Archives de catégorie : Profession étudiant 3 (2012/13)

Billets d’étudiants en M1 de l’année 2012/2013

[B2, G4] Nos étudiants de pixels

La web-série se fait de plus en plus présente dans les esprits, les projets se concrétisent et des personnages qui nous paraissaient flous commencent à prendre forme. Pour ce second billet nous avons choisi de nous appuyer sur la conception de notre scénario et en particulier d’avoir une approche plus intellectuelle de la caractérisation de nos personnages. Nous souhaitons nous focaliser sur notre manière d’appréhender une idée et d’analyser un contexte dans le but de nourrir notre récit. Pour cela, nous nous appuierons sur notre premier travail de caractérisation des personnages. Nous analyserons également le milieu étudiant en l’observant mais aussi en constituant une interview à destination d’étudiants proches de nos personnages afin de nous confronter aux problématiques concrètes de la vie étudiante.

Observation du milieu étudiant

Nous souhaitons dans un premier temps visionner l’intégralité des épisodes de Profession : étudiant, d’une part pour éviter la répétition d’un thème déjà réalisé mais aussi, et paradoxalement, pour nous en inspirer. Cette étape semble faire partie intégrante de nos travaux de recherches puisqu’il s’agit de parvenir à découvrir :

– quels thèmes sont abordés ?

– comment les étudiants sont-ils dépeints ?

– y a-t-il des clichés (langage, codes vestimentaires etc.) ?

 Pour appuyer cette étude du milieu étudiant, nous désirons interviewer des étudiants provenant des filières que nous mettrons en scène. Nous rédigerons pour cela un questionnaire pour réaliser un entretien semi-directif. Selon le chercheur Alain BLANCHET, ce type d’entretien entre deux personnes ou plus visent à produire un discours de l’interviewé « sur un thème défini dans le cadre d’une recherche » [1]. Pour cela, nous respecterons les conditions générales de l’entretien définies par les chercheurs F. J. ROETHLISBERGER et W. J. DICKSON [2]. Nous mettrons en place un système d’observation participante, cela consiste en l’étude d’une société ou d’un groupe en partageant son mode de vie, en se faisant accepter par ses membres et en participant aux activités des groupes et à leurs enjeux. Il s’agit là de la méthode la plus adaptée à notre travail puisque, étudiants nous-mêmes, nous saurons nous adapter aux discours de personnes que nous aurons en entretien tout en gardant impérativement cette distanciation afin d’être le plus objectif possible sur le phénomène des étudiants de telle ou telle filière. L’entretien devra tenir compte de tout ce qui est dit mais aussi de tout ce qui ne l’est pas : il s’agit pour le chercheur de repérer des éléments omis ou cachés du discours et de les considérer comme des indices supplémentaires. La communication non-verbale [3] peut parfois signifier autant que la communication verbale. Les signes distinctifs qui peuvent exister dans certains groupes d’étudiants font partie de la communication non-verbale et sont des indices précieux afin de caractériser au mieux nos futurs personnages ; on visualise d’autant mieux leur physique et l’entretien permettra de nous intéresser à l’aspect intellectuel.

De l’information à la création

Les informations récoltées nous permettrons de créer des personnages, imaginer une trame et une mise en scène. Par exemple, si des étudiants de la filière histoire nous affirment fréquenter la Maison des Étudiants [4] lorsqu’ils ont un moment de détente, nous pourrons y imaginer une discussion entre eux autour d’un café. Nous chercherons à récolter des informations et à repérer des traits de caractère : confiance en soi, gestuelle, attitude de mimétisme dans des groupes, etc. Ces informations peuvent apparemment sembler futiles mais seront au contraire très utiles, particulièrement lorsqu’il faudra caractériser nos personnages et penser leurs voix, leurs gestuelles, leurs physiques. Nous consignerons toutes ces données dans un carnet de bord, que nous réutiliserons lors de la création du scénario et des dialogues afin de ne pas perdre nos personnages de vue, nous suivrons ainsi plus facilement leur évolution. Le fil de l’histoire dépendra entièrement du caractère de nos héros.

La vie étudiante en questions

Afin de construire un récit cohérent, la première étape est de créer des personnages. Cette étape s’appelle la caractérisation.

Caractériser un personnage c’est lui donner vie aux yeux de n’importe quel interlocuteur. On lui construit un passé, une personnalité, un physique. Il s’agit de mettre en place toutes les données psychiques, physiques et temporelles d’un personnage.

Nous avons souhaité, dans ce second billet, se poser des questions sur la caractérisation du personnage de Vincent [5] qui nous semble être le personnage qui nous « échappe » le plus, c’est-à-dire que nous n’avons pas forcément conscience de ce que peuvent vivre les étudiants issus de la filière de philosophie.

