Archives de catégorie : Archives Projets

[B1, G1] Un trio à cordes

Prenez une jolie blonde, artiste dans l’âme et avec une langue bien pendue ! Faites la rencontrer un jeune acteur, spécialiste en droit et fin psychologue ! Immiscez enfin entre ces deux-là une publicitaire globetrotteuse à la crinière violette ! Vous obtenez un mélange complémentaire et détonnant d’apprentis cinéastes prêts à en découdre avec Profession Étudiant, une web série au nom évocateur…

Three wise monkeys, Leo Reynolds

Ces apprentis cinéastes, c’est NOUS, Chloé, Gabriel et Manon. Aujourd’hui, nous nous lançons dans un projet qui va exploiter et mettre à l’épreuve nos compétences mutuelles pour aboutir idéalement à une production originale et consistante.  Ces compétences, nous devons les identifier pour optimiser notre organisation de travail et mieux répartir les rôles. Mais avant toute chose, il convient de définir cette notion de compétence. Selon la définition du Nouveau Littré, une compétence est une « habileté reconnue dans certaines matières et qui donne un droit de décider ». Le Grand Larousse Universel, quant à lui, définit une compétence comme une « capacité reconnue en telle ou telle matière en raison de connaissances possédées et qui donne le droit d’en juger ». De ces deux définitions représentatives, on retient les notions communes de capacité ou d’habileté ; de reconnaissance ; de matière, de connaissances ; de droit de décision et de jugement. Ainsi chaque compétence se base sur un domaine particulier que l’on peut nommer matière, par exemple l’écriture scénaristique ou le graphisme. Cette aptitude à maîtriser une discipline doit être reconnue par un tiers. Toutefois, il ne peut pas s’agir de n’importe quel tiers. La reconnaissance n’est légitime que lorsqu’elle est issue d’une même origine sociale. Autrement dit, la reconnaissance est acquise lorsque le groupe social l’admet. A ce titre, la reconnaissance d’une capacité signifie pour l’individu qu’il est intégré au groupe social visé comme l’institution scolaire et la réussite aux examens. Enfin, la maîtrise d’un domaine confère à celui qui la possède un droit de décision ou de jugement dans cette spécialité. La personne désignée comme compétente peut donc trancher pour ses pairs dans son champ de compétence et faire évoluer le débat vers un choix définitif et justifié. Le droit de décision qui en découle est légitime parce que l’individu a auparavant été reconnu. A son tour, l’individu peut exercer son droit afin de reconnaitre d’autres individus dont l’ambition serait de faire valoir leur compétence dans ce domaine particulier. Ainsi, la compétence, ce n’est pas seulement un savoir donné dans un domaine particulier mais plutôt la reconnaissance d’un ensemble de connaissances par le groupe social déjà établi dans ce domaine particulier. Dès lors, détenir des compétences suppose de vivre en société, et donc d’entretenir des liens sociaux.

Dans le cas de notre groupe de travail, la question des compétences est une question sensible. Nous ne sommes pas encore en mesure de pouvoir affirmer détenir des compétences selon la définition que nous avons précédemment donnée car, bien que nous détenions des qualités clairement identifiées dans des domaines variés mais également dans le domaine de l’audiovisuel, il nous manque actuellement la reconnaissance de l’ensemble de la profession, mais également un savoir et un savoir-faire précis. Pour autant, dans une optique didactique, nous avons conservé la notion de compétence dans la mesure où, si nos compétences en audiovisuel restent encore imprécises, la diversité de l’origine de nos environnements respectifs, de nos formations, et de nos apprentissages nous ont permis d’acquérir des compétences diverses dans des domaines tout aussi variés. De même, il faut ancrer la recherche de nos compétences dans une analyse thématique du travail étudiant qui se traduit concrètement par la création et la production d’un épisode de web série, en 3D. Ainsi, il est important de déterminer quelles sont les compétences de chacun d’entre nous, mais aussi la mesure dans laquelle nous allons pouvoir mettre à profit nos expériences, dans une perspective précise de création et de rétrospective créative.

En effet, savoir que Gabriel est un bon amant, que Chloé est un cordon bleu ou que Manon est douée en patins à roulettes ne nous aidera pas à assigner un rôle à chacun dans le processus de création. À nous de faire le tri parmi les compétences de chacun. Après une longue discussion concernant nos parcours respectifs, nous sommes parvenus à mettre le doigt sur un certain nombre de qualifications propre à chacun.

