Archives de catégorie : Travail en scène (2012/13)

Billets d’étudiants en M2 de l’année 2012/2013

[B1, G6] Complétence

Titre du billet : néologisme issu de “complémentarité” (n.f.: caractère de ce qui est complémentaire) et “compétence” (n.f.: capacité dans une matière donnée).

Mercredi 19 septembre, 11h15, studio, premier cours de « Carnet de recherche » avec Blandine Schmidt, qui nous explique en quoi consistera la réalisation de nos billets pour le blog. Notre premier exercice : définir les compétences de l’un et de l’autre. Nous nous racontons notre parcours et dressons chacun de notre côté un tableau de nos compétences à tous les deux, puis confrontons les résultats. L’addition des deux donne l’équation suivante :

CAPUCINE

Parcours : c’est à Paris, sur l’île St Germain, que j’ai vécu les 16 premières années de ma vie. Habiter une petite île, un petit quartier, mais habiter aussi une grande capitale. Ma mère s’occupait du foyer, une femme juste et authentique qui ne parle pas beaucoup. Mon père travaillait et travaille tous les jours… je peux dire aujourd’hui par plaisir et envie. Il est architecte décorateur d’intérieur et sa vie c’est son métier. A 71 ans, il ne compte toujours pas s’arrêter.

Déjà toute petite je préférais être ailleurs que chez moi. Dans ce petit quartier sécurisé, avec tous les copains de l’école, nous faisions notre vie dans la rue. Mon intérêt premier était d’avoir des amis, de parler, de rencontrer des gens, de jouer. Nous organisions des grandes parties de cache-cache dans le quartier. Mes résultats scolaires n’étaient pas catastrophiques mais autant dire que je n’étais heureuse d’être à l’école que pour retrouver les autres. Plus les années ont passé plus je m’éparpillais. Il fallait que je touche à tout. J’ai vécu ma dernière année parisienne en classe de seconde dans le 7ème arrondissement. Ce fut l’anarchie totale : bien trop de choses s’offraient à moi et il était difficile, voire interdit pour mon entourage de me canaliser… j’ai donc redoublé ma seconde. Cet été-là nous avons déménagé à Angers, bref,  j’ai fait une dépression! Mais un certain intérêt pour la culture, la connaissance, s’est suscité en moi et m’a permis de me relever rapidement. J’ai donc fait une première et terminale Littéraire option lourde histoire des arts.

Depuis toute petite je voulais être journaliste. Je voulais que mon métier me permette de rencontrer, d’échanger de comprendre les gens… rapporter la parole des autres pour que tout le monde sache qu’il se passe ceci et cela à côté de chez nous ou à l’autre bout de monde. J’ai donc entamé une licence d’information-communication à Angers et me suis rapidement tourné vers l’audiovisuel. Avec ma caméra, je me suis tout de suite sentie très à l’aise. Depuis toute petite j’adorais filmer avec la caméra de mon père. C’est assez amusant de se rendre compte que petite je ne mettais pas en scène, j’observais, j’attendais que quelque chose de naturel arrive. J’essayais de faire en sorte que les autres oublient ma caméra. Je filmais les après-midi de mes frères cousins/cousines, en utilisant le tourner monter pour impressionner mon père lors de la diffusion devant toute la famille. Je me suis très rapidement rendu compte que le journalisme d’actualité n’était pas mon truc. Je voulais faire des documentaires, sur les hommes en particulier et sur les hommes en société. J’ai toujours été très attachée à la réalité des situations et des rapports entre les gens.

Qualités : spontanéité, curiosité, aime aller à la rencontre de l’autre et s’intéresser à ce qu’il fait, ce qu’il est, quel échange peut se créer. Tolérante, elle est néanmoins très attachée à défendre ses idées et à argumenter. Forte capacité à développer de l’enthousiasme et à le communiquer aux gens qui l’entourent, y compris dans un contexte de travail.

Défauts : trop sur la défensive, souvent à fleur de peau question sensibilité, sa spontanéité se traduit parfois par un emportement d’où découle une certaine confusion. Parfois brouillon, pas toujours ponctuelle, tendance à trop s’investir sur le plan émotionnel et ne pas parvenir à prendre du recul.

Compétences techniques : image, montage.

