Archives de catégorie : Développement de projets

Billets liés à l’évolution des projets de films

De petits détails amènent de grands changements

Google map

Larrons et Lardons, ou peut importe le nom pour l’instant de cette émission, est un programme sur l’importance du lien intergénérationnel et patrimonial. Un jeune qui part à la découverte de 10 régions de France et leurs spécialités culinaires à travers un pépé ou une mémé qui partage avec lui un instant de vie et des souvenirs. Les personnes âgées parlent de leur passé, de leur culture avec une nostalgie, un bonheur des choses vécues et savourées … La première fois qu’ils ont réussis leur cassoulet, sentis l’odeur de la bouillabaisse … Le jeune prend alors le pas et leur montre qu’il n’y a pas que le passé et il les emmène sauter en parachute, skier, faire de la plongée… Le lien intergénérationnel est ce que l’on perd aujourd’hui. D’autant plus avec le numérique qui fait partie intégrante de la vie des jeunes générations et qui est si étranger aux personnes âgées.

En souhaitant réaliser le teaser de cette émission, les envies et les contraintes ont fait que notre jeune homme sera interprété par un jeune québécois. Sans le vouloir, cela rajoute une dimension culturelle qui vient enrichir le projet ! En plus de l’échange culturel entre régions, l’échange culturel se fait aussi outre-Atlantique. Ce jeune québécois apportera un œil neuf et innocent sur les coutumes et les spécialités culinaires des différentes régions de France. Cela sera un moyen de mettre en valeur les multiples facettes du pays. La bonne humeur et l’humour québécois seront les garants d’une ambiance joviale et conviviale. Au final ce petit détail qui nous a amusé, ce québécois étant le compagnon d’une d’entre nous, amène un changement majeur dans le projet.

Casse-tête

(cc) Camille Coquereau (31/10/2015)
(cc) Camille Coquereau (31/10/2015)

Vents contraires, petit projet d’animation à l’état de mots doit à présent se faire une image. Six personnes pour mener le projet, c’est six visions différentes de cette histoire entre deux enfants.  Toutefois il faut se mettre d’accord car une seule représentation du scénario sera réalisée. C’est donc un casse-tête qui commence, celui du mélange des idées et des points de vues, des « je voyais cela plus comme ça » ou autres « on pourrait choisir cette couleur au lieu de celle-ci ». De ce méli-mélo d’idées nait notre petit film d’animation.

Puisqu’il faut bien se mettre d’accord un jour, une ébauche de story-board est faite. On sait alors quel cadre choisir ainsi que les objets qui seront visibles. Ceux qu’il faudra donc créer en priorité. Une direction de travail est donnée et ainsi le matériel à prévoir pour la réalisation de ces plans tests. Le plus important n’est pourtant pas encore fixé : à quoi ressembleront nos personnages ? Cette étape, la plus compliquée car aucune de nous ne sait réellement dessiner, est le challenge fixé pour la semaine. Gabriel et Victor auront-ils un visage qui plaira à tous ?

Camille Coquereau

Court passage à vide

(cc) Adélaïde Michel (26/10/2015)
(cc) Adélaïde Michel (26/10/2015)

Vents contraires est un projet de très court métrage d’animation dans lequel nous nous sommes lancées l’an dernier. Après avoir planché sur l’idée d’adapter l’histoire de Don Quichotte en animation, nous nous sommes très vite éloignées de cette envie de base au profit d’une histoire d’amitié plus classique entre deux enfants. La « touche » Don Quichotte reste toujours perceptible dans le regard naïf que l’un des deux enfants porte à l’univers qui l’entoure.

Aujourd’hui, quand je relis le très court scénario, j’avoue avoir quelques doutes. Nous gagnerons, à mon sens à retravailler l’histoire avant de passer à la réalisation. Toujours est-il que le fait de concevoir un projet en stop-motion avec du papier comme matériau principal m’enchante. J’ai toujours aimé la création visuelle, peindre, découper, coller. Il nous manquera certainement quelques qualifications techniques, et un talent pour le dessin nous serait bien nécessaire pour créer l’identité des personnages. En attendant nous rassemblerons les talents de chacune pour essayer de recréer l’univers de Victor et Gabriel tel que nous l’avions imaginé. Nous nous inspirons beaucoup de l’univers de Conor Finnegan dont nous avions découvert le travail l’an dernier. Je pense que c’est en s’armant de références comme celle-ci que nous arriverons à tracer les contours du projet.

Adélaïde Michel