Selon notre premier constat, aucun d’entre nous n’a, à proprement parlé, de formation en audiovisuel, comme nous l’avons précédemment évoqué. Nous relevons davantage de ce que l’on peut nommer des autodidactes passionnés. Ainsi nous faut-il chercher des éléments pertinents plus ou moins enfouis dans nos parcours parallèles. A ce tire, nous avons choisi de reprendre la distinction des savoirs en science élaborés par Aristote à travers laquelle il identifie la science théorétique, la science pratique et la science poïétique, c’est-à-dire respectivement ce que nous appellerons le savoir, le savoir-être et le savoir-faire. Par ce triptyque, on distingue le savoir issu de l’instruction, c’est-à-dire qui nous est enseigné à travers la lecture, l’école, l’éducation. Il s’agit là d’un ensemble de connaissance. On distingue ensuite le savoir-être, apporté par l’éducation, ce qu’Aristote définit par la praxis ou l’accomplissement de soi pour atteindre le bonheur. Il s’agit là de sagesse pratique. On distingue enfin le savoir-faire, que l’on peut définir par l’expérience, c’est-à-dire l’acquisition d’un savoir pratique et technique, acquis par l’usage, ce qu’Aristote nomme la techné.

L’intérêt d’une telle distinction nous a permis de lister de manière suffisamment exhaustive nos compétences, de savoir également différencier ce que nous avions acquis par notre seul travail de ce qui avait pu nous être enseigné mais aussi de pouvoir déterminer les atouts de chacun dans une logique de travail en groupe.

Chloé est notre atout artistique. Grâce à sa formation en Arts Plastiques, elle a un bon bagage de connaissances en termes de peintures, d’artistes ou encore de mouvements artistiques… Elle est, de plus, à même d’analyser et décrypter n’importe quel type d’œuvre, elle saisit aisément les sens cachés et les différents niveaux de lecture. Mieux, elle sait justifier tous les choix créatifs possibles. En Arts Appliqués, elle a une bonne culture design, graphique et architecturale. La littérature et la philosophie ne lui sont pas non plus étrangères. [SAVOIR]

En Arts Appliqués justement, elle peut s’atteler à la construction de maquettes, à des ébauches de dessins, peintures, collages… Elle évalue bien de ce fait les besoins nécessaires à ses créations, qu’ils soient matériels ou financiers. Elle sait évidemment utiliser la plupart des logiciels de PAO, tels que Photoshop et Illustrator. [SAVOIR-FAIRE]

Avenante, Chloé est douée pour les relations humaines et a le contact facile. [SAVOIR-ÊTRE]

Gabriel incarne la rigueur, l’analyse et l’esprit de synthèse de ses études de droit. Il est structuré et possède une bonne culture générale, notamment en droit civil, pénal, constitutionnel (etc.), en histoire-géographie, philosophie, littérature, sciences politiques, sociologie… Il a acquis une méthodologie efficace d’analyse de texte et facilite le travail en groupe. Ses lectures lui ont offert une belle connaissance du monde cinématographique. [SAVOIR]

Investi dans l’association Kino Session, il bénéficie d’une expérience non négligeable en création audiovisuel, ceci allant de l’écriture scénaristique jusqu’au montage final. Il est sans doute l’élément le plus connaisseur en matière de production de fiction pour le groupe. Il maîtrise les règles d’écriture propre au scénario, a des notions de mise en scène et de prise de vue. Ses expériences en tant que comédien et ses connaissances en psychologie lui permettent de caractériser finement les personnages. [SAVOIR-FAIRE]

Gabriel sait s’adapter à divers milieux et situations, il est ainsi très conciliant lorsqu’il s’agit de travailler à plusieurs. [SAVOIR-ÊTRE]

Manon a une âme de communicante et une créativité de publicitaire. Elle connaît toutes les phases d’une stratégie de communication ou encore les règles de l’écriture journalistique. Après un Bac S, des études d’anglais, de publicité et de journalisme en France et au Canada, on peut aisément affirmer qu’elle possède une vaste culture générale et qu’elle a du recul sur sa propre culture (française). [SAVOIR]