FLORENT

Parcours : si je devais me définir en un mot, je dirais “éclectisme”. Passionné de théâtre (à lire, écrire, mettre en scène et surtout jouer) depuis tout petit, je m’intéresse également à la musique, la littérature, le cinéma, et dessine un peu. Sur le plan familial, c’est dans le vignoble du Cognac que ça se passe, côté maternel je viens d’un clan de viticulteurs bouilleurs de crus (ceux qui distillent) et j’avoue que c’est au contact des vignes et de l’alambic familial que je puise mes ressources les plus profondes. Quant au père, il peint, dessine, grave, écrit, autres trucs, mais ça n’a jamais marché, faute à pas de chance et un tempérament rendant difficile le contact avec les autres. Mais je ne le vois que très peu. Pour ma part, je commence très tôt par la danse classique et la musique (violon puis piano) avant de découvrir à onze ans l’art dramatique qui sera une véritable vocation : la scène pour briller, la scène pour se soigner, les mots qui édifient, se donner à fond pour le public, qui souvent le rend bien.

Je grandis dans une famille recomposée étouffante dont je m’évade dès le lycée (jalousie du pseudo-beau-père, artiste raté qui ne supporte pas de me voir m’épanouir sur scène alors que lui y a échoué) pour trois années d’internat marquées par le rock, les belles amitiés et une géniale option théâtre, avant de m’orienter vers les classes préparatoires d’hypokhâgne et khâgne d’une part par indécision, pressions extérieures de ne pas gâcher un cursus marqué par d’excellents résultats scolaires, peur de me jeter aveuglément dans le monde du spectacle malgré le souhait indiscutable de devenir comédien ; d’autre part pour apprendre la rigueur au travail, gagner en culture g, et me constituer un pont-levis / porte de secours sur le CV.

Commencent alors cinq années d’études supérieures (pourtant jamais je n’aurais parié là-dessus !) qui passent par une licence d’aménagement du territoire – faute d’ouvertures possibles avec un deug d’histoire en poche, et également dans l’idée de voir une fois pour toutes si je peux oui ou non envisager une vie professionnelle en dehors du monde du spectacle… réponse : non. Et donc, l’entrée dans un master qui, je l’espère, me donnera accès au monde des intermittents sans crainte de m’y perdre. Néanmoins, mes quelques expériences de tournage professionnels me renvoient systématiquement à mes premiers rêves : mon objectif n°1 pour 2013 sera la classe libre du cours Florent.

Qualités : une bonne maîtrise de la langue française et un certain engouement pour l’acquisition de nouvelles connaissances quelles qu’elles soient. Malgré un caractère assez fantasque, sait faire preuve de sérieux et se montrer pragmatique. S’attache à prendre systématiquement du recul, volonté de ne pas trop prendre parti.

Défauts : un attachement à l’éclectisme qui peut résulter en un éparpillement préjudiciable, tendance à se laisser marcher sur les pieds, paresse occasionnelle, susceptibilité lorsqu’il se sent sous-estimé par un tiers, manque de ponctualité, scepticisme, pusillanimité. Timidité à l’oral, qui a cependant tendance à s’améliorer.

Compétences techniques : écriture, direction d’acteur, son.

L’utilité de ce répertoire de compétences est de nous permettre de déterminer nos forces et nos faiblesses, de voir en quoi on se complète, et ainsi anticiper le travail à deux.

–          La capacité de Capucine à communiquer son enthousiasme pour des sujets divers va être bénéfique à son collègue, et ainsi générer une motivation commune pour le sujet à traiter et pour le travail à deux en lui-même.

–          Bon équilibre pour ce qui est des tendances plutôt optimistes et engagées (Capucine) / pessimistes et aporétiques (Florent) qui permettent d’animer le débat, avec néanmoins un soin de tolérance commun aux deux pour s’assurer qu’il y a une écoute mutuelle.

–          Oral : bonne complémentarité, les prises de parole spontanées de Capucine permettent à Florent de prendre le temps de mettre en place ses idées et de rebondir sur les propos échangés.

–          Compétences techniques : 1+1=2 ?

–          Défauts communs : tendance à l’éparpillement, manie de chercher la petite bête qui peut découler sur une prise de tête et une perte de temps. Souci du perfectionnisme parfois handicapé par un manque de rigueur de Capucine ou une fainéantise passagère de Florent.

