Tous les articles par vincentduquennoy

Nos peurs refoulées

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Avoir choisi la peur comme thème principal était presque incontournable. Il s’agit de comprendre la manière dont le réalisateur, avec finalement peu de moyens, a fait sursauter les spectateurs, et ainsi associé la créature à une icône de l’horreur. Qui n’a pas été terrifié par le jaillissement du Facehugger de son œuf ? Qui n’a pas été choqué par la scène du dîner et la naissance du “huitième passager” ? La première fois que l’on regarde ce film, quasiment en huis clos, on ne peut pas s’attendre à la tournure qu’il va prendre. Mais alors, quelle est la raison d’une telle frayeur devant cette œuvre : La morphologie particulière de l’alien ? La mise en scène particulièrement sombre ? Ou le fait que ces créatures représentent des aspects sombres de notre personnalité ?

Pour remonter le fil de ma pensée, je compte m’appuyer sur deux principales thématiques : le viol et la matrice. Je ferais même un rapprochement en parlant du viol de la matrice. Dans le film, le viol n’est exposé qu’à travers des références : celles des formes des différentes créatures, ou encore celles du vaisseau. Des allusions sont également présentes dans le jeu de certains acteurs. La matrice quant à elle, est présente pendant toute la durée du film, à travers une lutte entre l’Homme et la machine. Cette lutte est illustrée par Maman, l’intelligence artificielle. Pour finir, une relation sera établie avec la peur inconsciente que nous pouvons avoir vis-à-vis de notre relation actuelle avec la machine.

Vincent DUQUENNOY

“Un adulte c’est un enfant qui a réalisé ses rêves. ” ( M. Boujenah)

En ce qui concerne l’avancée des travaux sur le projet de Germain, nous sommes en bonne voie. Après avoir discuté avec Tristan des différents décors, j’ai effectué du repérage dans ma région du Lot-et-Garonne pour trouver quelques lieux intéressants en ce qui concerne le magasin photo, ou encore des routes à la manière des anciennes voies romaines, c’est-à-dire en ligne droite. Au final, les décors que j’ai repérés ne seront que des solutions de secours, car la plupart des scènes seront tournées en Gironde, ainsi qu’en Corrèze. A l’heure actuelle, la plupart des acteurs ont été trouvés, grâce notamment à une annonce publiée dans l’enceinte de l’université. Le personnage de Violette n’ayant toujours pas de visage, j’ai proposé d’engager une vieille amie qui correspondrait à l’idée que se fait Tristan du personnage, en ce qui concerne le physique.

Une première ébauche du plan de travail a été réalisée par mes soins, en me basant sur un modèle utilisé lors de mon stage dans la société d’Ego Productions, pour la série « Doc Martin ». C’est surtout pour le côté pratique que nous avons décidé d’utiliser ce dernier, afin de nous représenter de manière claire le schéma du tournage des différentes séquences. J’ai également assisté Lucile dans la rédaction de la note de production, en évoquant notamment la mise en avant de nos régions, mais également le fait que ce projet nous parle, car nous allons bientôt rentrer dans la vie active, mais y sommes-nous vraiment prêts ? Pour finir, j’espère que nous allons pouvoir faire d’une pierre deux coups à travers ce tournage, car le hasard fait que mon projet de pilote de série comporte aussi une scène se tournant à l’hôpital, et les personnes qui vont m’aider sur mon projet sont quasiment les mêmes que pour celui de Tristan. Cela représenterait donc un gain de temps considérable.

Vincent DUQUENNOY

Le chaos dans le Nostromo, mais aussi dans mon cerveau

Consigne: C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

Le travail que j’effectue à l’heure actuelle sur ce mémoire me donne beaucoup de pression, car venant de formations professionnelles (BTS + Licence pro), ce genre d’exercices est relativement nouveau pour moi, même si j’avais effectué ce genre de travaux lorsque j’étais dans mon premier. Ce fut d’ailleurs la raison de mon départ de cette formation car il s’agissait d’un exercice dans lequel je n’excellais pas du tout. Concrètement, j’ai toutes les données nécessaires afin de faire un bon mémoire, mais je ne sais pas comment les mettre en forme car je ne comprends toujours pas ce qui clochait dans mon ancien plan, ainsi que dans ma problématique.

La rencontre avec mon directeur de mémoire M.Engelibert fut vraiment bénéfique car ce dernier m’a indiqué une nouvelle piste de recherche sur la peur à travers l’espace du décor, mais également des livres sur la peur et la science-fiction dans lesquels j’ai trouvé des données intéressantes. Je souhaite également développer le principe de l’archétype de l’Ombre à travers la créature, mais également avec l’androïde Ash, car ce dernier représente lui aussi le Mal à travers sa mission de ramener l’alien coûte que coûte, quitte à sacrifier l’équipage entier du vaisseau. Le renouveau du genre de la science-fiction est un point que je voudrais aussi traiter au travers notamment du décor, qui  rompt avec les précédents comme ceux de Planète Interdite, propres et brillants, afin de donner un environnement sale et sombre, tout comme les premiers Star Wars, datant de la même époque.

Vincent DUQUENNOY

Entre amour et haine : Alien, le Huitième Passager

Consigne : Mon film, entre amour et haine. 

En toute honnêteté, le film de Ridley Scott, qui m’avait fait sursauter à l’époque de la première vision, m’a séduit dans la liste car j’apprécie cette œuvre, mais juste assez pour  l’analyser. Il peut être vraiment plaisant de revoir un de nos films favoris, voire un documentaire qui traite du sujet, et ainsi découvrir des détails qui n’avaient pas attiré notre attention, lors des précédentes visions. Mais travailler sur un film qui nous tient trop à cœur peut nous amener par la suite à le détester, à force de l’avoir trop étudié dans tous les sens. Donc, même si  cette œuvre m’intéresse beaucoup, il est probable que je ne la visionne pas pendant une longue période après l’oral, afin de m’en détacher.

Pour en revenir à l’étude de l’oeuvre, l’espace est un domaine que je souhaiterais développer, en analysant le vaisseau Nostromo, qui est une zone très restreinte, pouvant amener des sensations comme la claustrophobie, car dans le bâtiment, on ne sait jamais vraiment où l’on se trouve. Il serait aussi intéressant de faire un parallèle avec le fait que l’astronef se trouve dans l’espace, qui lui possède une étendue infinie, comme le rappelle le titre : “Dans l’espace, personne ne vous entendra crier”. La peur est bien évidemment l’aspect majeur que je voudrais approfondir dans le mémoire à travers des thématiques comme le viol, l’aspect animal et le cauchemar. Pour ce faire, il faudrait notamment développer l’analyse des histoires mythologiques, à travers les codes et le mode d’écriture, repris encore aujourd’hui par les scénaristes. La comparaison avec d’autres créatures, comme par exemple le Predator de John McTiernan, serait aussi nécessaire afin d’appuyer les différentes idées.

Vincent DUQUENNOY