Archives de catégorie : Profession étudiant 3 (2012/13)

Billets d’étudiants en M1 de l’année 2012/2013

[B3, G3] Femme à lunettes… Geekette !

Figure 2

Pour ce troisième billet, nous avons décidé de nous intéresser tout particulièrement à l’un des quatre personnages de la série, Maëlie. Pourquoi Maëlie ? Parce que c’est la geekette du groupe, et que cette notion de jeune fille geek nous intéresse particulièrement. Le geek, parfois francisé en « guik », est un terme d’argot américain qui désigne de façon péjorative, à l’origine, une personne bizarre, perçue comme intellectuelle et passionnée. Avec le succès des gadgets de haute technologie, une personne qui aime de tels objets voudra aujourd’hui s’autoproclamer « geek ».

La vision du geek dans la société

Comme nous le disions, au départ, le geek était un simple passionné. Aujourd’hui, l’archétype classique du geek est celui du passionné d’électronique, d’informatique, d’univers fantastiques (comics, science-fiction, etc.). Cette passion s’exprime concrètement à travers de nombreuses activités telles que le jeu de rôle, le cinéma, les séries télévisées, les jeux vidéo ou encore la programmation informatique.

Adolescents, adultes, le plus souvent masculins, mais de plus en plus féminins, les geeks seraient des personnes en dehors de la société, vivant dans un monde virtuel afin de fuir la réalité. On parle beaucoup de timidité, de personnes isolées à cause du temps passé sur l’ordinateur, d’une déconnexion de la vie réelle. Les geeks n’ont pas ou peu de vie sociale, leurs amis sont très souvent geeks aussi.

Bien sûr, toute cette description provient de clichés, de préjugés portés sur les geeks par la société. Nous nous sommes demandés si ces clichés avaient une vraie raison d’être, afin de savoir si notre personnage devait avoir ou non ces traits de caractère. Nous avons décidé d’enquêter auprès d’étudiants geeks en réalisant des entretiens.

Figure 3

 Ce qui ressort du premier entretien effectué par Sarah

Je tiens tout d’abord à préciser que pour cet entretien, J. souhaite garder l’anonymat et ne tolère pas non plus que l’on publie une photo de lui. La première chose que J. me confirmait c’est, qu’en effet, la majorité des gens possède une représentation du geek assez similaire : « Dans la société, je dirais que le geek est perçu comme quelqu’un qui passe sa vie derrière un écran, à écrire et faire des choses incompréhensibles pour le commun des mortels. Même si je crois que cela commence à se démocratiser, notamment grâce à l’e-sport, suivi chaque année par d’avantage de monde ou les différents salons informatiques ou de jeux vidéos qui accueillent de plus en plus de monde. Il me semble que l’on retrouve un peu la même chose dans le milieu étudiant bien que de façon un peu plus nuancée. Mais lorsque les autres étudiants « non-geek » ont besoin d’aide, nous prenons plaisir à les aider et ils en sont certainement reconnaissants. » S’il accorde environ 80% de son temps à sa passion, l’informatique, et que, par conséquent, il passe beaucoup moins de temps à travailler sur ses cours, il doit cependant posséder certaines facilités, qui lui confèrent de bonnes notes. J. exprime une certaine fascination pour l’Intelligence Artificielle (I.A.), bien qu’il ne se sente pas personnellement capable de manier cela avec habilité, malgré ses grandes compétences en informatique. Même si J. ne fait pas nécessairement le rapprochement entre cette façon d’être et le mode de fonctionnement binaire de l’informatique, il se définit comme quelqu’un de droit et juste, finalement assez moral. En revanche, il avoue avoir certaines difficultés à affronter la réalité, à laquelle il se dérobe le plus souvent possible : « De manière générale j’essaie d’éviter le plus possible les situations délicates, et si je sais que je n’ai pas le choix, j’essaie de les accomplir le plus vite possible, afin d’en être débarrassé. » Et même s’il pense que l’univers geek englobe beaucoup de gens très ouverts d’esprits, ils n’en restent, selon lui, pas moins des gens assez timides, dont la vie sociale est nécessairement limitée par le nombre important d’heures passées devant un écran d’ordinateur : « Il n’est pas toujours aisé de trouver le juste équilibre entre la vie sociale et cette passion plutôt solitaire, et l’on se laisse vite séduire par la possibilité de communiquer avec des gens du monde entier par ordinateur, et que l’on pense connaître de cette façon…»
A la question de savoir comment il se définit, lui, et ses amis geeks, dans leurs relations sentimentales, il répond que beaucoup restent assez introvertis, mais il préfère ne pas se prononcer en ce qui concerne l’éventuelle vie sexuelle tardive de cette « caste », — ils se définissent eux-mêmes comme un « nous » qui prend une tournure communautaire. Je lui demande alors si les geeks sont mal à l’aise avec le fait d’évoquer leur vie sentimentale et/ou sexuelle. A ce sujet, il reconnait : « Du fait que nous manquons de contact avec l’extérieur, nous avons plus de difficultés à nous confier et à évoquer ce genre de choses, qui sont finalement devenues des faits sociaux, et qui permettent souvent de s’intégrer. »
Enfin, le dernier aspect qui resurgit de cet entretien est l’importance du personnage geek dans l’enseignement et l’éducation, du fait qu’il remet en question beaucoup de choses, et maîtrise certains domaines qui peuvent parfois dépasser les enseignants eux-mêmes…

Confrontées à l’expérience, suite à ces différents entretiens, il me semble que force est de constater que les clichés, que l’on souhaitait absolument éviter lors de la première séance de caractérisation des personnages, correspondent finalement assez souvent à une certaine réalité…

Ce qui ressort du second entretien effectué par Barbara :

Figure 4

Être geek, à la base, c’est être un passionné de technologies, mais la notion a été détournée et s’applique aujourd’hui plus particulièrement à l’informatique. Ça n’a pas forcément trait aux jeux vidéo et la programmation peut en faire partie. En général, un geek est au courant de l’actualité d’Internet et des buzz.

Être geek c’est aussi avoir besoin de sa « dose quotidienne » de virtuel, de se transposer dans un monde qui offre des milliers de possibilités et un dépaysement total par rapport à ce que l’on peut voir tous les jours. Il y a une sorte d’alchimie entre le geek et sa machine, l’ordinateur devient en quelque sorte une extension du corps.

La différence entre un geek et un no-life (un no-life est une personne qui consacre une très grande part, si ce n’est l’exclusivité de son temps à pratiquer sa passion, et qui par conséquent n’a « plus de vie » en dehors de cela), est que le geek conserve une vie sociale, il sait en général vivre sa passion en accord avec la société, sans la rejeter. Par exemple, les geek sont souvent bons élèves. La plupart du temps, ils s’expriment correctement à l’écrit, en français comme en anglais, (on note en effet très peu de fautes d’orthographe sur les sites tels que 9gag et 4chan*), et réussissent en mathématiques, l’esprit binaire aidant.
Le geek peut porter un regard assez critique sur la société, de par l’ouverture qu’Internet lui procure et la variété des informations auxquelles il a accès.