Nous avons préparé une liste de questions qui nous aideront à creuser davantage le personnage de Vincent autant mentalement que physiquement.

– quelles sont, selon vous, les particularités des étudiants en philosophie ?

– les étudiants en philosophie se côtoient-ils majoritairement entre eux, ou côtoient-ils des étudiants de filière variées ?

– quelles activités extrascolaires sont majoritairement, selon vous, pratiquées par les étudiants bordelais ? (sport, associations, etc.)

– quel regard les étudiants en philosophie portent-ils sur le système scolaire de la faculté ?

Au-delà de l’étude et de la caractérisation du personnage de Vincent, nous aimerons entreprendre d’étendre ce questionnaire aux étudiants des filières présentes dans la web-série Profession étudiant afin de récolter le maximum d’informations possibles et d’être capable de définir pleinement chaque personnage.

Sarah, Florence, Emeline

___________________________________________________________________________________________

[1] Alain BLANCHET et al., « L’entretien dans les sciences sociales », in Revue française de sociologie, Paris, Ed. Dunod, 1985, en ligne sur http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsoc_0035-2969_1987_num_28_1_2380, consulté le 17/10/2012
[2] F. J. ROETHLISBERGER, W. J. DICKSON, « Management and worker », cité par Grawitz Madeleine, Méthodes des sciences sociales, Paris, coll. Précis, 1990 (8ème édition).
[3] Il s’agit de tous les éléments liés au discours de la non-parole : la gestuelle, le style vestimentaire, certaines réactions face à une question posée ou une réponse donnée. L’intérêt est psychologique. La communication non-verbale ne se limite pas au comportement de la personne, elle porte également sur l’environnement qui l’entoure.
[4] Lieu où les étudiants peuvent travailler en groupes, individuellement tout en étant dans une ambiance moins restrictive que celle des cours formels.
[5] Étudiant en philosophie, 26 ans, tendance à étudier également la sociologie et la psychologie.
Crédit photo : Promotion Guignol, Master CPI 2011, Université Bordeaux III, en ligne sur http://www.mastercpi.fr/tag/profession-etudiant/, consulté le 17/10/2012

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B1, G3] Travail, compétences et complémentarité

Au sein du groupe que nous allons former cette année, de nombreuses questions vont se poser. On nous demande dans un premier temps d’évaluer nos compétences respectives. Mais comment peut-on évaluer nos propres compétences ? Une compétence se définissant comme une capacité reconnue dans un domaine donné, est-ce que cela signifie qu’il nous faut nécessairement nous concentrer sur nos capacités dans le domaine cinématographique ? Cela ne serait-il pas réducteur ? Il semble évident qu’on ne peut se cantonner à cet unique secteur, puisque les compétences relationnelles et littéraires ne doivent pas être négligées, notamment en ce qui concerne la rédaction d’un carnet de recherche.

Il semblerait que les compétences dépendent de nombreux facteurs, et que selon les situations ou les contextes, elles peuvent devenir des obstacles ou des inaptitudes. De plus, il existe certainement un fossé important entre les compétences que nous pensons posséder et celles que nous avons réellement, d’autant plus que nous nous connaissons très peu et n’avons d’autre choix que de prendre les spéculations des autres pour vraies. Définir les compétences d’autrui, au risque d’enfermer les individus dans de « petites boites », voilà une tâche qui pose un véritable problème.

Cependant, suite à nos discussions, après l’examen de nos cursus respectifs, nous avons pu déceler quelques points forts à exploiter. Barbara et Juliette, par exemple, sont avantagées en ce qui concerne les tâches techniques. En effet, la pratique de la prise de vue tout comme celle du montage leur sont familières. Le cursus de Sarah lui confère a priori davantage de compétences littéraires ou pédagogiques. Toutefois, Juliette apprécie également l’écriture et Barbara possède les qualités nécessaires pour formuler une critique pertinente. Barbara semble la plus méthodique puisqu’elle privilégie l’aspect rationnel et la construction syntaxique. Cet aspect de sa personnalité allié à une tendance au perfectionnisme lui confère la capacité de finaliser les projets dans le détail. Juliette et Sarah semblent quant à elles plus spontanées. Si Juliette nous a fait part de sa facilité à communiquer avec les gens et à mener des enquêtes de terrain à leur terme, Sarah privilégie elle aussi les interactions humaines au sein d’un projet créatif.

En réalité, certaines choses semblent se compléter dans cette première évaluation de nos compétences. Néanmoins nous préférons établir un système de fonctionnement démocratique, au sein duquel chacune d’entre nous pourra toucher à tous les domaines concernés. Chaque membre du groupe sera investi à chaque étape du projet. Nous avons conscience de l’étendue de nos compétences actuelles, mais nous nous laissons la possibilité de développer celles qui nous font défaut, en nous répartissant les différentes tâches de manière égale !

