Archives de catégorie : Travail en scène (2012/13)

Billets d’étudiants en M2 de l’année 2012/2013

[B10, G9] Un millefeuille de pistes

Mariane P. (14/03/2013)

Dernière dernière dernière étape : la finalisation du projet.

Après la rédaction, le tournage et le montage : la finalisation. Pour se faire, on lit, on modifie, on relit et on modifie à nouveau. Une fois l’ours réalisé (un montage grossier définissant dans quel ordre vont apparaitre les différentes parties) il faut travailler les transitions, mettre des fondus ou des clés pour faire apparaitre progressivement images et sons.

Comme pour un millefeuille le projet final est constitué de plusieurs couches. Une première couche (la matière brute), puis une lecture sur laquelle on applique ses nouvelles modifications, qui constituent une nouvelle couche, et à nouveau une nouvelle lecture, de nouvelles modifications, une autre couche et ainsi de suite jusqu’à l’obtention d’un objet audiovisuel fini et autonome. C’est pour cela que cette photographie est un très gros plan du gâteau, on peut y voir facilement les multiples couches qui amènent au glacage.

Les couches sonores et visuelles se superposent. Concernant cette étape nous avons travaillé sur Soundtrack Pro (un logiciel dédié exclusivement au travail sonore) afin de réaliser un montage fluide, dynamique, tout en étant compréhensible de tous. Pour dynamiser son propos nous n’avons pas hésité à couper ses moments d’hésitation, à changer de cadre et à réaliser des splits audio pour mieux lier le contenu.

Nous avons choisi de mêler les interviews de nos deux témoins à des sons d’ambiance captés lors de notre rencontre. Selon nos intentions nous avons superposé certains sons pour les rendre inaudibles ou pour leur donner plus de force, comme pour recréer une scène de dispute. Et ainsi illustrer le propos du témoin, permettant également une pause pour l’auditeur.

Le projet final sera-t-il aussi délicieux que ce millefeuille ?

 

Mariane P.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B10, G8] Un montage sans fin

(cc) Lauriane Paganon 22/03/2013
(cc) Lauriane Paganon 22/03/2013

Avec un peu de recul, je me suis aperçue qu’une routine s’était peu à peu installée durant cette phase de post-production. J’ai donc souhaité l’illustrer à travers cette succession d’images qui souligne l’aspect répétitif de nos journées. Je suis donc partie d’une photo de notre poste de montage, que j’ai par la suite dégradée dans des tons de plus en plus clairs afin de mettre en avant, au fur et à mesure,  l’aboutissement de notre travail.

J’emploie le mot routine dans le sens où le fait de devoir se rendre quotidiennement en salle de montage est en quelque sorte devenu notre rituel. Si bien que nous débutions la matinée en revisionnant avec un œil neuf ce que nous avions monté la veille, afin de nous rendre compte plus objectivement des modifications à apporter. Puis nous poursuivions avec l’assemblage de nos séquences en les enrichissant de nouveaux éléments photographiques et sonores, avant de terminer la journée avec le bilan de notre production. Et ce, de la même façon tous les jours et durant deux semaines. Nous avions donc l’impression que l’étape de la post-production ne prendrait jamais fin car nous ne cessions de répéter les mêmes opérations afin de perfectionner notre travail. Le terme « routine » peut donc ici avoir une connotation négative.

Néanmoins, nous nous sommes aperçues que ces habitudes nous ont permis d’affiner petit à petit le sens que nous souhaitions donner à notre séquence, et donc d’en apprendre plus sur nos intentions respectives.

Lauriane Paganon

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B10, G8] Passer les obstacles…

(cc) Lisa D.
(cc) Lisa D. (14/02/2013)