Elle s’efforce toujours de rester dans l’axe de communication qu’elle s’est fixée et recentre ainsi les discussions lorsqu’elles tendent à s’éloigner du sujet principal. Ses études en publicité et journalisme mais aussi ses expériences en tant qu’attachée de presse et conceptrice-rédactrice lui confèrent une bonne maîtrise des mots dans tous types de contextes mais aussi un savoir-faire technique en prise de vue et montage vidéo. Elle est capable d’imaginer de multiples idées pour un large éventail de sujets grâce à des méthodes de création qu’elle a perfectionné au fil des années. Ses participations à divers tournages professionnels en tant que comédienne ou figurante l’ont familiarisé avec l’organisation des castings et tournages. Elle maîtrise également bien l’anglais après 3 mois passés à l’étranger (on ne sait jamais, ça peut servir). [SAVOIR-FAIRE]

Manon est d’une grande tolérance et s’entend avec presque tout le monde. Elle est très optimiste et voit du bon dans n’importe quelle situation. [SAVOIR-ÊTRE]

Si l’on fait le bilan de ces compétences variées, on peut déterminer que Chloé sera nos yeux. Elle pourra en effet superviser la phase graphique du projet sur le logiciel MovieStorm, ceci allant de l’allure des personnages aux décors de chaque scène. Gabriel sera quant à lui notre hémisphère gauche. Il gèrera plus que les autres le découpage technique, la bonne structure du scénario, la caractérisation des personnages et la mise en scène. Il pourra si besoin régler les problèmes de droit d’auteur ou de diffusion. Tandis que Manon représentera notre hémisphère droit et s’occupera davantage du développement d’idées de scénarios, de leur écriture et du rendu visuel final en supervisant le montage. Néanmoins, compte tenu de nos profils très différents, nous fonctionnerons très souvent à trois pour faire fructifier les idées de chacun et optimiser ainsi toutes nos compétences.

Ainsi, les compétences apparaissent plus comme des nécessités complémentaires et inhérentes au travail en groupe que comme des attributs personnels figées. Par le travail à plusieurs, nous œuvrons déjà dans une logique de groupe social où nos particularités ne sont pas considérées comme marqueurs de différenciation mais bien comme des savoirs complémentaires. La logique du groupe impose évidemment un travail commun, et nécessité l’élaboration d’une méthode personnalisée. Cette méthode se construit progressivement par l’expérience accumulée. Avant de déterminer cette méthode, il a fallu exposer nos compétences tout en sachant que le statut de compétence ne pourrait être véritablement acquis que par la reconnaissance. Ainsi, si le groupe refuse d’admettre qu’un savoir en particulier est une compétence utile, comme de savoir que l’un d’entre nous est un bon amant, l’autre une bonne cuisinière ou l’autre une sportive à roulette, cette compétence n’en est plus une et redevient une simple capacité, dont l’existence, si elle ne doit pas être remise en cause, n’est malgré tout pas importante pour le travail en groupe. Il a donc fallu faire un choix, et après de longues discussions, la reconnaissance de nos compétences, nous avons pu déterminer qu’aucun d’entre nous n’aurait de rôle figé mais que nous serions complémentaires dans nos travaux dans la mesure où chacun pourra assister les autres à n’importe quel moment dans le processus de création.

Crédit photoThree wise monkeys – Leo Reynolds

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B1, G5] Deux plumes pour un billet…

Compétence“… Mais qu’est ce que cela veut dire ? Le dictionnaire nous explique que la compétence est « la capacité que possède une personne de porter un jugement de valeur dans un domaine dont elle a une connaissance approfondie ». A cela nous rajouterons que les qualités de chacune sont aussi des compétences à mettre à profit dans un travail d’équipe. Les défauts peuvent être des obstacles à la réussite d’un projet commun.

Tenir la plume à deux nous a d’emblée paru difficile. De ce fait, nous avons opté pour une répartition des tâches à accomplir. Le squelette du billet de recherche sera le fruit d’une réflexion partagée, mais la rédaction de ce dernier sera prise en charge seulement par l’une d’entre nous. Il s’agira d’alterner ce mode de travail pour chaque nouveau billet afin que chacune puisse rédiger sur une thématique donnée.

Notre méthode de travail consiste à mettre en communs nos aptitudes et réfléchir aux compétences et aux lacunes de chacune. Si nous avons choisit de travailler ensembles dans cet exercice de rédaction, c’est parce que nous nous connaissons bien et que nous avons l’habitude de partager nos compétences.

