Archives de catégorie : Travail en scène (2012/13)

Billets d’étudiants en M2 de l’année 2012/2013

[B11, G9] J’écris donc je suis ?

Lucille Hunter (20/03/2013)

Au début de l’année universitaire, on nous a demandé d’écrire des billets à deux personnes. La nature de l’exercice fut difficile à comprendre, et les premiers billets publiés témoignent de tentatives réalisées plus ou moins de bon coeur pour correspondre à l’idée que nous nous faisions de ce carnet. Cela fut un peu laborieux, nous n’écrivions pas vraiment ce que nous pensions mais plutôt ce que nous pensions devoir écrire, ce qui est sans doute dû à notre position sociologique d’étudiant. L’exercice nous semblait terriblement artificiel. Nos billets 1, 2 et 3 entrent dans cette catégorie. Je pense que cela est dû au fait que nous pensions n’avoir rien à raconter, et qu’il est difficile de démarrer ce processus d’écriture pour la première fois sans avoir (par expérience) une idée de ce que l’on peut / doit y écrire. L’exercice d’introspection n’est pas une tâche évidente, et la peur de l’inconnu nous a sans doute paralysées. De plus, le côté “public” du carnet ne nous enchantait pas. Je me méfie d’internet et je n’aime pas y laisser des traces de mon passage.

Au billet 4, la donne a changé : nous avions enfin l’impression d’avoir quelque chose à exprimer, et nous l’avons fait. C’est le premier billet que j’ai pris “au sérieux”, dans le sens où je n’ai pas eu l’impression de répondre à une commande de façon désincarnée. Nous avons même pris plaisir à confectionner le billet 5.

À partir du billet 6, les billets sont devenus individuels, avec une seule photo et un texte plus concis. C’est à ce moment-là que j’ai été convaincue de ce que pouvait m’apporter la rédaction d’un carnet de bord / carnet de recherche dans l’élaboration de mes projets. J’ai compris l’intérêt de l’exercice et j’ai tenté de soigner mes billets 7, 8, 9 et 10. C’est une habitude que je souhaite prendre, cela me permettra de voir ce que j’ai pensé, quand je l’ai pensé, et de me rendre compte du chemin parcouru entre le moment A et le moment Z du développement du projet. Dans les moments où j’aurai l’impression de ne pas avoir avancé, je pourrai constater que le découragement que je ressens n’est peut-être pas justifié, et je saurai mieux m’y retrouver. Cependant, je pense que j’aurai plus de facilités à me livrer davantage dans une forme de carnet qui restera vraiment personnelle, et je me vois plutôt noircir des pages à la main qu’au clavier. Je pense donc choisir de rédiger des carnets de bord / de recherche physiques et non virtuels, privés et non publics. Je considère cet exercice comme un travail qui me regarde, et je le vois bien plus authentique et utile dans un usage personnel. Je l’utiliserai pour écrire et gribouiller quelques dessins.

Le carnet m’a donc permis d’écrire pour suivre l’élaboration de notre projet, et je retiens cette idée de laisser une trace de ma réflexion pour le moi futur. L’image de ce billet est une composition qui reprend des photos produites dans les 10 billets précédents. Elle schématise le sentiment de vision globale que procure le carnet : en une image se concentrent toutes les idées produites et détaillées dans l’historique de notre carnet G9. J’ai mis en scène les images dans cette composition de la première parue en haut à gauche à la dernière en bas à droite. Nous pouvons observer une évolution dans la composition et le traitement des images, et je vois que dans ce domaine également, j’ai avancé.

Lucille Hunter

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B11, G5] Retour en arrière

Laura J, 29/03/2013
(cc) Laura J. (29/03/2013)

Ce billet marque la fin du carnet de recherche pour notre promotion. En relisant mes écrits, je remarque qu’ils résument bien l’ensemble du processus créatif de « Travail en scène », et que le lecteur a ainsi pu avoir un bel aperçu de ce que nous avons créé tout au long de cette année. Je suis d’ailleurs très satisfaite, dans l’ensemble, du travail que nous avons réalisé avec Sophie. Ce fut une expérience nouvelle et enrichissante qui m’a permis de découvrir une autre facette du documentaire et d’acquérir de nouveaux outils pour mon avenir professionnel, mais aussi personnel. J’ai eu des appréhensions concernant le fait qu’il s’agissait d’un documentaire principalement sonore et pourtant c’est ce qui m’a le plus passionné pendant le tournage.

