Archives de catégorie : Travail en scène (2012/13)

Billets d’étudiants en M2 de l’année 2012/2013

[B2, G6] Deux points de vue, mais un seul texte

Alors que nous essuyons à l’antiseptique les bosses et bleus dont souffrent nos méninges suite à un virulent pugilat cognitif, nous vient à l’esprit l’idée de construire ce billet de la façon suivante : commencer par le résultat de notre pugilat, à savoir la première version de note d’intention commune pour notre web-documentaire, puis présenter étapes par étapes le processus que l’on a mis progressivement en place, les obstacles rencontrés et plus ou moins franchis. Cette épouvantable idée de pastiche d’écriture lovecraftienne nous apparaît comme une illumination soudaine, tandis que mes doigts fusent provisoirement sur le clavier AZERTY et que ma consœur me ressert une tasse de son grog maison non-alcoolisé parfum miel / citron. Ecrire en commençant par la fin, faire comprendre par petites touches la lente élucubration qui amène à la situation présentée dès le début : la naissance d’une note d’intention.

Ce pourrait être un courant électrique entre les deux bornes d’une pile, qui fuse en permanence, mais dont la polarité des bornes s’inverserait sans arrêt, de sorte que le courant effectue des allers-retours, se voyant greffer des éléments supplémentaires à chaque passage. Notre thème : Aliénation et souffrance au travail. Nous nous retrouvons donc réellement confrontés à la question de l’écriture à deux avec cet exercice de la note d’intention. Nous devons donc écrire une note d’intention, donc un texte qui demande un investissement personnel, mais à deux. Difficulté qui relève de l’antilogie : écrire à deux mains un texte qui est censé contenir un point de vue et une intention personnels. Le résultat, d’ailleurs, n’est pas vraiment probant, mais qu’importe, on peut toujours réécrire. L’essentiel était de parvenir tant bien que mal à s’accorder… et quoi ? Vous seriez intéressé par la lecture de cette fameuse note d’intention dont on ne fait que parler depuis tout à l’heure ? Non, non, on ne la montrera pas, d’abord parce que le billet serait beaucoup trop long, en suite parce qu’elle est encore bien trop inachevée… ce qui laisse présager d’autres pugilats cognitifs.

deux points de vue, une seule note d’intention… conflit?
[by Flo]

Bon, tout de même, on va bien écrire quelque chose. Avant de rédiger le un à deux, et vu qu’on n’arrivait vraiment pas à se mettre d’accord (B8, porte-avions coulé ! D’accord, j’achète la rue de la Paix. Brelan de dames ? Très bien, ma tour mange ton fou), on a convenu de rédiger au préalable une note d’intention chacun, afin de coucher par écrit nos idées respectives et d’avoir ainsi un support pour débattre plus efficacement. Retranscrivons donc un extrait de ces notes individuelles – par souci de lisibilité du billet nous avons employé un code couleur pathétiquement stéréotypé : du rouge pour Capucine, du bleu pour Florent.

NOTE D’INTENTION DE CAPUCINE

Pourquoi, finalement ce thème de l’aliénation pour ce web documentaire sur le travail ?

Ayant moi-même souvent travaillé durant mes études, je peux dire que le cadre des « contrats étudiants » est un cadre parfait pour l’abus. Nous consentons directement à ce principe: « je n’ai pas le choix, c’est un boulot d’appoint, je ne ferai pas ma vie ici, j’ai déjà de la chance d’avoir ce boulot. » Si je fais la moindre erreur, si je me plains, si je demande, si je m’exprime, alors ils disent facilement et ouvertement « d’autres sont prêt à prendre votre place. » C’est le chantage. C’est maintenant que le « patron » peut mettre en place et obtenir de nous ce qu’il veut. Nous pouvons commencer la liste : je me fais gronder comme une enfant, humilier devant un client, épier par les caméras de surveillance, je travaille souvent sans savoir pourquoi ou pire encore contre mes convictions, rien n’a de sens et quand je questionne, je passe pour quelqu’un d’ingérable avec qui on ne peut continuer de travailler. Heures supplémentaires non payées, sur-utilisation des avertissements pour un oui ou pour un non, sélection subjective, délit de faciès. Et lorsqu’un dirigeant arrive à monter ses salariés les uns contre les autres, il a gagné beaucoup : rupture de la confiance, de la connivence, du dialogue entre les salariés, tout le monde se méfie. Il y a aussi le harcèlement managérial. La pression des patrons sur les managers, ces derniers étant aussi salariés : appels en plein milieu de la nuit pour rendre des comptes, pourquoi tel salarié a fait telle erreur ? Il y a alors dénonciation de ses collègues puisque lui aussi vit la même pression que nous, il doit garder son travail. Sous-effectif : un salarié se retrouve à faire le travail de plusieurs. Ou sur-effectif à l’embauche pour pouvoir garder les meilleurs ou les plus soumis. A partir du moment où j’ai senti que le sort était jeté et qu’il voulait se débarrasser de moi, il se passe ceci : on isole, on humilie, on ignore, on donne du travail inutile, des objectifs irréalisables ou encore dégradants. Cela dépend des jours. Je détecte un jeu : comment va-elle réagir si j’agis comme ça ou comme ça ? Il prend plaisir. Une réalité. Ah oui, un détail, je travaille dans la grande distribution pour payer mes études. 