Fin de cette première séquence de travail. Florent passe sa main dans ses cheveux en affichant une moue dubitative, caractéristique de l’humeur du mec qui ne comprend pas vraiment sur quoi va s’axer notre travail d’écriture des billets. Il a peur que le principe d’observation de soi amène à un processus trop égocentré. Capucine rétorque avec son enthousiasme chronique que « mais non, c’est pas du narcissisme, t’inquiète ça va être drôle. » Nous tentons d’imaginer ce travail. Est-ce que, quand Florent passe sa main dans ses cheveux d’un air sceptique, Capucine doit relever et interpréter son attitude ? Doit-on observer nos faits et gestes pour ainsi comprendre notre façon de travailler, et donc l’avancée de notre recherche ? Nous imaginons alors que nous allons devoir nous épier et nous analyser. Mais sur quoi réellement ?

Pour commencer, on décide d’un commun accord d’écrire à deux, ce qui (on suppose) permettra une possible objectivité : à travers un ping-pong d’idées, l’observant devient observé et vice-versa, le propos est systématiquement analysé par la personne émettrice et la personne réceptrice, débattu à deux, avant d’aboutir à une conclusion satisfaisante (pour ne pas dire un compromis), ralliant nos deux points de vue. Ce qui nous amène à nous interroger sur l’opposition objectivité / subjectivité de l’observation. Blandine Schmidt nous propose de nous pencher sur le sujet.

Nos premières recherches se portent sur le principe d’objectivation participante théorisé par Pierre Bourdieu. Il explique le principe de réflexivité, qui consiste en une prise de conscience et en un examen approfondi de sa propre démarche scientifique. Le chercheur doit comprendre ses propres habitus pour objectiver sa relation à l’objet : « Par objectivation participante, j’entends l’objectivation du sujet de l’objectivation, du sujet analysant, bref, du chercheur lui-même, » explique Bourdieu lors d’une conférence donnée au Royal Anthropological Institute en 2000*. Cette méthode part de la notion de réflexivité, une démarche méthodologique en sociologie et en anthropologie consistant à appliquer les outils de l’analyse à son propre travail ou à sa propre réflexion et donc d’intégrer sa propre personne dans son sujet d’étude. Il s’agit donc d’être « à la fois sujet et objet, celui qui agit et celui qui, en quelque sorte, se regarde agir. »

*conférence de Pierre BOURDIEU retranscrite dans l’article L’objectivation participante, Actes de la recherche en sciences sociales, 2003, no 150, p. 43-58 : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/arss_0335-5322_2003_num_150_1_2770

Chocolat Chaud
“Chocolat chaud” (by Flo), illustre la complémentarité entre deux éléments aux propriétés différentes qui, ajoutés l’un à l’autre, donnent un résultat tirant profit du meilleur de chacun d’entre eux. 1+1=2.

Sur une suggestion de Franck Cormerais, nous nous sommes également penchés sur les profils psychologiques couramment associés à nos prénoms. Le résultat nous a semblé plutôt saisissant, dans la mesure où l’on s’y retrouve assez nettement :

Capucine vient du latin caput (= la tête), mais a Fleur pour sainte patronne. Les capucines sont en effet des fleurs rouges-orangées, dont le nom serait lui-même hérité du capuchon porté par les membres d’une branche religieuse issue des ordres mendiants de Saint François d’Assises : les Frères Mineurs Capucins.

Avec les Capucine, c’est souvent la politique du tout ou rien. Pour elles, la vie est une aventure perpétuelle, et elles ne manquent jamais d’enthousiasme. Hypersensibles, émotives, combattives, entêtées, fantasques, leur esprit est constamment en éveil et leur curiosité insatiable. S’intéressant fortement à l’humain, elles sont néanmoins de vraies individualistes : l’esprit de lutte est chez elles très présent, et elles se battent volontiers pour défendre leurs points de vue. La difficulté est de ne pas tomber dans une attitude de lutte permanente face à l’adversité, qui se trouve souvent être une figure d’autorité : en effet l’ordre établi, les hiérarchies et les conventions rebutent profondément les Capucine. Sans être nécessairement anarchistes, leur rapport à l’autorité est souvent chaotique, et elles préfèrent être marginales que de se conformer au moule. Néanmoins, elles aiment repousser constamment leurs limites, savent encaisser les coups et se relever de leurs échecs.

