Archives de catégorie : Archives Projets

[B1, G9] Un projet, deux profils

Faire de nos parcours complémentaires un atout pour la création

L’exercice de distanciation demandé pour la rédaction de billets nous semble délicat. L’auto-analyse, oui, mais comment concrètement se positionner ? Au fil des discussions, nous nous rendons compte qu’aucune d’entre nous ne porte ce travail dans son coeur. Il est donc particulièrement difficile de s’y mettre… de bon coeur. Essayons.

Nous avons deux parcours différents. Nous avons toutes deux commencé par un bac littéraire, puis l’une de nous a effectué un BTS audiovisuel option montage puis une licence professionnelle documentation audiovisuelle avant d’intégrer le master CPI. L’autre a entrepris des études littéraires jusqu’à l’obtention d’une maîtrise pour intégrer ensuite la formation en master 1. Native de Montpellier, Mariane est passée par Lyon et Lille avant d’arriver à Bordeaux. Originaire du Nord de la France, Lucille a débuté ses études à Lille. A l’issue de ces quatre années, elle a décidé de changer de parcours et d’environnement.

Nous devons parler de nos compétences. Qu’attend-on de nous ? Si l’on cherche une définition, la compétence est la « Capacité que possède une personne de porter un jugement de valeur dans un domaine dont elle a une connaissance approfondie »(1). Essayons.

Forte de son expérience professionalisante, Mariane a d’abord un profil technique qui lui permet de se sentir à l’aise dans la réalisation de produits audiovisuels, qu’il s’agisse du tournage ou du montage, et a un goût prononcé pour l’image. Il se dégage du parcours de Lucille une sensibilité particulière pour l’écriture, la réflexion et la création. La première année de master nous a permis de nous familiariser avec tous les outils existants pour la mise en œuvre d’un projet artistique et de découvrir les aspects qui nous étaient jusqu’alors respectivement inconnus dans la chaîne de fabrication d’un objet audiovisuel. Ainsi nous estimons que nos profils sont relativement complémentaires, l’une étant plus axée sur la technique et l’autre plus sur la rédaction, la recherche. Nous pensons que la figure emblématique de la philosophie chinoise, à savoir le yin et le yang,  représente bien notre  complémentarité.
Pour l’écriture de ces billets, nous décidons ensemble du sujet sur lequel ils vont porter, puis nous écrivons une première ébauche et retouchons tour à tour en fonction des idées supplémentaires qui nous viennent et des retours qui nous sont faits, en nous prévenant à chaque fois qu’une modification est effectuée, et en utilisant la plateforme de partage de google documents.

L’année dernière, nous avons réalisé des épisodes de fiction. Cette année, le travail se concentre sur l’écriture et la réalisation documentaire. Nous allons suivre une troupe de théâtre dans sa réflexion sur le travail en nous interrogeant nous-mêmes sur leur travail. Nous allons devoir mobiliser nos compétences et en développer de nouvelles pour mener à bien le webdocumentaire.

Nous pensons d’abord observer  la troupe de théâtre, leur mode de travail, les relations internes, puis à l’issue de notre rencontre avec ces personnes, nous mènerons des entretiens pour mieux cerner leurs relations, les comprendre. Nous discuterons avec la troupe,  au sein du groupe et retranscrirons nos nouvelles connaissances, traces écrites pour la mémoire. Nous analyserons le résultat de nos recherches sur le terrain, effectuerons des recherches bibliographiques, nous chercherons ce qu’en pensent les spécialistes. Nous pensons ensuite rédiger une première version, fruit de nos recherches, puis la remettre en question, nous demander si cela correspond  à ce que nous voulons mettre à l’image. Nous tâcherons de prendre de la distance, du recul, pour nous rendre compte de nos erreurs, de nos maladresses, avant de réécrire.

Nous ne savons pas encore si nous suivrons exactement cette méthode mais c’est ainsi que nous l’imaginons à ce stade. En effet nous allons observer du vivant en réflexion, qui est susceptible de changer et de nous amener à changer à notre tour. Ce travail est nouveau pour chacune de nous.