Dessin issu des manifestations de mai 68 (2)

NOTE D’INTENTION DE FLORENT

La première question que je me suis posé, c’est : ai-je moi-même déjà vécu une expérience de souffrance au travail ? Je passerai le thème de l’école, où selon moi les « bons » élèves sont plus marginalisés que les « mauvais » par le système de compétition (l’ostracisme de la part de la classe dominante, celle des adultes, est moins frustrant que celui venant des autres élèves, la classe à laquelle on appartient). Bon, mais en dehors du système scolaire, que ce soit dans des travaux agricoles ou sur des tournages, j’ai toujours eu aussi bien des patrons aussi bien excellents qu’exécrables. Exécrables, mais cependant réglementaires : on pouvait me crier dessus parce que j’étais incompétent, néanmoins je n’étais pas exploité, parce qu’on ne m’a rien demandé qui ne soit pas conforme au contrat, c’est-à-dire des heures supplémentaires non payées en masse, des tâches inexpliquées voire irréalisables. Pour avoir fréquenté le milieu ouvrier, nous étions tous d’accord sur la pénibilité du travail, néanmoins tant qu’on est payé conformément aux heures travaillées et sans stress inutile, on ne se plaint pas de notre sort, d’autant plus qu’il y a la satisfaction de se servir de son corps comme d’un outil de travail : fierté musculaire. En régie sur des tournages, mieux vaut en revanche ne pas compter les heures supplémentaires non payées pour éviter de déprimer, et accepter de se voir confier des missions improbables apportant un maximum de pression. Expérience par conséquent difficile, mais c’est un métier dans lequel on sait à l’avance que l’on va subir de multiples imprévus, condition que l’on accepte implicitement en signant le contrat.

Pour des cas d’un salarié en grande entreprise, en revanche, c’est différent (sans l’avoir directement vécu, j’en ai eu divers témoignages). Souvent ce sont des contrats qui promettent l’épanouissement, et la réalité est l’exacte opposée : heures supplémentaires non payées, tâches ingrates injustifiées, surdité apparente du management… le salarié se sent progressivement isolé, incompris, acculé. Il y a aliénation dans la mesure où l’employé n’a plus aucune motivation à travailler sinon la paie, ne sait plus pourquoi il travaille, est stressé en permanence, craint d’être mis à l’écart puis éjecté du système, sans recours. « Lâcheté, indigence, manque de responsabilité managériale » ainsi que le rapporte la lettre ouverte écrite en 2009 par Rémy L. (3) à la direction de France Télécom, entreprise pour laquelle il travaillait avant d’avoir recours au suicide. Le sentiment dominant selon ses propres mots : « ferme ta gueule et écrase. »

Une seule fois je dirais j’ai connu une véritable frustration au travail. J’étais régisseur / chauffeur de production sur une série jeunesse, et les acteurs principaux – enfants de la balle, plus jeunes que moi – avaient compris que j’aspirais à devenir comédien. Lorsque des tensions apparurent entre le réalisateur (avec qui ils étaient amis) et la production (dont j’étais proche), ils se firent un malin plaisir de m’humilier en m’envoyant à la figure que eux étaient les acteurs auxquels on ferait honneur, et moi pas, simple anonyme réduit à un rôle de serviteur. Intérieurement j’enrageais, mais sur le moment que pouvais-je dire ? Il n’y a rien de plus blessant que la vérité, et ils avaient raison. Pourtant c’est injuste : ils n’étaient pas là parce qu’ils avaient travaillé pour y être, mais parce que leurs parents les avaient introduits dans le réseau dès leur plus jeune âge. Injustice est mère de souffrance, et il est pour moi important d’évoquer les frustrations liées au piston des autres (pour des liens de sang ou d’oreiller, soit rien de professionnel), histoire de ne pas trop me sentir embourbé dans le « ferme ta gueule et écrase. »

* * *

Nous avions pu avec l’écriture du premier billet nous rendre compte de quelle façon nos textes communs prenaient vie. Nous décidons alors d’enregistrer notre discussion afin d’observer comment le dialogue peut donner naissance à un texte commun, et de conserver un support d’idées qui, à la deuxième écoute, nous permet de sélectionner les idées les plus cohérentes. Il était intéressant de constater que, alors que nos premières discussion étaient passablement virulentes, après avoir pris la décision de chacun rédiger une note d’intention individuelle et la confronter à celle de l’autre, le débat était beaucoup plus fluide, car on avait un support sur lequel s’appuyer et la confirmation écrite que, en fin de compte, nous avons plusieurs idées en commun.