De cette interaction entre nos différentes compétences, nous espérons aboutir à un groupe équilibré, au sein duquel les lacunes des unes pourront être comblées par les connaissances des autres. Et nous pourrons apprendre les unes des autres en nous entraidant. Cette méthode de création induira un travail en groupe permanent qui permettra de favoriser les échanges. Même s’il est certain que cette expérience de travail en groupe débouchera sur certains désaccords, voire parfois sur des conflits, elle n’en reste pas moins intéressante, puisque les antagonismes sont parfois la source d’une grande poussée créative. En effet, ils nourrissent parfois une motivation qui se plait à aller par-delà les obstacles, et à contourner toutes les barrières à l’expression. D’autant plus que c’est une situation à laquelle nous serons confrontées régulièrement dans le monde professionnel, où il faudra jongler entre expression de ses propres points de vue, idées et concessions.

Nous espérons que ce mode de fonctionnement nous permettra de réévaluer certaines compétences, d’en découvrir de nouvelles et d’en éliminer d’autres au fil des différentes situations auxquelles nous seront confrontées. L’avantage des aptitudes, c’est qu’elles ne sont pas figées, et se manifestent parfois à un moment précis qui ne se reproduira peut-être jamais, en particulier au sein des processus créatifs. Nous pensons donc qu’il n’est pas nécessaire d’arrêter des compétences définies, puisque celles-ci sont en perpétuel mouvement…

Barbara Lancia, Juliette Chanson et Sarah Vasseur

Crédits photos :

Photo à la une : Team with puzzles, d’Anatoly Maslennikov

Chaque personnage apporte sa pièce du puzzle et donc sa part de connaissances. On peut y voir une illustration de la complémentarité du groupe.

Photo dans le corps du texte : cliché réalisé par Barbara, Juliette et Sarah.

Les débuts de notre groupe.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B1, G2] Plan d’ensemble

Ce billet est le premier d’une longue série. Ici débute un travail d’observation et de recherche sur le processus de création. Notre cadre de réflexion s’appuie sur la web série Profession étudiant, projet sur lequel nous allons  travailler en équipe. Nous allons donc commencer par nous présenter, exposer nos compétences, déterminer les objectifs et la méthode de travail que nous allons mettre en place.

Nous avons décidé de travailler ensemble. Dans un premier temps par affinité, puis pour nos compétences. Ce groupe réunit trois profils différents et complémentaires. Pour mieux comprendre notre démarche, nous pensons qu’une présentation personnelle est nécessaire. Nous avions des obligations vis-à-vis de la formation du groupe, trois personnes, dont deux ayant des aptitudes plutôt littéraires et une autre des capacités plutôt techniques. Les « techniciens » étant en sous nombre, nous nous sommes jetés sur Gaylord. Gaylord, ancien étudiant en informatique, un peu geek sur les bords mais créatif. Il a donc décidé de se réorienter vers la communication, moins technique et plus multimédia, pour finalement se spécialiser en postproduction sonore. Après avoir découvert un monde sans lumière, toujours en studio et en fin de chaîne de projet, un poste ingrat, il s’est rendu compte que cela ne  convenait pas à ses attentes. À travers Profession Étudiant, le carnet, la création et la production il pourra devenir le touche-à-tout qu’il a toujours rêvé d’être. Le reste du groupe ne fut pas difficile à réunir. En effet pour des raisons pratiques, Gaylord, ayant des difficultés à retenir les prénoms, a crié  le seul qu’il connaissait : Morgane. Par chance nous étions deux. Ainsi naquit le groupe.

Commençons par présenter Morgane. Morgane M., licenciée en information communication, ne voulait plus continuer dans cette voie. En effet, elle se rendit vite compte que son imagination  ne pouvait pas s’y épanouir pleinement. L’image et les cours de cinéma étaient ceux qui la passionnaient le plus durant ce parcours. Néanmoins, ces années lui ont permis de prendre du recul sur ses objectifs. Elle veut créer quelque chose de visuel, aime écriture et écouter de la musique. Elle a besoin d’apprendre à écrire et à créer avant de se lancer, plus tard, dans la réalisation.

Morgane K. est allée jusqu’à sa première année de master en arts plastiques. Elle y a appris à lire l’image sous toutes ses formes et a même rédigé un mémoire. Elle considère que ce qu’elle a appris par rapport à la création purement plastique ne lui suffit plus et que son travail de recherche ne pourra pas aboutir s’il reste figé sur le support papier. Le cinéma, qui est un support plus accessible, lui conviendrait donc mieux. Au début nous nous sommes réunis par affinité, mais en passant du temps ensemble, nous nous sommes rendu compte que nos compétences se complètent réellement et que de nos oppositions naissent des frictions créatives.