Lucille et Mariane

Le yin et le yang symbolisent les deux catégories complémentaires que l'on retrouve dans tous les aspects de la vie et de l'univers.

Le yin et le yang est un symbole de la philosophie chinoise qui représente les deux catégories complémentaires que l’on retrouve dans tous les aspects de la vie et de l’univers. (Google Image http://www.texample.net/media/tikz/examples/PNG/yin-and-yang.png)

(1) Trésor de la Langue Française, Compétence, subst. fém. [http://atilf.atilf.fr/tlf.htm] dernière consultation le 8.10.12 à 12h58.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website

Mon expérience de membre d’un jury de festival

Comment fonctionne un jury de festival de cinéma ?

Lors de la première édition du Festival International du Film Indépendant de Bordeaux (FIFIB), les organisateurs ont eu l’idée de doubler le jury composé de professionnels du cinéma par un jury étudiant, (dont j’ai fait partie). Ce dernier était composé de six membres, tous au parcours scolaire différents, allant de science politique, aux écoles de commerce, ainsi que du droit d’auteur.

Comment se déroule un festival du film du point de vue d’un jury ? Nous étions conviés à être présent à chaque séance de l’après-midi, en effet les films en compétition, au total huit, sont programmés deux fois par jour dans l’après-midi. ainsi nous avons pu voir en exclusivité une sélection de huit films dont Antiviral, Rengaine, L un film grec, Gimme the loot etc…

L’avantage d’être membre d’un jury est de voir les films avant même leur sortie en salle, et ainsi ne pas avoir encore entendu de critiques ou d’autres point de vue, et avoir un œil neuf pour le visionnage.  Cette exclusivité est à juste titre évoquée par la présidente du jury de festival international du film indépendant de Bordeaux, qui n’est autre que l’actrice Française Nathalie Baye.

J’aime bien ne pas trop savoir, arriver le plus vierge possible devant une œuvre. Moins on est averti, mieux c’est,  à mon avis. Je n’aime pas beaucoup le mot de « critique », qui dégage du négatif, comme si on allait surtout s’appesantir sur ce qu’on n’aime pas.
Extrait de l’interview réalisé par Sophie Avon pour Sud Ouest (article en ligne à cette adresse:
http://www.sudouest.fr/2012/09/30/je-suis-la-pour-voir-et-etre-juste-835707-2780.php)

Ainsi l’emploi du temps d’un jury de festival consiste à visionner tous les films en compétition, puis en discutant aussi longtemps que le film à duré. en effet à chaque fin de journée nous nous installions ensemble pour parler des films, pour évoquer nos différents point de vue, nos interprétations etc…

A la suite de ces huit séances nous avons dû procéder à un choix très difficile à savoir donner un prix à un seul film. Mais sur quels critères choisir le lauréat ? Est-ce que le lauréat serait un film que l’on conseillera à notre entourage ? Est-ce qu’il faut se baser sur le scénario, sur le message du film, ou au contraire sur l’image, et la technique ? Faut-il privilégier un film léger qui nous fait rire ou à l’inverse un film intellectuel qui nous à fait réfléchir dès notre sortie de la salle ? Doit-on aussi voter en fonction des difficultés rencontrées par l’équipe technique, comme notamment pour Rengaine, un long métrage tourné sur neuf années avec aucun soutien car aucun scénario avec des acteurs non professionnels.

Suite à un premier vote pour lequel nous devions présélectionner deux films, nous avons débattu longuement pour faire connaitre notre arguments, nos choix, nos visions. Sur les huit films en compétition, deux ont reçu de notre part un grand nombre de voix par rapport aux autres. Puis sur deux présélectionnés nous avons voté à main levée pour finir par n’en choisir qu’un.

Je sors de cette semaine assez hors norme, encore plus épanouie et grandie, et surtout encore plus persuadée que ce milieu du cinéma est un monde qui m’attire et me fascine plus que tout.

 

Mariane P.

 

 

Affiche du Festival International du Film Indépendant de Bordeaux

FIFIB, tous droits réservés

 

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website