On peut dégager plusieurs idées de cet entretien. Un geek serait donc, au sens moderne, un passionné d’informatique. C’est une personne qui a une grande culture de l’Internet et des nouvelles technologies. On remarque une volonté d’échapper à la réalité, de se plonger dans un univers idéal et sans contrainte. L’ordinateur devient un objet vital dont il ne peut se passer. Un geek serait aussi une personne curieuse, plutôt ouverte d’esprit, même s’il peut parfois céder à un léger sentiment de supériorité par rapport aux « non-initiés » et au reste de la société.

Conclusion :

Nous n’étions pas toutes d’accord dans le dernier billet pour dire s’il fallait ou non s’inspirer des clichés pour créer nos personnages. A la suite de nos entretiens, nous en sommes arrivées à la conclusion suivante : le personnage de Maélie serait plus intéressant s’il prenait source dans certains clichés, même s’il nous faudra les modérer pour ne pas en faire une caricature. Philip Roth, écrivain américain, a dit dans son ouvrage intitulé La tâche : « Ce que nous savons, hors clichés, c’est que personne ne sait rien » : c’est qu’il est extrêmement difficile d’avoir des représentations qui ne soient plus du domaine des clichés. Tout ce que nous pensons savoir d’une catégorie de gens, ce sont les clichés que nous en avons. Il s’agit finalement d’une forme de croyance collective. C’est pour cette raison qu’il faut les utiliser, même si c’est dans le but de mieux les briser par la suite. Nous voulons tenter d’offrir au public une série dans laquelle il trouvera des personnages auxquels il pourra s’identifier facilement, ou bien reconnaître une catégorie de personnes, mais dans laquelle il pourra aussi parfois être surpris.

Maëlie sera donc une étudiante en alchimie avec son ordinateur, passionnée par toutes les nouvelles technologies et la culture Internet. Elle sera ouverte d’esprit, juste et carrée. Mal à l’aise avec les relations sociales et le sexe, elle sera réservée et aura beaucoup de mal à se livrer. Bonne élève, elle aura des amis geeks, mais grâce à sa colocation avec Nikolaï, elle entretiendra également des relations avec des personnes « normales ». Enfin, elle détestera tout ce qui est administratif.

Sarah Vasseur, Barbara Lancia et Juliette Chanson

* 9gag et 4chan sont des sites internet rédigés en anglais et basés sur le partage d’images et de vidéos. Bien que chaque membre puisse poster les fichiers de son choix, la grande majorité des envois sont des images ou des vidéos humoristiques, comprenant de nombreux mèmes (parodies ou déclinaisons d’images qui font le buzz sur la toile), ou des images faisant l’actualité. Très fréquentés par les férus d’informatique, ces sites sont en général considérés comme représentants de la culture geek.

Bibliographie :

ROTH Philip, La Tâche, Paris, Editions Gallimard, 2002

Illustrations

Figure 1 (photo à la une)

Titre : Intimité

Auteur : Chanson Juliette

Date de prise de vue : 07 novembre 2012

Légende : Dans l’esprit, cette photo souhaite simplement évoquer le contact entre celui qui utilise l’ordinateur et les composantes de l’ordinateur lui-même. Dans la passion informatique, il y a toujours un contact entre celui qui utilise et l’objet utilisé, ce qui n’est pas le cas de d’autres passions qui utilisent exclusivement le corps comme la danse etc. Ici il y a la nécessité d’un objet extérieur et d’un rapport avec celui-ci.

Figure 2

Titre : Le groupe à lunettes !

Auteur : Maté Bodnar

Date de prise de vue : 07 novembre 2012

Légende  : Cette image, prise par Máté Bodnár, a simplement pour vocation d’illustrer notre titre en même temps que notre groupe de travail, puisque elle nous présente avec des lunettes

Figure 3

Titre : Le geek et sa souris

Auteur : Lancia Barbara

Date de prise de vue : 07 novembre 2012

Légende : Métaphore de la souris d’ordinateur, qui est au plus proche de son utilisateur puisqu’elle est complètement intégrée à lui.

Figure 4

Titre :Le geek en flagrant délit !

Auteur : Chanson Juliette

Date de prise de vue : 07 novembre 2012

Légende : Représentation de la place que prend l’écran d’ordinateur pour quelqu’un qui est passionné d’informatique.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B3, G2] Prémices

 1 | Prémice de scénario

Dans nos précédents billets, nous avons posé les fondements de notre réflexion et pouvons alors aujourd’hui penser réellement notre épisode de la série Profession Étudiant. Comme nous l’avons indiqué dans notre billet Personare, nous trouvons les personnages des saisons précédentes trop clichés notamment car ils sont mis en scène à travers des situations banales de la vie étudiante. Nous souhaitons donc sortir l’action de la faculté pour la placer dans un appartement d’un des personnages, là où commence réellement la vie d’étudiant.

Synopsis: Au lendemain d’une soirée qui a eu lieu dans l’appartement de Maélie et Nicolas, Maélie décide de réunir ses quatre amis pour discuter de la soirée. L’appartement est en désordre, Nicolas, Maélie et Vincent sont assis sur le canapé, au milieu du salon. La fatigue se lit sur leurs visages. Ayaka devrait arriver sous peu. Maélie évoque la soirée qui, selon elle, a dérapé et reproche à Nicolas et Vincent d’avoir été ridicules. Eux, ne s’en souviennent pas de la même manière. Maélie, contrariée, part s’isoler dans sa chambre. Seuls, Nicolas et Vincent échangent leurs souvenirs de la soirée et tentent de la reconstruire. Tour-à-tour, se mélangent leurs récits et les situations réelles.

Alors que les personnages se remémorent la soirée, le spectateur voit se mélanger les souvenirs des personnages et le déroulement réel de la soirée. De cette position omnisciente et privilégiée  le spectateur s’attachera alors aux personnages et les comprendra. Ce mélange entre réalité et fiction représente cependant une difficulté technique et il faudra donc penser avec soin la mise en scène de notre épisode.