Ensemble, nous avons des connaissances éclectiques, des méthodes de travail et manières de penser divergentes qui enrichiront nos travaux, et nous ferons évoluer en tant que groupe et en tant que personnes. Nous voyons ci-dessus qu’en nous présentant, nous avons aussi défini des compétences propres à chacun. Nous allons donc, dans un premier temps, définir simplement le terme « compétence » avant de le replacer dans notre contexte. Dans le travail, la compétence se divise en trois catégories : le savoir, qui regroupe les connaissances théoriques, le savoir-faire regroupant les connaissances techniques et le savoir-être, l’ensemble des qualités relationnelles. Les compétences telles qu’on les a décrites sont celles mise en pratique notamment dans le monde du travail. Mais la situation dans laquelle nous nous trouvons est particulière : il s’agit d’une « situation-problème ». En effet, nous sommes en phase d’apprentissage et de découverte active. A mesure que nous arborons le monde étudiant ainsi que la pratique du travail en groupe, nous assimilons des savoirs, nous résolvons des problèmes et nous perfectionnons nos compétences.

« Ce qui est réellement éducatif, c’est tout autant l’activité déployée par l’élève dans cette résolution de problème que l’acquisition de la réponse elle-même. » (1)

Notre travail de recherche s’inscrit dans ce paradoxe de la « situation-problème », c’est un apprentissage actif, une mise en action de nos compétences à mesure que nous les découvrons, que cela soit dans le milieu étudiant ou au sein de notre équipe de travail. Évoquons maintenant les compétences propres à chaque membre de notre groupe. Gaylord, par exemple, pourra apporter son savoir-faire en multimédia et en son. Son esprit rigoureux nous permettra, par ailleurs, de cadrer l’équipe. Le débat est rapidement né entre Gaylord et Morgane K., ce qui semblait au début problématique car une réflexion commune avait du mal à se créer. Morgane M. a naturellement joué un rôle indispensable de médiatrice en faisant appel à ses compétences relationnelles et a ainsi réussi à créer une discussion ouverte et une réelle écoute de la part de chacun pour finalement tirer le meilleur de ces débats. Chacun, au sein du groupe possède donc une particularité qui permet d’être optimiste vis a vis de notre futur travail. Gaylord a des compétences techniques, Morgane K. a des compétences théoriques et Morgane M. relationnelles.

Ce travail est le premier que nous élaborons tous les trois. Nous nous sommes donc posé beaucoup de questions et nous étions souvent en contradiction. Nous avons mis un certain temps à nous plonger dans l’écriture de ce billet, car nous n’étions pas d’accord sur sa forme, son ton, son style, son sujet, ou encore sa cible. Comment, aux vues de nos disparités, répondre d’une voix commune à toutes ses interrogations et comment s’envisager en tant que groupe ? Comment réussir collectivement ? C’est lors d’un de ces fameux débats qu’est donc née l’idée de s’écouter à travers l’écriture. Afin de sortir de l’impasse du “ personne n’écoute ”, nous avons eu l’idée de poser nos remarques et nos observations par écrit. À tour de rôle chacun pourra donc s’exprimer devant le reste du groupe qui posera des questions et prendra des notes. Nous avons décidé de poser cette méthode pour que chacun puisse s’exprimer librement et ai son mot à dire. Le travail du carnet durant deux semaines, nous choisirons dans un premier temps un thème commun. Pendant la première semaine chacun se posera ses propres questions et effectuera ses propres recherches et en rédigera une synthèse sous forme de lettre. Puis, la semaine suivante, nous nous rejoindrons pour partager et lire ce travail. Chacun prendra des notes sur le travail des autres. Cela nous permettra de partir sur une réflexion commune, sans que personne ne soit mis de côté. Nous espérons que cette méthode permettra de régler nos problèmes initiaux.

Cette idée de lettres, de réflexion au jour le jour sur la nouveauté, nous est inspirée par les Lettres Persanes de Montesquieu. En effet lors de la découverte d’un monde totalement différent du sien, d’un monde étant l’antithèse de tout ce qu’il avait déjà vu, il échangea et s’engagea dans une correspondance où il faisait part de son étonnement. Il créa ainsi un dialogue entre deux mondes. Plus qu’un modèle à suivre pour nos méthodes de travail, il est intéressant de noter que nous sommes, d’une certaine façon, dans la même situation que lui. Nous découvrons le travail de groupe, mais aussi le monde du cinéma, la complexité  de l’écriture d’un scénario et ces carnets seront le pont entre chacun de ces mondes.