Florent vient du latin florens (= le florissant). On peut évoquer la ville de Florence, siège emblématique de la Renaissance italienne.

Les Florent sont de nature plutôt altruistes, sensibles, affables, rêveurs, parfois un peu secrets et timorés. Ils sont attirés par la beauté sous toutes ses formes, tandis que la violence et le désordre les révoltent. Ils ont l’esprit subtil, le goût du raffinement, fourmillent d’idées parfois assez fantasques – ce qui les fait souvent passer pour des originaux, voire des excentriques. On peut leur reprocher leur vanité, leur narcissisme dû à un constant besoin de plaire : ils attachent en effet un très grand prix à l’opinion des autres. Néanmoins, ils s’intéressent à l’humain, sont capables de charmer et savent se montrer à l’écoute des autres, au point de parfois se laisser marcher sur les pieds et montrer des difficultés à s’affirmer au sein d’un groupe. Leur plus grande peine est de décevoir les gens dont l’estime leur est chère ou d’être incompris de leur entourage, et ils ont besoin de se sentir approuvés et appréciés pour être heureux.

Et que donne une combinaison Capucine + Florent ?

A l’écoute l’un de l’autre, il est tout naturel qu’une forte complicité s’installe entre eux. Le calme et la tranquillité de Florent peuvent tempérer l’impulsivité de Capucine, tandis que l’enthousiasme et l’audace de celle-ci stimuleront son partenaire et l’aideront à assumer ses responsabilités. Florent ne doit cependant pas faire trop souvent preuve d’indécision ou de manque d’initiative, et ne pas se murer dans le silence en cas de contrariété. Son côté trop cérébral et raffiné peut déplaire à Capucine, et à l’inverse la combattivité parfois agressive de celle-ci peut le déstabiliser. Tout l’enjeu est de trouver le bon équilibre afin de rester autant que possible sur un pied d’égalité, et de cette façon nouer une amitié solide.

* profils des prénoms compilés à partir des sites http://www.signification-prenom.com et http://www.bebe-prenoms.com

Capucines rouge et jaune
capucines florissantes : nos deux prénoms réunis
[source : http://wikipedia.fr]
 A travers le carnet de recherche, nous allons donc observer nos processus de travail en commun, et pour aller plus loin, observer le collègue et soi-même autant que le résultat de notre collaboration. Ainsi, l’observation et écriture à deux constitueront le processus constructif de l’exercice.

Capucine Girard & Florent Poussard

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B1, G5] Deux plumes pour un billet…

Compétence“… Mais qu’est ce que cela veut dire ? Le dictionnaire nous explique que la compétence est « la capacité que possède une personne de porter un jugement de valeur dans un domaine dont elle a une connaissance approfondie ». A cela nous rajouterons que les qualités de chacune sont aussi des compétences à mettre à profit dans un travail d’équipe. Les défauts peuvent être des obstacles à la réussite d’un projet commun.

Tenir la plume à deux nous a d’emblée paru difficile. De ce fait, nous avons opté pour une répartition des tâches à accomplir. Le squelette du billet de recherche sera le fruit d’une réflexion partagée, mais la rédaction de ce dernier sera prise en charge seulement par l’une d’entre nous. Il s’agira d’alterner ce mode de travail pour chaque nouveau billet afin que chacune puisse rédiger sur une thématique donnée.

Notre méthode de travail consiste à mettre en communs nos aptitudes et réfléchir aux compétences et aux lacunes de chacune. Si nous avons choisit de travailler ensembles dans cet exercice de rédaction, c’est parce que nous nous connaissons bien et que nous avons l’habitude de partager nos compétences.

LAURA

Son parcours : après obtention d’un baccalauréat en sciences économiques et social, elle fait une première année de fac art du spectacle en option théâtre puis se dirige l’année d’après vers l’option cinéma. Découvrant ainsi le domaine dans lequel elle souhaite travailler, c’est dans cette voie qu’elle poursuit ses études qu’elle termine cette année en Master de Création, Production, Image à Bordeaux.

