Archives de catégorie : Mémoires 2015/16

L’oiseau et moi

photo billet
(cc) Jeanne Vidal-Giraud (26/10/2015)

Consigne : « Mes personnages & moi »

Le roi et l’oiseau est un dessin animé qui m’accompagne depuis mes 4 ans. J’ai  passé des périodes plus ou moins longues sans le voir, mais ce film a toujours croisé ma route de façon régulière, jusqu’à devenir mon sujet de mémoire. Quand j’ai commencé à réfléchir aux personnages créés par Paul Grimault et Jacques Prévert et à ma relation avec eux, je me suis dit que ce qui caractérisait cette relation, c’est que ceux-ci m’accompagnaient depuis ma plus tendre enfance. Que je sois triste, heureuse, que je m’ennuie ou que je sois en colère, Le roi et l’oiseau étaient toujours là.

J’ai 6 ans. L’oiseau c’est mon grand frère, le roi c’est notre nounou tyrannique, les lions ce sont mes cousins. J’ai 12 ans. Le roi je l’ai retrouvé dans les professeurs que j’ai détesté, l’oiseau dans le cancre de la classe, la bergère et le ramoneur c’est les premiers amours de cours de récré. J’ai 16 ans. La bergère? Dois-je vraiment m’identifier à la bergère? C’est ça la vie? Choisir entre le roi et le ramoneur? Entre le méchant et le bon garçon? A l’époque c’était ça pour moi. Quand j’ai eu 18 ans et que j’ai obtenu le droit de vote, j’ai vu le roi partout, et l’oiseau aussi. J’ai compris ce qu’on appelle le « charisme », j’ai compris que les discours et les promesses pouvaient conquérir les foules. Maintenant que je les retrouve à 21 ans, je les trouve toujours aussi beaux. Et finalement, je ne sais toujours pas si je dois croire l’oiseau aveuglément, si l’automate va nous sauver, ou même si je dois choisir le roi ou le ramoneur. Une chose est sûre, il m’accompagneront encore longtemps, et je ne cesserai de les redécouvrir.

Jeanne Vidal-Giraud

It’s time for a cow-boy to dream

Consigne : « Mes personnages & moi »

Je distingue trois étapes dans ma manière d’appréhender les personnages du film Rio Bravo. Tout d’abord, c’est grâce à eux que j’ai choisi d’étudier ce film. L’ayant vu étant petite, je me rappelais particulièrement d‘une scène, celle où le shérif Chance et ses trois compères, Dude (l’alcoolique), Stumpy (le boiteux) et le jeune Colorado chantent ensemble dans la prison. Ces personnages font partie de mes souvenirs d’enfance et c’est de la tendresse que j’éprouve à leur égard, ils n’ont pas vieilli, moi oui, et après les avoir admirés étant plus jeune je vais pouvoir à présent les étudier.

Au cours de la rédaction du mémoire, cette admiration pour les personnages a peu à peu laissé place à un sentiment d’empathie. En les étudiant je me suis rendu compte qu’ils n’étaient pas que des héros de western ou des personnages comiques mais des hommes blessés, faibles et manquant de confiance en eux… Le mythe du cow-boy s’effondre (et c’est tant mieux). Lorsque je revois le film je ne peux m’empêcher de sourire lorsqu’ils partagent un moment ensemble, ce sont comme de vieux amis dont j’aurais pris soin pendant un an.

De tous les personnages du film, seul un m’a un peu déçue sans que jamais je n’ose le lui avouer. C’est le personnage principal, Chance. Peut-être parce que j’ai appris que l’acteur était engagé politiquement auprès des Républicains, ou peut-être parce qu’il est celui des personnages qui se livre le moins, le plus fier. Oui mais cet acteur c’est John Wayne, le héros des westerns, charismatique et imposant, et je ne peux pas lui en vouloir.

Marion Souquet

« Who was Tom Doniphon ? »

doniphon 3
(cc) Camille Coquereau (23/10/2015)

Consigne : « Mes personnages & moi »

L’homme qui tua Liberty Valance, c’est Ransom Stoddard. Ou peut être Tom Doniphon, on ne sait pas très bien. Toujours est-il que Liberty Valance sera tué par l’un des deux. Entre Stoddard et Doniphon, je ne sais qui choisir, à l’image d’Hallie dont le cœur balance entre les deux. Le premier vient de l’Est et ne comprend pas que la violence puisse être la seule solution pour régler un conflit. Le second est un cowboy, persuadé qu’un homme doit être fort et pour qui le colt est synonyme de résolution de problèmes. Finalement, le héros, c’est lui.