Nous rentrons donc dans une nouvelle logique, celle d’une socioanalyse participante du monde étudiant. Comme cela fait longtemps que chacun des membres de ce groupe est immergé dans ce milieu, nous avons donc déjà eu l’occasion de réfléchir à la situation d’étudiant, à ses enjeux et ses questionnements. Cela n’est donc plus une cause d’étonnement pour nous. Bien que nous ne sommes pas encore experts, cette expérience commune est un atout fondamental pour la suite de ce projet et sera le lien parfait entre nos parcours différents et nos caractères difficiles à coordonner et permet dès aujourd’hui de lancer ce projet dans une optique commune.

(1) DUGAL Jean-Paul, Dicodidac, 1992

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B1, G4] Premiers pas

Avant toute implication dans le processus créatif, la première chose à faire a été de constituer des groupes de travail pour écrire la suite de la web-série du Master “Création, Production, Image” (MCPI) : Profession étudiant. Nous nous sommes donc regroupés d’une part en fonction de nos affinités mais aussi, et surtout, de nos compétences. Nous avons dû rapidement vanter nos mérites, nos qualités. La prise de contact commence par une discussion autour de nos capacités personnelles à programmer, organiser et gérer un projet. Nous nous sommes donc réunis en équipe, une équipe complémentaire ; la notre est composée de Florence, Émeline et Sarah K.

Émeline rappelle le début de la formation de notre groupe : « Autour d’une table, nous expliquons successivement nos points forts, nos lacunes et notre objectif, nos aspirations par rapport à ce projet. Cela peut être un atout majeur dans la réalisation d’un projet comme celui que nous allons mettre en place au cours de cette année. Les idées ne vont pas manquer. Nos connaissances très diverses et nos parcours nous permettrons d’ouvrir souvent le débat sur les sujets autour desquels nous allons nous concentrer. La réflexion en sera d’autant plus riche. Pourtant nous avons conscience que notre meilleure carte peut se retourner contre nous si nos divergences nous ralentissent trop souvent dans la prise de décisions et créent des désaccords importants au sein du groupe. L’avancement du projet dépendra sous doute de notre capacité à gérer les disparités pour en faire une force plutôt qu’un frein permanent. »

Mais créer, en quoi cela consiste ? Wikipedia donne une définition plutôt juste [1] : « La créativité décrit […] la capacité d’un individu ou d’un groupe à imaginer ou construire et mettre en œuvre un concept neuf […] ou à découvrir une solution originale à un problème. Elle peut être plus précisément définie […] comme “un processus psychologique ou psycho-sociologique par lequel un individu ou un groupe d’individus témoigne d’originalité dans la manière d’associer des choses, des idées, des situations […]”. » Créer c’est donc passer par plusieurs étapes, c’est une évolution du travail et des idées dans le temps. Ces divers carnets de recherche que nous aurons à publier nous permettrons de suivre l’évolution de notre projet, de notre écriture, de mettre en place une observation participante [2] afin de prendre du recul sur ce que l’on vit, ce que l’on fait et d’avoir une capacité d’analyse objective de notre travail, des éventuels problèmes rencontrés et des solutions que nous apportons.

Distinction de nos compétences

Florence a suivi des études en Sciences de l’Information et de la Communication. Elle a donc adopté des réflexes sur la dissociation entre le processus de création et l’analyse de celui-ci, elle sait rester objective et a une grande capacité de synthèse. Florence a également des compétences en techniques du son et de l’image, elle sait manipuler du matériel son et maitrise les outils et logiciels du web. Outre un apport technique, elle sait développer de grandes idées originales et sera un point fort dans l’écriture d’un scénario.

Émeline, quant à elle, a suivi un parcours en infographie et a donc développé un grand savoir-faire des outils du web et des logiciels de création d’images. Elle a une passion pour l’univers de l’image et a également touché à l’audiovisuel ; elle sait donc manipuler le matériel de l’image et du son. Emeline étoffera également l’écriture de scénario car elle sait s’ouvrir à des concepts originaux.

Sarah K. a suivi des études de cinéma et d’audiovisuel depuis le lycée. Elle a une grande passion pour l’univers de l’Audiovisuel avec un grand A. Elle s’est spécialisée dans des études de gestion de production afin de maitriser toutes les étapes de création d’un projet et avoir les connaissances des contraintes réelles du terrain, elle saura donc orienter ses camarades vers des idées plus concevables que d’autres.

Nos parcours sont certes différents mais complémentaires. Chacune permettra aux autres de se nourrir de ses connaissances. De plus, il est établi que nous échangerons régulièrement les rôles afin d’apprendre toutes les facettes de la réalisation. L’aboutissement de nos premières discussions a été non pas de nous lancer sur l’ébauche d’un premier scénario mais de déterminer quels objectifs nous nous fixons : la création d’une fiction cohérente, un partage égal du travail et un effort constant dans la durée. Enfin, nous souhaitons induire un réel questionnement sur la vie étudiante qui devra transparaître à travers une caractérisation quasi-ethnologique : mots indigènes, codes vestimentaires… La finalité sera de montrer les avantages, les désagréments et les aspirations de cette couche sociale.