Figure 1 Morgane Kerarvran travaille sur le storyboard,  Photographie: Gaylord Gauvrit

2 | La mise en scène au cinéma

La mise en scène au cinéma peut se définir comme le contrôle que prend le réalisateur sur ce qui apparaît dans le cadre. Il doit diriger le regard du spectateur sur des éléments qui font évoluer la narration. Nous pouvons comparer le travail du réalisateur, qui crée un point de vue, à celui du peintre: chacun de ses choix est prédéfini par rapport au sens qu’il veut donner à son œuvre. Beaucoup de normes existent en ce qui concerne l’équilibrage des plans, la lumière, le réalisme mais réaliser une œuvre originale c’est avoir des partis pris, des choix. Les indices de profondeurs comme les silhouettes permettent de créer un système de plan que le réalisateur doit alors utiliser pour créer une relation dynamique tri- dimensionnelle, c’est-à-dire un jeu entre chaque plan. La mise en scène peut demander un travail de préparation extrêmement long, notamment à travers la création de storyboards. Eisenstein et Eric Rohmer ont même définit des modèles théorique de la mise en scène, ce qui pourrait laisser croire que la mise en scène est une discipline scientifique. Cependant certains réalisateurs, comme par exemple Renoir ou Robert Altman, laissent les acteurs improviser pour rajouter un caractère plus spontané aux scènes.

“Il n’est de théâtre que de l’homme, mais le drame cinématographique peut se passer d’acteurs. Une porte qui bat, une feuille dans le vent, les vagues qui lèchent une plage peuvent accéder à la puissance dramatique. Quelques uns des chefs d’œuvre du cinéma n’utilisent l’homme qu’accessoirement : comme un comparse, ou un contre-point de la nature que constitue le véritable personnage central” [Bazin dans L’art du film :Une introduction, p.175]

La mise en scène peut se définir à travers certains aspects : le décor, le maquillage et les costume, l’éclairage et le jeu que nous allons maintenant voir un à un. Les décors ainsi que les accessoires ont un rôle primordial dans la narration héritée du théâtre. Ainsi dans Psychose de Hitchcock, le rideau de douche cache le tueur et ce même rideau servira à transporter le corps. Le maquillage ainsi que les costumes, souvent coordonnés, renvoient à la caractérisation des personnages et peuvent aussi avoir aussi une fonction narrative. A l’origine, le maquillage était utilisé pour améliorer la qualité photographique des visages sur des pellicules peu sensibles, aujourd’hui il sert surtout à accentuer les qualité expressives des personnages. L’éclairage est un élément de la mise en scène extrêmement important, il permet au réalisateur de guider le regard du spectateur à travers les ombres, sa direction , sa source.

«La lumière est tout. Elle donne l’idéologie, l’émotion, la couleur, la profondeur, le style. Elle peut effacer, raconter, décrire. Avec le bon éclairage, le visage le plus laid, l’expression la plus stupide peut rayonner de beauté et d’intelligence» [Fellini dans L’art du film : Une introduction, p.190]

Figure 2 Federico Fellini sur le tournage de Satyricon , Photographie : Mary Ellen Mark, 1969

Le jeu d’acteur se définit à la fois à travers les mouvements et l’interprétation. L’interprétation est constituée d’éléments visuels mais aussi sonores. Par ailleurs on peut aborder les styles d’interprétation selon deux grands principes: un jeu sera plus ou moins individualisé ou stylisé ( c’est-à-dire basé sur des stéréotypes codifiés).

3 | La mise en scène au coeur de Moviestorm

Nous avons réfléchi à notre scénario en fonction des contraintes imposées par le logiciel Moviestorm, celles imposées par le projet (notamment le recours au plan séquence) ainsi que certaines règles de mise en scène, tout n’est pas possible pour notre travail. En effet la mise en scène exige une certaine intention sur le mouvement et l’interprétation. L’interprétation joue sur la voix ainsi que sur l’expression faciale. Par exemple, lorsqu’un personnage est étonné cela ce lit clairement sur son visage. L’acteur joue et est dans l’affect. Cela fait partie de la communication non-verbale. Dans la vie de tous les jours, l’expression hors de la parole est très importante afin de comprendre et de communiquer. Un regard noir peut faire entendre que nous sommes en colère, alors qu’un regard langoureux ou pétillant parle d’envie, d’amour. Moviestorm est un logiciel de 3D, nous ne pouvons donc pas faire appel à de vrais acteurs, à des personnes réelles pour retranscrire des expressions. Il est possible de faire sourire les personnages animés mais seulement de manière programmée. Le monde de l’acteur et plus particulièrement celui du théâtre est une activité que nous avons pratiqué, par plaisir, mais également dans un but de compréhension. Nous y avons compris qu’être acteur exige beaucoup de travail, d’abnégation, de neutralité afin de revêtir l’habit de quelqu’un d’autre. Il ne s’agit pas seulement de mimer mais aussi de mettre en action et de faire vivre un personnage. Dés lors, comment amener à la vie un protagoniste dont les gestes et les émotions sont déjà programmés?

« Quand intelligence et sensibilité sont en parfait équilibre, on a le merveilleux acteur. » [Charlie Chaplin, 1940]

Figure 3 Incrustation dans Moviestorm, Photographie : Morgane Meneau, Image: moviestormblog.com, Montage: Gaylord Gauvrit

Il sera juste de porter une attention plus particulière à la voix afin de faire en sorte qu’elle reflète et équilibre la sensation que le visage robotique peinera à transmettre. De plus, nous travaillerons plus sur la mise en scène dite “technique”, il s’agit d’une alternative afin de diriger le regard du spectateur, afin de le guider autrement que par le jeu des acteurs : il s’agira de mettre en scène les souvenirs par des flashbacks. A travers ceux-ci nous avons trouvé des astuces qui permettrons d’altérer l’intérêt porté aux émotions et de guider le regard par des mouvement de “corps” et de caméra. Nous allons également travailler sur la lumière et traiter les flashbacks au sein du même lieu, sans changer la dimension de la séquence. A chaque souvenir de la soirée, la lumière se baisse, puis se rallume et par un raccord camera la scène qui se déroule sous nos yeux se situe à l’endroit exacte que celle d’avant, mais dans un temps diffèrent (celui de la soirée).

Morgane Meneau, Morgane Kerarvran, Gaylord Gauvrit

Bibliographie:

Citations de André Bazin et Federico Fellini : David Bordwell et Kristin Thompson 2009, L’art du film : Une introduction, édition De Boeck, 2e édition.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B2, G2] Personare

La méthode de travail que nous avons définie dans notre précédent billet nous permet, pour ce second billet, de nous intéresser à des enjeux concrets. Nous travaillons notamment sur l’élaboration des personnages de notre série en entamant une analyse de terrain qui, à terme, nous permettra de les caractériser. Ainsi, notre fiction n’en sera que plus pertinente. Mais avant tout, commençons par définir les termes que nous allons évoquer dans ce billet.