Nous pouvons également constater, par rapport au premier billet où nous avions évoqués nos principaux traits de caractères, nos divergences et notre compatibilité, que si bons nombres de points sont conformes à ce que nous avions énoncé, il y a cependant des évolutions : Florent qui dans le premier billet se caractérisait par sa tendance à se laisser marcher sur les pieds, se montre au contraire combatif. Il tient à faire entendre sa voix — possibilité cependant qu’il n’exploite à fond que parce qu’il se sent en confiance avec Capucine, toujours réceptive, curieuse et tolérante. Néanmoins sa tendance comme il le disait à la fainéantise occasionnelle persiste, liée à un sentiment passager de « à quoi bon », issu d’un côté lunatique. Capucine l’encourage (souvent en employant la provocation) aux lectures personnelles à vocation thérapeutique, et de fait la découverte d’oeuvres de Dolto participe à ces sautes d’humeur, de même que la lecture de Lolita de Nabokov qui secoue un peu. Il est important de souligner que Capucine se montre patiente et compréhensive envers son bouillonnant collègue. De son côté Florent tend à canaliser les idées parfois embrouillées de Capucine et la pousse à mieux développer ses idées de façon cohérente et lisible, et il constate que les progrès se font petit à petit.

et donc, pour finir, on a pu écrire en bonne coopération, hache de guerre enterrée!
[by Flo]
Capucine Girard & Florent Poussard

___________________________________________________

1. Définition CNRTL aliénation : http://www.cnrtl.fr/definition/alienation

2. Source image mai 68 : http://forum.hardware.fr/hfr/Discussions/politique/autogestion-pratique-phalansteres-sujet_87775_1.htm

3. Lettre de Rémy L. à France Télécom : http://psychotherapeute.wordpress.com/2011/04/28/stress-au-travail-voici-la-lettre-requisitoire-de-remy-l-lemploye-de-france-telecom-qui-sest-suicide-ce-mardi/, la lettre est visible ici : http://www.mediapart.fr/files/lettreouverte.pdf (citation : page 6)

 

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B2, G7] Mise en lumière

C’est parti, le top départ du web documentaire a été donné ! Pour que vous compreniez bien de quoi il s’agit, commençons par vous expliquer l’essence même du projet. Frederic El Kaim est un metteur en scène bordelais. Il a à son actif plusieurs pièces de théâtre, dont certaines ont connu un certain succès. Son dernier projet, tout particulier, traite d’un sujet très polémique et s’inscrit dans l’actualité. Sa pièce s’appelle « Les Nouveaux Barbares » et met en lumière les relations houleuses et les malaises au travail. Il nous a donc été demandé de suivre l’équipe d’acteurs et techniciens sur la préparation de cette pièce qui devra être présentée courant avril 2013. A nous de réaliser un web documentaire autour de ce projet.

Des contraintes, dans toute entreprise collective, il y en a forcément. C »est bien une chose que nous avons compris dans ce projet. Pourtant, nous pensions être libres de nos choix sur la totalité de la réalisation. C’est finalement, avec un peu de déception, il faut le reconnaître, qu’il nous a été imposé un certain nombre de paramètres. Ce n’est pas tant dans le fond, mais bien sur la forme et les moyens mis en place qui nous semblaient trop limitées et nous ne donnaient pas entière satisfaction… Nous faisons référence, notamment, à l’utilisation d’images fixes et de sons pour illustrer les interventions de nos témoins. Ces derniers seront les personnes que nous allons interroger, faisant partie intégrante du projet théâtral. En effet, venant tout deux de l’univers de la vidéo, nous pensons beaucoup plus en terme d’images animées et nous ne sommes pas forcément férus de diaporamas photos sur fonds sonores. On trouvait effectivement que la vidéo méritait une plus grande place dans le web documentaire. Soit, la déception digérée, nous nous sommes penchés sur les différents web documentaires que l’on peut trouver sur Internet. Ce format, nous le connaissons déjà tout les deux pour nous y être intéressé à titre personnel.

