Tous les articles par najibmabchour

Projet sans fin

Notre incapacité à réaliser notre projet initial, conduit l’équipe du projet à se remettre en question. En effet, j’ai dû annoncer aux membres de mon groupe que je n’avais toujours pas de nouvelles de l’école où nous souhaitions tourner. De là, en accord avec tous les membres du groupe, nous avons dû abandonner le projet, malgré nous. Dès lors, les premiers regrets se font ressentir. Nous avions pourtant, selon nous, un sujet captivant abordant l’éducation, l’art et le multiculturalisme. Dans une école atypique avec des élèves internationaux, notre sujet était d’étudier la transmission du savoir entre l’enseignant et l’élève. Pour cela, nous avions imaginé suivre une classe d’arts plastiques. L’art comme langue universel dans une classe multiculturelle.

Après cette déception, très vite, nous avons décidé de réfléchir à de nouveaux projets. Ce projet, cette école, n’est pas une fin en soi, mais un commencement. En réfléchissant, les mêmes thématiques revenaient dans nos discussions : savoir, transmission, éducation, atypique, multiculturalisme. Dès lors, nous sommes répartis dans une nouvelle recherche. Cette fois-ci, je me suis dit qu’il ne fallait pas penser absolument à l’objet final : c’est-à-dire le documentaire. Pour l’heure, notre priorité, c’est de rencontrer des associations et des lieux atypiques d’enseignements. Puis, en découleront les échanges, les rencontres, les idées, qui nous permettrons de mieux connaitre notre sujet. Ainsi, après cette phase, cela nous permettra dans un avenir proche de peaufiner l’objet audiovisuel que nous souhaitons créer.

Najib Mabchour.

Mots de tête

Consigne : « Mon travail de recherche, alors … heureux ? »

L’achèvement de ce travail de recherche touche bientôt à sa fin. Après plusieurs mois de recherche, d’écriture et de réécriture, arrive l’heure de mon introspection. Originellement, un souvenir encore présent, me revient. Esquisser quelques lignes d’écriture, me paraissait inenvisageable. De là, un sentiment, l’angoisse toujours palpable, celle de la page blanche. Je me remémore : « Comment vais-je réussir à retranscrire mes idées à l’écrit ? ». La sensation de ne pas avoir suffisamment d’aptitudes pour produire un écrit universitaire, m’accablait. J’étais inquiet de ne pas réussir à écrire mon mémoire de recherche. Toutefois, il était pour moi inconcevable d’échouer à ce stade, après tant d’années d’études universitaires.

Finalement, je me suis aperçu que ce sentiment, était sans doute commun à beaucoup de chercheurs. Remettre en cause, ma capacité à retranscrire mes idées, n’était pas la meilleure façon de m’engager. Cependant, ceci m’a obligé à être beaucoup plus attentif pendant mon travail d’écriture. Mot après mot, j’ai repris confiance en moi. De ce fait, j’ai appris à écrire et à réécrire mes pensées, jusqu’à que celles-ci satisfassent ma pensée. Avec un certain recule à présent, j’ai découvert en moi cette soif de réussite. Elle m’a permis de réaliser mon mémoire, sans avoir aucun regret sur ma proposition de recherche. Seul point négatif, l’émergence d’un conflit avec le temps. Celui-ci avance beaucoup plus vite que l’on écrit.

Najib Mabchour

« Par la soif, on apprend l’eau. »

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Le choix d’un sujet et les thématiques abordées dans un mémoire de recherche nous semblent, au départ, assez clairs. Il en résulte une envie de mieux connaître un sujet qui nous touche dans notre for intellectuel. Néanmoins, le choix d’une problématique lors d’un mémoire de recherche filmique paraît beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. Cette étape doit nous conduire à nous questionner sur un point en particulier du sujet. L’esprit peut alors se brouiller et les choses se compliquer. Dans mon cas, mon choix d’étude s’est porté sur l’ambiguïté du message délivré par le cinéaste : en quoi la figure du poète et sa relation à la société, imagées par le cinéaste Guru Dutt, dans un film divertissant, peut-elle fournir une lecture politique de l’Inde post-indépendante ? J’ai choisi cette problématique étant donné que la question de la lecture politique d’une société à travers le cinéma me semble d’actualité et pertinente. Elle m’emmène à étudier plusieurs axes de recherches. Ceci, tout en développant mon étude au travers d’un croisement des arts : cinéma, poésie, littérature et politique.

