Tous les articles par lucilemoyano

La vie en positif de Germain

(cc)Lucile Moyano(15/03/2015)
(cc)Lucile Moyano(15/03/2015)

La vie en négatif de Germain a été notre terrain de jeux, d’entrainement et d’expérimentations. Aujourd’hui je crois que nous en sommes tous très fiers. Le tournage s’est achevé, miraculeusement sans aucun contretemps majeur. Germain aura cristallisé autour de lui une grande partie de notre attention durant un bon trimestre, au cours duquel nous lui avons créé des décors, cousu des costumes, cherché des subventions, casté des acteurs, fait couler des litres de café… et bien sûr, emmagasiné des heures de rushes visuels et sonores qui attendent aujourd’hui d’être assemblés sous les doigts de Tristan, son réalisateur. Le fait même que nous soyons allés au bout de ce projet de tournage en un temps si court est une récompense en soi. La deuxième récompense serait de voir La vie en Négatif de Germain vivre, justement, en positif cette fois, aux yeux d’un public. Que ce film trouve sa place en festival et récolte, pourquoi pas, un prix ou deux.

Il a été très agréable, au cours de ce projet cinématographique, de réellement trouver ma place et apporter mon aide. Le plus important pour moi a été de pouvoir tester et approfondir ma façon de « scripter », et je me sens grâce à cela beaucoup plus en confiance avec ce poste que j’affectionne. Aujourd’hui, je suis prête à proposer mes services sur d’autres films, l’idéal étant de devenir stagiaire d’une scripte professionnelle pour en apprendre davantage. Je suis heureuse, en outre, d’avoir touché à des tâches diverses sur ce film : maquiller et vêtir notre actrice principale, trier les rush audio et vidéo comme l’aurait fait un second assistant caméra, monter un dossier de demande de subvention à destination du Fond de Solidarité et Développement des Initiatives Etudiantes… Nous nous sommes vus avec joie attribuer une aide de 1500 euros ! Ceci est, selon moi, une preuve supplémentaire de la qualité du projet. Ainsi, je souhaite rester proche du déroulement de sa postproduction afin d’apporter mon aide quand à la diffusion du film. On se retrouve à la première ?

Lucile Moyano

Mes adieux à Madame

« Mon travail de recherche, alors… heureux ? »

(cc)Lucile Moyano(21/02/2015)
(cc)Lucile Moyano(21/02/2015)

 Mon film et moi étions devenus amis. Je lui avais rendu visite plusieurs fois au cours de l’été, alors que notre travail préparatoire de recherche avait pris fin et que nous nous apprêtions à plonger ensemble vers une problématique plus personnelle. A la rentrée suivante, je me rappelle avoir eu le sentiment de prendre mon film par la main afin de l’emmener où bon me semblait. Cette marche autonome me rendait heureuse, comme la perspective de me lancer dans une écriture qui parlerait de moi autant que de l’objet cinématographique. Aujourd’hui encore, j’ai l’impression ténue mais bien présente que mes vingt années passées dans le circuit scolaire doivent s’illustrer dans ce mémoire.

Normal alors que la pression soit si forte, que je possède à quelques jour du rendu final le sentiment de n’avoir pas fait de mon mieux. La malédiction du chercheur ? Il m’aurait encore fallu un an, peut-être plus, pour tout lire, tout connaître et tout questionner. Continuer à trier et à filtrer, afin que ce mémoire soit le plus pur et le plus concentré possible. Cependant je ne pense plus être capable d’aller plus loin, car j’ai perdu patience. Ma directrice de mémoire me dit que ce travail de recherche nous rendra fiers toute notre vie et je la crois. Mais je suis désormais pressée d’utiliser la rigueur et la méthode apprivoisées au cours de ces deux ans dans des productions différentes. Je suis heureuse de refermer la porte de ce monde en noir et blanc pour me diriger vers des horizons plus créatifs.

Lucile Moyano

Ce que Madame n’est pas

dualité MadameConsigne : Ma problématique : une odyssée !

Madame porte la culotte n’est ni une comédie musicale, ni la captation d’une pièce de théâtre, ni une fiction dont le thème serait lui-même en lien avec le show-business. Mais à travers tout un éventail de procédés théâtraux et spectaculaires, ce film expose « sous les projecteurs » des vies ordinaires et en dévoile les côtés sombres, hypocrites, ridicules. L’exagération avec laquelle est plantée la diégèse place alors le spectateur dans une situation de mise à distance. Pourquoi réaliser un film qui ne prétend pas enfermer de A à Z son public dans l’illusion d’une réalité ? L’utilisation d’éléments théâtraux et artificiels est-elle une manière de souligner la critique sociale présente dans cette fiction ? Répondre à ces questions me permettra peut-être de saisir ce que Cukor pointe malicieusement du doigt à l’aide de ses meilleurs atouts artistiques.

