Tous les articles par manonsultana

Peau d’Âne et Peau de Manon

la fille et le père

Consigne : “Mes personnages & moi”

Dans le titre du film tout est dit : Peau d’Âne. Le personnage principal est cette jeune fille/femme sans prénom. Ce qui est le cas de tous les personnages d’ailleurs : le roi, la reine, le prince, la fée, etc. Il m’est difficile de parler du personnage sans parler de Catherine Deneuve, mais je vais les dissocier.

Peau d’âne m’impressionne par son féminisme et sa détermination. J’aime sa manière d’évoluer. Au départ elle n’arrive pas à prendre une décision mais, sous les conseils de la fée, elle part du château. Au fur et à mesure de l’histoire, elle prend en main son destin. En effet, elle décide de mettre la bague dans le gâteau afin que le prince la retrouve. Ce geste me touche car il met en avant le personnage féminin. Et je pense m’identifier à elle dans sa quête initiatique : l’évolution de sa maturité, sa prise de décision et l’acquisition de sa confiance en elle.

Quand j’ai vu le film étant enfant je voyais de belles robes, un âne et un perroquet qui parle. Mais aujourd’hui je remarque une femme enfant que son père demande en mariage. Et je dois dire que sa relation avec lui me perturbe. Le complexe d’Électre qui s’énonce tout au long du film est intrigant. Le roi souhaite épouser sa fille et cette dernière l’aime beaucoup, mais jusqu’à quel point ? Je ressens une forme de rejet envers cette relation ambiguë père/fille. L’inceste était et reste un sujet tabou, ici incarné par la peau d’âne.  

Manon Sultana

 

Concasser de rencontres générationnelles

(c) Manon Sultana
(c) Manon Sultana

Vous prenez 75kg d’un jeune québécois prénommé Arthur. Puis ajoutez 10 personnes âgés qui aiment préparer une recette de leur région. Vous mélangez tendrement. Laissez mijoter à feux doux pendant 5 minutes. Puis assaisonner le tout avec un loisir partagé entre ces deux générations. Voilà, vous obtenez le concept de Lardons et Larrons. Cette rencontre intergénérationnelle est un partage du savoir-faire culinaire qui est propre à ces 10 régions françaises qu’Arthur va découvrir. Il va aussi concrétiser un rêve de chaque personne âgés comme un saut en parachute ou encore une virée au ski. Ce projet me plait de par sa volonté de faire mitonner la génération Y, qui aime voyager en vivant de nouvelles expériences et les pépés/mémés qui aiment nous apprendre comment ils savent dégraisser une viande ou bien relever un plat. Les diverses discussions promettent donc d’être épicées, bien garnies ou même aromatisée. Malgré les nombreux concepts télévisuels existants sur la thématique de la cuisine, je trouve que ce projet dresse une table originale.

Pour pouvoir égayer notre dossier, il nous faut un teaser. Mais par quoi commencer ? Nous avons discuté ensemble du concept. Nous sommes arrivés à la conclusion qu’il nous faut axer le teaser sur le ton de l’humour pour donner envie a nos futurs producteurs de se lancer dans l’aventure. Mais il ne faut pas oublier que les spectateurs du teaser ne connaissent pas forcément le concept. Il faut être concis pour ne pas les perdre, mais aussi très clair dans les intentions. Cela demande un travail préalable d’écriture. Notre acteur aura l’accent québécois, ce qui rajoute une dimension de choc des cultures culinaires encore plus forte. Le teaser débute donc sur Arthur qui tente de faire rentrer le maximum d’objets dans son sac (skate, canne a pêche, casseroles, doseur, etc). Il regarde la carte de la France où sont disposés 10 punaises correspondant aux lieux qu’il va visiter. Chargé comme une mule, on le retrouve sur une route de campagne en train de pousser sa voiture. Le départ débute sur les chapeaux de roue. Le résultat se veut dynamique par son montage. Il sera j’espère à la hauteur de nos attentes. En route pour aiguiser notre projet !

Manon Sultana