Ses passions : elle commence le piano à l’âge de 6 ans puis s’intéresse à la batterie avant de se consacrer à la guitare et au chant. Passionnée par la photographie, elle admire la beauté du corps. Une autre de ses passions s’inscrit dans sa soif de découverte, elle adore voyager. Australie, Europe et Canada elle a déjà traversé une bonne partie du globe.

« Laura est ouverte d’esprit et est dotée d’une joie de vivre exceptionnelle. Elle partage toujours son dynamisme et motive ses troupes. On la remarque et on ne l’oublie pas. Selon moi, elle ferait un très bon chef d’équipe ! En revanche, elle a parfois tendance à être excessive dans ses paroles et dans ses actes. Si on la connait bien, on passe facilement outre ce petit défaut. Elle peut s’emporter et craquer nerveusement mais elle n’est pas rancunière, les petits tracas sont très vite oubliés. Elle est faite pour le travail en équipe parce qu’elle est plus à l’aise lorsqu’elle est entourée, mais à condition que se soient avec des gens, comme elle, sérieux et motivés. Elle n’a pas de mal non plus à prendre des initiatives et à assumer les conséquences de ses actes, pas seulement dans le travail mais aussi dans sa vie privée. Enfin, c’est une véritable artiste. Elle est très douée dans tout ce qui relève de la création et c’est ce qui fait d’elle une personne polyvalente ».

SOPHIE

Son parcours : après obtention d’un baccalauréat Sciences Economiques et Social, elle pense trouver sa voie dans les Langues Etrangères Appliquées. Son grand intérêt pour l’information l’emmène à se réorienter en Dut Gestion de l’Information et du Document dans les Organisations. Grâce à cette formation elle fait des stages dans des grands quotidiens nationaux et régionaux tels Le Monde et le Sud Ouest. Elle intègre ensuite, une licence en journalisme pour enfin se consacrer à ce qui l’anime vraiment : l’image.

Ses passions : elle pratique depuis plusieurs années l’équitation. Elle est passionnée par tout ce qui est en rapport avec la nature et la vie animale, elle est d’ailleurs végétarienne. Elle fait de la musique et notamment du piano depuis longtemps. Ce qu’elle aime avant tout ce sont les voyages. L’Afrique, le Maroc, l’Europe et la Mongolie lui ont déjà dévoilé quelques secrets.

« Le charisme de Sophie est sans aucun doute l’un de ses principaux points forts. Débrouillarde et consciencieuse, elle est un réel atout au sein d’une équipe. Elle consacre une grande énergie dans les projets qu’elle entreprend. Sa détermination lui permettra, je pense, d’accéder à ses ambitions. Dotée d’une tchatche débordante, Sophie attire l’attention et l’envie de construire avec elle. Si son bagout lui permet souvent d’atteindre ses objectifs, elle doit cependant apprendre à le tempérer. C’est une personne cultivée et ses connaissances sont une plu value dans un travail de groupe mais également au quotidien. Son parcours de vie et notamment son enfance sur le continent africain lui ont permis d’acquérir certaines valeurs sur le plan humain qui sont, selon moi, indispensables et malheureusement peu développées chez certaines personnes ». 

Laura connaît Sophie, Sophie connaît Laura…

Nous avons à coeur de partager nos compétences pour mener à bien nos projets communs.  Nous pourrions facilement travailler ensemble dans un avenir professionnel proche.

L.J. et S.R.

Crédits photos :

Image à la une : J.Gabás Esteban

Portraits : Laura J., Sophie R., Montignac le 7 janvier 2012.

Sophie R. – 23 ans
Laura J. – 22 ans

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B1, G8] Détourner la page blanche

Aujourd’hui, 19 septembre 2012, nous devons commencer à écrire les billets pour le blog. De nombreuses questions se posent alors. Plus nous réfléchissons sur l’écriture du premier billet, plus les questions apparaissent. Que pouvons-nous écrire sur ce premier billet ? Travailler en groupe a ses avantages et ses inconvénients, et si au départ cela permet de se sentir épaulé face à la tâche à accomplir, petit à petit on se rend compte que cela s’avère tout de même délicat.

Nous voilà face à une page blanche et nous n’avons aucune idée de la façon dont nous pouvons lui faire face. Ecrire, oui, mais sur quoi exactement et par où commencer ?
Après réflexion, pourquoi ne pas justement utiliser cette difficulté et la transformer en point de départ.
Nous avons pour consigne de nous présenter mais nous ne parvenons pas à trouver les termes adéquats. Pourquoi ne pas alors retourner la situation à notre avantage et partir de cette contrainte pour finalement expliquer notre tâtonnement face à ce premier billet ?

