Archives de catégorie : Anouk, la Classe et l’Art (2014/2015)

Un chemin encore long entre projet et réalisation

Après avoir rassemblé nos différentes idées, nous avons compris que notre documentaire serait orienté sur le lien de transmission de l’art entre Anouk et ses élèves. Collaborer avec une classe multilingue et surtout multiculturelle est une grande opportunité. En effet la technique éducative des professeurs diffère de l’enseignement classique que nous connaissons en France. Un autre aspect important, est que ces d’adolescents sont dans une section spécialité Arts.  En plus de filmer un enseignement international, nous tenterons de montrer comment ce brassage des cultures se ressent au travers de la création artistique. La sensibilité et la créativité de chacun est – elle décuplée par l’ouverture à l’autre ?

Afin de pouvoir concrétiser ce projet, nous nous concentrons actuellement sur la rédaction du dossier artistique.  Après quelques cours de prise de vue, nous voyons plus concrètement comment nous désirons traiter esthétiquement ce documentaire. En manipulant et en faisant des essais afin de se familiariser avec le matériel technique, la mise en scène du film commence à murir. Cependant nous arrivons à un moment où le développement du projet stagne. Nous n’avons toujours pas pu rencontrer le directeur pour exposer nos idées, et ainsi pouvoir rencontrer la classe d’Anouk. Malgré plusieurs lettres et contacts avec le secrétariat nos demandes restent sans réponses. Ne pas avoir fait la connaissance des élèves représente un véritable frein. Il devient compliqué de terminer notre dossier artistique notamment en ce qui concerne le traitement.

A. DI CIOCCIO

To be continued…

Alison Goizet (28/11/2014) (cc)
Alison Goizet (28/11/2014) (cc)

A ce jour, notre projet est un peu au point mort. En effet, nous devions avoir un premier contact avec un responsable de l’école mais, malgré de multiples appels de la part de Najib, cela n’a pas abouti. Le dossier artistique quant à lui est rédigé et reflète le plus honnêtement notre projet. Personnellement, j’ai un peu plus de difficultés à m’impliquer pleinement dans le dossier et tout le reste puisque j’ai moins d’expérience dans ce domaine que mes camarades. Je n’ai pas fait de stage au sein d’une société de production, je n’ai donc que les cours de l’année dernière sur lesquels m’appuyer. De plus, ce n’est pas ma matière de prédilection.

Cependant, je pense qu’avec des efforts supplémentaires et à travers l’expérience de mes partenaires, je vais réussir à m’impliquer davantage. Quant au problème de communication auquel nous sommes confrontés, nous n’avons pas trouvé d’autres solutions que nous déplacer directement sur le lieu en question. Ou bien se contenter de faire comme si nous allions aboutir le projet et aller le plus loin possible dans la réalisation de celui-ci. Cette dernière solution n’est pas non plus une solution de fatalité puisque cela nous permettra d’avoir une expérience supplémentaire dans le domaine de la production.

Goizet Alison

Qui n’avance pas recule

Bientôt deux mois, que je me suis lancé dans un projet de film documentaire. Force est de constater qu’aujourd’hui les choses n’avancent pas énormément. Pourtant, malgré un volontarisme de l’équipe, nous sommes toujours au même point depuis plusieurs semaines. Notre seul désir, rencontrer le directeur de l’école où nous voulons tourner. Malgré de multiples relances, nous n’avons toujours pas d’interlocuteur à qui exposer notre projet. Nous sommes face à un directeur qui voyage énormément et qui est très peu présent dans son établissement. Le temps qui passe et cette incapacité à avancer fait perdre peu à peu l’espoir de réaliser ce film documentaire.

Notre sujet nous intéresse, projet engagé et instructif. Tout en ayant cette envie de réaliser le film documentaire, je suis conscient que le processus peut être long et compliqué. Il faut savoir être patient tout en essayant de maîtriser son temps. Le plus important pour nous, c’est de rencontrer le directeur de l’école. Certains documentaires mettent plusieurs années avant d’aboutir. J’ai l’intime conviction que nous allons réussir à entrer en contact avec nos interlocuteurs, même si pour l’instant, nous sommes les témoins d’une institution mal organisée et qui ne communique pas assez. Mais, ce qui nous fait tenir c’est cette envie de s’exprimer à travers l’image: tourner un film documentaire est immensément gratifiant et enrichissant  

Najib Mabchour.

Anouk, la classe et l’art

Alison Goizet (07/11/2014) (cc)
Alison Goizet (07/11/2014) (cc)

Lorsque les différentes personnes ont exposé leurs sujets, j’ai immédiatement été séduite par ce projet-ci. Anouk la classe et l’art serait un documentaire court qui suivrait Anouk une jeune enseignante en art. Ayant moi -même été initié à l’art dans ma jeunesse, mais en gardant le souvenir d’une discipline assez sectaire ; cela m’intéressait fortement de suivre une personne qui enseigne l’art en option à un groupe d’adolescent venant de culture totalement différente et faisant en même temps l’apprentissage de la culture française. De plus, l’éducation à l’image est une chose qui nous suivra toute notre vie et qui nous aide à nous forger note propre opinion.

Notre but est d’aboutir réellement ce projet sous la forme d’un documentaire. Pour cela, nous avons pris contact avec Anouk; nous la suivrons lors des cours qu’elle dispensent. Nous avons également des formalités administratives à effectuer (autorisations, lettres au directeurs de l’école…). Ensuite nous devront écrire le projet, ce qui sera, à mon avis, le plus dure de notre travail. Finalement, la réalisation du documentaire serait l’aboutissement d’une année de notre projet.

Goizet Alison

L’école de l’art

Pour notre projet nous nous sommes dirigés vers un documentaire, qui aura pour objet de suivre Anouk une artiste plasticienne. Ses créations ont fréquemment pour sujet l’Afrique et ses habitants. Au delà de son travail de création, Anouk est aussi enseignante. Elle donne des cours d’art pour des personnes de tout âge, des initiations comme des cours réguliers dans une école internationale à Bordeaux. Ses classes sont composées d’enfants entre 12 et 18 ans. Nous voulons que notre documentaire porte sur comment elle transmet le goût de l’art à des jeunes. Les cours sont donnés en Anglais, qui est loin d’être la langue natale de tous, ni même de l’enseignante. Les niveaux étant différents, comment avec cette contrainte, qui n’en est peut être pas une, Anouk enseigne-t-elle l’art ?

Lorsque que je pense à ce documentaire, j’imagine qu’une grande partie se tournera dans sa salle de classe. Avec des portraits d’adolescents, la vision qu’ils ont de l’art et  son apprentissage. Il y a une richesse à capter dans leurs profils, le lieu d’enseignement étant une école internationale les enfants viennent des quatre coins du monde. Ils amènent dans ce cours d’art, une culture, une sensibilité propre à eux. Je pense qu’il est intéressant de filmer cette relation entre Anouk et ses élèves.  Quelles sont les méthodes employées par cette classe pour échanger et transmettre ? Je pense qu’il est primordial de mettre en avant cette pédagogie alternative. Elle s’adapte au multiculturalisme et s’appuie sur cette différence pour faire émerger des projets créatifs.

Alexia DI CIOCCIO