Archives de catégorie : La vie en négatif de Germain

En cours de production

Voilà déjà presque trois mois que nous travaillons avec passion sur le projet La Vie en Négatif de Germain, un projet qui nous anime toujours autant et auquel nous nous attelons dès que nous le pouvons. Car nous souhaitons toujours le porter le plus loin possible, c’est-à-dire jusqu’à la diffusion dans des festivals. Mais ce but est encore loin, et dans l’immédiat, il nous faut nous concentrer sur la production de ce film. Cette étape consiste principalement en la constitution d’un dossier de production, contenant un scénario, une note d’intention de production, une note d’intention de réalisation, une note de traitement, un devis, un plan de financement et une liste du matériel nécessaire au tournage.

Le scénario est maintenant terminé. Il a beaucoup changé depuis la première version proposée par Tristan : la voix off a disparu, des bonbons ont pris une nouvelle couleur, des personnages ont changé de nom et le récit a pris une nouvelle forme. Dès que le scénario nous a convenu, nous nous sommes focalisés sur les notes d’intention de production et de réalisation. Tristan, en tant qu’auteur et réalisateur du film, s’est chargé d’écrire la note d’intention de réalisation, pendant que nous nous chargions d’écrire celle de production. Une fois les notes relues et corrigées, nous avons discuté ensemble du traitement que Tristan voulait pour son film. La liste de matériel pour le tournage a suivi tout naturellement. Et hier nous avons terminé le devis et le plan de financement. Ce dernier a été élaboré après des recherches antérieures sur les différents partenaires [1] qui pourraient potentiellement nous aider à financer notre film. Dans les prochains jours, nous présenterons ce dossier à nos camarades de promotion afin d’avoir un retour de leur part, pour pouvoir le perfectionner avant de l’envoyer aux partenaires que nous avons repérés, ainsi qu’à un hôpital et une école, pour leur présenter le projet et leur demander l’autorisation de pouvoir tourner dans leurs locaux. Ensuite il ne nous restera plus qu’à trouver les derniers comédiens, et la préparation du tournage entrera en jeu.

Laetitia STOFFEL


[1] tels que les villes de Bordeaux et de Pessac, les départements de la Gironde et de la Corrèze, ainsi que la Région Aquitaine, entre autres.

Vertige

152806899

Ce qui était une jolie histoire portée sur le rêve et l’imaginaire se transforme aujourd’hui en un puzzle à mille pièces. Les paisibles interrogation métaphysiques sur le pourquoi de l’enfance s’effacent devant les chiffres et les cases d’un budget. Au secours, ais-je envie de gémir, il y en a partout ! Comment être sur d’être prêts le jour J – celui du tournage ? Une échéance qui approche… Vite. Gourmands et ambitieux, nous nous sommes mis d’accord pour réaliser les premières scènes en Janvier ! D’ici là, pour récolter les quelques centaines d’euros nécessaires à ne pas se trouer les poches, il va falloir se servir de notre dossier tout neuf pour frapper à quelques portes. Nous avons de la chance d’être jeunes, paraît-il ! La région est pleine de bourses destinées à des projets comme le nôtre et il serait dommage de ne pas s’en montrer à la hauteur. Mais présenter ce premier dossier artistique et financier sera comme un saut dans le vide… Je ressens une légère sensation de vertige.

Si ces demandes d’aides doivent être finalisées au plus vite il ne faut pas hésiter à en demander, justement, de l’aide, pour la marche à suivre. A notre stade, l’ambition ne doit pas dépasser l’humilité. Un dossier rédigé à tâtons, des mots jetés en vrac, encore quatre acteurs à trouver… Un « petit film » peut-vite ressembler à une montagne quand on met bout la recherche de décor, celle des acteurs, des accessoires, des costumes et autres éléments clés sans quoi le projet n’aurait pas le visage escompté. Et quand on s’auto-proclame co-productrice/assistante de réalisation/costumière il ne faut pas se préparer à chaumer ! Avons-nous vu trop gros ? Trop grand, trop vite ? Paraît-il que nous ne devrions avoir peur de rien. C’est un peu le challenge, un peu notre fierté aussi, de partir avec le minimum et tourner en équipe réduite en se chargeant d’à peu près tout nous-mêmes. Cela demande aussi deux fois plus de travail, de rigueur et de concentration.

Lucile Moyano

« Un adulte c’est un enfant qui a réalisé ses rêves.  » ( M. Boujenah)

En ce qui concerne l’avancée des travaux sur le projet de Germain, nous sommes en bonne voie. Après avoir discuté avec Tristan des différents décors, j’ai effectué du repérage dans ma région du Lot-et-Garonne pour trouver quelques lieux intéressants en ce qui concerne le magasin photo, ou encore des routes à la manière des anciennes voies romaines, c’est-à-dire en ligne droite. Au final, les décors que j’ai repérés ne seront que des solutions de secours, car la plupart des scènes seront tournées en Gironde, ainsi qu’en Corrèze. A l’heure actuelle, la plupart des acteurs ont été trouvés, grâce notamment à une annonce publiée dans l’enceinte de l’université. Le personnage de Violette n’ayant toujours pas de visage, j’ai proposé d’engager une vieille amie qui correspondrait à l’idée que se fait Tristan du personnage, en ce qui concerne le physique.