Ce n’est pas tant le fait d’écrire quelque chose qui pourrait s’avérer mauvais qui nous bloquait mais plutôt le fait de devoir se lancer, de rédiger la première ligne.
En faisant des recherches, nous nous sommes aperçues que cela avait un nom : la leucosélophobie, évoquée par ailleurs dans Les Miscellanées de Mr Schott (1) lorsque ce dernier établit la liste des phobies.
Bien que nous ne pouvions pas réellement comparer notre difficulté à nous exprimer à deux à celle de l’écrivain, il est intéressant de s’apercevoir que celle-ci est analysée sérieusement par Christian Bégin qui met en avant des méthodes de concentration (2) et F. Talbot entres autres.

Nous étions, au départ, dans le flou total, ne comprenant pas exactement ce qu’on attendait de nous, où nous devions aller etc. Nous avons alors décidé de procéder étape par étape. Tout d’abord, pour se connaître mieux l’une et l’autre, nous avons énoncé nos compétences respectives, aussi bien techniques que littéraires. Nous avons remarqué que finalement, même si nos parcours étaient différents, nous avons la même façon de travailler et que, peut-être, nos compétences se compléteraient assez bien.
En effet, selon nos parcours, nous avons toutes les deux été amenées à mettre en avant nos capacités de rédaction : Lisa en ce qui concerne l’écriture de scénarios et de nouvelles, et Lauriane pour des articles journalistiques.
Ainsi, nos approches sont différentes mais dans un sens cela nous permet d’aborder différemment les choses et au final notre travail en est enrichi.
De plus, nous préférons toutes les deux travailler en amont afin d’éviter le plus possible de travailler dans l’urgence.

Mais cela ne nous donnait pas pour autant matière à écrire sur le processus créatif. En effet, nous nous sommes rapidement rendues compte que nous buttions sur le fait d’écrire à quatre mains. Comment faire ? Que devons-nous écrire et sur quel ton ? Quel angle adopter ? Devons-nous écrire ensemble ou séparément ? Beaucoup de questions donc où nous n’avons pas franchement trouvé de réponse.

Nous ne savions pas comment évoquer ce que l’une et l’autre pouvaient ressentir en associant le « je » et le « nous » dans un même article sans avoir à identifier à chaque fois laquelle de nous deux s’exprimait.
Nous avons donc pris le parti de rédiger chacune de notre côté nos ressentis pour ensuite les imbriquer afin d’en ressortir un article qui puise dans nos ressentis respectifs.
Nous mettons donc en commun une fois réunies afin qu’aucune de nous ne soit lésée mais surtout dans le but de pouvoir donner chacune notre avis sur les travaux de l’autre et faire en sorte qu’ils puissent se combiner. Finalement, en se réunissant, nous avons remarqué que nos ressentis étaient similaires. Il était aisé de faire un mélange de nos textes. Nous avons alors décidé d’employer le “nous”, au moins pour ce premier article, et de décrire notre cheminement face à cette page blanche.

Le second article sera probablement plus facile à rédiger car nous en saurons davantage sur le thème que nous souhaitons aborder concernant notre web-documentaire.
Toutes les réflexions concernant l’angle d’attaque, mais également la rencontre avec les différents intervenants ainsi que nos recherches sur le thème retenu nous permettrons de pouvoir nous reposer sur des idées plus concrètes et il sera alors peut-être plus facile de pouvoir prendre du recul afin d’analyser nos démarches.

Le travail d’équipe ou l’imbrication des savoir-faire (4)

Le fait de pouvoir travailler à deux est nécessairement un plus. D’une part, on se sent plus forte face aux difficultés. Mais on a également la possibilité de combiner des compétences permettant à notre travail d’évoluer. Cela nous permet d’avoir plus de recul vis-à-vis de notre démarche car nous sommes amenées à évaluer notre travail mais également celui de notre binôme.

