Archives de catégorie : Profession étudiant 3 (2012/13)

Billets d’étudiants en M1 de l’année 2012/2013

[B11, G3] Entre idéalité et réalité

Sarah Vasseur (27/03/2013)

Nous étions lancées, comme des astronautes partant découvrir une nouvelle planète, tels des chevaux fous aux grandes élancées, dont nous ne connaissions même pas la destination. Entre idéalité et réalité, nous découvrons aujourd’hui la réalisation concrète de tous nos fantasmes, différente en somme de ces derniers, mais qui nous apprend beaucoup sur nous-mêmes et sur la tension omniprésente, inhérente à la vie, entre idéalité et réalité…

Notre première source d’anxiété fût d’écrire ensemble. Mais finalement, tous ces moments étaient des occasions pour nous de nous rencontrer, de nous retrouver de façon amicale et ont permis la construction de notre groupe tel qu’il existe aujourd’hui. Avec le recul, nous nous faisions la réflexion, Juliette et moi, que cette combinaison a fonctionné comme nous le présentions au départ : une excellente communication entre nous et un respect mutuel qui ont créé une atmosphère de travail détendue et harmonieuse, où nous nous sommes relayées les unes et les autres pour nous soutenir à tour de rôle. Toutes les craintes que je pouvais évoquer au début de cette année universitaire, quant au fait de me retrouver isolée, étant donné que Juliette et Barbara vivent ensemble en colocation, n’étaient en réalité pas fondées, puisque cela s’est avéré être un atout de travail plutôt qu’un frein. Je me suis d’abord posée quelques questions abstraites sur quelque chose qui n’avait encore aucune réalité. Après avoir douté, hésité et tâtonné comme une enfant, arrive la traversée du désert. Je n’en vois pas le bout, pas la fin, tout m’exaspère, tout me semble loin, abstrait, sans aucune réalité, je n’arrive pas à créer et même les enfants de mon colocataire qui regardent la télé me renvoient à ma propre vacuité créative.

Puis, les plumes s’envolent et décollent, la phase d’écriture se fait rapidement, spontanément, et la satisfaction de Jean-Pierre, notre professeur de scénario, nous conforte dans notre travail. Longtemps, nous avions pensé notre scénario et très vite, cela s’est mis en place, naturellement, à un moment précis. Soulagement. Une étape est franchie. J’ai l’impression de pouvoir souffler. Ce n’est qu’une illusion. Mais je m’accorde un temps de repos. Finalement, lorsque j’observe tout ce que j’ai rédigé dans les billets, je me rends compte que beaucoup de pensées théoriques ou de prévisualisations, concernant le son, les personnages, les plans, etc., prennent d’abord naissance dans nos têtes et puis, avec le temps qui passe, mûrissent jusqu’à une réalisation concrète. Au départ, cela semble toujours complètement délirant, tellement loin, et puis aujourd’hui nous y voilà. La lumière au bout du tunnel, le bout de la route, nous la voyons enfin, nous en voyons le bout. Même si nous ne sommes pas encore totalement arrivées, puisque nous sommes encore à ce jour en train de travailler sur MovieStorm et que cela génère beaucoup de stress et de tensions quant au rendu final. Voilà ce que la photo ci-dessus s’efforce de représenter.

Arrivée sur cette planète inconnue, je suis troublée, parfois émerveillée, mais jamais certaine de là où je mets les pieds. J’essaye des choses, je bidouille avec ce que je trouve dans mes bagages, j’agite un hochet comme une gamine et je regarde ce qui se produit. Je ne suis pas toujours satisfaite, mais je ne suis pas mécontente non plus, parce que j’apprends et ma manière intuitive de créer conserve son rôle prépondérant.

Sarah Vasseur

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B11, G1] Du grain à moudre

(cc) Gabriel Feuvrier [28/03/13]
(cc) Gabriel Feuvrier (28/03/13)

Il y a un temps pour tout. Sur cette photo, c’est le temps d’un instant figé de détente, de décompression, ou finalement, et contrairement à ce que tout le monde peut penser, c’est un instant où chacun est naturel. “La mécanique plaquée sur du vivant” écrivait  Bergson ; là où le rire demeure, il n’est que déformation du visage triste par nature, neutre au mieux, imperceptible en définitive. Inutile de de décrire ce que chacun peut déjà voir et remarquer.

Nous sommes en “projet” et paradoxalement, alors que chaque billet nous amenait progressivement vers sa concrétisation, nous avons pris le parti de poser lors d’une pause. C’est qu’il y avait un buffet offert par les apprentis d’un restaurant de Blanquefort. Il y a avait également un stand du planning familial dans lequel nous avons pu nous ravitailler. Tout ça dans le but de nous détourner de l’oeuvre pour laquelle nous avons travailler toute l’année. Et encore, travailler est un thème trop généraliste. Il faut se référer à chaque billet précédemment écrit. Chacun d’entre eux a été l’occasion de marquer une étape dans notre processus de création. S’il y a une chose à regretter, c’est que tous ces billets se sont étalés dans une temporalité très étirée et pourtant restreinte à l’étape de pré-production. Soit.

Toutefois, les billets s’achèvent et le “projet” n’est pas fini. La recherche de la réalisation parfaite continue, toujours sublimée par une étincelle créative inconsciente dont l’objectif est de nous guider vers le meilleur objet possible afin de constituer une oeuvre unique, un prototype à qui on souhaite malgré tout une longue vie.