Le mot personnage vient du latin personna, terme lui-même dérivé du verbe personare, qui signifie résonner, retenir. Par la suite, ce terme servit plus particulièrement à désigner le masque de l’acteur au théâtre. Le suffixe «age» provient du verbe latin agere : agir. Le personnage est donc celui qui porte un masque et se définit à travers l’action et l’interaction. Le terme personne vient également de personare mais la notion d’action n’est pas présente, comme si l’individu existait au-delà de ses actes. Nous sommes des étudiants, des personnes, nous devons créer des personnages qui appartiennent à notre propre univers : l’université. Nous sommes déjà immiscés dans ce monde, et pour la première fois nous devons l’observer attentivement. La difficulté est d’approfondir la recherche, de passer des personnes que nous connaissons, pour les faire évoluer en personnages, les définir à travers l’action. Plus que d’observer, nous créons. Entre créateur et ethnologue, nous ne sommes pas seulement dans l’analyse socioculturelle, mais aussi dans un processus créatif : l’élaboration des personnages de la série Profession Étudiant. Il est alors important de réfléchir à la place qu’auront les résultats de notre recherche dans ce processus. Un problème soulevé par Rousseau dans son Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes :

« Il ne faut pas prendre les recherches dans lequel on peut rentrer sur ce sujet pour des vérités historiques, mais seulement pour des raisonnements hypothétiques et conditionnels, plus propres à éclaircir la nature des choses qu’à en montrer la véritable origine, et semblable à ce que font tous les jours nos physiciens sur la formation du monde. » (Rousseau, 1754, p. 65-66)

Ainsi, nos recherches sur les étudiants ne vont pas définir exclusivement nos protagonistes, il faut aussi les inventer. Nos résultats vont nous servir de support et non pas de bible pour leur création. Nous partons de personnes que nous observons pour réfléchir aux personnages et non l’inverse. Le journal d’étude n’est pas une finalité, il sert de prémices à notre production, permettant d’actionner la création. A travers l’analogie de l’arbre, Paul Klee évoque l’artiste comme un intermédiaire, un interprète et non un imitateur.

« Les racines seraient constituées par ‘’le flux des apparences et des expériences’’, l’artiste occuperait la place du tronc, les branches seraient son œuvre. Il ne vient, à l’idée de personne d’exiger d’un arbre qu’il forme ses branches sur le modèle de ses racines. (..) L’artiste (…) ne fait rien, à la place qui lui a été assignée dans le tronc, que de recueillir ce qui monte des profondeurs et de le transmettre plus loin. Ni serviteur soumis, ni maître absolu, mais simplement intermédiaire. L’artiste occupe ainsi une place bien modeste. Il ne revendique pas la beauté de la ramure, elle a seulement passé par lui. » (Klee1998, p.16-17)

Le créateur utilise ses racines pour prendre la sève dans le monde qui l’entoure. Il étudie, il regarde, il observe, il se l’explique. Ce qu’il voit passe par ces sens, se confronte à sa perception, pour finalement déployer, montrer un monde altéré. Nous avons engagé des recherches de terrain, lesquelles serviront à notre travail sur Profession Étudiant, à notre scénario et à la réalisation. Il ne s’agira pas de copier/coller le réel, mais de le réinventer, de se l’approprier, tout en gardant une part de vérité.

Photographe : Catherine – Copyright Unprofound.com

Après avoir posé les bases de notre réflexion, nous allons étudier des éléments concrets. Nous travaillons actuellement sur la saison trois de Profession Étudiant. Nous prenons donc la suite d’un travail qui a déjà été réfléchi, comme par exemple les personnages : Ayaka, Vincent, Nicolas et Maéllie. Ils sont tous les quatre étudiants en art plastiques, en philosophie, en théâtre ou en information communication. Ils sont déjà caractérisés et possèdent leurs propres personnalités. Par exemple Ayaka est japonaise, adore l’art nippon, elle s’exprime grâce à un français soutenu , elle est en crise identitaire et est perfectionniste. Ce personnage a donc été crée par nos prédécesseurs, mais nous sommes libres de les retravailler. Nous nous sommes donc penchés sur Ayaka, car c’est celle qui nous pose la plus grande difficulté. En effet nous avons du mal, en tant que spectateur, à nous identifier à eux. Nous ne pouvons pas ressentir une émotion véritable (comme face à des vraies personnes), car ils sont trop « clichés », ils ne correspondent pas à l’image que nous avons des étudiants et donc de nous même. Par exemple ce n’est pas parce que Ayaka est japonaise qu’elle aime forcément l’art nippon. L’identification est primordiale que l’on déteste ou au contraire aimons les personnages. Il faut que l’on puisse les comprendre, mais ce n’est pas le cas et cela créé une distanciation trop forte pour permettre au spectateur d’entrer dans la trame narrative des épisodes. Il semble évident que les personnages manquent de caractérisation dans le sens où ils ne sont pas nuancés et n’ont pas de conflits internes. Ainsi, les histoires tournent uniquement autour de l’univers de l’université, c’est-à-dire du conflit externe : les étudiants et les difficultés face à leur environnement. De plus chaque personnage est trop centré sur lui-même ce qui empêche les interactions, or les relations permettent de se définir socialement. Il est important de dire que l’utilisation de marionnette «guignol» impose un ton caricatural. Il s’agissait donc de la principale contrainte de la saison précédente, que les étudiants n’ont pas réussi à contourner. Au contraire, ils ont insisté sur ce trait.

Travail en groupe. Photographie: Gaylord Gauvrit.

Pour cette troisième saison, nous avons également une contrainte principale, l’utilisation de Moviestorm. Il s’agit d’un logiciel permettant de créer un univers en trois dimensions très rapidement et ce en utilisant des modèles préexistants tels des personnages et leurs costumes, des décors ainsi qu’un panel réduit d’objets que l’on peut facilement mettre en place et en espace. Il est également possible de faire interagir tous ces éléments entre eux de manière scriptée. Ainsi, un personnage peut réaliser des actions prédéfinies : marcher, courir, saluer, se pencher et même embrasser langoureusement un autre personnage. N’étant pas des spécialistes de modélisation et d’animation 3D, c’est indéniablement grâce à ce logiciel que la réalisation de la série d’animation Profession Etudiant devient alors possible. Toutefois, nous voyions déjà les limites d’un tel outil. Simplifié, script et préfabriquée, notre univers 3D sera également limité et non personnalisé. Il est important de prendre en compte, dès les prémices de notre projet, les contraintes de l’outil que nous utilisons, car celles-ci vont nous permettre de cadrer notre réflexion. Dès lors, nous avons réfléchi aux différentes solutions qui nous permettront de pallier ces contraintes. Souhaitant rendre crédibles nos personnages ce n’est donc pas à travers leur représentation physique (modélisation 3D) ni via les interactions (scriptées) qu’ils auront entre eux que cela sera possible. Nous envisageons donc de mettre l’accent sur les dialogues de la série en attribuant un soin particulier à l’écriture des dialogues ainsi qu’aux doublages qui les mettront scène, car il s’agira de la seule dimension humaine de nos personnages.

