Tous les articles par Sylvestre

Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage.

Consigne : « Mon travail de recherche, alors… heureux ? »

En repensant à la mise en route de mon travail de recherche, je me rends compte que j’avais quelque préjugés sur le travail de rédaction. Quand j’ai repris mon travail de préparation à la recherche de l’an passé, et que j’ai compris qu’il manquait un fil conducteur à l’ensemble, ma peur a été de ne pas réussir à me focaliser sur un thème précis, de rester dans une étude thématique du film. J’ai alors pensé que trouver le thème était la clé pour pouvoir commencer un travail de recherche, et donc de rédaction. Il pouvait ensuite être possible de trouver une façon de présenter cette idée pour avoir le plan. J’ai finalement appris que la clé n’était pas là où je l’attendais…

J’ai compris que trouver un thème ne suffit pas. Cet objet d’étude doit être bien problématisé afin que le travail de recherche prenne sens. J’ai réalisé qu’un travail de recherche, pour un même objet d’étude, peut être pris dans des sens bien différents. Pour arriver à une conclusion, plusieurs chemins sont possibles, et c’est ce qui a rendu ce travail enrichissant. Il a fallu faire des choix, et c’est en s’affirmant dans certaines positions que l’on peut faire valoir un travail original et personnel. Tenter d’aller dans des pistes nouvelles permet de se sentir, en quelque sorte, bénéfique au monde de la recherche. Une fois que l’on a ce sentiment et que l’on a problématisé l’objet d’étude, on se sent pousser des ailes et le travail de recherche devient plus fluide, presque évident.

Sylvestre

Supprimer pour éclairer

Après que nous ayons eu des retours sur la première version du dossier artistique de Parcours, il s’est avéré que le scénario, bien qu’ayant été jugé intéressant, manquait de cohérence et de précision. Nous sommes limités par le format du film, nous devons donc aller au plus clair. Nous devons penser ce scénario pour le court-métrage, car il n’y a pas de place pour des éléments « accessoires ». Nous avons donc travaillé pour savoir comment nous pouvions, d’une part, simplifier le scénario et, de l’autre, mieux caractériser les personnages. Le but est de toujours rester sur le même axe, de continuer de faire avancer le scénario dans ce sujet de complexité familiale.

Nous avons commencé par supprimer un personnage : le grand-père. En effet, ce personnage n’était pas assez caractérisé. Plutôt que de chercher à le développer, nous nous sommes rendu compte qu’il n’était pas indispensable au cheminement de l’histoire. En effet, nous l’avions introduit pour servir de moyen pour les jeunes filles de découvrir l’adresse du père biologique. En introduisant cette information directement dans la découverte des lettres de la mère, le grand-père n’a plus besoin d’apparaître. Ceci permet de se focaliser sur les deux sœurs et sur la façon dont elles gèrent ensemble cette nouvelle pour le moins troublante. Nous procédons ainsi pour chaque scène, en définissant leur but, afin d’éventuellement les réécrire. De cette manière nous comptons rendre le scénario plus intelligible.

Sylvestre

Mémoire d’un voyage

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Travailler le thème de la maternité dans un film dont le sujet principal n’est pas celui-ci rend, selon moi, la recherche encore plus intéressante. Il ne s’agit pas là d’une sorte de masochisme qui viserait à faire compliqué quand on pourrait faire plus simple, mais faire un voyage dans un endroit inconnu m’a semblé pouvoir le rendre encore plus enrichissant. En effet, la maternité est visible au-delà des personnages des mères présentes dans le film. La maternité est à prendre dans un sens large car c’est une odyssée qui ne se limite pas au fait de donner la vie. La maternité est bien plus complexe encore. Ce travail de recherche a pour but de comprendre la pluralité de ce terme et en quoi Pedro Almodovar, dans La piel que habito, nous donne à voir de nouveaux modèles de maternité.

