Archives de catégorie : • Billets vagabonds

Billets divers

Bon vent !

(cc) Coline Portet (13/03/2016)
(cc) Coline Portet (13/03/2016)

Le projet commun que nous avons dû réaliser cette année m’a permit d’expérimenter l’animation que je ne connaissais pas, ou peu. J’avais déjà réalisé des petits courts-métrages avec une amie ou encore avec des groupes d’enfants. Les décors, composés de formes et de structures en 3D, étaient facilement manipulables. Mais faire un film animé avec des bouts de papiers, en revanche, me semblait compliqué. J’avais dû mal à imaginer comment s’y prendre, comment positionner la caméra, où placer les lumières, comment déplacer les éléments..

Pour créer du mouvement et ainsi raconter notre histoire nous avons dû passer par plusieurs étapes, toutes aussi fastidieuses. Concevoir une identité à notre film a été compliqué puisqu’il a fallut que tout le monde soient d’accord et visualise la même chose. On a perdu beaucoup de temps à réfléchir à nos idées et à comment les réaliser plutôt que de se lancer dans le projet de façon concrète. La question de la couleur ou du noir et blanc, des formes, de la matière et le choix du 2D ou 3D nous on poursuivit un bon moment. Puis, nous avons commencés à faire des tests, ce qui m’a permit de découvrir l’utilité du banc titre ! Réaliser un film d’animation est un véritable travail d’équipe précis et minutieux. Pendant qu’une d’entre nous prend les photos, quelqu’un se charge du côté droit de la feuille pendant que quelqu’un d’autre se charge du côté gauche. Grâce à cette cohésion de groupe, nous avons pu réaliser un petit bout de notre film. Le résultat est plutôt agréable puisque je ne m’attendais pas du tout à avoir quelque chose d’aussi plaisant : à la fois beau et maladroit.

Coline Portet.

JEUN’S

Jeun's

Difficile de se lancer sur un projet qui n’est pas le nôtre… Très rapidement, il a fallu comprendre en quoi consistait le projet proposé par nos camarades. Une émission de cuisine ? N’étant pas une grande adepte de cette pratique, ni même de ce genre de programme, je ne me suis pas sentie emballée. Ce n’est que par la suite que l’originalité du concept s’est révélée. Un jeune québécois extraverti et loufoque (Arthur ou Sam ?) traverse la France, et vient à la rencontre de dix séniors – tous plus excentrique les uns que les autres – pour découvrir le patrimoine culinaire de diverses régions. Il est certain que la réussite de l’émission dépend entièrement de la personnalité de l’animateur ainsi que de celle des autres intervenants. C’est justement cette rencontre intergénérationnelle décalée qui m’a intéressée. Il faut ajouter qu’après chaque recette, le jeune propose à son hôte de faire une activité qu’il n’a jamais osé faire auparavant. C’est drôle, c’est jeune, c’est dynamique !  Mais comment intégrer toutes ces idées au sein du teaser ?

Un teaser ? Avant même de commencer à réfléchir au scénario, il fallait d’abord définir en quoi consistait un teaser. Etait-ce un complément du dossier de production ? Ou bien une introduction à ce même dossier ? Devions-nous présenter l’émission dans son ensemble ? Ou bien garder quelques points secrets ? Après s’être posé ces différentes questions, nous nous sommes lancées dans l’écriture du scénario. Nous avons jouées la carte de l’humour, en présentant notre héros durant la préparation de son départ. Il remplit son sac d’objets insolites n’ayant rien à voir les uns avec les autres : une épuisette, des rollers, un skate, des casseroles… Puis, il remplit sa voiture de tous ces objets et part sur les routes dans son iconique voiture rétro. Nous nous sommes entendues pour donner un rythme dynamique à notre montage, à l’aide de nombreux inserts, de plans assez courts. Nous en sommes tout de même venues à nous interroger sur la compréhension du concept. Le scénario permet-il vraiment de comprendre que le jeune part à la rencontre de séniors dans le but d’apprendre leurs recettes phares ? Nous ne voulions pas insérer de voix-off trop explicative. Nous avions peur que ça alourdisse le résultat final. Nous avons donc optées pour que le jeune parle face caméra – ça nous semblait plus en adéquation avec notre thème. S’en est suivi un  découpage rapide de la séquence, et le dépouillement du scénario. Mais tout cela n’est que le début du travail ; nous avons encore beaucoup à faire…

Camille Nivat

Une esthétique problématique

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

L’objet de mon mémoire porte sur l’esthétisme dans le cinéma d’Amos Gitai.  J’ai choisi cet angle car je pense qu’il est essentiel dans  le domaine de l’audiovisuel de décrypter l’image. Le cinéma est un art visuel avant tout, on ne peut en faire une lecture uniquement narrative.  Les images, elles aussi, constituent une forme de narration, pour cela il faut creuser leur sens caché. Amos Gitai a fait ses armes en tant que réalisateur de documentaires, il cherche à produire du “réel” au travers des images qu’il tourne, à la limite du “docu-fiction”. La question qui en découle est la suivante : Quelles représentations de la communauté Juive ultra-orthodoxe, la caméra d’Amos Gitai met – elle en lumière ?”

