Tous les articles par marionsouquet

On est tous un peu flous

Vents
Marion Souquet (02/11/2015)

Je fais partie d’un des groupes qui a abandonné son projet de M1 pour s’intégrer dans un autre projet. J’ai choisi d’aller voir du côté de Vents Contraires, j’aimais beaucoup l’idée de départ de reprendre l’histoire, le mythe, de Don Quichotte et je me suis dit que -d’un point de vue théorique cela pouvait être intéressant de voir comment on monte un dossier de production pour l’animation – d’un point de vue pratique, il y a du carton, papier mâché, dessins, découpage à faire, de quoi s’amuser. A présent, il faut donc prendre le train en marche, s’intégrer au projet, apporter sans trop modifier non plus le projet initial. J’ai choisi de m’inspirer des personnages qui étaient dans le dossier artistique de Vents Contraires et de les dessiner sur du papier.

J’ai posé en fond un poster dont j’apprécie particulièrement le graphisme, une affiche des Machines de l’île de Nantes, avec un style de dessins “rétro”, on aperçoit d’ailleurs un calamar géant sur la gauche. J’ai rajouté à côté une lampe aux teintes rosées. J’ai ensuite demandé à quelqu’un de bouger lentement les personnages (deux enfants et Don Quichotte). Sur la photo on distingue le corps d’un enfant en bas à droite et au milieu une forme humaine, celle de Don Quichotte. L’autre enfant a complètement disparu de la photo, on ne le distingue plus. J’ai choisi cette photo car elle illustre pour moi un des moments du scénario, lorsqu’un des enfants se laisse attirer par l’arbre et se retrouver happé dans un pays imaginaire, avant d’être ramené à la raison par son ami/Sancho. Don Quichotte et l’enfant sont la même personne, cette photo est le moment de “flou” dans lequel ils se trouvent et se confondent.

Marion Souquet

It’s time for a cow-boy to dream

Consigne : “Mes personnages & moi”

Je distingue trois étapes dans ma manière d’appréhender les personnages du film Rio Bravo. Tout d’abord, c’est grâce à eux que j’ai choisi d’étudier ce film. L’ayant vu étant petite, je me rappelais particulièrement d‘une scène, celle où le shérif Chance et ses trois compères, Dude (l’alcoolique), Stumpy (le boiteux) et le jeune Colorado chantent ensemble dans la prison. Ces personnages font partie de mes souvenirs d’enfance et c’est de la tendresse que j’éprouve à leur égard, ils n’ont pas vieilli, moi oui, et après les avoir admirés étant plus jeune je vais pouvoir à présent les étudier.

Au cours de la rédaction du mémoire, cette admiration pour les personnages a peu à peu laissé place à un sentiment d’empathie. En les étudiant je me suis rendu compte qu’ils n’étaient pas que des héros de western ou des personnages comiques mais des hommes blessés, faibles et manquant de confiance en eux… Le mythe du cow-boy s’effondre (et c’est tant mieux). Lorsque je revois le film je ne peux m’empêcher de sourire lorsqu’ils partagent un moment ensemble, ce sont comme de vieux amis dont j’aurais pris soin pendant un an.

De tous les personnages du film, seul un m’a un peu déçue sans que jamais je n’ose le lui avouer. C’est le personnage principal, Chance. Peut-être parce que j’ai appris que l’acteur était engagé politiquement auprès des Républicains, ou peut-être parce qu’il est celui des personnages qui se livre le moins, le plus fier. Oui mais cet acteur c’est John Wayne, le héros des westerns, charismatique et imposant, et je ne peux pas lui en vouloir.

Marion Souquet