LAURA

Son parcours : après obtention d’un baccalauréat en sciences économiques et social, elle fait une première année de fac art du spectacle en option théâtre puis se dirige l’année d’après vers l’option cinéma. Découvrant ainsi le domaine dans lequel elle souhaite travailler, c’est dans cette voie qu’elle poursuit ses études qu’elle termine cette année en Master de Création, Production, Image à Bordeaux.

Ses passions : elle commence le piano à l’âge de 6 ans puis s’intéresse à la batterie avant de se consacrer à la guitare et au chant. Passionnée par la photographie, elle admire la beauté du corps. Une autre de ses passions s’inscrit dans sa soif de découverte, elle adore voyager. Australie, Europe et Canada elle a déjà traversé une bonne partie du globe.

« Laura est ouverte d’esprit et est dotée d’une joie de vivre exceptionnelle. Elle partage toujours son dynamisme et motive ses troupes. On la remarque et on ne l’oublie pas. Selon moi, elle ferait un très bon chef d’équipe ! En revanche, elle a parfois tendance à être excessive dans ses paroles et dans ses actes. Si on la connait bien, on passe facilement outre ce petit défaut. Elle peut s’emporter et craquer nerveusement mais elle n’est pas rancunière, les petits tracas sont très vite oubliés. Elle est faite pour le travail en équipe parce qu’elle est plus à l’aise lorsqu’elle est entourée, mais à condition que se soient avec des gens, comme elle, sérieux et motivés. Elle n’a pas de mal non plus à prendre des initiatives et à assumer les conséquences de ses actes, pas seulement dans le travail mais aussi dans sa vie privée. Enfin, c’est une véritable artiste. Elle est très douée dans tout ce qui relève de la création et c’est ce qui fait d’elle une personne polyvalente ».

SOPHIE

Son parcours : après obtention d’un baccalauréat Sciences Economiques et Social, elle pense trouver sa voie dans les Langues Etrangères Appliquées. Son grand intérêt pour l’information l’emmène à se réorienter en Dut Gestion de l’Information et du Document dans les Organisations. Grâce à cette formation elle fait des stages dans des grands quotidiens nationaux et régionaux tels Le Monde et le Sud Ouest. Elle intègre ensuite, une licence en journalisme pour enfin se consacrer à ce qui l’anime vraiment : l’image.

Ses passions : elle pratique depuis plusieurs années l’équitation. Elle est passionnée par tout ce qui est en rapport avec la nature et la vie animale, elle est d’ailleurs végétarienne. Elle fait de la musique et notamment du piano depuis longtemps. Ce qu’elle aime avant tout ce sont les voyages. L’Afrique, le Maroc, l’Europe et la Mongolie lui ont déjà dévoilé quelques secrets.

« Le charisme de Sophie est sans aucun doute l’un de ses principaux points forts. Débrouillarde et consciencieuse, elle est un réel atout au sein d’une équipe. Elle consacre une grande énergie dans les projets qu’elle entreprend. Sa détermination lui permettra, je pense, d’accéder à ses ambitions. Dotée d’une tchatche débordante, Sophie attire l’attention et l’envie de construire avec elle. Si son bagout lui permet souvent d’atteindre ses objectifs, elle doit cependant apprendre à le tempérer. C’est une personne cultivée et ses connaissances sont une plu value dans un travail de groupe mais également au quotidien. Son parcours de vie et notamment son enfance sur le continent africain lui ont permis d’acquérir certaines valeurs sur le plan humain qui sont, selon moi, indispensables et malheureusement peu développées chez certaines personnes ». 

Laura connaît Sophie, Sophie connaît Laura…

Nous avons à coeur de partager nos compétences pour mener à bien nos projets communs.  Nous pourrions facilement travailler ensemble dans un avenir professionnel proche.

L.J. et S.R.

Crédits photos :

Image à la une : J.Gabás Esteban

Portraits : Laura J., Sophie R., Montignac le 7 janvier 2012.

Sophie R. – 23 ans
Laura J. – 22 ans

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B1, G8] Détourner la page blanche

Aujourd’hui, 19 septembre 2012, nous devons commencer à écrire les billets pour le blog. De nombreuses questions se posent alors. Plus nous réfléchissons sur l’écriture du premier billet, plus les questions apparaissent. Que pouvons-nous écrire sur ce premier billet ? Travailler en groupe a ses avantages et ses inconvénients, et si au départ cela permet de se sentir épaulé face à la tâche à accomplir, petit à petit on se rend compte que cela s’avère tout de même délicat.