Après avoir définit notre méthode et l’objectif de la recherche, pris connaissance des difficultés et des contraintes, analysé les travaux précédant et pris en main le logiciel Moviestorm, nous pouvons maintenant envisager d’entrer réellement dans l’action.

Bibliographie:
Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes (1754), GF Flammarion, Paris, 2008
Paul Klee, La théorie de l’art moderne (1998), collection Folio/Essais

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B2, G1] Profession étudiant (commentaires sur)


Chloé, étudiante professionnelle (© Gabriel F.)

Affalé sur un bureau mal éclairé, dans une chambre finalement imposée, parfois la cigarette en bouche, les traits tirés par la fatigue, les mauvaises nuits et les inquiétudes pour l’avenir ; c’est comme ça qu’on pourrait trouver l’étudiant, exerçant son activité studieuse que d’aucuns nomment « le métier d’étudiant » [Alain Coulon, 1997]. Il ne faut voir ici aucun mépris mais plutôt une certaine confrontation de la théorie et de la réalité dans une thématique dont nous sommes si proches. Dans ce billet, nous avons ainsi choisi de nous arrêter sur le concept de « Profession Etudiant ». En effet, comment aborder la conception du projet de fiction de l’année sans identifier clairement les enjeux de la série ? Et comment identifier les enjeux de la série sans savoir véritablement de quoi l’on parle ?

Selon l’encyclopédie Larousse, une profession est une activité rémunérée et régulière exercée pour gagner sa vie. Il s’agit donc d’un métier, c’est-à-dire une « occupation ou mécanique qui trouve son utilité dans la société » [Grand Robert]. La nuance entre ces deux termes implique qu’en réalité, une profession est avant tout l’expression d’un savoir-faire qui se traduit par l’occupation d’un métier et qui donne une position sociale plus ou moins prestigieuse. A plus large échelle, une profession est également un ensemble de personnes qui exerce un même métier. Cela implique donc la constitution d’un groupe social aux caractéristiques communes. Toujours selon l’encyclopédie Larousse, un étudiant est une personne qui fait des études supérieures dans une université ou un établissement d’enseignement supérieur comme une Grande Ecole. Cette définition fonctionnelle de l’étudiant a le mérite de permettre la catégorisation immédiate de l’étudiant dans une sphère sociale déterminée, celle de l’enseignement supérieur. Dès lors, la profession d’étudiant impliquerait l’appartenance à un certain échelon et à un certain groupe social. Ainsi, quand on parle de profession étudiant, on parle d’une occupation précise dont la position est clairement identifiée dans la société et reconnue par elle. Ensuite, cette occupation est exercée par un groupe social précis, celui des étudiants. L’étudiant est ainsi celui qui exerce la profession d’étudier. Contrairement aux autres métiers, la profession d’étudiant n’est pas rémunérée.

Notre websérie – et sujet de création audiovisuelle – s’intitule Profession étudiant en référence à l’ouvrage d’Alain Coulon titré Le métier d’étudiant (1997). Il convient ainsi d’approfondir ce concept énoncé par l’auteur. Si Alain Coulon, Professeur en sciences de l’éducation à Paris VIII, fait se juxtaposer les termes « d’étudiant » et de « métier », c’est pour inviter les jeunes bacheliers à « considérer [leur] nouveau statut d’étudiant comme une nouvelle profession [qu’ils vont] exercer » même si l’essence de ce statut est nécessairement transitoire. Il suggère donc que devenir étudiant c’est parvenir à maîtriser les règles tant sociales que professionnelles de ce nouveau statut. Pour cela, le jeune apprenti doit traverser trois étapes qu’il définit comme suit : celle de « l’étrangeté », celle de « l’apprentissage » et enfin celle de « l’affiliation ». Dans la première, l’auteur expose cette phase propre à chaque nouvel arrivant à l’Université se voyant confronté à un environnement jusqu’alors inconnu et qui ne correspond pas forcément à l’image qu’il s’en faisait. Toutes ces nouveautés que sont « l’enfer » des démarches administratives, la forte population universitaire, les emplois du temps à constituer soi-même et le travail personnel nécessitent l’entrée du sujet dans une seconde phase : l’adaptation. Cette dernière requiert une acceptation des règles qui régissent le milieu universitaire et l’acquisition d’une routine. Lorsque cette acceptation est complète, on peut alors parler d’affiliation ou bien de socialisation de l’étudiant qui s’imprègne dès lors de l’identité collective étudiante. Selon Alain Coulon, l’intégration totale de l’étudiant dépend fortement de la participation de ce dernier à des activités para-universitaires, telles que le syndicalisme étudiant ou encore l’adhésion à une association étudiante. Il complète ce postulat en ajoutant que « le métier d’étudiant » c’est, « au delà des cours (…) nouer des contacts, établir des dialogues, mener des activités avec d’autres étudiants ». Un étudiant devient ainsi professionnel dès lors qu’il maîtrise les ficelles de l’université et est intégré socialement dans cette communauté.

La socialisation de l’étudiant ne se cantonne pas à l’intégration des principes de l’Université et à la compréhension de son système administratif. En effet, d’après Sébastien Michon (chargé de recherche au CNRS), les activités dites “extra-scolaire”, tels que l’investissement dans une association ou le militantisme étudiant, peuvent contribuer à la bonne adaptation de l’étudiant dans son nouvel environnement. Ces activités favorisent les échanges et permettent aux étudiants de faire de nouvelles rencontres. L’étudiant se rattache à un collectif existant et affirme alors son appartenance à un groupe. Il faut évidemment tenir compte que, malgré l’importance que peut avoir la socialisation au sein de l’Université, si beaucoup d’étudiants ont des convictions et des valeurs qu’ils défendent, un plus petit nombre franchit le pas et s’investit dans des organisations. Dans le cas du militantisme étudiant, Sébastien Michon nous dit que « la socialisation politique ne provient pas uniquement des dispositions incorporées lors de l’enfance ou de l’adolescence […], elle se construit à partir d’un ensemble de dispositions plus ou moins activées en fonction des contextes “d’actions traversées” [Les cultures étudiantes 2010, p.42]. C’est à dire que notre engagement est également déterminé par les rencontres que nous faisons notamment sur nos lieux d’études, où la conscience politique est représentée par la présence de syndicats étudiants, qui sont beaucoup plus actifs sur les lieux d’enseignements, mais aussi par les lieux que nous fréquentons quotidiennement. L’engagement se fait donc par le biais de rencontres et grâce au partage des idées. Un étudiant choisira telle ou telle organisation en fonction de ses convictions. Il se peut aussi, que “l’héritage familial” ait une importance, si l’un des membres de sa famille est militant, le militantisme ne lui est alors pas étranger. La socialisation par l’engagement dans une organisation politique est un moyen de rencontrer d’autres étudiants et peut permettre, comme le souligne Sébastien Michon, de “compenser un déficit de sociabilité” [Les cultures étudiantes 2010, p.48] causé par l’éloignement familial en raison de la mobilité de l’étudiant pour réaliser ses études supérieures. De plus, la sociabilité est permanente au sein des syndicats étudiants grâce aux activités quotidiennes : “Les journées sont rythmées par les réunions, les discussions, les stratégies à adopter […], les repas au restaurant universitaire, les interventions en amphithéâtre […], ces lieux de vies constituent des points de rencontres et de ralliement” [Les cultures étudiantes 2010, p. 49] , nous dit Sébastien Michon. Malgré les biens faits que peuvent apporter l’engagement dans une organisation, il ne faut pas écarter le fait que, le plus souvent, l’investissement dans le militantisme est en concurrence avec les autres “investissements sociaux” tels que la famille, le milieu scolaire et professionnel ou encore les loisirs. L’engagement nécessite donc une certaine disponibilité de la part de l’étudiant, et peut dans certains cas, avoir une telle importance dans la vie de l’étudiant que celui-ci délaisse toutes autres activités et se retrouve en échec scolaire.