Muni de ma longue vue et de ma boussole, j’ai vu ce pèlerinage vers l’univers de Pedro Almodovar comme pouvant être compliqué, de par le nombre de chemins pouvant être empruntés. Un film riche et aux nombreux thèmes impose des choix. J’ai pensé à prendre la direction du genre et du transsexualisme en pensant que l’objet le plus important du film était là. Mais le voyage était risqué. C’est alors qu’une autre voie s’est ouverte : la question de l’enfermement. Encore une fois je ne savais pas comment prendre cette route. C’est enfin la maternité qui m’est apparue comme meilleur moyen d’appréhender le film, en tentant de montrer en quoi le réalisateur nous donne à voir, à travers les personnages du films, de nouveaux modèles de maternité et comment il met un pied dans la modernité. Mais plus que d’arriver à une conclusion, c’est le trajet qui aura été utilisé qui aura son importance.

Sylvestre

L’organisation, ça a du bon.

Maintenant que l’on s’est imprégné du scénario, que l’on a pu l’adapter pour plus de cohérence entre le fond de l’histoire et la forme d’un court-métrage, il nous faut maintenant en faire le dossier artistique. Le but est de continuer à monter le projet, dans les mêmes étapes qu’une production « classique ». Le dossier doit être complet, il a donc fallu travailler sur divers éléments : Plan de financement, notes d’intentions, de réalisation, de production,… Nous avons donc tenté de mettre en œuvre un processus de travail permettant de le faire au plus juste. Car de la qualité du dossier dépend la réussite des demandes de financement, et donc la vie du film.

Afin de monter ce dossier, nous avons partagé le travail à effectuer, pour que chacun puisse y mettre sa patte. L’ensemble des éléments ont ensuite pu passer d’une personne à l’autre pour être éventuellement complétés. Pour avoir un dossier le plus complet possible, nous avons également pensé qu’il serait important d’y faire apparaître des exemples d’images pour donner une idée d’ambiance possible pour le court-métrage. Pour ce faire, un partage de fichiers s’est mis en place à l’aide de Google Drive. Ainsi, la banque d’images a pu se fructifier. Cette mise en situation réelle d’un montage de projet permet de nous rendre compte de l’importance de l’organisation qui existe pour le mener à bien.

Sylvestre

La liste du Père Noël

 Consigne: C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

C’est sans appel, c’est le bazar dans ma tête. Le travail préparatoire qui a été réalisé l’an passé apparaît maintenant comme un éventail de pistes. Il va falloir trouver un vrai axe de recherche dans cette chose qui, pour l’instant, ressemble plus à une liste du Père Noël qu’à une étude cohérente. Le corps, les études de genre, l’art, la religion, l’enfermement… « Voilà, c’est ça, l’enfermement sera mon sujet d’étude ! » Tout paraît simple quand on a une idée et qu’on pense savoir l’argumenter, mais une idée en soulève d’autres et on se rend alors vite compte qu’on est peut-être encore plus perdu qu’avant. Comment définir l’enfermement ? Le terme est-il vraiment approprié ? Est-ce une notion trop subjective ? Comment la lier au genre ?…

Pour mettre de l’ordre dans cette liste au Père Noël d’un enfant indécis, commençons par l’exposer à d’autres personnes pour avoir un avis extérieur. Effectivement, il manque quelque chose pour que tout s’organise. Faisons alors l’hypothèse que l’enfermement et le genre sont deux notions pouvant se rejoindre. Viens alors le moment de lire plus en profondeur des études faites sur le genre, par Judith Butler par exemple, et voyons où cela nous mène et si un lien peut être fait avec d’autres études. Il serait également important de voir en quoi chaque personnage du film peut vivre un enfermement, en listant les caractéristiques de chacun. Enfin, à partir de ces recherches, l’enfant indécis saura se raisonner et s’épanouira avec un unique cadeau… ou pas.

Sylvestre