Comment le cerner, le grand Doniphon ? Lors de sa première apparition, il est figuré par un cercueil. J’apprends alors, larme à l’œil, qu’il est mort. L’histoire qui va suivre est la sienne. Imposant par sa carrure de cowboy, main vissée au pistolet qu’il porte à la ceinture à tout instant, je le crains un peu, tout de même. La force est sa manière de répondre aux violences et il est considéré comme plus fort que l’homme le plus dangereux du pays. Paradoxalement, une forme d’admiration naît chez moi à son égard. Derrière cette force ce cache l’amour qu’il porte pour Hallie. Celle-ci lui préférant l’homme de l’Est, mon cœur se brise alors en même temps que le sien. Trop d’époques nous séparent, rendant l’identification impossible. Néanmoins, l’humanité de cet homme dur au cœur brisé m’atteint et le rend alors totalement fascinant.

Camille Coquereau

Serais-je une répliquante ?

Consigne : « Mes personnages & moi »

Réplicant : un androïde en tout point similaire à l’homme à ceci près qu’il ne ressent aucune émotion …

Les personnages principaux de Blade Runner de Riddley Scott sont tous des réplicants : Roy Batty, Pris, Zhor , Rachael et peut-être Deckard (la question reste en suspens même si le réalisateur s’est prononcé)… Malgré des scènes intenses avec chacun des personnages : la mort de Roy, les doutes de Rachael ; je ne m’identifie à aucun des personnages. Ils me parlent par la remise en question de leur identité, de leur existence. Aucun ne me rebute ou me fascine. Ils ne sont que des clés pour appréhender le sujet de l’histoire.

La mise en scène et le montage mettent le spectateur dans un état de contemplation. C’est ainsi que nous percevons les personnages : nous contemplons leur vie et leurs doutes. Le film n’en est pas moins fort, il n’utilise simplement pas l’attachement et l’identification au personnage, mais plutôt une esthétique particulière.

Julie T.

Lincoln, le tout-puissant

Consigne : « Mes personnages & moi »

Lincoln est un biopic réalisé par Steven Spielberg, sorti en 2012. Le 16ème président des États-Unis est donc le personnage principal. Daniel Day-Lewis interprète dans cette œuvre une figure emblématique de la mémoire collective américaine. En effet, Abraham Lincoln tient une place particulière dans le cœur des Américains puisqu’il incarne le défenseur de la liberté des Hommes par excellence. Plus que tous les autres Présidents américains, il est une figure mythique de l’hégémonie de la puissance des États-Unis en faisant adopter à la Chambre des Représentants le 13ème amendement abolissant ainsi l’esclavage.

Steven Spielberg, par des choix de mise en scène et une esthétique travaillée,  nous présente un Lincoln puissant, autoritaire et même divin ce qui entre en dissonance avec son propos humaniste : celui de la liberté et de l’égalité des Hommes. Spielberg renoue ici avec la tradition du cinéma des années Reagan de reviriliser l’Amérique en construisant un Président puissant doté de tous les pouvoirs qui se justifie par une bienveillance exacerbée. Le cinéma comme médium de communication internationale bénéficie d’un certain pouvoir de persuasion diffusant une idéologie qui prône le culte de la personnalité, de sa puissance, à travers l’image emblématique du Président. Mon Président, ce héros ! Aucune opposition, aucun allié pour le seconder, Lincoln est seul usant de son pouvoir, contournant la loi. Le roi de l’entertainment nous plonge au cœur de la Maison Blanche dans une  exaltation du leader politique américain. Ce qui semble inédit puisque Lincoln se présente comme un Président autoritaire remettant en cause le principe même de la Démocratie. Alors que j’avais une réelle admiration pour le personnage avant de me plonger dans l’analyse de cette œuvre de Steven Spielberg, il me paraît maintenant plus cruel que jamais !

Maelys GOSSET