En revanche, je remarque, à travers mes billets, qu’il n’y a pas ou peu d’informations concernant le reste des travaux que nous avons pu réaliser au cours de ces derniers mois. En effet, même si la conception du web documentaire fut le projet principal de notre deuxième année au sein du master CPI, nous avons également travaillé sur d’autres choses, et notamment sur l’écriture d’un mémoire. À ce sujet, je tiens particulièrement à remercier Anne Beyaert-Geslin, ma directrice de mémoire, qui fut très l’écoute pendant ces huit mois de travail.

 Je m’aperçois ainsi que mon carnet ressemble plus à un résumé condensé des différentes étapes de la construction de notre web documentaire qu’à un réel carnet de recherche. Après réflexion, je pense que l’outil en lui-même ne me permet pas de me livrer ouvertement. Je tiens régulièrement des carnets papiers ou j’inscris mes avancées sur divers projet et je trouve que c’est un moyen plus simple et plus efficace de rassembler ces idées. Le carnet de recherche nous a permis de « raconter » ce que nous produisions semaine après semaine, mais pas d’écrire nos recherches à proprement parler. J’espère sincèrement que l’écriture de nos billets auront donné envi aux lecteurs de regarder notre web documentaire !

Laura J.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B11, G7] Un visa pour l’emploi

_MG_0163 copie
Brice G. (27/04/2013)

Voici venue l’heure des bilans. Encore une année (scolaire) qui s’achève. Mais celle-ci a une saveur particulière, puisque c’est la dernière. Mais alors, quel bilan dresser de tout cela ?

Ce carnet de recherche a été l’occasion pour nous de disséquer chaque instant de la conception d’une production audiovisuelle. C’est un moyen de prendre de la distance à mesure que l’on progresse dans un projet : des prémices de l’écriture en passant par l’élaboration du dossier de production jusqu’à l’étape presque finale du montage. Nous avons donc pu expliquer, décrire, examiner nos erreurs, nos problèmes, nos solutions. Cela nous sera probablement utile pour l’avenir, puisque tout ceci est désormais couché sur le papier (virtuel) d’une page web. Dans le processus d’une création documentaire il est toujours bon d’apprendre de ses erreurs, ou du moins de les reconnaître. C’était par exemple des erreurs dans le choix des thématiques ou bien des directions à prendre. Ce que j’aurais à faire comme remarque, c’est probablement sur la durée d’un tel projet. J’ai effectivement trouvé ça un peu long, notamment l’étape de l’écriture. Mais je suis bien conscient qu’il faut prendre du temps pour réfléchir, imaginer et construire en amont ce qui va être produit.

La formule adoptée pour le carnet est également source de satisfaction. À mesure que nous avancions, elle s’est trouvée moins contraignante et plus adaptée aux contraintes du web. Du billet 2 au billet 6, un cap a été franchi dans les différentes règles (notamment la rédaction d’articles plus court). Cela a donc été plus simple pour nous de nous concentrer sur un angle, un aspect particulier à chaque billet. Il est vrai qu’au début, cela paraissait plus compliqué, surtout en termes de contrainte de taille (assez conséquente). Cela devenait vite un billet brouillon, où nous essayions d’aborder tous les sujets à la fois. Si l’on s’attache également à la compréhension du lecteur, la dernière formule est donc plus intéressante pour tout le monde. La rédaction de ces billets est devenue de plus en plus simple pour moi. J’ai pu développer au cours de ce projet des compétences en matière de rédaction web, mais également en matière d’adaptabilité au niveau des règles à suivre.

Après six années d’études, il est temps de mettre les voiles et de se confronter à la (dure ?) réalité du marché de l’emploi. Après ces années d’insouciances, il va falloir avoir les nerfs bien accrochés pour se faire une place au soleil. La recette : du courage, de l’abnégation, de la disponibilité et de la confiance. L’illustration ci-dessus est une photographie de mon CV. L’image reste sombre parce qu’à ce stade l’avenir reste assez flou. Le stylo est là pour rappeler que la suite reste à écrire. Après la période de stage, il sera mon visa vers d’autres univers. Travail ? Voyages ? En ce qui me concerne, probablement les deux.