Mais que serait la vie étudiante si elle ne comprenait pas les moments de détente ? Yvonne Neyrat  (maître de conférence en Sociologie à l’Université Pierre Mendès France de Grenoble), nous fait remarquer que “la période des études est souvent appréhendée comme un moment d’initiation et de transmissions” [Les cultures étudiantes 2010, p.193], et que les moments festifs marquent très nettement la séparation entre le temps des cours et le temps libre. Les soirées étudiantes sont la représentation de la “décompression” des étudiants. Elles permettent à l’étudiant de sortir du cadre scolaire et d’évacuer toutes pressions qu’il a pu accumuler au cours de sa semaine d’études. Les soirées étudiantes sont perçues comme des moments de “liberté” et permettent également la sociabilisation de l’étudiant. En effet, les soirées sont le moyen pour les étudiants de se retrouver toute filière confondue et de se connaître en dehors des cours. “Ces moments festifs marquent très nettement la séparation entre le temps des cours et le temps libre [p.196], nous dit Yvonne Neyrat. Ces soirées facilitent l’appartenance à un groupe social et favorisent les échanges entre étudiants, de manière plus détendue et naturelle que lors d’un cours à l’Université, car le changement de cadre a aussi son importance, le fait de sortir du carde universitaire favorise de nouvelles relations entre étudiants. La sociabilisation et l’affiliation passent donc par ces moments festifs.

La confrontation de la théorie avec une réalité sociale difficile est amère. Dans une optique d’observateur-participant, nous pouvons affirmer que dans un contexte de crise comme le nôtre, les préoccupations d’intégration à l’université sont relatives et souvent balayées par des considérations économiques et financières très personnelles. En effet, il s’agit pour chacun (ou simplement la plupart) d’assurer un avenir décent dans le but de maintenir un niveau de vie équivalent ou supérieur à celui de nos parents. Parfois même, il s’agira de changer de mode de vie et d’échapper au processus de reproduction sociale. Et c’est extrêmement difficile. Le « métier d’étudiant » devient alors une passerelle vers un monde professionnel en crise sur lequel il faut malgré tout compter. On pourrait comparer notre temps d’étude à un gigantesque sablier. Il faudrait juste s’imaginer de l’argent à la place des grains de sable et admettre que certains sabliers sont plus petits que d’autres, et que dans ceux-ci, l’argent disparaît plus vite.

Ensuite, il faut aussi admettre que l’exercice de la profession d’étudiant est faussé par ce besoin de financement. Certains étudiants sont obligés de travailler pour simplement pouvoir manger à leur faim. Ça, personne ne l’ignore, mais tout le monde s’en fout. Alors, nous sommes certainement des observateurs-participants. Mais comme nous avons pu le dire, il est difficile de s’exprimer avec objectivité sur un sujet qui nous concerne totalement et d’admettre la théorie d’Alain Coulon quand le frigo vide annonce une forte baisse de motivation pour s’intégrer à la vie sociale universitaire.

Pour être plus objectif, il faudra préciser que ce processus est parfois même faussé par l’université elle-même, à qui il manque les infrastructures nécessaires à l’exercice serein de la vie sociale universitaire. Le cas de Bordeaux est anecdotique. C’est une des seules universités de France qui se trouve extrêmement éloigné de son centre-ville, desservie par une unique ligne de transport surchargée, et dont le campus a juste été davantage pensé comme dortoir que comme lieu de vie et de rencontre.

À partir de ces définitions, références bibliographiques et avis critiques, nous pouvons désormais amorcer le processus de création de Profession Étudiant, la websérie du Master CPI. Celle-ci a traité, traite et traitera donc de la complexité et de la diversité de la vie de 4 étudiants : Maëlie, Nicolaï, Ayaka et Vincent. La série suit les tribulations de ces 4 jeunes durant leurs années d’études et la façon dont ils font face à un milieu qui ne leur est ni tout à fait étranger, ni tout à fait familier. Le but de cette fiction étant de retranscrire la réalité étudiante dans le sens où les étudiants traversent une phase transitoire qui les inscrit dans une communauté définie et représentative, nous nous efforcerons de garder à l’esprit nos différentes lectures lors de l’écriture du scénario et du choix de la thématique de notre webépisode. À ce titre, si l’enfer administratif et la geek attitude ont déjà été abordés dans les saisons précédentes, nous sommes en mesure de traiter d’autres thèmes typiques du milieu étudiant comme le bizutage, la conciliation du travail et des études, les soirées étudiantes, la triche, les transports en commun ou encore le militantisme étudiant (thème cher à M. Coulon). Affaire à suivre… 😉

Crédits photos : Gabriel Feuvrier, octobre 2012.

Bibliographie
Alain Coulon, Le métier d’étudiant, Paris, PUF, 1997.
Yvonne Neyrat, Les cultures étudiantes. Socio-anthropologie de l’univers étudiant, L’Harmattan, 2010.
Sebastien Michon, Les cultures étudiantes. Socio-anthropologie de l’univers étudiant, Etudes et engagement politique : l’interdépendance des carrières militantes et étudiantes. L’Harmattan, 2010.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B2, G3] Caractérisation des personnages

Nous voilà déjà arrivées au deuxième billet, et l’évolution de notre groupe est dès à présent palpable. L’organisation de notre travail s’est faite naturellement, en fonction de l’emploi du temps et des envies de chacune. Nous en sommes aux prémices de la réflexion autour de l’écriture du scénario et nous estimons que l’important est tout d’abord de caractériser les personnages et de mener une réflexion sur le contexte dans lequel ils vont évoluer.

