vieillesse, à l’imagination des deux enfants… Pour les enfants nous avons les silhouettes mais il faudra en tester différentes afin de trouver les matières et les formes qui rendent au mieux leurs mouvements. C’est un travail de minutie qui nous attend.

Marion Souquet

Vents contraires, source d’oppositions

12575897_10208415076716780_1063635883_n
(cc) Camille Coquereau (24/01/2016)

Pour réaliser Vents contraires, nous devons nous mettre d’accord sur le rendu physique de nos personnages et de notre décor. C’est un film d’animation, c’est donc justement tout l’univers graphique que nous allons créer qui prime. C’est actuellement ce qui pose problème. Dans le cas de la réalisation à plusieurs, chacun a sa vision du projet. Nous n’arrivons néanmoins pas à nous mettre absolument d’accord sur ce que serons nos deux héros. Nous savons que nous voulons réaliser un travail en noir et blanc, avec des silhouettes. Celle-ci ne sont cependant toujours pas définies et personne ne parvient à proposer quelque chose qui plaise à tous.

Pour remédier à cela, nous sommes en ce moment en train de réunir nos idées, nos trouvailles et travailler à la réalisation de ces silhouettes. Personne n’étant dessinatrice dans le groupe, c’est ce qui met un frein à l’avancée du projet. Nous ne sommes toutefois pas dépourvues d’idées, fort heureusement. Une fois que tous nos visuels seront trouvés, il nous restera la tâche fastidieuse mais obligatoire d’impression et découpage. Place à la mise en scène ensuite.

Camille Coquereau

Un rêve d’aventure

(cc) Adélaïde Michel (24/01/2016)
(cc) Adélaïde Michel (24/01/2016)

Il y a des projets que l’on a du mal à porter jusqu’au bout. Qui depuis la première idée griffonnée sur un coin de feuille, n’ont pas forcément évolué dans le sens que l’on souhaitait. Les images que chacune avait à l’esprit, se sont mélangées jusqu’à créer un univers qui mêlant tous nos imaginaires ne colle au final plus à aucun d’entre eux. Les petites concessions ont été les plus simples, changer tel prénom, tel événement dans le scénario, tel accessoire. Mais le jour où le volume fait de matériaux colorés s’est transformé en un aplat de papiers noirs et blancs, j’ai eu l’impression de perdre ce qui me rattachait à ce projet. Les métiers de la production pourtant nous demandent de défendre des projets en lesquels il faut croire corps et âmes. Jusqu’au bout. Qu’importe les difficultés.

Je crois que nous avions écrit l’aventure de ces deux enfants, sans nous plonger totalement dans l’aventure, justement. Peu importe la technique finalement, je reste déterminée à mettre en image notre idée de départ. A quelques jours du début de la réalisation, je rassemble encore dans un moodboard des éléments visuels qui me plaisent, et qui dans mon imaginaire, correspondent à ce que j’avais imaginé de Vents Contraires. Tant pis pour les couleurs, les matières, je pense qu’une émotion pourra tout aussi bien être retranscrite grâce à un travail de contrastes, et qu’une lumière parfaitement maitrisée donnera de l’éclat au court-métrage. Après tout, Vents Contraires reste notre aventure !

Adélaïde Michel

On est tous un peu flous

Vents
Marion Souquet (02/11/2015)

Je fais partie d’un des groupes qui a abandonné son projet de M1 pour s’intégrer dans un autre projet. J’ai choisi d’aller voir du côté de Vents Contraires, j’aimais beaucoup l’idée de départ de reprendre l’histoire, le mythe, de Don Quichotte et je me suis dit que -d’un point de vue théorique cela pouvait être intéressant de voir comment on monte un dossier de production pour l’animation – d’un point de vue pratique, il y a du carton, papier mâché, dessins, découpage à faire, de quoi s’amuser. A présent, il faut donc prendre le train en marche, s’intégrer au projet, apporter sans trop modifier non plus le projet initial. J’ai choisi de m’inspirer des personnages qui étaient dans le dossier artistique de Vents Contraires et de les dessiner sur du papier.

J’ai posé en fond un poster dont j’apprécie particulièrement le graphisme, une affiche des Machines de l’île de Nantes, avec un style de dessins “rétro”, on aperçoit d’ailleurs un calamar géant sur la gauche. J’ai rajouté à côté une lampe aux teintes rosées. J’ai ensuite demandé à quelqu’un de bouger lentement les personnages (deux enfants et Don Quichotte). Sur la photo on distingue le corps d’un enfant en bas à droite et au milieu une forme humaine, celle de Don Quichotte. L’autre enfant a complètement disparu de la photo, on ne le distingue plus. J’ai choisi cette photo car elle illustre pour moi un des moments du scénario, lorsqu’un des enfants se laisse attirer par l’arbre et se retrouver happé dans un pays imaginaire, avant d’être ramené à la raison par son ami/Sancho. Don Quichotte et l’enfant sont la même personne, cette photo est le moment de “flou” dans lequel ils se trouvent et se confondent.

Marion Souquet