Tous les articles par tristanleyri

“La vie de Germain” à l’islandaise ?

A travers ce projet de court-métrage, Tristan semble vouloir avant tout exprimer une amitié, celle avec Jonathan, qui possède un physique et une personnalité tout à fait atypique, ayant inspiré Tristan pour son personnage principal du nom de Germain. Ce dernier semble également s’être inspiré de ses propres souvenirs, afin de caractériser le scénario, et ainsi lui donner un style propre.

Lorsque Germain tombe dans le coma, suite à un accident de voiture, on suit ce dernier dans son rêve, qui se caractérise à travers un village, où il va rencontrer l’amour de sa vie. Pour moi, ce rêve représente notre souhait le plus cher, ce pourquoi nous menons notre existence sur Terre, afin d’avoir un but, une raison de vivre.

Il s’agit d’un pur hasard, mais en lisant son scénario, les décors vis-à-vis du rêve qui semble se dégager ressemblent étrangement pour moi à ceux de la série française « Les Revenants », que j’ai commencé à regarder très récemment, qui se déroule dans une ville située en Savoie. Un des personnages principaux qui se nomme Simon ressemble également à la description physique du personnage principal du scénario de Tristan.

En ce qui concerne l’ambiance sonore, et là encore, il s’agit d’une coïncidence, je trouve que la musique du groupe écossais Mogwai présente dans cette série pourrait correspondre au court-métrage de Tristan, à travers ces mélodies de type rock expérimental. Ces dernières pourraient traduire l’incertitude quant à la manière dont le rêve ou l’accident de Germain, qui se produit au début, vont se terminer. Un autre style de musique qui encore selon moi, pourrait correspondre au scénario de Tristan, serait celui du groupe islandais Sigur Rós. En effet, cette formation véhicule à travers ses origines nordiques un rock progressif d’une couleur tout à fait unique, avec notamment le fausset ou la voix de tête du chanteur, ainsi que le jeu à l’archet. Ce genre appuierait quant à lui, l’aspect du rêve, représentant un monde différent du nôtre, grâce à l’alchimie que forme l’ensemble des sons instrumentaux et électroniques du groupe.

Vincent DUQUENNOY

Rêver les yeux ouverts

(cc)Lucile Moyano(19/10/2014)
(cc) Lucile Moyano (19/10/2014) 

Tristan a imaginé l’histoire de Germain, ce jeune garçon ouvert sur un ailleurs plus doux et plus calme que le réel. Un accident, un coma. Ces évènements d’apparence tragique seront propices à une traversée onirique portée par des passions peu ordinaires. Pour nous, ce film est une chance donnée aux “silencieux” de rêver, pour une fois, comme ils le désirent. Cette histoire s’adresse à une fragilité contenue en chacun des membres de notre groupe, et probablement à beaucoup d’autres jeunes gens de notre génération. Le voyage de Germain est celui d’un corps qui ne s’accommode pas de la  croissance de son l’esprit. “Grandir… pourquoi faire ? N’y a -t-il pas un endroit où l’on m’aimera tel que je suis ?” Dans un “au-delà” où rien n’est  hostile, la folie est autorisée et partout les passions ont un droit de passage. Mais à trop rêver de s’échapper du monde, on prend le risque de s’en extraire définitivement.

Il est bien vaste, le monde où Tristan à lâché le jeune Germain. Les couleurs, l’image, le jeu et le son devront être les reflets de cet environnement ainsi que de la latence émanant du personnage. Si nous voulons lui être fidèle, il va falloir faire preuve de précision, de réflexion, et accepter que la rigueur prenne part à un si onirique récit. C’est en quelques sortes à nous d’être adultes afin que Germain puisse vivre son vagabondage sans entraves, jusqu’aux limites que nous lui mettrons. Les symboles récurrents d’enfance et d’imaginaire nous mènent vers la problématique de la solitude auto-provoquée par une conduite “hors des clous”. Ainsi, dans le scénario, le vide se fait autour de Germain. Le texte prend forme, comme le rêve qui peu à peu se dessine sous les paupières du dormeur.