L’étude de cet esthétisme s’est imposée d’elle-même. Lorsqu’on visionne « Kadosh » les images nous suggèrent implicitement de nombreuses significations. Plusieurs scènes sont des rites du Judaïsme reproduits à l’identique. Au départ, je ne comprenais pas  ce qu’Amos Gitai voulait représenter. Après avoir fait des recherches j’ai compris les rituels. Dès lors les mouvements de caméra, les décors, les couleurs m’ont frappés. Mon esprit était prisonnier de la narration à vouloir absolument tout comprendre, les indices étaient pourtant devant moi, dans l’esthétique qui compose chaque scène. Au travers de cet esthétisme, l’enfermement et la servitude volontaire engendrent une libération inéluctable des personnages.

Alexia DI CIOCCIO

Gladiateur sur petit écran

L’idée de ce billet m’est venue il y a un petit moment déjà – en fait, dès que j’ai su que j’allais participer à une expérience peu ordinaire : candidat pour On n’demande qu’à en rire, le télé-crochet pour humoristes de France 2. Précisons d’emblée que je ne me prétends nullement humoriste et que ma participation ne fût pas un succès ; mais ce n’est pas ma prestation – laquelle, à vrai dire, je préfère oublier – qui m’intéresse ici.

Ce qui m’intéresse, déjà, c’est le souvenir des coulisses, où ça bouge beaucoup, ça va très vite, les régisseurs et assistants de production courent partout, à l’affût du moindre pépin – et, le jour de mon passage, il y en avait un de taille : une possible annulation d’un match de foot pour raison météorologique, qui aurait propulsé l’émission enregistrée en direct, ce qui contraint un peu l’affaire. L’annulation n’a pas eu lieu, fin du problème. On me donne une loge où m’installer, et puis on me laisse tranquille. En tant que candidat je n’ai pas besoin d’être plus stressé que je ne le suis déjà – enfin, en tant que « petit nouveau » parce que les candidats qui sont là depuis longtemps ne sont plus vraiment candidats, au contraire ce sont eux qui font tourner la baraque et sont, pour certains d’entre eux, de véritables starlettes. Je croise des personnalités dont les noms ne seront pas inconnus à ceux qui suivent l’émission : Florent Peyre, Donel Jacks’man, Sacha Judaszko, Ahmed Sylla… qui semblent ici pour une promenade de santé, pas de stress pour eux, ils sont sûrs d’être applaudis.

Ceux qui n’ont pas le privilège de l’ancienneté, et donc de la gloire, sont plus nerveux. On attend, répétition juste une fois sur le plateau, avec les techniciens du son et de l’image qui s’installent, ça va très vite. Je fais le tour : ici les bureaux de prod, là le HMC, et à côté les bancs de montage Avid. On re-attend. Solitude. Et puis, d’un coup d’un seul, la machine se met en marche, le public est installé avec un chauffeur de salle, et soudain générique, le présentateur arrive sur scène comme par magie, le jury aussi, y a de l’ambiance, la musique fait boum-boum, et « c’est à vous tout de suite ! » ah zut bon ben ok j’y vais, houlà-là, le trac arrive d’un coup, et puis c’est la déconnexion, il faut entrer dans l’arène, plus le temps de penser, c’est un état second, en rien comparable à un plateau de théâtre, ici c’est le Colisée, et si les grands sont toréadors, les nouveaux ne sont que taureaux. On m’avait prévenu, par chance j’avais déjà rencontré d’anciens candidats (dont Romain, camarade de promo, le monde est petit ^^) qui m’avaient tous avertis sur le côté abattoir… Mais tout de même, on ne se rend pas mieux compte que par soi-même.

La sensation d’une opération chirurgicale : la boule au ventre avant d’y aller, puis les quelques mots de l’anesthésiste, et puis plus rien, trou noir, c’est terminé depuis un bon moment déjà quand on se réveille enfin.