Mise en place d’une méthodologie de travail 

Une fois nos compétences détaillées, nous avons commencé à nous interroger sur la division du travail et sur la mise en place d’une méthodologie. Outre les rendez-vous hebdomadaires fixés par le calendrier scolaire, nous choisissons de nous fixer une à deux séances de travail par semaine à la bibliothèque universitaire ou à nos domiciles respectifs, séances d’une à deux heures afin de discuter de l’évolution de notre projet et les moyens mis en œuvre pour sa réalisation. D’un commun accord, nous estimons préférable de distancier les réunions de réalisation du projet Profession : étudiant et les réunions d’écriture du carnet de recherche, afin de ne pas nous éparpiller et de ne pas perdre de vue nos objectifs. Le support de notre carnet a également fait l’objet de débats. Quels outils utiliser ? Après avoir évalué différentes possibilités, nous avons opté pour un partage en Google Document car il offre de nombreux avantages (création de documents plus ou moins complexes, accessible hors ou en ligne …). Pour la répartition de notre travail, nous souhaitons utiliser un rétro-planning, nous permettant de fixer des objectifs pour chaque semaine en ne perdant pas de vue la dead-line, ce qui nous permettra de structurer efficacement nos réflexions. Outre un planning, nous élaborerons une feuille de route du projet afin d’en suivre l’évolution et d’y exposer nos objectifs, nos “missions” pour la fois suivante et nous répartirons nos rôles : qui se charge de poser les questions et de faire des comptes-rendus à Blandine Schmidt ? Qui se charge de découvrir le logiciel Moviestorm ? Qui se charge de faire des fiches personnages ? Enfin, il s’agira également de désigner la thématique du billet de travail suivant.

 Émeline, Florence, Sarah K.


[1] Auteur inconnu, Wikipedia, http://fr.wikipedia.org/wiki/Créativité, consulté le 18/10/2012

[2] Elle consiste à étudier une société ou un groupe en partageant son mode de vie, en se faisant accepter par ses membres et en participant aux activités des groupes et à leurs enjeux.

Crédit photo : Shinichi SUGIMAYA / Flickr.com – http://www.metrofrance.com/metro-paris/des-voleurs-trahis-par-leurs-traces-de-pas-dans-la-neige/mjlB!YusrGk7rTPXVI, consulté le 18/10/2012

http://www.metrofrance.com/metro-paris/des-voleurs-trahis-par-leurs-traces-de-pas-dans-la-neige/mjlB!YusrGk7rTPXVI/

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B1, G1] Un trio à cordes

Prenez une jolie blonde, artiste dans l’âme et avec une langue bien pendue ! Faites la rencontrer un jeune acteur, spécialiste en droit et fin psychologue ! Immiscez enfin entre ces deux-là une publicitaire globetrotteuse à la crinière violette ! Vous obtenez un mélange complémentaire et détonnant d’apprentis cinéastes prêts à en découdre avec Profession Étudiant, une web série au nom évocateur…

Three wise monkeys, Leo Reynolds

Ces apprentis cinéastes, c’est NOUS, Chloé, Gabriel et Manon. Aujourd’hui, nous nous lançons dans un projet qui va exploiter et mettre à l’épreuve nos compétences mutuelles pour aboutir idéalement à une production originale et consistante.  Ces compétences, nous devons les identifier pour optimiser notre organisation de travail et mieux répartir les rôles. Mais avant toute chose, il convient de définir cette notion de compétence. Selon la définition du Nouveau Littré, une compétence est une « habileté reconnue dans certaines matières et qui donne un droit de décider ». Le Grand Larousse Universel, quant à lui, définit une compétence comme une « capacité reconnue en telle ou telle matière en raison de connaissances possédées et qui donne le droit d’en juger ». De ces deux définitions représentatives, on retient les notions communes de capacité ou d’habileté ; de reconnaissance ; de matière, de connaissances ; de droit de décision et de jugement. Ainsi chaque compétence se base sur un domaine particulier que l’on peut nommer matière, par exemple l’écriture scénaristique ou le graphisme. Cette aptitude à maîtriser une discipline doit être reconnue par un tiers. Toutefois, il ne peut pas s’agir de n’importe quel tiers. La reconnaissance n’est légitime que lorsqu’elle est issue d’une même origine sociale. Autrement dit, la reconnaissance est acquise lorsque le groupe social l’admet. A ce titre, la reconnaissance d’une capacité signifie pour l’individu qu’il est intégré au groupe social visé comme l’institution scolaire et la réussite aux examens. Enfin, la maîtrise d’un domaine confère à celui qui la possède un droit de décision ou de jugement dans cette spécialité. La personne désignée comme compétente peut donc trancher pour ses pairs dans son champ de compétence et faire évoluer le débat vers un choix définitif et justifié. Le droit de décision qui en découle est légitime parce que l’individu a auparavant été reconnu. A son tour, l’individu peut exercer son droit afin de reconnaitre d’autres individus dont l’ambition serait de faire valoir leur compétence dans ce domaine particulier. Ainsi, la compétence, ce n’est pas seulement un savoir donné dans un domaine particulier mais plutôt la reconnaissance d’un ensemble de connaissances par le groupe social déjà établi dans ce domaine particulier. Dès lors, détenir des compétences suppose de vivre en société, et donc d’entretenir des liens sociaux.