Un premier point frappant, lorsque l’on regarde ces web-documentaires, réside dans leur originalité, notamment dans la forme employée. Chacun semble unique, indépendant, où l’interactivité avec l’internaute est primordiale, ou du moins fait partie intégrante du concept. Il nous semblait alors compliqué, rien qu’avec du son, de tenir en haleine le spectateur, qui a tendance à zapper rapidement les programmes qui ne l’intéressent pas. Nous avons très vite changé de point de vue en prenant soin de regarder, sur le site internet du Monde, le web-documentaire « Le corps incarcéré« , suggéré par notre équipe pédagogique. Un web-documentaire poignant, bouleversant, qui, par de simples témoignages sonores et l’utilisation à bon escient d’images fixes, nous accroche jusqu’au bout, sans qu’on s’aperçoive que les 20 minutes du documentaire sont écoulées… C’est véritablement à ce moment précis, par la force que dégageait ce documentaire, que nous avons réalisé l’essence même du projet et sa véritable valeur. Il nous est alors apparu évident qu’il fallait prendre modèle sur ce documentaire en essayant au maximum d’utiliser des images qui parlent d’elles-même et qui auront autant de signification que si elles étaient animées.

Pour notre web-documentaire sur le théâtre et le travail, nous avons décidé d’élargir le thème aux professions de l’ombre, ceux que l’on ne voit pas sur scène mais qui permettent au spectacle de voir le jour. Par ce sujet, nous entendons faire comprendre que le jeu des acteurs ne suffit pas à lui seul pour la réussite d’un projet. C’est par un travail en étroite collaboration entre artistes et techniciens que réside la réussite de celui-ci, qui se veut être collectif. Il nous semblait alors intéressant de se focaliser sur un métier en particulier, celui de l’éclairagiste. Quelle est véritablement sa fonction ? Est-elle indispensable ? Naturellement, nous avons voulu faire le rapprochement avec le domaine du cinéma et son directeur photo. Ont-ils les mêmes fonctions ? Un éclairagiste au théâtre peut-il devenir directeur photo sur un tournage cinématographique professionnel ? Autant de questions qui nous semblent intéressant de traiter pour connaître les rouages d’un métier qui, paradoxalement, n’est pas assez mis en lumière…

Romain Gallon et Brice G.

Photo par Brice Gouronnec pour SURF FM Magazine, Aout 2010, Éclairagiste en action pendant le festival des Vieilles Charrues 2010.

Photo à la une : Le feu tricolore permet à l’automobiliste de circuler. L’éclairagiste de théâtre est assez similaire, il montre la voie, fixe des règles, donne la parole aux acteurs. Photo de masochismtango sur Flickr

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B2, G8] Aller à l’essentiel

Notre travail concernant la pièce de théâtre de Frédéric El Kaim commence à prendre une tournure plus concrète. En effet, après avoir établi l’ensemble des thèmes qui pourraient se rapporter à la conception de cette pièce, chaque groupe a choisi le sujet qui l’inspirait le plus.

Pour être plus précises, nous avions comme thème général pour ce webdocumentaire « le travail ». Il nous fallait ensuite trouver des sous-thèmes, cinq pour être exact. À partir du dossier de production de la pièce et de l’intervention du metteur en scène lors de nos cours, nous avons relevé de grands mots, des éléments qui ont retenu notre attention et qui pourraient être des sous-thèmes. Par la suite, nous avons débattu et retenu finalement cinq thèmes et un thème annexe. Nous nous sommes répartis par groupe les sous-thèmes selon ce qui nous plaisait.

Deux thèmes avaient retenu notre attention (Lauriane et Lisa), celui de la soumission invisible d’une part et  celui de la censure/autocensure. La soumission au travail est le thème du mémoire de Lisa et c’est un sujet captivant car il s’agit de décrypter les liens inconscients et invisibles de domination entre les membres d’une même équipe. Le metteur en scène qualifie d’ailleurs sa compagnie d’une équipe où tout le monde est sur le même plan, pas de domination d’un membre en particulier. Ainsi, il serait intéressant de voir si c’est vraiment le cas ou si c’est une illusion.

Le deuxième thème nous plaisait également car, lors de notre première rencontre avec Frédéric El Kaim, celui-ci avait évoqué le fait qu’il avait dû faire des concessions car sa pièce ne semble pas du goût de tout le monde, étant donné son propos : la violence et la souffrance au travail.

Au moment de choisir notre thème nous n’avons pas été assez rapides pour « décrocher » celui de la soumission, nous nous sommes alors positionnées sur celui de la censure. Nous n’avons pas été déçues pour autant car en y réfléchissant, nous nous sommes aperçues que nous aurions eu des difficultés à montrer ce que nous voulions par le format “diaporama” de ce webdocumentaire, qui plus est en seulement trois minutes.

Plus tard, nous nous sommes tous rendus compte que nos thèmes étaient liés. On peut trouver un ordre dans nos épisodes sans difficulté. Nous en avons finalement retenu un provisoirement. Ainsi, nous allons pouvoir travailler aussi bien avec Capucine et Florent dont le thème est la souffrance au travail qu’avec les autres groupes.