Nous voilà face à une page blanche et nous n’avons aucune idée de la façon dont nous pouvons lui faire face. Ecrire, oui, mais sur quoi exactement et par où commencer ?
Après réflexion, pourquoi ne pas justement utiliser cette difficulté et la transformer en point de départ.
Nous avons pour consigne de nous présenter mais nous ne parvenons pas à trouver les termes adéquats. Pourquoi ne pas alors retourner la situation à notre avantage et partir de cette contrainte pour finalement expliquer notre tâtonnement face à ce premier billet ?

Ce n’est pas tant le fait d’écrire quelque chose qui pourrait s’avérer mauvais qui nous bloquait mais plutôt le fait de devoir se lancer, de rédiger la première ligne.
En faisant des recherches, nous nous sommes aperçues que cela avait un nom : la leucosélophobie, évoquée par ailleurs dans Les Miscellanées de Mr Schott (1) lorsque ce dernier établit la liste des phobies.
Bien que nous ne pouvions pas réellement comparer notre difficulté à nous exprimer à deux à celle de l’écrivain, il est intéressant de s’apercevoir que celle-ci est analysée sérieusement par Christian Bégin qui met en avant des méthodes de concentration (2) et F. Talbot entres autres.

Nous étions, au départ, dans le flou total, ne comprenant pas exactement ce qu’on attendait de nous, où nous devions aller etc. Nous avons alors décidé de procéder étape par étape. Tout d’abord, pour se connaître mieux l’une et l’autre, nous avons énoncé nos compétences respectives, aussi bien techniques que littéraires. Nous avons remarqué que finalement, même si nos parcours étaient différents, nous avons la même façon de travailler et que, peut-être, nos compétences se compléteraient assez bien.
En effet, selon nos parcours, nous avons toutes les deux été amenées à mettre en avant nos capacités de rédaction : Lisa en ce qui concerne l’écriture de scénarios et de nouvelles, et Lauriane pour des articles journalistiques.
Ainsi, nos approches sont différentes mais dans un sens cela nous permet d’aborder différemment les choses et au final notre travail en est enrichi.
De plus, nous préférons toutes les deux travailler en amont afin d’éviter le plus possible de travailler dans l’urgence.

Mais cela ne nous donnait pas pour autant matière à écrire sur le processus créatif. En effet, nous nous sommes rapidement rendues compte que nous buttions sur le fait d’écrire à quatre mains. Comment faire ? Que devons-nous écrire et sur quel ton ? Quel angle adopter ? Devons-nous écrire ensemble ou séparément ? Beaucoup de questions donc où nous n’avons pas franchement trouvé de réponse.

Nous ne savions pas comment évoquer ce que l’une et l’autre pouvaient ressentir en associant le « je » et le « nous » dans un même article sans avoir à identifier à chaque fois laquelle de nous deux s’exprimait.
Nous avons donc pris le parti de rédiger chacune de notre côté nos ressentis pour ensuite les imbriquer afin d’en ressortir un article qui puise dans nos ressentis respectifs.
Nous mettons donc en commun une fois réunies afin qu’aucune de nous ne soit lésée mais surtout dans le but de pouvoir donner chacune notre avis sur les travaux de l’autre et faire en sorte qu’ils puissent se combiner. Finalement, en se réunissant, nous avons remarqué que nos ressentis étaient similaires. Il était aisé de faire un mélange de nos textes. Nous avons alors décidé d’employer le “nous”, au moins pour ce premier article, et de décrire notre cheminement face à cette page blanche.

Le second article sera probablement plus facile à rédiger car nous en saurons davantage sur le thème que nous souhaitons aborder concernant notre web-documentaire.
Toutes les réflexions concernant l’angle d’attaque, mais également la rencontre avec les différents intervenants ainsi que nos recherches sur le thème retenu nous permettrons de pouvoir nous reposer sur des idées plus concrètes et il sera alors peut-être plus facile de pouvoir prendre du recul afin d’analyser nos démarches.

Le travail d’équipe ou l’imbrication des savoir-faire (4)

Le fait de pouvoir travailler à deux est nécessairement un plus. D’une part, on se sent plus forte face aux difficultés. Mais on a également la possibilité de combiner des compétences permettant à notre travail d’évoluer. Cela nous permet d’avoir plus de recul vis-à-vis de notre démarche car nous sommes amenées à évaluer notre travail mais également celui de notre binôme.

