Archives de catégorie : Mémoires 2015/16

Le dernier celluloïd

celluloids-du-roi-et-loiseau-de-paul-grimault-don-du-bfi
Cc Jeanne Vidal-Giraud (15/02/16)

Consigne : « Clap de fin »

Difficile de mettre un point final à un travail qui aura pris deux ans. Deux années entre périodes creuses, caractérisées par l’angoisse de la page blanche, la redondance, le manque d’inspiration, et périodes pleines, marquées par une effusion d’idées, un trop-plein d’informations. Des idées, de nouvelles pistes qu’il m’a fallu explorer, pour parfois revenir sur mes pas, me tromper et recommencer. Même quand la peur et le doute s’immiscent, il faut tenter de trouver le bon chemin. L’aboutissement d’une problématique menant à un enchaînement logique, organisé en plusieurs parties. Et surtout, lire encore et toujours. Enregistrer les informations, les trier et les sélectionner de manière judicieuse et rigoureuse. Et enfin, la rédaction. Penser au lecteur, faire des phrases simples et efficaces, respecter la mise en forme, les alinéas et la présentation. Il s’agit de rendre sa pensée intelligible et agréable à lire.

Deux semaines avant le rendu, les modifications de dernières minutes sont en cours. Il est pourtant si difficile d’avoir un regard objectif sur ce travail de recherche, même achevé. Après avoir passé deux ans à travailler sur un film, et les derniers mois à peaufiner un texte, à le retourner dans tous les sens, à effacer, copier, coller, etc., comment juger son travail avec si peu de recul ? C’est le moment de confier cette tâche au jury, et d’attendre le verdict…

Jeanne Vidal-Giraud

Le Dernier Mot

karina
(cc) Adélaïde Michel (15/02/2016)

Consigne : “Clap de fin”.

La séquence finale de Pierrot le fou se termine sur la lecture à deux voix des vers inspirés de Rimbaud :

«  Elle est retrouvée.
Quoi?
L’Éternité
C’est la mer allée
Avec le soleil. »

Quand je pense à la clôture si poétique du film, je ne peux pas m’empêcher de me dire que j’aurais aimé savoir poser les mots avec autant de poésie. Mais un mémoire de recherche demande de se conformer à des conventions établies, de maîtriser l’art et la manière d’une stylistique scientifique. Suite à un rendez-vous avec mon directeur de mémoire, je suis actuellement dans un travail de correction, de reformulation de certaines idées, et d’approfondissement de quelques concepts. En somme, je touche à la fin.

Et pourtant, dans une peur paralysante de poser le dernier mot, je n’ai pas encore terminé la rédaction de ma conclusion. Je cherche mes mots mais je ne trouve pas la tournure de phrase qui viendrait clôturer avec brio des mois de travail. Alors je tergiverse, retouche encore une fois la mise en page de ce fichier presque trop conformiste à mes yeux, rajoute quelques mots et attend qu’un enthousiasme soudain me fasse penser que ce dernier mot posé est, enfin, mon point final.

Le titre de ce billet fait référence au court- métrage Le Dernier Mot réalisé par Jean-Luc Godard en 1988.

Adélaïde Michel

Fin indistincte…

(cc) Camille Nivat (14/02/2016)
(cc) Camille Nivat (14/02/2016)

Consigne : « Clap de fin »

La fin ? Je ne la visualise pas encore très bien… Il est certain que la phase de recherche est bel et bien terminée. Que la rédaction pure de chacun de mes arguments est derrière moi. Pourtant, il me semble avoir encore une montagne de corrections à effectuer. En effet, il faut encore relire – une, deux, trois fois…, reprendre certains points trop vagues ou mal exposés ; en somme retravailler l’ensemble de mon texte. Il est vrai que je vois le bout du tunnel concernant le fond de mon mémoire. En revanche, en ce qui concerne la forme… Il y a encore beaucoup à faire. Vérifier le système « auteur-date » au sein de mon développement, ajouter le timecode de chacune des captures d’écran, et surtout reprendre la bibliographie en se rattachant à la fiche de référencement. Mais ça ne s’arrête pas là. Il me faut insérer mes annexes, après les avoir choisies avec soin. Et il y a toujours ce résumé de mille signes – en français et anglais – qu’il faut que je termine.