Il nous a ensuite été demandé de faire une ébauche de synopsis et de trouver des mots clés à partir de notre thématique.
Une fois de plus nous avons toutes les deux fait nos recherches chacun de son côté, avant de mettre en commun, et encore une fois cela nous a semblé une bonne méthode car chacune de nous a trouvé des éléments auxquels l’autre n’avait pas pensé.

Par ailleurs, nous sommes même allées trop loin, étant donné que le but est de réaliser un documentaire de 3 minutes, nous nous devons de recentrer nos questionnements afin d’aller à l’essentiel. Ce qui nous a posé quelques problèmes car nous ne savions pas quoi enlever.

Difficulté de parvenir à une version satisfaisante. En fonction des attentes de chacun et de nos propres convictions, les brouillons se multiplient…

Tout nous intéressait et tout paraissait se combiner. Mais nous devons garder à l’esprit que les propos recueillis seront illustrés seulement par des photographies et que nous n’aurons pas accès à tout. Par exemple le contenu des vidéos diffusées avant et pendant la représentation nous intéressait mais nous avons appris que nous n’aurons pas accès à ces dernières. C’est dommage mais dans un sens cela nous permet aussi de nous rendre compte que nous devons nous débrouiller avec les données qui sont mises à notre disposition. Cela ne va sans doute pas être facile mais travailler avec des contraintes peut s’avérer formateur surtout que nous y serons sans doute confrontées dans nos projets professionnels futurs. De plus, dans ce cas précis, cela nous a permis d’éliminer un de nos questionnement.

D’ailleurs, le fait d’avoir pu appréhender ce que pouvait être un documentaire illustré par des photographies, grâce aux exercices sur Klynt lors du cours avec Emmanuel Quillet et également celui de François Vaillant, nous a permis d’y voir plus clair et de nous rendre compte de l’importance du montage sonore et de son illustration.

Nous avions en tête quelque chose d’abstrait et un peu incongru dans l’univers de l’audiovisuel. Mais grâce notamment au Corps incarcéré, nous avons été rassurées car nous avions un “modèle” de la demande qui a d’ailleurs un très bon rendu. L’effet “diaporama” nous faisait un peu peur mais dans ce cas, cet effet passe très bien. Il n’y a pas forcément besoin de plus et le son est mis encore plus en valeur. Il faut espérer que notre webdocumentaire aura un aussi bon rendu.

Quoi qu’il en soit, nous avons remarqué que nous avions une grande liberté vis à vis du montage des images illustrant la bande sonore et que c’est en partie grâce à celles-ci que nous pourrons exprimer notre point de vue et le faire comprendre aux spectateurs. Mais c’est également là que réside la difficulté : arriver à faire passer un message tout en respectant la parole des intervenants et en essayant d’être inventif.

Il faut donc que nous nous mettions à réfléchir à ce que nous souhaitons mettre en avant dans notre webdocumentaire mais également aux questionnements qui résultent de notre thématique.

Un metteur en scène se fixe-t-il lui même des limites lors de l’écriture de sa pièce ? À quel moment peut-on se dire que l’on est allé trop loin ? Et surtout jusqu’où est-on prêt à aller pour défendre son opinion ?

Nous allons devoir traiter toutes ces questions en amont afin de parvenir à établir notre propre opinion sur le sujet. Et confronter ensuite cette dernière aux intervenants que nous aurons choisis afin d’obtenir leur avis sur le sujet (que de nombreux auteurs ont par ailleurs choisi de traiter).

Et c’est notamment le cas de Thomas Schlesser qui selon nous pointe du doigt les travers de notre époque lorsqu’il évoque la censure d’aujourd’hui. D’après lui, « elle emprunte des voies plus insidieuses, qui ne disent pas leur nom, obligeant les artistes à se battre encore et toujours pour leur indépendance », mais surtout «  elle permet aux artistes de mieux appréhender leur place et leur rôle dans la société »(1). Or, cela nous semble parfaitement correspondre aux motivations de Frédéric El Kaïm, d’autant plus que face à un tel sujet, plus on acquiert de connaissances plus l’investissement devient personnel, la confrontation à la censure en devient alors d’autant plus compliquée.

À nous maintenant de découvrir ce qu’en pensent le metteur en scène et ses comédiens.

Lisa et Lauriane

———————–

(1) : SCHLESSER Thomas, L’art face à la censure, Paris, Beaux Arts Editions, Beaux Arts Exposition, 2011

Crédits photo (photo à la une) :  photo de poupées russes de A. Munich

Légende photo à la une : Pour arriver à sélectionner un élément et obtenir ce que l’on souhaite, il faut souvent passer par plusieurs étapes.

