Tous les articles par tiphainerobion

Partager, c’est avancer

Photographie issue du film "The Virgin Suicides" de Sofia Coppola", une de mes inspirations pour le court-métrage
Photographie issue du film “The Virgin Suicides” de Sofia Coppola”, une de mes inspirations pour le court-métrage

L’histoire de Kate et Lisa, deux soeurs en proie à leur histoire familiale, a commencé à germer dans mon esprit il y a un peu plus d’un an. Ce scénario est inspiré de plusieurs personnes de mon entourage qui ont contribué à donner du corps aux personnages. J’ai écrit d’une traite la première partie de l’histoire puis j’ai repris le scénario de temps en temps quand un trait de caractère d’une personne que je rencontrais me semblait pertinent pour un de mes personnages. Pourtant, très vite, j’ai senti un blocage et n’ai plus été en capacité d’écrire. J’ai identifié le problème récemment : je ne souhaitais pas faire lire mon scénario à qui que ce soit tant que le texte n’était pas abouti. Or, il est important de le partager pour avoir un avis extérieur et ainsi avancer sur le projet.

C’est donc dans cette idée que j’ai décidé de continuer l’écriture en compagnie de Coline, Sylvain et Laëtitia. Je leur ai demandé, après lecture du scénario et discussion, ce que racontait l’histoire selon eux : pour eux, c’est une histoire sur la complexité des relations fraternelles. C’est donc maintenant sur cette idée principale que nous allons orienter le court-métrage. Le fait de s’engager dans cette démarche de partage a modifié l’enjeu du projet. Cette idée a été conçue au départ plus comme un exercice personnel qu’une réelle intention de mener ce projet à bout : l’ajustement du scénario sera désormais orchestré en prenant en compte l’aspect financier et notre capacité à aboutir à sa réalisation, le but étant de mener ce court-métrage de fiction à une diffusion publique.

Thiphaine

Le grand plongeon

John Moulder-Brown et Jane Asher dans Deep End
John Moulder-Brown et Jane Asher dans Deep End

Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Je nous revois encore, au début de la première année de Master attendre avec impatience la liste de films dans laquelle nous allions devoir choisir un film pour notre Travail Préparatoire à la Recherche. La liste tombe : déception pour certains, joie pour d’autres. De mon côté, mon regard se glisse instinctivement vers les films britanniques, pour lesquels j’ai en général beaucoup d’affection. Lindsay Anderson, Ken Loach, Mike Leigh, Tony Richardson… Et j’aperçois Deep End, de Jerzy Skolimowski. Le nom me semble vaguement familier. Je regarde la bande-annonce et immédiatement, j’aime la symbolique de la piscine, l’esthétique me touche, me fait penser à Pierrot le Fou. Un film britannique inspiré de la Nouvelle Vague ? Ma décision est prise, je plonge sans réfléchir.

Très vite, je me suis prise d’affection pour ce film et il a été difficile de prendre du recul pour l’analyser de manière objective. Ainsi, je me suis forcée à alterner les visionnages “passifs” et “actifs”. Lors des visionnages passifs, je profitais de l’esthétique du film en me laissant totalement porter par l’histoire, tandis que pendant les visionnages actifs, je prenais des notes, faisais des pauses, des retours en arrière : cette méthode de travail m’a été bénéfique dans le sens où elle m’a permise de combiner deux visions du film et ainsi d’en avoir une vision globale. Je continuerai à utiliser cette méthode lors de la rédaction du mémoire : regarder parfois Deep End en tant que simple spectatrice afin de ne pas me lasser du film et ensuite pouvoir prendre plaisir à l’analyser.

Tiphaine Robion