Lucile

Puer aeternus

La vie en négatif de Germain est un scénario qui, comme son nom l’indique, se concentre sur une petite parcelle de la vie d’un homme. Cette parcelle reflète son état mental, ses pensées, ses tourments, passions et émotions. Ici, l’histoire s’intéresse donc au fond du personnage plus qu’à sa forme. Amené à tomber dans un coma profond, son inconscience va être à sa conscience  ce que le négatif d’une photographie est à son tirage. Mais le terme de « négatif » est aussi justifié par le fait que l’on traite un aspect plus sombre du personnage : son obsession et son refus de grandir. En effet, il va s’accrocher à des lubies de sa plus jeune enfance et rester ainsi cloisonné dans un monde utopique. Tout comme Travis dans Paris, Texas ou Peter Pan, Germain est un puer aeternus, un garçon éternel.

Toute forme d’art, qu’il s’agisse de peinture, de danse, de musique ou encore d’écriture devait être selon moi de l’ordre du spontané. L’art devait être perçu comme un médiateur de l’émotion, un chemin tracé entre la conscience et son opposé. C’est ainsi qu’avec La vie en négatif de Germain j’eu besoin d’écrire quelque chose plus qu’envi de véhiculer un message quelconque. Mais l’art change de facette lorsqu’il ne concerne plus qu’un seul individu. C’est donc lorsqu’il fallu expliquer le sens du scénario à mes collègues que je réalisai combien il était difficile d’exprimer une idée à la base inconsciente. Nous nous réunîmes alors autour d’une table pour réfléchir à un thème qui permettrait d’axer le scénario sur un seul rail : l’onirisme, le voyage, l’amour, le fantasme…  C’est là que nous choisîmes de parler du syndrome de Peter pan, un complexe intéressant à traiter pour des étudiants étant sur le point d’entrer dans la vie active.  Aujourd’hui, tout devient alors plus clair et accessible. Le scénario est doté d’une structure horizontale et nous pouvons l’ornementer de nos idées sans qu’elles ne s’éparpillent trop.

Tristan Leyri

Paris, Texas, Bordeaux…

Consigne : Mon film, entre amour et haine. 

Paris, Texas. Un dossier noyé parmi tant d’autres : Rosetta, L’embryon, Tropical malady… Même pas un petit Batman qui traîne,  non, rien que des titres  inconnus. Allez, j’en regarde quelques-uns et on verra bien… Paris, Texas : du blues joué au bottleneck, des paysages grandioses, une relation père/fils émouvante et une actrice principale franchement mignonne. L’embryon : une femme fouettée pendant deux heures et demi. Le choix est difficile… Paris, Texas. Je ne suis hélas pas le seul à l’avoir choisi. Une guerre froide commence. Il va falloir se la jouer diplomate et faire changer d’avis l’une de mes collègues. La bataille est rude, mais je sors vainqueur… Paris, Texas. Nous allons devoir cohabiter ensemble pendant deux ans. On s’observe timidement. Je le soupçonne d’être un film à l’eau de rose. Lui me soupçonne d’être trop niais pour le comprendre. On verra bien…

Les soupçons s’estompent finalement très vite. Après l’avoir vu, revu, découpé, retourné, le film ne devient plus qu’une simple grille d’analyse. Tout est clair : l’histoire, les personnages, les décors… Seulement, je réalise que je reste indifférent à son auteur, ce fameux Wim Wenders. Je dois lui faire face. Quelque chose de clair et d’évident ressort de ses bouquins : c’est un obsessionnel des Etats-Unis. Tel un psychanalyste, j’essais alors de me faufiler dans son esprit. Je creuse dans ses neurones. Je vis dans ses rêves. Je veux et dois assimiler son point de vue. J’essaie de comprendre son rapport personnel à l’Amérique. Comment se la représente t-il ?  Comment nous la présente t-il ? Pourquoi de telle manière et pas d’une autre ? Une nouvelle lecture du film s’opère donc, problématique en tête. Je le perçois désormais comme une ethnographie que l’auteur et son altérité conçoivent pour et par l’image.

 

Tristan Leyri