Laurianne et Lisa

(1) Schott B., Les Miscellanées de Mr Schott, Paris, Allia, 2005

(2) Bégin C., Mieux vivre sa période de rédaction, Site web de l’UQAM, 1999, Disponible sur : http://www.vie-etudiante.uqam.ca/orientation/Pages/mieuxvivresaperiodederedaction.aspx (Dernière consultation octobre 2012)

(3) Talbot F., “Les défis du contexte de rédaction”, Vies-à-vies. Bulletin du Service d’orientation et de consultation psychologique, Université de Montréal, vol. 15, n° 3, 2003

(4) Source photo : http://www.ysoria.com/pages/ava_collab.php

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B1, G9] Un projet, deux profils

Faire de nos parcours complémentaires un atout pour la création

L’exercice de distanciation demandé pour la rédaction de billets nous semble délicat. L’auto-analyse, oui, mais comment concrètement se positionner ? Au fil des discussions, nous nous rendons compte qu’aucune d’entre nous ne porte ce travail dans son coeur. Il est donc particulièrement difficile de s’y mettre… de bon coeur. Essayons.

Nous avons deux parcours différents. Nous avons toutes deux commencé par un bac littéraire, puis l’une de nous a effectué un BTS audiovisuel option montage puis une licence professionnelle documentation audiovisuelle avant d’intégrer le master CPI. L’autre a entrepris des études littéraires jusqu’à l’obtention d’une maîtrise pour intégrer ensuite la formation en master 1. Native de Montpellier, Mariane est passée par Lyon et Lille avant d’arriver à Bordeaux. Originaire du Nord de la France, Lucille a débuté ses études à Lille. A l’issue de ces quatre années, elle a décidé de changer de parcours et d’environnement.

Nous devons parler de nos compétences. Qu’attend-on de nous ? Si l’on cherche une définition, la compétence est la “Capacité que possède une personne de porter un jugement de valeur dans un domaine dont elle a une connaissance approfondie”(1). Essayons.

Forte de son expérience professionalisante, Mariane a d’abord un profil technique qui lui permet de se sentir à l’aise dans la réalisation de produits audiovisuels, qu’il s’agisse du tournage ou du montage, et a un goût prononcé pour l’image. Il se dégage du parcours de Lucille une sensibilité particulière pour l’écriture, la réflexion et la création. La première année de master nous a permis de nous familiariser avec tous les outils existants pour la mise en œuvre d’un projet artistique et de découvrir les aspects qui nous étaient jusqu’alors respectivement inconnus dans la chaîne de fabrication d’un objet audiovisuel. Ainsi nous estimons que nos profils sont relativement complémentaires, l’une étant plus axée sur la technique et l’autre plus sur la rédaction, la recherche. Nous pensons que la figure emblématique de la philosophie chinoise, à savoir le yin et le yang,  représente bien notre  complémentarité.
Pour l’écriture de ces billets, nous décidons ensemble du sujet sur lequel ils vont porter, puis nous écrivons une première ébauche et retouchons tour à tour en fonction des idées supplémentaires qui nous viennent et des retours qui nous sont faits, en nous prévenant à chaque fois qu’une modification est effectuée, et en utilisant la plateforme de partage de google documents.

L’année dernière, nous avons réalisé des épisodes de fiction. Cette année, le travail se concentre sur l’écriture et la réalisation documentaire. Nous allons suivre une troupe de théâtre dans sa réflexion sur le travail en nous interrogeant nous-mêmes sur leur travail. Nous allons devoir mobiliser nos compétences et en développer de nouvelles pour mener à bien le webdocumentaire.

Nous pensons d’abord observer  la troupe de théâtre, leur mode de travail, les relations internes, puis à l’issue de notre rencontre avec ces personnes, nous mènerons des entretiens pour mieux cerner leurs relations, les comprendre. Nous discuterons avec la troupe,  au sein du groupe et retranscrirons nos nouvelles connaissances, traces écrites pour la mémoire. Nous analyserons le résultat de nos recherches sur le terrain, effectuerons des recherches bibliographiques, nous chercherons ce qu’en pensent les spécialistes. Nous pensons ensuite rédiger une première version, fruit de nos recherches, puis la remettre en question, nous demander si cela correspond  à ce que nous voulons mettre à l’image. Nous tâcherons de prendre de la distance, du recul, pour nous rendre compte de nos erreurs, de nos maladresses, avant de réécrire.