Pour cette deuxième session nous nous sommes réparties les tâches. Sarah était chargée de réfléchir à la façon de caractériser les personnages tandis que Barbara devait aller à la rencontre des étudiants de deuxième année du master CPI afin de faire le point sur leur propre caractérisation des personnages. Enfin, Juliette étant la seule à avoir assisté au cours de Movie Storm, elle devait établir un rapport sur les contraintes apportées par l’utilisation du logiciel.

Sarah Vasseur :

Pensées sans continuité sur le thème de la création des personnages au sein de notre groupe…

Si je suis à priori d’accord pour un fonctionnement dit démocratique, c’est parce que je pense qu’il laissera naturellement place à un autre système, plus « hiérarchisé », au sein duquel chacune aura une fonction différente. Je ne crois pas en un système totalement égalitaire entre les membres d’un groupe, et la démocratie me semble utopique dans tous les cas de figures : « Nous ne sommes pas tous égaux, et nous ne sommes pas tous traités de la même façon, et ceux qui ne l’acceptent pas meurent… » Hugh Laurie dans Dr House, Saison 2. Tout le monde ne peut pas faire les mêmes choses dans la même proportion, mais chacune doit apporter en fonction de ses propres capacités, avec ses propres limites, et c’est précisément cela qui est intéressant. Pouvoir observer la façon dont chacune va contribuer au processus créatif, et la manière dont nous allons nous relayer pour les différentes tâches, fonctions, etc. Je me demande cependant s’il ne peut pas se créer une scission au sein du groupe, entre les autres et moi, du simple fait que Barbara et Juliette se connaissent déjà depuis longtemps et qu’elles vivent ensemble en colocation. L’expérience nous le dira…

On nous demande, quoi qu’il en soit, de caractériser des personnages afin de commencer à penser notre scénario, et déjà, nous nous confrontons au problème suivant : beaucoup ne veulent pas, ou ont cette peur, de produire des clichés. Paradoxe effrayant, il me semble, puisque, au théâtre comme au cinéma, les traits des personnages sont souvent exagérés, voire caricaturés. Nous faisons des études dans le cinéma et nous n’osons pas le cliché ! Faut-il tomber dans une espèce de réaction sociale systématique qui rendrait fade toute représentation ? Alors nous allons confirmer le cliché de l’étudiant en cinéma gauchiste et réactionnaire ? Certainement que les « clichés » sont souvent nécessaires, qu’ils soient plus ou moins forts, ils prennent leur place ne serait-ce que dans les prémisses de la création d’un personnage. Il est possible d’observer cela, et notamment dans les pièces de Molière, – car c’est particulièrement présent dans le registre comique- , et cela même chez les humoristes contemporains. Dans l’Avare, ou dans le Misanthrope, nous voyons bien que les caractéristiques des personnages tournent à l’extrême, et nous savons que tous les avares n’ont pas tous le caractère aussi trempé que Harpagon. Et il en va de même dans des spectacles plus contemporains comme ceux de Gad Elmaleh (le blond, le mec bourré…). Là encore, je crois qu’il ne faut pas confondre un idéal de non jugement, d’égalité sociale, et refuser ce qui prend parfois sa place dans l’image, dans le jeu d’acteur, et dans la représentation de manière générale.

Représentation, beau mot que voilà ! Mais qu’est-ce que cela implique ? Dans ce mot,  « représentation », intrinsèquement, de par l’étymologie, se trouve la notion du « présenter devant », mettre sous les yeux. Cela signifie rendre ce qui est absent dans le présent. Et caractériser un personnage, est-ce autre chose que de mettre au devant du spectateur le caractère de celui-ci ? Qui plus est, quand celui-ci doit être présenté dans un délai très court qu’est celui du cinéma ou du théâtre, où l’espace/temps est compressé… Et pour cela, ne faut-il pas, afin de faire comprendre au spectateur de quoi il en retourne, avoir un certain point de vue qui force la caricature ? Le terme approprié serait effectivement plutôt celui de caricature que de cliché, puisqu’un cliché se définit comme une image ou un terme répété, de telle façon qu’il devient banal, voire automatique.

« Le monde est ma représentation. — Cette proposition est une vérité pour tout être vivant et pensant », Le Monde comme volonté et comme représentation § 1, Schopenhauer. Il n’y a pas de représentation sans sujet qui émet celle-ci et sans objet qui est connu par elle, sujet qui appréhende le monde avant tout comme sa représentation. Et si les représentations peuvent aussi relever de l’inconscient collectif, (pour cela nous pouvons rejoindre la définition donnée par Jung : « Terme générique de l’œuvre de C. G. Jung, l’inconscient collectif est employé pour décrire toutes sortes de phénomènes et d’images ramenés à la conscience, mais qui n’appartiennent pas à son expérience propre. Il est composé de toutes les expériences humaines depuis l’aube des temps. »,  http://www.psychologies.com/Dico-Psycho/Inconscient-collectif), alors elles ont d’autant plus d’impact.

Nous devons caractériser des personnages… Dans l’Antiquité, les personnages du théâtre grec n’étaient parfois que des masques, mais aujourd’hui, dans le monde contemporain, on nous demande de tomber les masques et de décrire précisément, dans le détail – puisque c’est cela même la définition de « caractériser »- quels sont les aspects qui définissent les personnages auxquels nous voulons donner vie. Nous sommes 12 étudiants, et il faut que nous puissions tous nous accorder  afin de donner un ensemble unifié et cohérent au sein des toutes les représentations singulières.

Il me semble donc que, pour cela, il ne faut pas craindre, dans un premier temps, de dresser des portraits grossiers, caricaturaux, qui s’affineront ensuite à mesure que nous penserons le scénario. De plus, les observations effectuées pourront contribuer à enrichir ces mêmes personnages, qui vont se façonner au cours de toute l’année scolaire à venir…

Barbara Lancia :

Grâce au visionnage des différents épisodes de la série Profession Etudiant, nous avons pu nous faire une idée du caractère et de l’histoire personnelle des quatre protagonistes. Cependant, afin d’avoir une vision plus claire des personnages et de la manière dont ils ont été envisagés dans les saisons précédentes, il m’a paru important de rencontrer les étudiants de seconde année du Master CPI et de recueillir leur point de vue sur chaque personnage. Malgré des opinions quelque peu divergentes d’un étudiant à l’autre, voici ce qui a pu être retenu :

Maélie, 21 ans, est étudiante en Master 1 de la filière InfoCom. Elle est bordelaise et fille de libraire. Très intéressée par l’informatique, elle  aime tester tout type de logiciels. Des quatre personnages de la série, Maëlie est surement la moins déjantée. Plutôt obstinée et parfois culottée,  la jeune fille ne se laisse pas faire. De nature optimiste, elle soutient Ayaka dans ses projets, enfin, elle materne et recadre Nicolaï, parfois trop insouciant.

