Archives de catégorie : • Billets vagabonds

Billets divers

Mon expérience de membre d’un jury de festival

Comment fonctionne un jury de festival de cinéma ?

Lors de la première édition du Festival International du Film Indépendant de Bordeaux (FIFIB), les organisateurs ont eu l’idée de doubler le jury composé de professionnels du cinéma par un jury étudiant, (dont j’ai fait partie). Ce dernier était composé de six membres, tous au parcours scolaire différents, allant de science politique, aux écoles de commerce, ainsi que du droit d’auteur.

Comment se déroule un festival du film du point de vue d’un jury ? Nous étions conviés à être présent à chaque séance de l’après-midi, en effet les films en compétition, au total huit, sont programmés deux fois par jour dans l’après-midi. ainsi nous avons pu voir en exclusivité une sélection de huit films dont Antiviral, Rengaine, L un film grec, Gimme the loot etc…

L’avantage d’être membre d’un jury est de voir les films avant même leur sortie en salle, et ainsi ne pas avoir encore entendu de critiques ou d’autres point de vue, et avoir un œil neuf pour le visionnage.  Cette exclusivité est à juste titre évoquée par la présidente du jury de festival international du film indépendant de Bordeaux, qui n’est autre que l’actrice Française Nathalie Baye.

J’aime bien ne pas trop savoir, arriver le plus vierge possible devant une œuvre. Moins on est averti, mieux c’est,  à mon avis. Je n’aime pas beaucoup le mot de « critique », qui dégage du négatif, comme si on allait surtout s’appesantir sur ce qu’on n’aime pas.
Extrait de l’interview réalisé par Sophie Avon pour Sud Ouest (article en ligne à cette adresse:
http://www.sudouest.fr/2012/09/30/je-suis-la-pour-voir-et-etre-juste-835707-2780.php)

Ainsi l’emploi du temps d’un jury de festival consiste à visionner tous les films en compétition, puis en discutant aussi longtemps que le film à duré. en effet à chaque fin de journée nous nous installions ensemble pour parler des films, pour évoquer nos différents point de vue, nos interprétations etc…

A la suite de ces huit séances nous avons dû procéder à un choix très difficile à savoir donner un prix à un seul film. Mais sur quels critères choisir le lauréat ? Est-ce que le lauréat serait un film que l’on conseillera à notre entourage ? Est-ce qu’il faut se baser sur le scénario, sur le message du film, ou au contraire sur l’image, et la technique ? Faut-il privilégier un film léger qui nous fait rire ou à l’inverse un film intellectuel qui nous à fait réfléchir dès notre sortie de la salle ? Doit-on aussi voter en fonction des difficultés rencontrées par l’équipe technique, comme notamment pour Rengaine, un long métrage tourné sur neuf années avec aucun soutien car aucun scénario avec des acteurs non professionnels.

Suite à un premier vote pour lequel nous devions présélectionner deux films, nous avons débattu longuement pour faire connaitre notre arguments, nos choix, nos visions. Sur les huit films en compétition, deux ont reçu de notre part un grand nombre de voix par rapport aux autres. Puis sur deux présélectionnés nous avons voté à main levée pour finir par n’en choisir qu’un.

Je sors de cette semaine assez hors norme, encore plus épanouie et grandie, et surtout encore plus persuadée que ce milieu du cinéma est un monde qui m’attire et me fascine plus que tout.

 

Mariane P.

 

 

Affiche du Festival International du Film Indépendant de Bordeaux

FIFIB, tous droits réservés

 

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

Lancement du carnet “Le Ciné-oeil numérique”

Le carnet de recherche collectif “Le Ciné-oeil numérique” du Master “Création, Production, Images”, est désormais officiellement lancé.

Ce carnet de terrain, qui s’inscrit dans le cadre d’un projet pédagogique dirigé par Yann Kilborne, spécialiste d’esthétique et de sociologie du cinéma, et directeur du Master, a pour but de décrire et d’analyser le processus de création des web fictions et web documentaires réalisées au sein de la formation.

Le Master “Création, Production, Images”, formation à la production de films interactifs, sert de terrain privilégié permettant d’articuler au sein même de l’université, une production audiovisuelle et multimédia en grandeur réelle, et une recherche-création collective centrée sur le processus créatif lui-même. Les billets du blog porteront ainsi pour les étudiants en première année de Master sur la conception d’épisodes d’une série de fiction à destination du web, et pour les étudiants en seconde année de Master, sur la conception d’un web documentaire collectif.

Les textes produits auront par conséquent pour objet de documenter la lente élaboration des scénarios (L’écriture de l’image), la complexité de la préparation d’un tournage et ses surprises (L’épreuve du réel), et enfin les aléas de la post-production, ainsi que les difficultés propre à la conception web (La clôture des possibles). Les billets sans lien direct avec le processus de création cinématographique expérimenté, iront dans la catégorie Billets vagabonds.

La consultation des billets peut se faire de plusieurs manières : par date de publication, mais également, via les mots-clés, par groupe d’étudiants (Groupe 1, Groupe 2, Groupe 3…), par ordre des billets (Billet 1, Billet 2, Billet 3…), par année de promotion (M1 ou M2). Il est  ainsi par exemple possible de consulter l’ensemble des premiers billets de tous les étudiants (Billet 1), ou encore la totalité des billets d’un groupe particulier (Groupe 2). La mention du numéro de billet et du groupe est donnée également entre crochets dans le titre de chaque billet.

Les objectifs de ce carnet sont a) de réfléchir sur la complexité de la conception filmique et multimédia, et de participer à éclairer les mécanismes du travail artistique ; b) de rendre compte d’une recherche d’observation participante, de ses difficultés et des interrogations qui l’accompagnent ; c) de mettre à disposition des internautes des traces visuelles du processus de création filmique ; d) d’expérimenter l’usage de la photographie comme outil de description et de réflexion.

Ce blog pédagogique est destiné à tout public concerné par le cinéma et les nouveaux médias, ainsi qu’à tous les chercheurs et lecteurs s’intéressant à l’ethnographie du travail artistique et aux méthodes qualitatives (notamment l’observation participante et les méthodes visuelles).

Crédit photo : image tirée du fameux film de Dziga Vertov L’Homme à la caméra, trouvée sur le site du collectif killmeway.

Yann Kilborne

Maître de Conférences, enseigne le cinéma à l'Université Bordeaux Montaigne. Membre du laboratoire CLARE, équipe ARTES.

More Posts - Website