Photo du bloc de papier : Lauriane Paganon

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B2, G9] Who’s the boss ?

Quelle hiérarchie au sein de la troupe de théâtre?

En premier lieu quel est notre projet ?
Pour expliciter notre démarche nous devons d’abord expliquer ce projet qui nous réunit ici et maintenant. C’est un web documentaire essentiellement sonore accompagné d’images, avec une partie interview en vidéo. Ce documentaire à la forme si particulière traite d’un sujet de société à savoir celui du monde du travail, qui nous touche tous. Nous estimons que le travail participe à la construction identitaire de chaque individu.
En effet, une troupe de théatre et plus particulièrement son metteur en scène s’est approché de ce monde du travail, de ses problématiques, de ses questionnements pour créer une pièce, Les Nouveaux Barbares (1) qui traite de la souffrance au travail. Nous avons rencontré l’auteur et metteur en scène, Frédéric El-Kaïm, et avons pu échanger avec lui sur la génèse de sa pièce, sur ses ambitions, ce qu’il voulait montrer.

Une semaine plus tard tous les M2 se sont rassemblés et nous avons discuté de ce que nous aimerions “montrer” ou plutôt faire entendre… Nous avons dégagé différentes thématiques autour du projet de la pièce, qui nous permettraient d’étudier à la fois le travail de la troupe mais aussi le travail vu par l’auteur dans sa pièce. Chaque groupe a ensuite décidé du sujet sur lequel il souhaitait davantage travailler.
Nous avons choisi le thème de la hiérarchie, de l’équilibre des contraintes, des rapports entre employés. Ce choix est né de phrases prononcées par Frédéric El-Kaïm au cours de l’entretien. Il a en effet dit, et ce en l’espace de deux heures, qu’il n’y avait pas de chef dans le groupe (entendre le metteur en scène, la troupe et l’équipe) et plus tard, évidemment dans un autre contexte : “les comédiens, ils viennent, ils travaillent, puis ils se cassent”. Cela nous a paru contradictoire et donc intéressant. Dans ses recherches, l’auteur est tombé sur la question de la “soumission invisible” et de “l’équilibre des contraintes”, ce qui nous a aussi intéressées et poussées à travailler sur ces thèmes.

Pour ma part (Lucille), la thématique des rapports professionnels et humains m’interesse beaucoup. Je me rends compte que je me retrouve souvent à parler de cela ou à orienter mes projets dans ce sens. Et cela, quand j’écris pour moi ou quand j’étudie un aspect d’une expérience, comme par exemple dans mon rapport d’étonnement de fin de stage de 1ère année intitulé « Rapports professionels et communication ». C’est donc tout naturellement que cette thématique s’est présentée à moi et que j’ai voulu la traiter.
Tout comme Lucille ce sujet me touche car il fait partie de nos vies depuis notre tendre enfance, mais cela peut prendre des proportions totalement différentes dans le monde du travail où les jeux de pouvoir et de domination prennent part. Ainsi est-ce que cette thématique est tout autant présente au sein d’une troupe de théâtre qu’au sein d’une multinationale ? (Mariane)

Nous nous sommes donc intéressées aux relations entre les personnes, entre les différents postes présents. Nous avons commencé à réfléchir à l’écriture documentaire avec les connaissances et les hypothèses que nous avions en tête. Un exemple d’hypothèse pourrait être la place du patron et celle de ses employé(e)s, structure couramment présente, ou alors travailler sur la situation inverse comme le suggérait le metteur en scène de la troupe que nous allons suivre.

Voici notre première version du synopsis :
“Nous voulons montrer la complexité des rapports entre personnes qui travaillent ensemble (ici l’auteur-metteur en scène, les comédiens, le régisseur, l’éclairagiste, le costumier, etc) en nous interessant à la question de la hiérarchie. Comme point de départ, nous prenons l’affirmation du metteur en scène “il n’y a pas de hiérarchie, on travaille ensemble” et sa déclaration ultérieure quelque peu contradictoire “les comédiens, ils viennent, ils travaillent, puis ils se cassent.” Nous nous concentrerons à la fois sur les questions de hiérarchie au sein de la troupe –  y a t-il des personnalités qui prennent le dessus sur les autres et pourquoi ? (ancienneté, succès antérieur, etc.) Et si vraiment aucune hiérarchie n’existe, comment un groupe d’une telle ampleur s’organise-t-il ? – et sur les questions de hiérarchie soulevées dans la pièce, son propos.”