Une première ébauche du plan de travail a été réalisée par mes soins, en me basant sur un modèle utilisé lors de mon stage dans la société d’Ego Productions, pour la série « Doc Martin ». C’est surtout pour le côté pratique que nous avons décidé d’utiliser ce dernier, afin de nous représenter de manière claire le schéma du tournage des différentes séquences. J’ai également assisté Lucile dans la rédaction de la note de production, en évoquant notamment la mise en avant de nos régions, mais également le fait que ce projet nous parle, car nous allons bientôt rentrer dans la vie active, mais y sommes-nous vraiment prêts ? Pour finir, j’espère que nous allons pouvoir faire d’une pierre deux coups à travers ce tournage, car le hasard fait que mon projet de pilote de série comporte aussi une scène se tournant à l’hôpital, et les personnes qui vont m’aider sur mon projet sont quasiment les mêmes que pour celui de Tristan. Cela représenterait donc un gain de temps considérable.

Vincent DUQUENNOY

L’accouchement

Nous arrivons presque à terme. Même s’il reste un peu de travail sur le scénario, cette tache reste facilement réalisable avec le peu de moyens que nous avons. Quelques idées, une entente globale, un ordinateur et un logiciel de traitement de texte suffisent. Mais maintenant, ça commence à devenir sérieux. Nous nous confrontons au monde extérieur, aux problèmes qu’un producteur et un réalisateur peuvent être amenés à rencontrer. Il faut mettre les bouchées double, faire vivre le film en dehors de notre petite sphère et demander de l’aide où nous en avons besoin.

Ce qui est élémentaire pour passer ce cap, c’est d’avoir un dossier qui tienne la route. Ainsi, nous pourrons justifier notre projet et faire appel aux différentes institutions : celles qui pourraient nous garantir un lieu de tournage (laboratoire photo, chambre d’hôpital ou encore école dans notre cas)  et celles qui pourraient nous fournir un apport numéraire. Mais ce dossier permettra aussi de trouver des comédiens, un aspect que j’avais négligé jusque-là et qui ne me semblait pas si problématique. Ils tomberaient du ciel et je n’aurai qu’à choisir mes favoris. Mais non, nous avons déposé des affiches de casting et la liste n’est toujours pas pleine. Sans compter ceux qui me disent « peut-être, on verra … ». Un dossier artistique serait un gage de motivation et de sérieux de notre part, grâce auquel nous serons plus facilement accompagnés. Le tournage est prévu en janvier. Nous n’avons plus le temps discutailler sur les détails de l’histoire. Nous devons organiser concrètement ce sans quoi le personnage de Germain ne prendra jamais vie. Donner naissance à un être n’a jamais été chose aisée.

Tristan Leyri

C’est un premier film

L’avancée du projet Germain et les difficultés que Tristan rencontre pendant son développement me renvoient à des contraintes auxquelles je suis moi-même confronté en réalisant mon premier court-métrage. Affiner le sujet, expliquer pourquoi cette histoire est importante, créer des plannings, imaginer un budget. Rêver. Rêver. Rêver. Être déçu. Perdre espoir. Être soutenu. Se retrouver face à un monument qui semble colossal alors que tout part d’une idée simple, un élan créatif spontané. Si le scénario d’un premier film existe, il y a une raison. Est-ce qu’il est intéressant, pas forcément. Est-ce qu’il peut toucher plus de personnes que son auteur seul ?  Pas forcément et tant pis.

C’est un premier film. Ni plus ni moins. Un premier film avec les étoiles dans les yeux et toute l’humilité qui en dépend. Ces premiers films doivent exister. Ils sont imparfaits. Tout est à découvrir. Ils doivent conserver leur spontanéité, sonner faux, être vilain et ne rien raconter. Tant pis. Car même s’ils ne sont pas du cinéma avec un C majuscule, même s’ils ne rencontrent pas leur public, ils correspondent à l’aboutissement d’une recherche personnelle, au désir profond d’un auteur de proposer quelque chose qui lui semble essentiel. Le premier film, il parle de soi, souvent ou même tout le temps. Il n’est peut-être pas passionnant mais il permet à son auteur de se regarder dans un miroir d’une manière bien différente. Il permet de se connaître en fait. On y injecte des choses très personnelles, sans même en avoir conscience. Je pense que pour pouvoir parler aux autres, communiquer avec le langage cinématographique des idées, une vision du monde qui soit cohérente et pertinente, il faut d’abord s’être confronté à soi-même au travers d’un premier film. Alors que faire ? Nos études nous poussent à murir les projets, à les perfectionner, à leur donner un sens le plus universel possible. Tant pis, c’est un premier film, il doit exister en l’état, être tourné vite, être vite post-produit, que son auteur leur regarde, en soit fier pour que deux mois plus tard, il le déteste et le range dans un maudit carton. Quand je regarde Germain et que je vois les peurs de Tristan, j’ai envie de lui dire : « Mets tout ton cœur dans Germain, ça ne dira rien à personne mais à toi si. Fais-le, vite, c’est essentiel »

Jonathan Rochier