Laurianne et Lisa

(1) Schott B., Les Miscellanées de Mr Schott, Paris, Allia, 2005

(2) Bégin C., Mieux vivre sa période de rédaction, Site web de l’UQAM, 1999, Disponible sur : http://www.vie-etudiante.uqam.ca/orientation/Pages/mieuxvivresaperiodederedaction.aspx (Dernière consultation octobre 2012)

(3) Talbot F., “Les défis du contexte de rédaction”, Vies-à-vies. Bulletin du Service d’orientation et de consultation psychologique, Université de Montréal, vol. 15, n° 3, 2003

(4) Source photo : http://www.ysoria.com/pages/ava_collab.php

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

[B1, G9] Un projet, deux profils

Faire de nos parcours complémentaires un atout pour la création

L’exercice de distanciation demandé pour la rédaction de billets nous semble délicat. L’auto-analyse, oui, mais comment concrètement se positionner ? Au fil des discussions, nous nous rendons compte qu’aucune d’entre nous ne porte ce travail dans son coeur. Il est donc particulièrement difficile de s’y mettre… de bon coeur. Essayons.

Nous avons deux parcours différents. Nous avons toutes deux commencé par un bac littéraire, puis l’une de nous a effectué un BTS audiovisuel option montage puis une licence professionnelle documentation audiovisuelle avant d’intégrer le master CPI. L’autre a entrepris des études littéraires jusqu’à l’obtention d’une maîtrise pour intégrer ensuite la formation en master 1. Native de Montpellier, Mariane est passée par Lyon et Lille avant d’arriver à Bordeaux. Originaire du Nord de la France, Lucille a débuté ses études à Lille. A l’issue de ces quatre années, elle a décidé de changer de parcours et d’environnement.

Nous devons parler de nos compétences. Qu’attend-on de nous ? Si l’on cherche une définition, la compétence est la “Capacité que possède une personne de porter un jugement de valeur dans un domaine dont elle a une connaissance approfondie”(1). Essayons.

Forte de son expérience professionalisante, Mariane a d’abord un profil technique qui lui permet de se sentir à l’aise dans la réalisation de produits audiovisuels, qu’il s’agisse du tournage ou du montage, et a un goût prononcé pour l’image. Il se dégage du parcours de Lucille une sensibilité particulière pour l’écriture, la réflexion et la création. La première année de master nous a permis de nous familiariser avec tous les outils existants pour la mise en œuvre d’un projet artistique et de découvrir les aspects qui nous étaient jusqu’alors respectivement inconnus dans la chaîne de fabrication d’un objet audiovisuel. Ainsi nous estimons que nos profils sont relativement complémentaires, l’une étant plus axée sur la technique et l’autre plus sur la rédaction, la recherche. Nous pensons que la figure emblématique de la philosophie chinoise, à savoir le yin et le yang,  représente bien notre  complémentarité.
Pour l’écriture de ces billets, nous décidons ensemble du sujet sur lequel ils vont porter, puis nous écrivons une première ébauche et retouchons tour à tour en fonction des idées supplémentaires qui nous viennent et des retours qui nous sont faits, en nous prévenant à chaque fois qu’une modification est effectuée, et en utilisant la plateforme de partage de google documents.

L’année dernière, nous avons réalisé des épisodes de fiction. Cette année, le travail se concentre sur l’écriture et la réalisation documentaire. Nous allons suivre une troupe de théâtre dans sa réflexion sur le travail en nous interrogeant nous-mêmes sur leur travail. Nous allons devoir mobiliser nos compétences et en développer de nouvelles pour mener à bien le webdocumentaire.

Nous pensons d’abord observer  la troupe de théâtre, leur mode de travail, les relations internes, puis à l’issue de notre rencontre avec ces personnes, nous mènerons des entretiens pour mieux cerner leurs relations, les comprendre. Nous discuterons avec la troupe,  au sein du groupe et retranscrirons nos nouvelles connaissances, traces écrites pour la mémoire. Nous analyserons le résultat de nos recherches sur le terrain, effectuerons des recherches bibliographiques, nous chercherons ce qu’en pensent les spécialistes. Nous pensons ensuite rédiger une première version, fruit de nos recherches, puis la remettre en question, nous demander si cela correspond  à ce que nous voulons mettre à l’image. Nous tâcherons de prendre de la distance, du recul, pour nous rendre compte de nos erreurs, de nos maladresses, avant de réécrire.

