Tous les articles par maelysgosset

La route est encore longue !

(cc) Maelys Gosset 23/10/2015
(cc) Maelys Gosset 23/10/2015

Copains comme cochons, Larrons et Lardons… Le titre est encore à déterminer mais tout le monde a l’air emballé par le projet ! Le scénario du teaser est prêt pour lequel les idées ont fusé. De manière assez naturelle, tout le monde y a mis sa petite touche personnelle. Notre  « Arthur », soyez en sûr, il va en voir de toutes les couleurs puisque le teaser ne trainera pas dans la longueur. Le rythme sera soutenu si le tournage se déroule sans déconvenue. Entre les images que l’on se fait dans la tête et ce qui est possible de réaliser et de tourner, je pense que l’on va devoir bricoler ! Mais avec imagination et conviction, j’ai la sensation que l’on tiendra bon.

Créer un teaser pour un projet comme « Copains comme Cochons », m’enthousiasme à fond. Je travaille sur le projet depuis le début et j’avoue avoir envie de nouveaux points de vue. Alors lorsque l’on a écrit le scénario, les idées ont fusionné avec brio. Puis le découpage plan par plan n’a pas été un désenchantement, mais plutôt une nouvelle source d’inspiration. Ça a surtout été l’occasion de se poser les bonnes questions. Effectivement, si le lieu de tournage est tout trouvé, à nous 6 les accessoires seront rassemblés. Quant à notre apprenti acteur québécois, on le remercie mille fois d’avoir accepté d’incarner notre « Arthur » si souvent idéalisé ! Mais un problème demeure et qui va peut-être nous prendre des heures… En rade d’Acadiane, on se sent pousser des ailes lorsque Louise propose de négocier une 4L ! Sinon tant pis, j’essaierai de transformer ma twingo, en camionnette rétro. Mais qu’importe, puisque chacune a son poste, on n’ira pas de main morte. La route est encore longue, pour qu’enfin, Arthur puisse rencontrer ses séniors vifs et futés ! Mais je ne me décourage pas, je pense que l’on tient là, une bonne équipe qui s’engage dans une aventure épique. Alors ne perdons pas le Nord et surtout que le tout le monde reste à bord !

Maelys Gosset

Lincoln, le tout-puissant

Consigne : “Mes personnages & moi”

Lincoln est un biopic réalisé par Steven Spielberg, sorti en 2012. Le 16ème président des États-Unis est donc le personnage principal. Daniel Day-Lewis interprète dans cette œuvre une figure emblématique de la mémoire collective américaine. En effet, Abraham Lincoln tient une place particulière dans le cœur des Américains puisqu’il incarne le défenseur de la liberté des Hommes par excellence. Plus que tous les autres Présidents américains, il est une figure mythique de l’hégémonie de la puissance des États-Unis en faisant adopter à la Chambre des Représentants le 13ème amendement abolissant ainsi l’esclavage.

Steven Spielberg, par des choix de mise en scène et une esthétique travaillée,  nous présente un Lincoln puissant, autoritaire et même divin ce qui entre en dissonance avec son propos humaniste : celui de la liberté et de l’égalité des Hommes. Spielberg renoue ici avec la tradition du cinéma des années Reagan de reviriliser l’Amérique en construisant un Président puissant doté de tous les pouvoirs qui se justifie par une bienveillance exacerbée. Le cinéma comme médium de communication internationale bénéficie d’un certain pouvoir de persuasion diffusant une idéologie qui prône le culte de la personnalité, de sa puissance, à travers l’image emblématique du Président. Mon Président, ce héros ! Aucune opposition, aucun allié pour le seconder, Lincoln est seul usant de son pouvoir, contournant la loi. Le roi de l’entertainment nous plonge au cœur de la Maison Blanche dans une  exaltation du leader politique américain. Ce qui semble inédit puisque Lincoln se présente comme un Président autoritaire remettant en cause le principe même de la Démocratie. Alors que j’avais une réelle admiration pour le personnage avant de me plonger dans l’analyse de cette œuvre de Steven Spielberg, il me paraît maintenant plus cruel que jamais !

Maelys GOSSET