Si nous finissons par montrer qu’il y a effectivement un chef, nous pourrons nous demander si ce chef n’est pas soumis à un autre chef, celui qui donne son accord ou non pour la création, qui finance ou non. L’auteur avait d’abord prévu de créer un spectacle autour d’Hamlet, mais à l’époque il n’a pas pu réunir les financements et s’est donc tourné vers cet autre projet. Nous avons ajouté à la fin de notre synopsis ce paragraphe :
“Nous voulons montrer que cette question du “patron” dépasse parfois le groupe de travailleurs et va chercher plus loin. Si le metteur en scène est le boss de la troupe, n’est-il pas lui aussi soumis à d’autres entités ? Il nous a indiqué avoir décidé de monter cette pièce car il ne trouvait pas les financements pour monter un projet sur Hamlet. Des producteurs frileux, et l’on doit changer ses projets.
Et si le boss, c’était l’argent ?”

Nous pensons nous concentrer sur les liens, les rapports entre les différentes personnes liées à ce spectacle puis relativiser ces relations de pouvoir en ouvrant, à la fin de notre capsule de 3 minutes, sur la question de l’argent et si ce n’est pas ça qui finalement tire vraiment les ficelles. Pour l’expert, nous pensons donc interroger quelqu’un qui est jury ou qui s’occupe d’un fonds de soutien à la création dans le domaine théâtral ou le domaine audiovisuel, qui pourrait nous apporter son point de vue et ses connaissances sur la répartition de l’argent. Pourquoi et comment donne-t-on à tel et pas à tel autre ?

Au cinéma certains réalisateurs ont mis en image le jeu relationnel installé entre les employés et leur hiérarchie comme par exemple Compliance (2) sorti en salle il y a quelques semaines, ou alors Le Capital (3) prévu en salle dans quelques temps. Ces films mettent en scène les différents statuts hiérarchiques présents au sein d’une même société. Concernant Compliance le réalisateur va même au delà des rôles hiérarchiques en poussant à l’extrème les tâches demandées à ces personnes, poussant ainsi les personnages jusqu’à leur dernier retranchement. Il montre par là même jusqu’où les personnes peuvent agir en raison de leur statut professionnel. Quant au film Le Capital, le réalisateur met en scène la montée hierarchique d’un banquier écrasant les autres et qui comprend tous les rouages présents dans de grandes entreprises à expansion internationale.

Ces derniers exemples nous ont ouvert les yeux sur comment filmer les personnages avec leurs différentes positions, comment rendre compte de la puissance de l’un et la faiblesse de l’autre. Maintenant à nous de nous approprier ces moyens techniques de mise en image pour les transposer au niveau sonore. Par exemple, nous pourrions légèrement élever le volume sonore d’une voix ou au contraire le réduire, modifier le rythme d’une phrase, ajouter un écho…
Il nous semblerait intéressant également du point de vue sonore de superposer ou se faire suivre de près une phrase qui indique qu’aucune hiérarchie n’existe avec un cri, un ordre, un son qui suggère l’inverse.
Si nous décidons d’insister sur l’aspect financier qui gouverne toute création, un son de tirelire ou un autre de la sorte pourrait accentuer des propos qui espèrent s’en détacher ou qui en parlent à mots couverts.

Nous avons réalisé hier que ce billet contenait plusieurs éléments de note d’intention, et nous l’avons écrit petit à petit sans nous en rendre vraiment compte, jusqu’à ce qu’on entende les notes d’intentions de nos camarades et qu’on se dise que « ça, on l’a écrit dans le carnet ! »

Photographie prise par iaaai, publié le 07/04/2011
Disponible sur http://mains-iaaai.blogspot.fr/ (consulté le 20/10/2012)

Cette photo nous inspire une idée de soumission, presque de crainte et de souffrance, nous l’assimilons à notre projet.

———–

(1) Une Compagnie, Les Nouveaux Barbares, mise en scène Frédéric El-Kaïm
(2) Craig Zobel, Compliance, 2012
(3) Costa Gavras, Le Capital, 2012

 

Crédit photo à la une : Caricature d’une situation de soumission

Lien du site: http://schaver.com/?m=200602

Titre de l’image : Boss ; Auteur : People ; Date de publication:  23/02/2006

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B1, G7] Entre réalité et fiction

Fiction : Création de l’imagination ; ce qui est du domaine de l’imaginaire, de l’irréel – Définition Larousse 2012

Réalité : Ce qui est réel, ce qui existe en fait, par opposition à ce qui est imaginé, rêvé, fictif – Définition Larousse 2012

« La réalité dépasse la fiction, car la fiction doit contenir la vraisemblance, mais pas la réalité » C’est à partir de cette citation du romancier américain Mark Twain, que nous souhaitons, avant tout autre chose, méditer ensemble sur l’antagonisme entre ces deux notions : « fiction » et « réalité ». Nous, Romain et Brice, sommes différent, bien entendu. Ces deux mots peuvent éclairer cette différence. Différents oui, mais aussi complémentaires.