Brice G.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B11, G7] Il était une fin…

Romain Gallon (15/12/2012)
Romain Gallon (15/12/2012)

Le moment est venu de faire le bilan, de synthétiser deux années du Master en moins de trois mille signes… Si je ne devais m’en tenir qu’à cette année, je dirais qu’il y a eu des hauts et des bas, comme dans toutes choses que l’on entreprend. D’abord, de nombreuses périodes de doutes, notamment sur mon avenir, sur “l’après-fac”. C’est encore aujourd’hui un peu flou, quelque part c’est tout à la fois assez excitant et assez “flippant”. Sur l’année en question, j’ai eu des incertitudes concernant le projet audiovisuel que nous devions réaliser. Tout d’abord, le fait qu’on nous annonce au départ que ce sera un documentaire sonore illustré d’images fixes. J’étais quelque peu déconcerté, peut-être même un peu déçu. Puis, au fur et à mesure que nous avons avancé dans le projet, j’ai découvert l’enjeu de cet exercice, le double sens de la lecture (ce que l’image pouvait apporter à l’écoute). Je crois pouvoir affirmer que nous avons pris du plaisir à réaliser ce documentaire. Je pense que cela peut se voir à la vue des premières images du web-documentaire. Je suis impatient de voir le résultat final, une fois que celui-ci sera mis en ligne.

Mais il n’y a pas eu que l’aspect technique au sein de cette formation… Le mémoire nous a également demandé beaucoup de temps. Après ces deux années où il nous a été demandé d’écrire deux dossiers de plus de vingt pages, je ne peux pas dire que je sois devenu un grand passionné. Et je suis vraiment reconnaissant qu’on ne nous ait pas demandé un dossier de plus de cent pages, j’en aurais été incapable… J’ai malgré tout pris beaucoup de plaisir à écrire la seconde partie ce mémoire, où je rentrais bien plus dans le sujet, avec l’analyse du film « Volem, rien foutre al païs », alors que jusqu’ici je ne faisais que relater l’histoire du film militant un peu rébarbatif…

Et puis il y a eu l’écriture de ces billets, qui est également un travail d’écriture, il fallait apprendre à synthétiser une pensée et être régulier dans sa mise en ligne (qui m’a parfois fait défaut). Je suis content de l’avoir fait, je ne sais pas encore quel sera le fruit de ce travail, il faudra un peu de temps, pour prendre du recul et en comprendre tous les aspects.

A la fin de cette semaine, ma scolarité va prendre fin, reste le stage sur Paris. Je vais travailler en tant qu’assistant de production au sein de la société Prendel Médias, de mi-avril jusqu’à fin août. Je vais devoir assister la productrice sur tous les projets audiovisuels en cours, également travailler un peu en post-production (montage de différentes séquences, dérushage de bandes vidéos, etc.) et mettre à jour leur site Internet qui n’est plus fonctionnel.

Ainsi, cette photo représente trois années de ma vie, durant lesquelles j’ai étudié au sein de cette faculté, le long chemin que j’entreprenais pour arriver à mon bâtiment. C’est désormais la fin d’une époque. J’ai hâte d’entreprendre cette nouvelle expérience, dans cette nouvelle ville que je ne connais pas encore, en somme, de prendre un nouveau départ… A moi de ne pas faire de… faux-départ…

Romain Gallon

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B10, G9] Flashback

Lucille Hunter (15/03/2013)
Lucille Hunter (15/03/2013)

À l’heure où nous terminons le montage de nos projets, je désire faire un saut dans le passé pour voir d’où nous sommes parties. Quand je jette un oeil à notre synopsis, je me rends compte que notre objet final n’y ressemble plus vraiment.

Notre séquence de trois minutes présente des photos des comédiens en répétition. Nous n’avons utilisé aucune photo provenant de l’extérieur. Les seuls sons que nous avons rajouté aux voix enregistrées sont des scènes de répétition et des pièces qui tombent sur le sol. Il n’est plus question de portes qui claquent, de tasses qui s’entrechoquent, de cafetière en plein travail… Dans le montage final, ces éléments n’avaient plus lieu d’être, et ce car l’organisation de notre séquence a changé. Les trois parties pensées au départ ne sont plus distinctes, ni dans le même ordre, ni complètement présentes, mais ce n’est pas une mauvaise chose. Il me semble que le décalage entre ce qui était écrit au départ et le résultat final fait partie intégrante de tout processus de création. Nous avons réussi à parler de ce qui nous intéressait vraiment (les rapports entre personnes, l’organisation de la troupe), et ce en choisissant de nous concentrer davantage sur les voix, et en laissant de côté la plupart des bruitages initialement prévus.

Ce montage photo représente mon analyse du chemin parcouru. Deux images se superposent, elles ont des points identiques, des objets qui n’ont pas bougé (le câble, le badge et les petits galets) ; des points communs, matérialisés par les objets qui ont été déplacés (l’ampoule, la pièce de 10 centimes) ; et des différences notables : certains objets ont disparu (la clé usb, le parapluie de cocktail), d’autres sont apparus (le stylo). Il s’agit du même projet, mais il a évolué. “L’ancien” est en noir et blanc car il symbolise le passé, “le nouveau” est en couleurs.

Lucille Hunter

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website