Gabriel Feuvrier

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B11, G1] Let’s go

(cc) Chloé Hernandez (27/03/2013)
(cc) Chloé Hernandez (27/03/2013)

La fin de l’écriture bimensuelle mais le commencement du projet à sa phase technique. Toutes les étapes décrites lors des précédent billets retracent l’état d’esprit dans lequel nous étions ces mois durant ou montrent ce que nous avons pu apprendre au cours de notre master. C’était un exercice intéressant, raconter un processus de création, les différentes étapes qui nous y amène. Le carnet de recherche, qu’il soit public ou personnel, est bénéfique pour tout projet, il permet de rendre compte étape par étape de ce qui a été fait et retrace la vie du projet.

Ces billets bimensuelles se sont portés en  grande partie sur la pré-production du projet et il serait intéressant qu’ils comportent plus de billets relatant à la phase de réalisation. C’est pourquoi il faudrait peut-être avoir deux carnets, un pour l’avant projet et l’autre pour le projet en lui-même. Avoir un carnet réservé à l’étape technique de la conception du film. Ou alors que le billet ne débute que lorsque le projet est lancé. Créer plutôt un journal de bord de la réalisation du film avec un compte rendu plus fréquent, pour ne raconter que la concrétisation du projet. Il est vrai que l’intervalle régulier des billets nous a laissé quelques fois des difficultés à trouver un sujet à raconter durant la phase de pré-production. La fréquence des billets devrait peut-être diminuer en fonction de la fréquence des cours relatant au projet.

Si vous souhaitez découvrir et constater par vous-même du résultat final de nos films en vous rendant sur le site du master CPI, qui hébergera prochainement nos productions.

Chloé Hernandez

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B11, G1] Rec

Manon Harsigny (27/03/2013)
(cc) Manon Harsigny (27/03/2013)

Silence, moteur, ça tourne, ACTION !

Fini le temps des tergiversations, il faut se jeter à l’eau et tourner ou plutôt animer et monter dans notre cas. C’est donc à huis clos que nous nous attaquons à la réalisation de nos webépisodes. Les jours s’enchaînent et nous nous fondons au décor de cette salle de montage exiguë. Plantés devant notre écran, nous nous enfonçons dangereusement dans ce monde virtuel qu’est Moviestorm.

COUPÉ !! « C’est quoi ces têtes cadavériques de geeks ? Et tous ces détritus qui nous entourent ? »

Il est temps de s’extirper de cette oppressante salle de montage et de se confronter au réel ! C’est donc muni de notre Zoom (enregistreur audio) que nous prenons notre premier bol d’air. Ébranlée par la découverte de tous les sons qui m’entourent, je ne peux plus m’empêcher d’appuyer sur Rec et d’archiver ces bruits si riches et clairs trop souvent ignorés. Dans  mon casque, chaque son se distingue des autres, le brouhaha n’en est plus un mais plutôt une agréable mélodie. Gabriel et Chloé se prennent au jeu aussi et se laissent embarquer, au détour d’une pause macdo, dans un mix improvisé avec nos gobelets, emballages, tables et autres instruments inusités. Tel les membres du groupe suédois Sound of Noise, nous nous émerveillons ainsi des capacités sonores de notre environnement.

SILENCE !! « Bon euh, vous êtes bien gentils mais on a une webfiction à finir ! »

La photo en contre-jour laisse deviner l’appareil avec lequel nous nous sommes ébahis du monde extérieur devenu clair et distinct. L’appareil est ainsi dans l’ombre et le riche environnement sonore dans la lumière.

Manon Harsigny

 

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B10, G4] Mémo : lire plus souvent le mémo !

pieces
Emeline D. (1 / 04 / 2013 )

Je n’arrive pas à comprendre comment c’est arrivé. Je m’étais pourtant bien organisé. La plupart de mes projets en cours avançait à bonne allure et je savais que les autres suivraient. Et le tout à soudain déraillé sans que j’ai eu le temps de m’en rendre compte. J’ai oublié qu’il fallait faire ce devoir-ci, j’ai aussi manqué une autre étape dans un second projet. Je ne sais plus vraiment comment parvenir à me sortir de cette situation délicate. Sans compter que la semaine a été très riche en lectures et de visionnages de films en tout genre. De Sigmund Freud à Equilibrium, j’ai l’impression de faire une grosse indigestion de mes propres projets à l’image d’une grande tempête d’images et de mots.

J’ai pris trop peu de recul et ai foncé tête baissée sur toutes mes idées de départ, voilà cette étape que j’ai dû manquer. Il me manquait une vision d’ensemble. D’ordinaire je prends le temps de me créer une image mentale du travail à effectuer, une sorte de schéma avec des cheminements et des moments clefs. Cet oubli va maintenant être très difficile à rattraper. Ma plongée dans l’Histoire à travers des films et des ouvrages traitant du totalitarisme m’a passionné. Toutefois, j’ai laissé passé à la trappe le casting de voix, pourtant indispensable, pour le projet MovieStorm. Sans compter que ma participation en tant que cadreuse à un tournage à Arcachon va dévorer encore quelques heures de ce temps si précieux. Cependant, la passion et les opportunités se doivent d’être prioritaires sur le reste.

Dans ce cas précis, je ne connais qu’une seule façon de s’en sortir, la seule manière qui fonctionne en ce qui me concerne. C’est comme défaire un très gros noeud, rien ne sert de s’acharner. Observer, analyser le problème, tirer lentement mais fermement sur les bons fils et surtout prendre son mal en patience.

Parfait. Cette fois, j’essaierai de retenir la leçon.

memo
Emeline D (16 / 03 / 2013)

Emeline Durey

FREUD (Sigmund), Un souvenir d’enfance de Léonard de Vinci, Paris : Editions Gallimard, 1927.

WIMMER Kurt, Equuilibrium, 2002.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website