Tous les articles par tristanleyri

Arrête de divaguer

Le film est presque terminé, mais il reste une étape : la post production. Tout est dans la boîte, son et image. Le carnet de script attend d’être feuilleté et les rushs d’êtres proprement synchronisés. La troisième écriture du film peut commencer. Reste encore à définir qui fait quoi. J’aimerais monter le film seul, renforcer l’aspect décalé du film par le montage. Mais je n’ai aucun recul… Jonathan s’y connait dans ce domaine mais est-il possible pour lui de monter des images sur lesquelles il figure ? Je demanderais à Laetitia. Elle a déjà une petite expérience et saura m’indiquer les faux pas. Et la musique… La question de la musique m’obsède. Elle est, je pense, la quatrième écriture du film. Elle peut modifier l’ambiance du tout au tout. Qu’aurait été Le Grand Bleu sans Eric Serra ? Himalaya l’enfance l’un chef sans Bruno Coulais et Blade Runner sans Vangelis ? Oui, Le plus fastidieux est encore devant…

 Cela dit, l’expérience du tournage est passée et, maintenant que les rushs sont disponibles, j’arrive à peu près à me faire une idée du film tel qu’il sera dans sa version finale. Dire que celui-ci est né d’une petite action qui a failli être grosse : la perte de contrôle du véhicule à cause d’une boite de bonbons à l’anis. Puis il y a eu cette femme, travaillant à la boutique Kodak de Leclerc. Je prenais un maximum de photos afin d’obtenir deux minutes de rendez-vous avec elle chaque semaine. Elle me penserait fou en apprenant que ces 2+2+2+2+2+2+2+2 minutes furent la motivation du projet. Non, quand même, la principale motivation fut la recherche d’expérience. Réaliser un film, ou plutôt s’extraire une idée de la tête pour la faire passer à l’écran, est plus jouissif qu’il n’y parait. Il s’agit de matérialiser cette idée par des décors, des costumes, des acteurs, de la lumière, du mouvement, un cadre, du son etc… Heureusement que l’équipe qui m’accompagnait, timbrée qu’elle est, a pu l’assimiler. Aujourd’hui, en visualisant les rushs, je me rends compte que le résultat n’est pas flamboyant techniquement, mais peu importe : même après ces quelques mois de « rush », l’idée de départ est restée intacte. Elle n’est plus en moi, je ne peux plus la changer mais elle est bien là, devant moi, retranscrite sur le vieil écran pixelisé de mon ordinateur portable. Bon, arrête de divaguer, mets y toi. Commence par appeler Laetitia.

Tristan Leyri

Ça tire…

“Mon travail de recherche, alors… heureux?”

Le résultat de mon travail préparatoire à la recherche m’avait conforté dans l’idée qu’il était aisé d’analyser un film. Il suffisait de prendre son temps, de visionner des films, lire un peu, écrire deux trois idées qui passaient par là, puis recracher quelque chose qui s’apparentait à une analyse décousue. Or, un mémoire, ce n’est pas la même. Les conditions de travail restent similaires, certes, mais  le résultat doit être structuré, souple. Il s’agit de s’adresser à un lecteur et le guider dans sa réflexion. Cette souplesse que je pensais acquise ne l’était pas, et quand il a fallu s’y mettre, ça a tiré…

Aujourd’hui, je ne suis toujours pas contorsionniste, mais j’ai compris à quoi servent les exercices : il s’agit d’avoir une écriture claire et précise, et d’éviter tout « blablatage » (ce qui n’est pas le cas de ce billet, nous sommes d’accords). Mais, tout de même, je suis fier lorsque je relis mon travail. Non pas fier du résultat, mais fier de voir où sont mes failles. Mes erreurs me sautent désormais aux yeux et je pense que ça, c’est le plus grand des acquis.

Tristan Leyri

Le mythe

Consigne : Ma problématique, une odyssée ! 

