Tous les articles par marionsouquet

Bilanchoïade

David Lynch, Interior #1
David Lynch, Interior #1

Après avoir passé plus de 6 mois sur le projet de Vents Contraires, je tire un bilan positif de cette expérience, qui pourrait être résumé en trois points. Tout d’abord l’idée de base m’intéressait davantage que celle sur laquelle j’avais travaillé l’année dernière (1- De l’importance d’être motivée par le projet). Ensuite l’entente dans l’équipe s’est faite tout de suite, on a toutes su s’écouter et prendre en compte les remarques de chacune (2- De l’importance d’être sur la même longueur d’ondes). Le fait de travailler sur un projet d’animation a sans doute aidé à cette écoute puisque aucune de nous de savais vraiment comment s’y prendre, on s’est donc fait confiance et on y est allées à « la débrouille », chacune apportant ce qu’elle savait faire (3- De l’importance de savoir trouver des solutions rapidement).

Bien sûr avec ce projet tout n’a pas été aussi simple, j’en tire également des points à améliorer, comme le fait d’apprendre à mieux s’organiser lors d’un projet en groupe, de savoir prendre des décisions plus rapidement, et de mieux cerner le temps qu’un projet comme celui-ci peut prendre. En effet je dirais que ma seule petite déception a été voir que nous n’avions réussi qu’à réaliser deux scènes en animation, alors qu’une meilleur organisation nous aurait permis d’en réaliser davantage. L’important, c’est que cela nous servira par la suite.

Rio Bravo : Suite et fin

Tex Avery, "That's all folks"
Tex Avery, « That’s all folks »

Consigne : « Clap de fin »

Ce rendu de mémoire, c’est la fin de l’année universitaire, de nos études, des cours et d’un travail sur lequel nous avons passé deux ans. Deux années à étudier un film en profondeur. Je pense que deux autres années n’auraient pas été de trop tant les films que nous avons étudiés ont de choses à raconter. Notre film nous aura accompagné tout au long du master, il est donc difficile de lui dire au revoir. Il ne reste plus qu’à modifier les derniers éléments, faire quelques retouches de fond et finir par le mettre en forme. La toute dernière étape sera l’oral où l’on devra présenter et défendre l’approche que nous proposons sur ce film.

Si le rendu du mémoire papier est une étape importante, celle de l’oral l’est tout autant, c’est l’aboutissement et le partage de notre travail au jury et à notre promotion. Pour le moment, ma concentration se porte sur les failles que peut encore avoir mon mémoire, les exemples insuffisamment justifiés ou la cohérence entre certaines parties. Il est de plus en plus difficile d’avoir du recul sur ce que nous écrivons au fur et à mesure que nous passons du temps dessus. C’est donc le moment pour moi que je fasse relire ce mémoire par des personnes extérieures, ce qui sera la dernière étape avant le rendu final, tant attendu.

Marion Souquet

L’art et la matière

Trees
Marion Souquet (24/01/2016)

Le projet sur lequel nous avons choisi de travailler se raconte sous la forme d’ombres, de silhouettes et il faut à présent leur choisir une forme. La question se pose donc de comment faire passer les émotions des enfants lorsqu’on ne peut voir leurs visages? Comment donner du dynamisme au décor? Le choix de la silhouette de l’arbre est primordiale, il doit être à la fois effrayant pour un des enfants et attrayant pour l’autre. Il faut également lui donner du mouvement car il est le décor principal. Lors de la prochaine séance, nous testerons plusieurs sortes d’arbres, de matières (tissu, papiers) afin de voir ce qui passe le mieux à l’image.

J’ai composé une image avec différentes silhouettes d’arbres qui pourrait être utilisé pour le décor. J’ai voulu reproduire l’effet que l’on pourrait donner à l’arbre en ajoutant sur certains des contours lumineux, un effet cartonné et une distorsion dûe au vent, à la vieillesse, à l’imagination des deux enfants… Pour les enfants nous avons les silhouettes mais il faudra en tester différentes afin de trouver les matières et les formes qui rendent au mieux leurs mouvements. C’est un travail de minutie qui nous attend.

Marion Souquet

Des images, des figures

rio_bravo
Rio Bravo, Chance et Feathers

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif »

Actuellement en pleine remise en question de ma problématique et de mon plan, les mots « montage narratif » me parlent beaucoup. C’est effectivement ce que je souhaite faire : raconter une histoire, poser une question et raconter le cheminement qui mène (peut-être ?) à la réponse. Le petit problème est d’être sûre de l’histoire que l’on souhaite raconter. Il faut faire attention à la narration, ne pas se perdre dans des questionnements trop éloignés ou trop abstraits et choisir une problématique assez large pour pouvoir tout de même raconter et répondre à certaines questions, du moins celles qui nous intéressent le plus.

Le plan que l’on doit élaborer pour notre mémoire peut donc être une sorte de montage narratif où l’on y donne les éléments nécessaires à la compréhension du film. Ces éléments s’accumulent sur mes feuilles, mes notes, des livres, des images du film… Je dois à présent les mettre en tableau afin d’y voir un peu plus clair, c’est comme prendre des images dispersées et trouver un ordre afin de raconter sa propre version. Et bien sûr arriver à trouver et placer les éléments narratifs dans le bon ordre afin de former le fil conducteur de mon histoire, l’analyse de Rio Bravo.

Marion Souquet

Red is the new black

red-scare-communist-witch-hunt-federal-employee-loyalty-program

Consigne : « Ma problématique : un casse-tête chinois ».

De toutes les étapes du mémoire (recherches, fiches de lecture, analyse de film, rédaction), la recherche et la formulation des hypothèses et de la problématique sont les parties pour lesquelles ma motivation s’intensifie. Mon sujet tourne autour du Maccarthysme et plus particulièrement de la chasse aux communistes à Hollywood. Comme il est d’usage, j’ai tout d’abord commencé par faire des recherches sur le contexte historique : les antécédents de « peur » de l’ennemi intérieur avec l’épisode des Sorcières de Salem, les tensions durant la Guerre Froide, la forte influence des syndicats politiques à Hollywood ainsi que les réalisateurs, scénaristes et films qui ont marqué cette époque (1947-1959).

La difficulté d’aborder cette période réside dans le peu de travaux de recherche analysant ce contexte d’un point de vue cinématographique, beaucoup se fondant sur une analyse historique, ainsi que sur le risque de se perdre dans un sujet très large. J’ai donc essayé par la suite de centrer mes recherches sur le côté artistique : quels effets la chasse aux sorcières a-t-elle eu sur la production Hollywoodienne ? La restriction politique a-t-elle lancé malgré tout un mouvement de création libératrice ? Il me faudra à présent essayer de trouver des réponses à ces questions tout en gardant en tête mon fil rouge, le film Rio Bravo et son réalisateur (républicain et anti-communiste) Howard Hawks .

Marion Souquet