Nous ne savons pas encore si nous suivrons exactement cette méthode mais c’est ainsi que nous l’imaginons à ce stade. En effet nous allons observer du vivant en réflexion, qui est susceptible de changer et de nous amener à changer à notre tour. Ce travail est nouveau pour chacune de nous.

Lucille et Mariane

Le yin et le yang symbolisent les deux catégories complémentaires que l'on retrouve dans tous les aspects de la vie et de l'univers.

Le yin et le yang est un symbole de la philosophie chinoise qui représente les deux catégories complémentaires que l’on retrouve dans tous les aspects de la vie et de l’univers. (Google Image http://www.texample.net/media/tikz/examples/PNG/yin-and-yang.png)

(1) Trésor de la Langue Française, Compétence, subst. fém. [http://atilf.atilf.fr/tlf.htm] dernière consultation le 8.10.12 à 12h58.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

Mon expérience de membre d’un jury de festival

Comment fonctionne un jury de festival de cinéma ?

Lors de la première édition du Festival International du Film Indépendant de Bordeaux (FIFIB), les organisateurs ont eu l’idée de doubler le jury composé de professionnels du cinéma par un jury étudiant, (dont j’ai fait partie). Ce dernier était composé de six membres, tous au parcours scolaire différents, allant de science politique, aux écoles de commerce, ainsi que du droit d’auteur.

Comment se déroule un festival du film du point de vue d’un jury ? Nous étions conviés à être présent à chaque séance de l’après-midi, en effet les films en compétition, au total huit, sont programmés deux fois par jour dans l’après-midi. ainsi nous avons pu voir en exclusivité une sélection de huit films dont Antiviral, Rengaine, L un film grec, Gimme the loot etc…

L’avantage d’être membre d’un jury est de voir les films avant même leur sortie en salle, et ainsi ne pas avoir encore entendu de critiques ou d’autres point de vue, et avoir un œil neuf pour le visionnage.  Cette exclusivité est à juste titre évoquée par la présidente du jury de festival international du film indépendant de Bordeaux, qui n’est autre que l’actrice Française Nathalie Baye.

J’aime bien ne pas trop savoir, arriver le plus vierge possible devant une œuvre. Moins on est averti, mieux c’est,  à mon avis. Je n’aime pas beaucoup le mot de « critique », qui dégage du négatif, comme si on allait surtout s’appesantir sur ce qu’on n’aime pas.
Extrait de l’interview réalisé par Sophie Avon pour Sud Ouest (article en ligne à cette adresse:
http://www.sudouest.fr/2012/09/30/je-suis-la-pour-voir-et-etre-juste-835707-2780.php)

Ainsi l’emploi du temps d’un jury de festival consiste à visionner tous les films en compétition, puis en discutant aussi longtemps que le film à duré. en effet à chaque fin de journée nous nous installions ensemble pour parler des films, pour évoquer nos différents point de vue, nos interprétations etc…

A la suite de ces huit séances nous avons dû procéder à un choix très difficile à savoir donner un prix à un seul film. Mais sur quels critères choisir le lauréat ? Est-ce que le lauréat serait un film que l’on conseillera à notre entourage ? Est-ce qu’il faut se baser sur le scénario, sur le message du film, ou au contraire sur l’image, et la technique ? Faut-il privilégier un film léger qui nous fait rire ou à l’inverse un film intellectuel qui nous à fait réfléchir dès notre sortie de la salle ? Doit-on aussi voter en fonction des difficultés rencontrées par l’équipe technique, comme notamment pour Rengaine, un long métrage tourné sur neuf années avec aucun soutien car aucun scénario avec des acteurs non professionnels.

Suite à un premier vote pour lequel nous devions présélectionner deux films, nous avons débattu longuement pour faire connaitre notre arguments, nos choix, nos visions. Sur les huit films en compétition, deux ont reçu de notre part un grand nombre de voix par rapport aux autres. Puis sur deux présélectionnés nous avons voté à main levée pour finir par n’en choisir qu’un.

Je sors de cette semaine assez hors norme, encore plus épanouie et grandie, et surtout encore plus persuadée que ce milieu du cinéma est un monde qui m’attire et me fascine plus que tout.

 

Mariane P.

 

 

Affiche du Festival International du Film Indépendant de Bordeaux

FIFIB, tous droits réservés

 

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website