En me renseignant sur Wenders, je découvris qu’il était l’un de ces nouveaux cinéastes allemands avec Fassbinder, Adlon ou encore Herzorg à avoir été attiré par le continent Américain, lequel déversait déjà son influence culturelle et la sur-représentation de son mythe en Europe depuis quelques années.  Paris, Texas ayant donc été tourné aux Etats-unis, je fus tenté de percevoir en ce film des traces de syncrétisme culturelle, un indice flagrant marquant l’altérité de l’auteur. Cet indice était là : une certaine ressemblance avec le western, genre porteur du mythe Américain.  Je me suis alors demandé s’il utilisait consciemment les codes du genre afin  de les détourner et ainsi déchirer le voile de ce mythe historique pour nous dévoiler ce qui se dissimule derrière…

Il est bien facile de conclure que Wenders critique ou non les Etats-Unis, ce qui était la problématique de mon TPR. Il suffit de lire ses écrits pour s’en rendre compte. Pour donner un sens plus profond à mon objet d’étude, j’ai dû trouver un fil conducteur permettant de bâtir ma réflexion et éviter tout manichéisme. Je suis alors allé chercher du côté du mythe américain et de ses représentations, de l’influence des États-Unis sur l’Europe et de l’amalgame des genres. J’ai alors compris que Wenders portait ce mythe en lui et le retransmettait inconsciemment par l’image et la dramaturgie, ce qui me conduisit directement à ma problématique.

Tristan Leyri

L’accouchement

Nous arrivons presque à terme. Même s’il reste un peu de travail sur le scénario, cette tache reste facilement réalisable avec le peu de moyens que nous avons. Quelques idées, une entente globale, un ordinateur et un logiciel de traitement de texte suffisent. Mais maintenant, ça commence à devenir sérieux. Nous nous confrontons au monde extérieur, aux problèmes qu’un producteur et un réalisateur peuvent être amenés à rencontrer. Il faut mettre les bouchées double, faire vivre le film en dehors de notre petite sphère et demander de l’aide où nous en avons besoin.

Ce qui est élémentaire pour passer ce cap, c’est d’avoir un dossier qui tienne la route. Ainsi, nous pourrons justifier notre projet et faire appel aux différentes institutions : celles qui pourraient nous garantir un lieu de tournage (laboratoire photo, chambre d’hôpital ou encore école dans notre cas)  et celles qui pourraient nous fournir un apport numéraire. Mais ce dossier permettra aussi de trouver des comédiens, un aspect que j’avais négligé jusque-là et qui ne me semblait pas si problématique. Ils tomberaient du ciel et je n’aurai qu’à choisir mes favoris. Mais non, nous avons déposé des affiches de casting et la liste n’est toujours pas pleine. Sans compter ceux qui me disent « peut-être, on verra … ». Un dossier artistique serait un gage de motivation et de sérieux de notre part, grâce auquel nous serons plus facilement accompagnés. Le tournage est prévu en janvier. Nous n’avons plus le temps discutailler sur les détails de l’histoire. Nous devons organiser concrètement ce sans quoi le personnage de Germain ne prendra jamais vie. Donner naissance à un être n’a jamais été chose aisée.

Tristan Leyri

Indien ou cowboy ?

Consigne: C’est le bazar dans tête… (ou pas)

Difficile de savoir où j’en suis face à mon mémoire. Ce Monument Valley qui me parait infranchissable. D’un côté, je suis le cowboy, arpentant les mythes de l’Ouest Américain pour la première fois tel un conquérant. Tout  ce qui concerne mon sujet m’est inconnu. Je suis perdu dans un vaste désert d’informations.  Mais j’ai les pieds sur terre, j’avance pas à pas et la direction est claire : l’ouest, et nul par ailleurs. J’emporte avec moi quelques outils qui me permettront de me défendre : une winchester’73 et les théories nécessaires à la rédaction d’un mémoire. De l’autre côté, je suis l’indien, le sauvage, prêt à arracher quelques scalps pour arriver à mes fins. Je fonctionne à l’instinct et rien ne me fait peur. Animiste, je sais invoquer l’esprit de l’aigle pour me projeter au loin. Mon objet filmique,  le Texas, je le connais comme ma sacoche à peau de bison. Mais je ne devrais pas être si confiant. Nous savons tous comment ces peuples ont fini …

Posons les colts et les tomahawks, faisons la paix. Mettons fin à cette schizophrénie, et mettons-nous au travail. C’est une chose, certes, de s’imprégner totalement du mythe Américain pour expliquer comment Wenders l’a lui-même utilisé pour critiquer ce pays irraisonné, mais il faut savoir redescendre sur terre. Mon seul rôle à jouer, dans tout ça, c’est celui du chercheur. Mes seuls outils sont les livres et les films, sans quoi je n’atteindrai jamais le fond du sujet…

Tristan Leyri