Même si le film étudié se nomme Madame porte la culotte, même si son héroïne est une avocate bien décidée à faire entendre la cause des femmes, j’ai su très vite que mon analyse cinématographique ne se centrerait pas sur le féminisme. Quelque chose d’autre a attiré mon attention, quelque chose qui permet subtilement de mettre à distance les propos des personnages avec la manière de les recevoir en tant que spectateur. Un décollement. J’ai alors concentré mon attention sur la multitude d’indices qui faisaient faire à mon esprit un détour par le monde des arts, avant de revenir à celui du mariage et de la justice.  Jusqu’à il y a peu, les sourires des personnages de Cukor me narguaient alors que je m’échinais à mettre en mots mes intuitions sur cette comédie. Aujourd’hui, je réalise qu’il s’agit d’exprimer un lien, ou plutôt ce qui le motive, entre ces multiples éléments « anti-cinématographiques » et cette dénonciation implicite des conduites dépeintes dans Madame porte la culotte.

Lucile Moyano

Vertige

152806899

Ce qui était une jolie histoire portée sur le rêve et l’imaginaire se transforme aujourd’hui en un puzzle à mille pièces. Les paisibles interrogation métaphysiques sur le pourquoi de l’enfance s’effacent devant les chiffres et les cases d’un budget. Au secours, ais-je envie de gémir, il y en a partout ! Comment être sur d’être prêts le jour J – celui du tournage ? Une échéance qui approche… Vite. Gourmands et ambitieux, nous nous sommes mis d’accord pour réaliser les premières scènes en Janvier ! D’ici là, pour récolter les quelques centaines d’euros nécessaires à ne pas se trouer les poches, il va falloir se servir de notre dossier tout neuf pour frapper à quelques portes. Nous avons de la chance d’être jeunes, paraît-il ! La région est pleine de bourses destinées à des projets comme le nôtre et il serait dommage de ne pas s’en montrer à la hauteur. Mais présenter ce premier dossier artistique et financier sera comme un saut dans le vide… Je ressens une légère sensation de vertige.

Si ces demandes d’aides doivent être finalisées au plus vite il ne faut pas hésiter à en demander, justement, de l’aide, pour la marche à suivre. A notre stade, l’ambition ne doit pas dépasser l’humilité. Un dossier rédigé à tâtons, des mots jetés en vrac, encore quatre acteurs à trouver… Un « petit film » peut-vite ressembler à une montagne quand on met bout la recherche de décor, celle des acteurs, des accessoires, des costumes et autres éléments clés sans quoi le projet n’aurait pas le visage escompté. Et quand on s’auto-proclame co-productrice/assistante de réalisation/costumière il ne faut pas se préparer à chaumer ! Avons-nous vu trop gros ? Trop grand, trop vite ? Paraît-il que nous ne devrions avoir peur de rien. C’est un peu le challenge, un peu notre fierté aussi, de partir avec le minimum et tourner en équipe réduite en se chargeant d’à peu près tout nous-mêmes. Cela demande aussi deux fois plus de travail, de rigueur et de concentration.

Lucile Moyano

Art Plastique

Lucile Moyano(10/11/2014)
Lucile Moyano(10/11/2014)

Consigne : C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

J’étais une enfant revenant de la plage, un seau brandit fièrement plein de trouvailles. Au cours de mes différentes salves de travail, les déclarations et les postulats extraits de mes recherches s’amoncelèrent en un texte, oui, mais sans pour autant y dessiner de structure particulière. Presque six mois plus tard je peux à nouveau considérer cette « collection » d’un œil neuf, ce qui me permet d’y déceler le juste et le plus précieux. Trier n’est plus une étape douloureuse, au contraire, elle est salvatrice. Un plan se dessine et je réalise quelle problématique était cachée là. Les différentes parties qui tenteront d’y répondre s’articuleront autour de concepts que je suis parvenue à faire remonter à la surface : théâtralité, spectaculaire, mise en scène sociale. Voilà les étiquettes à coller sur les tiroirs d’une nouvelle « boîte à trésors », pour y ordonner mes trouvailles et donner envie à un autre lecteur d’y plonger le nez.

Le dialogue me permet avec bonheur de sortir de la solitude de la recherche. Le professeur, l’ami, un autre cinéaste si l’on a un peu de chance : Ce sont ces regards croisés pleins de bienveillance et de conseils qui valident mes intuitions et consolident la forme que je modèle aujourd’hui. Gageons que la théâtralisation volontaire de la mise en scène de Cukor permet de mieux faire ressortir une critique sociale dissimulée. Si le processus rédactionnel se doit de partir du plus évident pour se rendre au plus complexe, je m’attèlerai d’abord à décrire les particularités de la forme, de la mise en scène, pour en expliquer les similitudes avec le monde du théâtre. Puis je me dirigerai vers la question sociologique soulevée au travers des personnages pour saisir ce que Cukor considère comme « authentique », et ce qu’au contraire il présente comme « artificiel ». Mon plan n’a pas encore de nom, son squelette est fragile. Néanmoins je présume qu’il suivra le modèle d’une mise en abîme entre les couches de la théâtralité et du spectaculaire vus à l’écran.