Dans le cas de notre groupe de travail, la question des compétences est une question sensible. Nous ne sommes pas encore en mesure de pouvoir affirmer détenir des compétences selon la définition que nous avons précédemment donnée car, bien que nous détenions des qualités clairement identifiées dans des domaines variés mais également dans le domaine de l’audiovisuel, il nous manque actuellement la reconnaissance de l’ensemble de la profession, mais également un savoir et un savoir-faire précis. Pour autant, dans une optique didactique, nous avons conservé la notion de compétence dans la mesure où, si nos compétences en audiovisuel restent encore imprécises, la diversité de l’origine de nos environnements respectifs, de nos formations, et de nos apprentissages nous ont permis d’acquérir des compétences diverses dans des domaines tout aussi variés. De même, il faut ancrer la recherche de nos compétences dans une analyse thématique du travail étudiant qui se traduit concrètement par la création et la production d’un épisode de web série, en 3D. Ainsi, il est important de déterminer quelles sont les compétences de chacun d’entre nous, mais aussi la mesure dans laquelle nous allons pouvoir mettre à profit nos expériences, dans une perspective précise de création et de rétrospective créative.

En effet, savoir que Gabriel est un bon amant, que Chloé est un cordon bleu ou que Manon est douée en patins à roulettes ne nous aidera pas à assigner un rôle à chacun dans le processus de création. À nous de faire le tri parmi les compétences de chacun. Après une longue discussion concernant nos parcours respectifs, nous sommes parvenus à mettre le doigt sur un certain nombre de qualifications propre à chacun.

Selon notre premier constat, aucun d’entre nous n’a, à proprement parlé, de formation en audiovisuel, comme nous l’avons précédemment évoqué. Nous relevons davantage de ce que l’on peut nommer des autodidactes passionnés. Ainsi nous faut-il chercher des éléments pertinents plus ou moins enfouis dans nos parcours parallèles. A ce tire, nous avons choisi de reprendre la distinction des savoirs en science élaborés par Aristote à travers laquelle il identifie la science théorétique, la science pratique et la science poïétique, c’est-à-dire respectivement ce que nous appellerons le savoir, le savoir-être et le savoir-faire. Par ce triptyque, on distingue le savoir issu de l’instruction, c’est-à-dire qui nous est enseigné à travers la lecture, l’école, l’éducation. Il s’agit là d’un ensemble de connaissance. On distingue ensuite le savoir-être, apporté par l’éducation, ce qu’Aristote définit par la praxis ou l’accomplissement de soi pour atteindre le bonheur. Il s’agit là de sagesse pratique. On distingue enfin le savoir-faire, que l’on peut définir par l’expérience, c’est-à-dire l’acquisition d’un savoir pratique et technique, acquis par l’usage, ce qu’Aristote nomme la techné.

L’intérêt d’une telle distinction nous a permis de lister de manière suffisamment exhaustive nos compétences, de savoir également différencier ce que nous avions acquis par notre seul travail de ce qui avait pu nous être enseigné mais aussi de pouvoir déterminer les atouts de chacun dans une logique de travail en groupe.

Chloé est notre atout artistique. Grâce à sa formation en Arts Plastiques, elle a un bon bagage de connaissances en termes de peintures, d’artistes ou encore de mouvements artistiques… Elle est, de plus, à même d’analyser et décrypter n’importe quel type d’œuvre, elle saisit aisément les sens cachés et les différents niveaux de lecture. Mieux, elle sait justifier tous les choix créatifs possibles. En Arts Appliqués, elle a une bonne culture design, graphique et architecturale. La littérature et la philosophie ne lui sont pas non plus étrangères. [SAVOIR]

En Arts Appliqués justement, elle peut s’atteler à la construction de maquettes, à des ébauches de dessins, peintures, collages… Elle évalue bien de ce fait les besoins nécessaires à ses créations, qu’ils soient matériels ou financiers. Elle sait évidemment utiliser la plupart des logiciels de PAO, tels que Photoshop et Illustrator. [SAVOIR-FAIRE]

Avenante, Chloé est douée pour les relations humaines et a le contact facile. [SAVOIR-ÊTRE]