Explication…

La passion de Romain, c’est le théâtre. Cela fait maintenant 12 ans qu’il y investit toute son énergie et tout son talent. Sur les planches d’abord,  en tant qu’acteur, il s’est exercé à la comédie dans près de 15 pièces. Mais il s’est également révélé talentueux dans l’écriture de pièces de théâtre. L’écriture d’un scénario de fiction est un exercice singulier, et il le sait. Apogée de son expérience théâtrale, Romain, aguerri aux nouvelles technologies comme tout bon jeune post-années-80, a savoureusement fait le mélange entre fiction, web, et quelque chose qui lui trottait dans la tête depuis de nombreuses années : la vidéo… On mix, on saupoudre, on secoue, et, après quelques heures de montage, on obtient une web série  ! Au rayon des « nouveaux formats », en voilà un bien original : douze épisodes de 2  à 10 minutes, courts, concis, mais efficaces. On est sur Internet et l’idée, c’est de capter l’internaute, ne surtout pas lui laisser le temps  de s’ennuyer, de s’échapper ! Bref, entre réalité et fiction, Romain l’a bien compris, il faut garder les pieds sur terre quand on s’adonne à rêvasser.

Ses pieds, Brice, il les a toujours gardé sur terre. Et pas qu’un peu !  Véritable globe-trotter, il l’a bien arpentée !  Les voyages sont pour ce voyageur averti, « un véritable art de vivre ». Se donner les moyens d’aller sur le terrain, se confronter à la réalité,  vivre des expériences inoubliables, c’est devenu son leitmotiv. A l’entendre, c’est plus qu’une évidence : aller à la rencontre des autres cultures, chercher à connaitre les gens, c’est pour Brice plus qu’une envie, un véritable besoin ! Les clichés touristiques ? Très peu pour cet amoureux des voyages qui, depuis son plus jeune âge, arpente l’Europe à bord du camping-car de ses parents. La tête sur les épaules, il se sent chanceux d’avoir pu voyager dès son enfance. Une passion qui ne le quittera jamais, au contraire, elle s’accentue… Il espère pouvoir continuer,  à travers son futur métier de Journaliste Reporter d’Images, voir du pays, et aller sur le terrain, au contact des populations…

De nos deux profils, à première vue antagonistes — l’un porté sur le réel, l’autre sur l’imaginaire — se dégagent malgré tout des aspects similaires… Mine de rien, le journaliste écrit, mais le scénariste aussi ! Pas de la même manière probablement, chacun a sa sensibilité, son approche, mais le vocabulaire, ainsi que l’attachement au « mot », sa signification, le goût de la « bonne formulation », restent identiques. C’est sur cette complémentarité que nous allons travailler ensemble pour faire avancer ce carnet de recherche. Chacun sa vision des choses, mais au service d’un objectif commun : réaliser un web documentaire. Chacun mettra sa sensibilité au profit de ces projets. Cette commune sensibilité s’exprime également dans l’attrait pour le cadrage et l’esthétique de l’image. Nous avons effectivement tout deux de l’expérience dans ce domaine. Il nous paraît donc essentiel de réfléchir ensemble sur l’importance et la fabrication de l’image. C’est un domaine qui nous semble primordial de développer. Le projet de web documentaire qui nous attend cette année sera pour nous deux l’occasion de mettre en commun nos compétences, mais aussi de procéder à un travail en amont qui ne nous est pas nécessairement habituel ou « naturel ». Nous essayerons, grâce à cet espace d’expression, de faire part de nos attentes, nos recherches, et nos réflexions concernant le nouveau défit que représente la réalisation d’un web documentaire. 

Romain Gallon et Brice G.

Oeuvre artistique dans le centre de Bordeaux, Place du Parlement
Paradoxe entre fiction et réalité. La réalité n’existe pas, la vitrine projette t-elle alors un semblant de réalité ?
Une invitation à prendre du recul face au flot d’informations qui nous entoure. Il s’agit du premier opus d’un programme de diffusion artistique intitulé « Crystal Palace », lancé par la structure « Zébra3/Buy-Self ».

Œuvre artistique dans le centre de Bordeaux, Place du Parlement.

Illustration

Figure 1 (image à la une)

Titre : La réalité n’existe pas.

Auteur : Brice Gouronnec

Légende :

Paradoxe entre fiction et réalité. La réalité n’existe pas, la vitrine projette t-elle alors un semblant de réalité ? Une invitation à prendre du recul face au flot d’informations qui nous entoure. Il s’agit du premier opus d’un programme de diffusion artistique intitulé « Crystal Palace », lancé par la structure « Zébra3/Buy-Self ».

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website