Ayaka, 25 ans, suit un Master 2 en Arts Plastiques et possède une double licence Littérature et Français. D’origine japonaise, elle a appris le français dans les livres et s’exprime dans un langage plutôt soutenu. Ayaka est la demi-sœur de Vincent. Elle peut être défaitiste car elle manque de confiance en elle. Elle comprend mal le second degré et n’aime pas qu’on se moque d’elle. Cependant, Ayaka s’investit beaucoup dans ses projets quand elle se sent en confiance. Elle possède un humour particulier, souvent pince sans rire.

Nicolaï a 22 ans. Étudiant en théâtre, il se fait appeler Nicolaï au lieu de Nicolas, par coquetterie. Il fait partie des « Green Pitres », une association écologique. De tempérament frivole, il a du mal à concilier ses études avec son emploi de barman. Il fait des blagues qui ne sont pas toujours drôles et fuit les conflits. Enfin et surtout, il aime la vodka !

Vincent, 26 ans, prépare une thèse de philosophie. Plutôt intellectuel, il déteste l’échec et essaie de trouver une solution à tout. Faisant figure d’expert, il aide les trois autres personnages. Vincent est très éparpillé et cumule les conquêtes féminines.

Ces informations pourront servir de base à la conception de nos scénarios. Cependant, il sera certainement nécessaire d’étoffer cette caractérisation et d’en proposer une évolution ; ce fut l’objectif du dernier cours de M. Jean-Pierre Ronsain.

On peut, par exemple, imaginer que Maélie, qui est rousse, ait des origines anglaises. De plus, étant bordelaise, elle pourrait utiliser régulièrement le terme « gavé ». En raison de son goût pour l’informatique, on peut l’imaginer très ordonnée, naturelle et simple. Elle pourrait préférer la compagnie des garçons à celle des filles, puisqu’ils partagent les mêmes centres d’intérêts. De plus, on peut penser que Nicolaï ait un problème d’identité puisqu’il a souhaité modifier son prénom. Amateur de théâtre, on peut supposer qu’il soit en représentation permanente et qu’il ne se dévoile jamais réellement tel qu’il est. Ayaka, quant à elle, pourrait refléter les traits de la culture japonaise. On peut la penser très appliquée, soumise à l’autorité et sensible aux critiques. Elle pourrait avoir tendance à se soumettre au groupe et à s’oublier en tant qu’individu. Enfin, on peut imaginer que Vincent, de par ses études et son comportement de séducteur, soit plus à l’aise dans le discours que dans le relationnel.

Voilà les quelques pistes qui pourront être approfondies pour la nouvelle caractérisation des personnages. Bien sûr, toutes les caractéristiques des personnages devront être précisément définies avant d’aborder l’écriture du scénario.

Juliette Chanson :

Lors de l’écriture d’un scénario il faut bien sûr penser aux contraintes. On doit respecter le caractère des personnages, faire en fonction des décors, des moyens qu’on a pour réaliser le film…  Un des facteurs qui nous a donc paru primordial, c’est le logiciel avec lequel nous réaliserons notre épisode.

En effet, les saisons précédentes étaient produites avec des acteurs pour la première saison, puis des marionnettes. Cette année nous avons pour consigne de concevoir une série en 3D en utilisant le logiciel Movie Storm.

Nous avons appréhendé en cours le logiciel, en apprenant à découvrir ses fonctions et donc ses contraintes. Durant toute l’écriture il faudra qu’on ait à l’esprit que nous ne dirigerons pas des acteurs, mais nous aurons un décor, des personnages et des interactions visuels.

Cela peut représenter à la fois des inconvénients et des avantages, mais nous avons un cadre à respecter ce qui peut aussi nous faire avancer plus facilement.

Le fait que le décor ne soit pas réel peut nous permettre de laisser courir notre imagination, nous n’avons pas de problèmes de moyens financiers ou matériels. Au niveau du temps, nous avons aussi un avantage, qu’on veuille que la scène se passe de jour ou de nuit, qu’il fasse beau ou non, nous évitons les contraintes d’un tournage.

Au niveau des expressions et interactions des personnages, par contre, il faudra bien accentuer les mouvements car ils sont forcément moins voyants en animation – du moins, dans l’animation qu’apporte Movie Storm. Dans l’écriture, il faudra qu’on réfléchisse à apporter des indices dans les paroles ou le comportement des personnages, on ne peut pas compter que sur une expression du visage par exemple. Nous pensons devoir faire dans l’exagération afin de rendre les expressions voulues.

Comme nous commençons à réfléchir à l’écriture de notre épisode, nous ferons une liste des contraintes apportées par le logiciel, avantages et inconvénients, afin d’obtenir un scénario en accord avec la réalisation.

Cette photographie illustre le modèle selon lequel nous devrons rédiger notre scénario. 

Pour ce billet, chacune s’est approprié sa partie sans interférence avec les autres. En effet, nous pensons qu’il est intéressant d’aborder chaque billet d’une façon différente, en fonction du sujet, du contexte et de la façon dont nous avons envie de travailler.

Nous avons donc donné nos avis, même si certains étaient divergents, et tenté d’enrichir ce billet avec nos connaissances respectives. C’est une nouvelle approche que nous nous autoriserons parfois et qui nous permet d’avancer différemment.

Pour ce thème qu’est celui de la caractérisation des personnages, nous retenons différentes choses : tout d’abord, le fait que nous devons prendre en compte le cadre particulier dans lequel vont évoluer nos personnages, le logiciel utilisé possédant des caractéristiques et des fonctionnalités spécifiques. En effet, si cela peut faciliter certaines manœuvres, cela impose aussi d’autres règles que nous approfondirons avec la pratique du logiciel.

Les personnages étant esquissés, il nous appartiendra d’oser aller plus loin dans la caractérisation en ajoutant de nombreux détails qui ne pourront qu’apporter sens et crédibilité à notre scénario.

Crédits photo :

Photo à la une : Masks with theatre concept, de Elnur Amikishiyev

Les masques de théâtre font référence à la caractérisation des personnages. Il sont la représentation de ce que l’on voit des personnages et des clichés qu’ils peuvent renvoyer. Mais l’on ne peut qu’imaginer ce qui se trouve réellement derrière.

Photo dans le corps du texte : Photographie personnelle

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website