Tous les articles par najibmabchour

Ensemble

Ensemble MN

En France, l’éducation artistique et culturelle occupe une place dominante dans l’éveil des enfants à l’école. Entre imagination et désir de créer. Comment les enseignants d’arts plastiques arrivent à nous transmettre la fibre artistique, celle qui nous plonge dans la création, celle qui révèle nos pensées, nos sentiments ? Comprendre comment l’art est enseigné dans une classe d’école. La fibre artistique, s’acquiert-elle par l’expérience ? Par l’enseignement ? Où est-elle le reflet de nos personnalités enfouies en chacun de nous ? Étudier ce processus à travers l’histoire et l’expérience d’Anouk enseignante d’arts plastiques à Bordeaux.

Me voilà engagé dans un projet documentaire, face à une réflexion personnelle et un vécu. Après mes premiers pas d’enquête et de rencontre, j’ai découvert les prémisses de la recherche en documentaire : c’est un échange mutuel, l’envie de comprendre l’autre. Pour traduire de mes premières rencontrent, un premier mot me vient : ensemble. Une réflexion commune avec mon groupe de travail. Ensemble, l’enseignante et ses élèves, apprendre et découvrir une classe multiculturelle. C’est ensemble: préparer, coordonner, appliquer, mettre en place le projet artistique. Finalement, ces mots traduisent mon travail de recherche pour le documentaire.

Najib MABCHOUR

Cher poète,

Guru Dutt film-L'Assoifé

Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Un jour d’octobre 2013, je vous découvre, Vijay le poète et toi Guru Dutt le réalisateur. Je vous mentirais en disant que je vous ai choisis. C’est l’envie de connaitre l’Inde et son cinéma qui m’ont amené à vous adopter. Je connaissais le cinéma populaire de Bollywood, cinéma que j’ai connu dans mon enfance et pendant mes vacances au Maroc. Ton cinéma est tout autre. Je t’ai découvert dans une société excessive et traditionaliste. Je me suis plongé dans « L’Assoiffé » en buvant chacune des scènes du film, où tu m’as laissé ta sensibilité exacerbée, ton envie de culture et de poésies incarnées. En grande admiration de ton travail et de ta sensibilité artistique. J’étais prêt. Nous passerons de longs mois ensemble à refaire le monde, où devrais-je dire à connaitre ton monde. Vijay et toi, vous ne faites qu’un, votre révolte face à un monde corrompu par l’argent, par l’injustice et le mépris des artistes m’ont touché. Le cinéaste et le poète que tu étais ont résonné en moi. Anne Barratin disait “Il n’y a pas de choix, il y a des rencontres.” c’est celle que nous avons faites.

Face à cette rencontre cinématographique le “MOI” en tant que chercheur est une réflexion mettant en lumière ce que le réalisateur a voulu laisser comme empreinte dans l’espace-temps. Mon regard de chercheur est un regard critique sur le film. Ma méthode, en premier lieu: connaître la vie de l’auteur. Puis, après avoir vu le film plusieurs fois, vient la phase de questionnement et d’interprétation. Enfin, je me suis penché sur le travail de l’auteur en tant que cinéaste, en me demandant qu’a-t-il voulu dire ? Pourquoi ce choix ? Cette mise en scène ou cette lumière ? En utilisant des outils d’analyse filmique (découpage séquentiel, analyse de séquence, étude des plans). C’est bien après ce travail de recherche que je me suis rendu compte qu’un certain lien se créait et l’affect pouvait prendre le dessus. C’est pour cela, qu’en tant que chercheur, je dois m’efforcer de garder une distance sur l’objet de ma recherche en gardant un esprit critique sur le fonctionnement du film.

Najib MABCHOUR