Tous les articles par louisetressens

De la morale à la punition

 

(CC) Louise Tressens 20/11/2015
(CC) Louise Tressens 20/11/2015

 

Consigne : “Ma problématique, un casse-tête chinois”.

Cette recherche de problématique, visant à soulever différentes interrogations à propos de notre film, se concrétise depuis la rédaction du Travail Préparatoire à la Recherche de M1.

J’ai tout d’abord choisi de mettre en question la morale inexistante du personnage principal, Malik El Djebena, qui s’émancipe de cette punition carcérale grâce à une violence insoupçonnable. La domination et le contrôle qu’il acquiert sur son sort et sur les autres tout au long du film suscitent effectivement des interrogations de la part du spectateur quant à la morale finale de l’œuvre. Faire d’un criminel le héros victorieux d’une épopée carcérale bouleverse les règles tacites qui consistent à punir les “méchants”.
J’ai ensuite décidé de soulever le problème du fondement même de la punition avec des thèses antagonistes traitant de la punition. Malgré l’appui de lectures diverses et indispensables à la rédaction d’un mémoire, je me suis aperçue que m’interroger sur le bien-fondé et l’efficacité de la peine carcérale relevait davantage d’un travail sociologique.

Ma récente problématique vise donc à exposer ces deux thématiques que le film Un Prophète soulève : l’émancipation d’un personnage ultra-violent pourtant enfermé et les raisons qui justifient ou réfutent la privation de liberté. Je suis donc parvenue à cette question provisoire :
Si l’unique liberté accessible aux prisonniers réside dans l’interdit, comment Malik El Djebena s’émancipe-t-il du joug de l’enfermement carcéral ?

Louise Tressens

Malik El Djebena, son immoralité, mes interrogations

(CC) Louise Tressens (26/10/2015)
(CC) Louise Tressens (26/10/2015)

Consigne : “Mes personnages et moi”

Le long-métrage Un Prophète nous donne à voir un florilège de personnages qui gravitent en prison. Tous apportent profondeur et dramaturgie au récit mais il en est un qui suscite mon interrogation. Malik el Djebena, personnage principal du film, n’a ni le physique d’un « caïd » ni son aplomb, lorsqu’il est incarcéré en Centrale.

Je suis de ces spectatrices qui vivent le scénario différemment selon l’affect qu’elles entretiennent avec le personnage principal. Si ma première réaction fut d’abord proche de l’empathie envers Malik, qui se voit forcé à tuer pour obtenir la protection des Corses, son évolution sur l’échelle du crime tout au long du récit crée des ressentiments franchement moins positifs. Notre société judéo-chrétienne nous a appris que les méchants doivent être punis, dans la vie comme dans les films. Malik, lui, se sert de cette punition pour créer sa propre éducation. Analphabète, il sortira bilingue franco-corse. Faible, il sortira violent. SDF, il sortira riche. Sa position de baron de la drogue, Malik n’aurait jamais pu l’acquérir sans la prison. Mais le plus perturbant, c’est que les spectateurs, y compris moi, ne pouvons nous positionner quant à la morale de ce personnage.

Tandis qu’il agit de manière sanglante, ses actions sont presque justifiées par les sévices qu’il a subis auparavant et on ne peut catégoriquement lui souhaiter d’échouer ou de mourir. Il reste, malgré ses actes ultra-violents, le personnage que j’ai aimé voir prendre le dessus sur sa vie.

Louise Tressens