Pour avoir une idée claire de ce qui me restait à faire, et parvenir au mieux à réaliser chacune de ces tâches, j’ai fait une liste précise. A partir de celle-ci, j’ai confectionné un calendrier. A chaque jour correspond une ou plusieurs tâche(s). Le lundi, ce sera la bibliographie et les référencements infra-textuels. Mardi, je m’occuperai de retrouver les timecodes de mes images. Et ainsi de suite… Tout est organisé de façon à finir au plus vite le mémoire. Il ne faut pas oublier qu’une fois le point final appliqué, l’impression est encore à prévoir. Et qu’il ne faut pas minimiser le temps que peut prendre cette étape. Nous ne sommes pas à l’abri d’un problème de dernière minute, d’un imprévu…

Camille Nivat

Bonnie c’est fini !

Alix Grinsell cc ( 15/02/16)
Xila cc ( 15/02/16)

Consigne : « Clap de fin »

La réalisation d’un mémoire n’est pas une chose aisée mais néanmoins passionnante. J’ai ressenti, une fois le mémoire achevé, une grande frustration. En effet, j’ai eu l’impression que je pouvais encore apporter beaucoup d’autres connaissances à mon mémoire. Comme si mon travail pouvait être infini, ou du moins beaucoup plus gros que les 50 000 signes que nous imposait la consigne. J’ai dû pour cela revoir ma rédaction à plusieurs reprises de manière à réussir à synthétiser mon écrit. Cela n’est pas chose facile.

Je suis satisfaite de l’angle de vue que j’ai emprunté, mon mémoire reflète une nouvelle analyse du film Bonnie and Clyde. Ma démarche fut d’analyser à travers un axe de réflexion psychanalytique le comportement des protagonistes. Pour cela j’ai dû, dans un tout premier temps, comprendre le contexte dans lequel mon film s’insérait afin de saisir ensuite au mieux les raisons qui ont motivé le réalisateur à appliquer de tels comportements à ses héros.

Xila

Coupez ! C’est bon on la garde !

Consigne : « Clap de fin ! »

On en voit enfin le bout ! Le travail de plusieurs mois s’est presque concrétisé en une ribambelle de mots assortis plus ou moins bien entre eux. Il devient de plus en plus difficile de se relire de peur de vouloir réécrire un paragraphe tout entier. Heureusement pour l’orthographe, certains proches acceptent de me relire scrutant chaque petite faute n’étant pas à sa place qui pourrait me faire perdre des points précieux. Le choix du film « Thelma et Louise » a été beaucoup plus judicieux que celui de l’année dernière « Alien » : il ne faut jamais choisir un film auquel on est trop attaché car il est impossible de rester neutre devant l’analyse. Mon choix s’est porté sur l’histoire de ces deux femmes car il m’a semblé intéressant que ce soit un homme qui analyse un film féministe, afin de mieux comprendre pourquoi les femmes peuvent se sentir rabaissées face à la misogynie des hommes.

Maintenant il s’agit de se tourner vers l’épreuve de l’oral qui risque d’être difficile à préparer puisqu’il s’agit de présenter le déroulement de notre recherche, et non le résumé de notre mémoire, deux notions difficiles à différencier. Les recherches m’ont permis de voir que dans ce domaine, le film de Ridley Scott était un précurseur à l’époque de sa sortie car depuis, peu d’évolutions ont eu lieu dans la place qu’occupent les femmes à Hollywood. Mais avec la sortie de « Seul sur Mars » l’année dernière, Scott a de nouveau franchi un pas en donnant un rôle principal à Jessica Chastain en tant que capitaine de vaisseau. Ce fait est là pour montrer que même s’il est lent, le développement de la femme à Hollywood est toujours d’actualité.

Vincent DUQUENNOY