Cette problématique est née après une première étude du film « L’Assoiffé ». Tout à commencé, en première année de master où j’ai entrepris un travail d’analyse filmique. J’ai dégagé plusieurs thématiques qui m’ont interpellé : la figure du poète, le portrait de l’Inde post-indépendante et l’esthétisme du film. Dès lors, mon objectif fut de mieux cerner le travail personnel du cinéaste : quel message souhaite-t-il délivrer ? Comment arrive-t-il à dresser un portrait de la société dans laquelle il vit ? Le paradoxe était de trouver un film divertissant voulu comme  apolitique, tout en nous laissant entre apercevoir une lecture politique.

Najib MABCHOUR

Qui n’avance pas recule

Bientôt deux mois, que je me suis lancé dans un projet de film documentaire. Force est de constater qu’aujourd’hui les choses n’avancent pas énormément. Pourtant, malgré un volontarisme de l’équipe, nous sommes toujours au même point depuis plusieurs semaines. Notre seul désir, rencontrer le directeur de l’école où nous voulons tourner. Malgré de multiples relances, nous n’avons toujours pas d’interlocuteur à qui exposer notre projet. Nous sommes face à un directeur qui voyage énormément et qui est très peu présent dans son établissement. Le temps qui passe et cette incapacité à avancer fait perdre peu à peu l’espoir de réaliser ce film documentaire.

Notre sujet nous intéresse, projet engagé et instructif. Tout en ayant cette envie de réaliser le film documentaire, je suis conscient que le processus peut être long et compliqué. Il faut savoir être patient tout en essayant de maîtriser son temps. Le plus important pour nous, c’est de rencontrer le directeur de l’école. Certains documentaires mettent plusieurs années avant d’aboutir. J’ai l’intime conviction que nous allons réussir à entrer en contact avec nos interlocuteurs, même si pour l’instant, nous sommes les témoins d’une institution mal organisée et qui ne communique pas assez. Mais, ce qui nous fait tenir c’est cette envie de s’exprimer à travers l’image: tourner un film documentaire est immensément gratifiant et enrichissant  

Najib Mabchour.

Esprit martyrisé ! Mais esprit libéré !

L'Assoiffé Guru Dutt 1957

Depuis plusieurs mois, je n’ai qu’une idée en tête : trouver le sujet de mon mémoire. Et voilà qu’un jour, comme une évidence, j’ai trouvé mon sujet. Pourtant, depuis ce jour-là, c’est la confusion dans mon esprit. Mon idée était pourtant claire. Seuls les éléments pour la traiter et l’exploiter me font défaut. Confus, je ne sais donc pas par où commencer face à la multitude d’informations qui traversent mon cerveau. Un jour je tente de définir la représentation du poète dans la société. De là, les questions s’enchaînent: Quelle époque ? Quel poète étudié ? Comment le définir ? Puis, de la confusion naît la panique. Le temps, les aiguilles de l’horloge qui tournent et cette incapacité à trouver des réponses. Cette peur de ne pas savoir traiter mon sujet et de ne pas m’organiser face aux informations a contribué à mettre « le bazar dans ma tête ».

Pour remédier à cela, mon entourage a été important. J’ai parlé de mon mémoire autour de moi, ce qui m’a permis de prendre un certain recul. Ainsi, j’ai pu faire le tri et ranger ce bric-à-brac confus. Mes amis, ont su me guider vers l’essentiel : gérer mon temps et sélectionner les bonnes informations. Ma directrice de mémoire, madame Martine Versel a su m’appuyer et m’aider à cibler mon travail de recherche. J’ai pu trouver ma problématique et une bibliographie correspondant à ce sujet. Tout cela m’a permis de reprendre confiance en moi et de repartir sur une nouvelle façon de travailler, sans panique ni confusion.

Najib Mabchour