Et après… le plus dur, finalement – je parle en tant que perdant, pour un victorieux c’est l’inverse – c’est quand, une semaine plus tard, ça passe à la télé. Angoisse de se voir, déjà, surtout si on sait par avance que le jury vous démolit – enfin, je n’ai pas été démoli tant que ça… dans mon souvenir du moins. Ne pas regarder sur les réseaux sociaux, surtout, parce que le public de ce genre d’émission veut du divertissement, veut vider les émotions négatives accumulées dans la journée et, si ça plaît pas, il exprime son mécontentement sans se soucier du type qui s’est viandé, s’il n’est pas bon il n’avait qu’à pas être là, c’est tout. Ce qui a été dur, c’est de regarder les messages sur les réseaux sociaux – le déversoir à émotions, donc – avant de voir le passage.

Quant au passage… eh ben stupeur : il y a vraiment une mise en scène de la mise à mort. Déjà, quasiment tous les rires du public – je ne prétendrai pas en avoir eu beaucoup, mais tout de même, le public de l’émission me suivait pas trop mal – tous les rires, donc, sont coupés au montage. Vraiment l’impression que ce pauvre type à l’écran est seul, nul, misérable, et pour un peu je comprends les réactions de twitter et facebook : certes mon texte n’était pas extra et j’ai eu une mauvaise idée de maquillage, mais là, c’est vrai que ça a l’air particulièrement pitoyable. Alors que, en laissant les rires du public, on aurait pu s’indigner contre le jury qui buzze, parce que quand même, si le public rigole, c’est que ce n’est pas si mauvais… Là non, c’est le silence, et le silence est de mort. Et même, dans les commentaires du jury qui viennent après le passage, j’avais le souvenir de quelques notes positives, encourageantes… coupées au montage également. Oui, à la télé, soit on est bon, soit on est mauvais, pas de juste milieu et, si on est mauvais, il faut l’accentuer pour donner au public ce qu’il veut : de la viande de gladiateur, le pouce en bas. Evidemment c’est une semaine de bonne grosse déprime après ça, l’espoir que personne ne vous en parle, des messages de soutien des proches (heureusement), quelques-uns un peu moqueur, d’autres qui dénoncent l’injustice du jury, d’autres encore qui saluent l’audace d’avoir, quand même, osé tenter.

Je voulais attendre un peu avant d’écrire ce billet vagabond, attendre d’avoir digéré (assez symboliquement, à l’heure présente je sors juste d’une représentation théâtrale où j’ai eu droit à une belle salve d’applaudissements du public après un long monologue, grimé en curé lubrique) et d’avoir un minimum de recul pour assembler les détails importants de ce que j’ai retenu. Toutes les petites choses agréables, une journée pas comme les autres à Paris, les mots d’encouragement et de sympathie venant d’autres humoristes (Cyril Etesse, Anthony Joubert…), les sourires des assistants de production, et même l’enthousiasme du public du Moulin Rouge, tout cela restera pour moi, juste pour moi, dans les coulisses de l’émission. De mon passage télé en lui-même, juste cette sensation que, pendant quelques très longues et trop courtes secondes, tout échappe à votre contrôle. Si, je garde le sourire amusé de Jean Benguigui, les commentaires constructifs d’Alain Sachs, et j’oublie le reste. Parce que, dans mon souvenir, ce n’est pas vraiment comme ça que ça s’est passé. Mais, hormis pour une poignée de gens, c’est le résultat télé que tout le monde aura vu. Une autre réalité que la mienne.

Florent Poussard

cheval tauromachie 002
Florent P. (25/02/2013)

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

Réorganisation de la salle de classe

Salle dite “Studio” à l’Université Bordeaux 3, Yann Kilborne (15/11/2012)

La révélation faite par le scénographe Pascal Laurent du caractère subversif de la nouvelle organisation de l’espace du Studio (où ils se trouvent), a l’air de plaire aux étudiants. Libérés de l’alignement forcé derrière de grandes tables rectangulaires, les étudiants peuvent prendre connaissance de leurs réactions respectives. C’est alors le début d’une remise en question collective de la parole sacrée du professeur. Sur cette photographie on perçoit le mouvement sinusoïdal que forment les corps des étudiants de table en table, et la diversité des orientations de regards. Si la première étudiante sur la gauche se laisse aller à la rêverie, celle dont on aperçoit à peine l’oeil droit regarde malicieusement le photographe. Pendant ce temps, les deux autres écoutent plus attentivement l’enseignant, l’une particulièrement “posée” dans son écoute. Derrière elles se trouvent deux garçons. Le premier détourne le regard en direction des filles du fond, pendant que l’autre hésite sur lequel des deux titulaires de l’autorité ils devrait porter son attention. Et à la droite du cadre, on perçoit l’objectif de l’étudiante qui s’amuse à prendre en photo le photographe.

Yann Kilborne

Maître de Conférences, enseigne le cinéma à l'Université Bordeaux Montaigne. Membre du laboratoire CLARE, équipe ARTES.

More Posts - Website