Tous les articles par tiphainerobion

On touche au but…

Je nous revois, il y a quelques mois, face à ce scénario que j’avais écrit. Des premières incohérences pointées du doigt par le regard extérieur de mes collègues à l’aboutissement d’un scénario plus crédible. Et puis, il y a eu la confrontation de ce nouveau travail aux autres groupes de la classe. Encore une fois, des problèmes ont été soulevés et la phase de réécriture a été plus longue cette fois-ci, notamment en ce qui concernait les notes d’intention et de réalisation. De fil en aiguille, le scénario s’est ficelé pour évacuer toutes les parties non nécessaires à la compréhension de l’histoire, et pour ajouter des moments plus intéressants narrativement parlant. Le nombre important d’opinions que nous avons pu avoir sur ce projet nous aura permis d’avancer de manière impressionnante.

Aujourd’hui, la dernière phase d’écriture est en cours. Ce dernier mois de cours nous sera utile pour mettre au point les derniers dialogues, avant de commencer à mettre en place un planning de tournage en fonction de nos stages respectifs et des personnes souhaitant participer au tournage. Pour le moment, la pré-production est prévue pour cet été afin de réaliser Parcours en septembre. Un autre problème qui nous taraude depuis le début du projet devra aussi être réglé : trouver un titre mieux adapté à ce court-métrage…

Tiphaine Robion

C’est la fin.

Deep End_01Consigne : Mon travail de recherche… alors, heureux ?

Le rendu du Travail Préparatoire à la Recherche a été pour moi une source de satisfaction intense : réussir à créer une analyse filmique sur un film qui nous tient à coeur et rendre un travail qui nous contente, malgré quelques incohérences, est très gratifiant. Ainsi, quand il a fallu se replonger dans le film, une question me taraudait : vais-je réussir à recréer de toutes pièces un mémoire d’une trentaine de pages sur un sujet dont j’ai l’impression d’avoir déjà fait le tour ? Ai-je acquis assez de compétences durant mes années d’études pour être capable de réaliser moi-même un mémoire ? Pour moi, la réponse était évidente : non, je n’en étais pas capable.

Aujourd’hui, à l’aube du rendu du mémoire, mes doutes, fort heureusement, se sont envolés. Je l’ai fait, j’en étais capable. Et plus encore, je me suis découvert des compétences que je ne soupçonnais pas, notamment au niveau organisationnel. Je suis une personne très organisée dans la vie de tous les jours, mais le nombre d’ouvrages à lire et de films à regarder pour mon mémoire m’inquiétait : comment s’organiser avec une telle quantité de documents ? Au final, cela s’est fait naturellement et m’a permis un gain de temps et d’énergie considérable. Je vais rendre un travail qui m’aura pris deux ans, mais dont, malgré tout, je suis fière.

Tiphaine Robion

Une problématique, c’est problématique…

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Contrairement à ce que j’imaginais, la recherche de la problématique du mémoire est pour le moment le travail qui m’a donné le plus de fil à retordre. En accord avec mon directeur de mémoire, j’ai choisi d’axer ma problématique sur la manière dont Mike, le protagoniste de Deep End, cherche à trouver sa place entre normalité et perversité du monde qui l’entoure. Le plan qui en découle alterne entre analyse de la mise en scène des corps, la quête du désir et la violence latente du film. Après des heures de réflexion intense, j’ai enfin trouvé mon objet d’étude ! Quel soulagement. Je pensais donc pouvoir trouver une problématique résultant de ces recherches. Facile à dire…

En me heurtant à ce nouveau problème, j’ai essayé de recouper toutes les parties de mon plan pour voir ce qui pouvait en ressortir. Les thèmes, je les ai, mais comment les regrouper en une problématique viable ? Comment ne pas insinuer la réponse à ma question dans l’énoncé même du problème ? Ce n’est pas si évident. Pour l’instant, ma problématique est bloquée sur la formulation suivante : Comment Mike essaie-t-il de trouver sa place entre normalité et perversité du monde adulte ? J’ai bien conscience que cette problématique est pour le moment bancale et ne prend pas en compte toutes les parties de mon plan. Afin d’avancer sur ce problème, je vais continuer à mettre au point mon plan détaillé pour qu’il soit parfait, que je puisse enfin me concentrer sur la problématique et commencer la rédaction du mémoire au plus vite.

Tiphaine Robion

Une étape de plus

Image issue du film "Les Amours Imaginaires", inspiration esthétique pour Parcours et représentatif de notre état d'esprit pendant la rédaction du dossier artistique
Image issue du film “Les Amours Imaginaires”, inspiration esthétique pour Parcours et représentatif de notre état d’esprit pendant la rédaction du dossier artistique

Écrire un scénario, ce n’est déjà pas simple : beaucoup d’idées s’entremêlent, on a des choses à dire, on veut toutes les inclure sans condition, on veut voir accoucher ses pensées sur le papier. Mais vient ensuite le moment de la confrontation avec l’autre, les autres : “Pourquoi as-tu écrit ça ? Qu’as-tu voulu dire ? Comment ton personnage peut-il dire ça ?”. Ai-je vraiment besoin de me justifier pour ce que j’écris ? Vite chassé de ma tête,  ce questionnement dont la réponse était évidente – oui – a été remplacé par l’angoisse de devoir mettre sur papier des mots qui, cette fois, ne doivent plus s’entremêler, mais être mis dans un ordre précis et concret pour pouvoir convaincre des partenaires financiers de s’allier à notre projet.

 C’est là que s’est mis en place le travail du dossier artistique. La note d’intention, la note de réalisation, la note de production : autant de termes barbares qui murmurent “maintenant, il va falloir expliquer ces nombreux choix que tu as faits”. J’essaie de mettre des mots sur mes pensées, tout s’embrouille. J’écris malgré tout trois, quatre paragraphes un peu brouillons que je fais lire à mes collègues de travail. Ils me donnent leur avis et des conseils précieux. Tout repart, nous nous répartissons le travail et aboutissons enfin à quelque chose de concret : un dossier artistique que nous pouvons présenter aux autres groupes de travail qui pourront à leur tour nous aider à avancer.

Tiphaine Robion

De nouveaux horizons

Sigmund Freud
Sigmund Freud

Depuis septembre, la plus grande difficulté selon moi concernant le travail de mémoire a été de se replonger dans un travail qui était pour moi terminé. En effet, le Travail Préparatoire à la Recherche avait pour but de nous approprier le film qui sera l’objet de notre mémoire. Mais j’y ai passé tellement de temps et d’énergie que le rendu final était pour moi une fin en soi. Or, comme son nom l’indique, le TPR n’était que la préparation au mémoire, la base indispensable à poser avant de commencer le vrai travail de recherche qui nous attend maintenant. J’ai alors du mal à reprendre les idées que j’avais construites pour les déconstruire, les réordonner et reprendre un travail plus en profondeur.

Afin de pallier ce blocage, mon travail va obligatoirement passer par de nombreuses lectures. C’est je pense la seule manière de se détacher de l’analyse filmique déjà réalisée l’année dernière et de dégager de nouvelles pistes d’analyse, notamment au niveau psychanalytique, avec Sigmund Freud ou Philippe Jeammet par exemple. Mon mémoire portera sûrement sur le thème de la violence adolescente : des notions psychanalytiques et sociologiques me seront donc essentielles. Recouper ces nouvelles notions avec Deep End me permettra d’avancer de manière plus productive et de ne pas rester bloquée sur le premier travail effectué l’année dernière.

Tiphaine Robion