Nous ne savons pas encore si nous suivrons exactement cette méthode mais c’est ainsi que nous l’imaginons à ce stade. En effet nous allons observer du vivant en réflexion, qui est susceptible de changer et de nous amener à changer à notre tour. Ce travail est nouveau pour chacune de nous.

Lucille et Mariane

Le yin et le yang symbolisent les deux catégories complémentaires que l'on retrouve dans tous les aspects de la vie et de l'univers.

Le yin et le yang est un symbole de la philosophie chinoise qui représente les deux catégories complémentaires que l’on retrouve dans tous les aspects de la vie et de l’univers. (Google Image http://www.texample.net/media/tikz/examples/PNG/yin-and-yang.png)

(1) Trésor de la Langue Française, Compétence, subst. fém. [http://atilf.atilf.fr/tlf.htm] dernière consultation le 8.10.12 à 12h58.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

Mon expérience de membre d’un jury de festival

Comment fonctionne un jury de festival de cinéma ?

Lors de la première édition du Festival International du Film Indépendant de Bordeaux (FIFIB), les organisateurs ont eu l’idée de doubler le jury composé de professionnels du cinéma par un jury étudiant, (dont j’ai fait partie). Ce dernier était composé de six membres, tous au parcours scolaire différents, allant de science politique, aux écoles de commerce, ainsi que du droit d’auteur.

Comment se déroule un festival du film du point de vue d’un jury ? Nous étions conviés à être présent à chaque séance de l’après-midi, en effet les films en compétition, au total huit, sont programmés deux fois par jour dans l’après-midi. ainsi nous avons pu voir en exclusivité une sélection de huit films dont Antiviral, Rengaine, L un film grec, Gimme the loot etc…

L’avantage d’être membre d’un jury est de voir les films avant même leur sortie en salle, et ainsi ne pas avoir encore entendu de critiques ou d’autres point de vue, et avoir un œil neuf pour le visionnage.  Cette exclusivité est à juste titre évoquée par la présidente du jury de festival international du film indépendant de Bordeaux, qui n’est autre que l’actrice Française Nathalie Baye.

J’aime bien ne pas trop savoir, arriver le plus vierge possible devant une œuvre. Moins on est averti, mieux c’est,  à mon avis. Je n’aime pas beaucoup le mot de « critique », qui dégage du négatif, comme si on allait surtout s’appesantir sur ce qu’on n’aime pas.
Extrait de l’interview réalisé par Sophie Avon pour Sud Ouest (article en ligne à cette adresse:
http://www.sudouest.fr/2012/09/30/je-suis-la-pour-voir-et-etre-juste-835707-2780.php)

Ainsi l’emploi du temps d’un jury de festival consiste à visionner tous les films en compétition, puis en discutant aussi longtemps que le film à duré. en effet à chaque fin de journée nous nous installions ensemble pour parler des films, pour évoquer nos différents point de vue, nos interprétations etc…

A la suite de ces huit séances nous avons dû procéder à un choix très difficile à savoir donner un prix à un seul film. Mais sur quels critères choisir le lauréat ? Est-ce que le lauréat serait un film que l’on conseillera à notre entourage ? Est-ce qu’il faut se baser sur le scénario, sur le message du film, ou au contraire sur l’image, et la technique ? Faut-il privilégier un film léger qui nous fait rire ou à l’inverse un film intellectuel qui nous à fait réfléchir dès notre sortie de la salle ? Doit-on aussi voter en fonction des difficultés rencontrées par l’équipe technique, comme notamment pour Rengaine, un long métrage tourné sur neuf années avec aucun soutien car aucun scénario avec des acteurs non professionnels.

Suite à un premier vote pour lequel nous devions présélectionner deux films, nous avons débattu longuement pour faire connaitre notre arguments, nos choix, nos visions. Sur les huit films en compétition, deux ont reçu de notre part un grand nombre de voix par rapport aux autres. Puis sur deux présélectionnés nous avons voté à main levée pour finir par n’en choisir qu’un.

Je sors de cette semaine assez hors norme, encore plus épanouie et grandie, et surtout encore plus persuadée que ce milieu du cinéma est un monde qui m’attire et me fascine plus que tout.

 

Mariane P.

 

 

Affiche du Festival International du Film Indépendant de Bordeaux

FIFIB, tous droits réservés

 

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website