Gabriel incarne la rigueur, l’analyse et l’esprit de synthèse de ses études de droit. Il est structuré et possède une bonne culture générale, notamment en droit civil, pénal, constitutionnel (etc.), en histoire-géographie, philosophie, littérature, sciences politiques, sociologie… Il a acquis une méthodologie efficace d’analyse de texte et facilite le travail en groupe. Ses lectures lui ont offert une belle connaissance du monde cinématographique. [SAVOIR]

Investi dans l’association Kino Session, il bénéficie d’une expérience non négligeable en création audiovisuel, ceci allant de l’écriture scénaristique jusqu’au montage final. Il est sans doute l’élément le plus connaisseur en matière de production de fiction pour le groupe. Il maîtrise les règles d’écriture propre au scénario, a des notions de mise en scène et de prise de vue. Ses expériences en tant que comédien et ses connaissances en psychologie lui permettent de caractériser finement les personnages. [SAVOIR-FAIRE]

Gabriel sait s’adapter à divers milieux et situations, il est ainsi très conciliant lorsqu’il s’agit de travailler à plusieurs. [SAVOIR-ÊTRE]

Manon a une âme de communicante et une créativité de publicitaire. Elle connaît toutes les phases d’une stratégie de communication ou encore les règles de l’écriture journalistique. Après un Bac S, des études d’anglais, de publicité et de journalisme en France et au Canada, on peut aisément affirmer qu’elle possède une vaste culture générale et qu’elle a du recul sur sa propre culture (française). [SAVOIR]

Elle s’efforce toujours de rester dans l’axe de communication qu’elle s’est fixée et recentre ainsi les discussions lorsqu’elles tendent à s’éloigner du sujet principal. Ses études en publicité et journalisme mais aussi ses expériences en tant qu’attachée de presse et conceptrice-rédactrice lui confèrent une bonne maîtrise des mots dans tous types de contextes mais aussi un savoir-faire technique en prise de vue et montage vidéo. Elle est capable d’imaginer de multiples idées pour un large éventail de sujets grâce à des méthodes de création qu’elle a perfectionné au fil des années. Ses participations à divers tournages professionnels en tant que comédienne ou figurante l’ont familiarisé avec l’organisation des castings et tournages. Elle maîtrise également bien l’anglais après 3 mois passés à l’étranger (on ne sait jamais, ça peut servir). [SAVOIR-FAIRE]

Manon est d’une grande tolérance et s’entend avec presque tout le monde. Elle est très optimiste et voit du bon dans n’importe quelle situation. [SAVOIR-ÊTRE]

Si l’on fait le bilan de ces compétences variées, on peut déterminer que Chloé sera nos yeux. Elle pourra en effet superviser la phase graphique du projet sur le logiciel MovieStorm, ceci allant de l’allure des personnages aux décors de chaque scène. Gabriel sera quant à lui notre hémisphère gauche. Il gèrera plus que les autres le découpage technique, la bonne structure du scénario, la caractérisation des personnages et la mise en scène. Il pourra si besoin régler les problèmes de droit d’auteur ou de diffusion. Tandis que Manon représentera notre hémisphère droit et s’occupera davantage du développement d’idées de scénarios, de leur écriture et du rendu visuel final en supervisant le montage. Néanmoins, compte tenu de nos profils très différents, nous fonctionnerons très souvent à trois pour faire fructifier les idées de chacun et optimiser ainsi toutes nos compétences.

Ainsi, les compétences apparaissent plus comme des nécessités complémentaires et inhérentes au travail en groupe que comme des attributs personnels figées. Par le travail à plusieurs, nous œuvrons déjà dans une logique de groupe social où nos particularités ne sont pas considérées comme marqueurs de différenciation mais bien comme des savoirs complémentaires. La logique du groupe impose évidemment un travail commun, et nécessité l’élaboration d’une méthode personnalisée. Cette méthode se construit progressivement par l’expérience accumulée. Avant de déterminer cette méthode, il a fallu exposer nos compétences tout en sachant que le statut de compétence ne pourrait être véritablement acquis que par la reconnaissance. Ainsi, si le groupe refuse d’admettre qu’un savoir en particulier est une compétence utile, comme de savoir que l’un d’entre nous est un bon amant, l’autre une bonne cuisinière ou l’autre une sportive à roulette, cette compétence n’en est plus une et redevient une simple capacité, dont l’existence, si elle ne doit pas être remise en cause, n’est malgré tout pas importante pour le travail en groupe. Il a donc fallu faire un choix, et après de longues discussions, la reconnaissance de nos compétences, nous avons pu déterminer qu’aucun d’entre nous n’aurait de rôle figé mais que nous serions complémentaires dans nos travaux dans la mesure où chacun pourra assister les autres à n’importe quel moment dans le processus de création.

Crédit photoThree wise monkeys – Leo Reynolds

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website