Comment passer les obstacles qui viennent obstruer le chemin de la création ? Lauriane et moi nous sommes retrouvées face à cette question, notamment quand il a fallu monter les photographies faites au préalable. Quelles photographies devions-nous choisir ? Comment les agencer pour qu’elles aient du sens entre elles et avec le propos, avec le son ? Dès le départ, nous voulions quelque chose de minimaliste, soit quelques images en noir et blanc et un son épuré. Nous avons d’abord monté le son, c’est-à-dire le propos du metteur en scène et nous en sommes fières. Mais quand est venu le moment du montage image, nous doutions. Etait-ce un bon choix de faire dans le minimalisme ? A cet instant-là nous tâtonnons, mettons une photo, puis une autre, changeons la première, mettons une troisième puis changeons de place la deuxième etc. Nous étions satisfaites sur plusieurs photographies mais pour le reste, c’était encore le flou. Ainsi, la tête dans le guidon, nous préférons demander notre chemin à notre entourage : camarade et corps enseignant. Les idées fusent mais nous sélectionnons par rapport à nos goûts et nos désirs. Sur la photographie, nous voyons le metteur en scène à travers deux fauteuils de théâtre. La netteté est faite sur les sièges car souvent, lorsque les obstacles interviennent, nous avons du mal à distinguer notre but et restons accaparés par ce que l’on a devant les yeux, les problèmes rencontrés. Mais à force de discussion et de réflexion, nous passons les obstacles.

Lisa D.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B11, G5] En fin…

(cc) Sophie R. (27/03/2013)

Le stylo rebouché et le point au centre de l’image symbolisent la fin de l’écriture mais les points de suspension laissent supposer qu’il y aura d’autres projets dans un futur proche. Les cases représentent les étapes traversées et qui, regroupées ensembles, forment un seul objet. Elles peuvent aussi représenter le projet commun du web documentaire de la promotion Guignol.

Le projet que Laura et moi avons réalisé se décline, selon moi, sous plusieurs étapes : une phase de réflexion d’abord avec la naissance d’une idée, une phase d’écriture, une phase pratique avant la diffusion qui se fera bientôt.

Tout au long du processus de création nous avons pu analyser nos actes et coucher nos impressions sur le papier ; ou plutôt sur les billets de notre carnet de recherche.

Grâce au carnet nous avons pu appréhender chaque étape dans ses moindres détails puisque chaque billet nous a permis d’établir un chemin de réflexion introspectif de notre travail.

Les premiers billets sont consacrés au choix de notre sujet et de nos personnages c’est-à-dire plus à l’écriture du projet. Ils ont été écrits à deux ce qui nous a permis de bien être en accord sur nos choix.

A partir du billet 5 ils deviennent individuels. Cela nous permet d’exprimer un point de vue personnel sur le travail en équipe. Nous commençons à établir la configuration de nos tournages et entamons la phase pratique.

Les billets sont donc plus descriptifs et plus courts parce que le projet se concrétise, nous sommes moins sur la période de réflexion et plus sur la période active.

Nous avons pris conscience de l’évolution de notre travail, de l’idée que nous avions au départ jusqu’au résultat final. Il y a eu beaucoup de changements entre l’écriture et le projet final mais c’est très fréquent dans la réalisation d’un film (surtout d’un documentaire) puisque l’on ne peut pas prévoir exactement les conditions de tournage et l’attitude des personnages. Nous sommes cependant très satisfaites de notre webdocumentaire.

Sophie R.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B10, G7] Achèvement…

Romain Gallon (15/03/2013)
Romain Gallon (15/03/2013)

Cette fois, nous pouvons le dire : Nous y sommes arrivés ! Web-documentaire bouclé et envoi définitif de notre mémoire ce lundi. Bref, il ne reste plus désormais que la soutenance orale et enfin le stage. J’ai du mal à le croire, mais ma scolarité, après vingt-trois années de dur labeur, va s’achever.

Cette photo prise en salle de montage a été faite le dernier jour, comme pour sceller quinze jours de travail en binôme. L’ordinateur portable est éteint, il va bientôt en être de même pour l’iMac, le temps d’exporter définitivement notre projet vidéo et de le visionner une dernière fois. Aujourd’hui je peux le dire, je suis assez fier du résultat et content d’avoir pu participer à ce projet autour d’une pièce de théâtre qui, j’en suis sûr, fera parler d’elle…

J’ai pu également faire le tour des différents groupes ces derniers jours, et chaque binôme a su garder l’angle qu’il recherchait dans sa note d’intention et qui, de plus, apparaît clairement dans leur web-documentaire. J’attends désormais la mise en ligne sur Internet, en espérant que des gens s’intéresseront à notre projet… Je ne suis pas naïf, il s’agit avant tout d’un projet pédagogique, un peu trop élitiste à mon goût, qui ne concernera, à moins d’une erreur de ma part, qu’une toute petite niche… Nous verrons d’ici quelques semaines si je me trompe, je n’en serais que plus satisfait !

Romain Gallon

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website