Tous les articles par lisadelpech

Sciences Infuses : projet ou concrétisation?

Au départ Sciences Infuses était un projet destiné à la télévision. Fanny avait imaginé un programme tel un magazine scientifique avec un ton “comique” et ludique. Après nous avoir présenté le projet, il nous est paru évident que ce magazine s’adressé à un public de “jeunes” adultes, pour lequel il était nécessaire d’adapter notre moyen de diffusion. De là, nous avons décidé de développer notre série en webzine : un magazine diffusé sur le web. Avec cette idée de webzine, nous avons du ajuster le programme aux plateformes de diffusion envisageables et au format qui nous paraissait le plus convainquant. Ainsi notre programme s’est transformé en une série d’épisodes de 7 minutes, chacun abordant une invention ou une innovation scientifique actuelle. L’important pour nous était d’exposer de découvertes scientifiques réelles et les conséquences que cela pouvait engendrer, en les présentant de manière rigoureuse et ludique.

Après avoir développé notre concept et son contenu, nous voulions réaliser un pilote. Tout d’abord nous avons choisi le sujet puis, nous avons demandé de l’aide à un scientifique pour vulgariser les concepts de la découverte que nous voulions présenter. A partir de ce moment un problème s’est posé : comment écrire notre pilote. Nous ne sommes pas auteur et nous ne nous sentions pas capable de rédiger ce pilote. En définitive, nous nous retrouvons dans un cas de figure où nous devons nous même trouver un auteur et c’est peut être en cela que le programme est intéressant. Au final je reste convaincu de la qualité de ce projet auquel il ne manque de pas grand chose pour être concrétisé.

Lisa Delpech.

C’est déjà fini ?

Consigne : « Mon travail de recherche, alors… heureux ? »

San et Ashitaka

Après avoir rendu le travail préparatoire à la recherche (TPR), j’étais soulagée. Finalement j’étais venue à bout, tant bien que mal de cet exercice qui me demanda beaucoup d’efforts. Puis, j’ai eu une grande appréhension vis-à-vis du mémoire, déjà qu’il avait été difficile pour moi d’écrire le TPR alors un mémoire me paraissait insurmontable. Avant de commencer, je me suis promise de mettre en place un processus de travail et de réussir cet objet qui m’était si obscure. Après tout, écrire une vingtaine de pages sur un film que je connaissais par cœur, ne devait pas être si compliqué.

Mais la tâche fut ardue et après coup je pense m’organiser autrement à l’avenir. Un mémoire est une question de méthode et de rigueur et il est vrai que j’ai pu en manquer parfois. Même s’il m’a fallu un déclic (un peu tardif), pour me lancer réellement dans cette aventure, j’ai finalement un sentiment d’inachevé et même de frustration. Une vingtaine de pages pour illustrer un film qui a partagé votre vie deux ans est bien trop peu. J’ai pris goût à la formulation d’hypothèse et à la recherche d’explications qui permettait de répondre à mes questionnements. En définitive, le mémoire m’a donné l’envie d’aller au bout des choses, de ne pas rester paralysée par l’incompréhension et m’a permis d’apprendre de mes erreurs.

Lisa Delpech

Petit à petit, l’oiseau fait son nid!

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Petit à petit l'oiseau fait son nid
Mon objet d’étude porte sur le succès international du film japonais Princesse Mononoké. L’idée est de mettre en avant le fait qu’un film, au demeurant ancré dans sa culture, est arrivé à traverser ses frontières et à toucher un public mondial. La perspective qu’un film puisse être apprécié dans des pays de cultures et d’histoires différentes me parait très intéressante. Chercher un facteur qui permet alors le succès d’un tel film est encore plus passionnant. En effet, le cinéma est un média permettant d’étudier notre société et de mieux aborder notre monde puis ses problématiques. Il me semble donc important d’utiliser le film comme un outil sociologique permettant de mettre en lumière des questionnements et réflexions sur une époque. Ainsi, je m’interroge sur ce qui a permis au film Princesse Mononoké de séduire à l’étranger?

Pour arriver à trouver mon objet d’étude, je me suis posée deux questions : qu’est-ce qui m’intéresse dans ce film ? Et qu’est-ce que je veux en dire ? Puis j’ai rédigé une liste de tout ce qui m’interpellait : l’opposition entre l’homme et la nature, la question de la place de la femme dans la société, les personnages à la fois mystérieux et complexes, l’inspiration de la culture japonaise. Puis j’ai pris du recul sur cette énumération pour trouver des points communs et dégager une idée. Qu’est-ce qui pouvait rassembler tous ces concepts ? Ainsi, ces notions m’ont fait penser à mes cours de sciences sociales. C’est à ce moment-là que tout paru plus clair et me permis de développer une problématique et un plan.

Lisa Delpech

La machine est en marche.

Pour commencer nous avons dû faire un point. Chacune aillant travaillée dans son coin, nous avions toutes en tête une idée différente du magazine. En effet, nous n’étions pas d’accord sur le support et le format de notre projet. D’une part la question qui se posait, était de savoir si ce magazine à vocation scientifique, se vouait à être diffusé seulement sur internet ou encore sur la télévision, voir sur les deux. Puis une discussion s’en suivit sur la durée d’un épisode ainsi que son contenu. Toutes ces interrogations étaient nécessaires pour résoudre une autre problématique, le choix des éventuelles subventions à demander. Après avoir débattu et répondu à ces différentes réflexions, nous avons pu alors nous concentrer sur le dossier de production. De là nous avons choisi les différents point qui formeraient notre dossier et nous nous sommes réparties le travail.

J’ai tout d’abord entrepris de trouver différentes études et rapports, nous permettant de montrer en quoi notre projet a son importance. Après avoir regroupé différents sondages (la science et les français, la science et les jeunes, la perception de la recherche par les français), j’ai dû faire une synthèse. Celle-ci a pour but d’étayer notre argumentation sur la nécessité de ce magazine, celle-ci sera développée dans notre note d’intention. Depuis pas d’avancement, en définitive après s’être réparti le travail nous n’avons pas réussi à nous réunir pour en rediscuter, faute d’emploi du temps de chacune.

Lisa Delpech.

Voilà qui invite à la réflexion !

Consigne : C’est le bazar dans ma tête … (ou pas).

Dans un premier temps, je voulais préciser ma première idée : l’opposition entre tradition et modernité dans le film de Miyazaki. En reprenant ce travail, je me suis rendu compte des limites de cette problématique, il serait difficile de l’affiner ou de la développer. Après avoir vu une nouvelle fois mon film, j’ai eu envie de travailler sur ce qui m’apparaissait alors comme une évidence : le conte initiatique. Dans ma recherche de problématique, j’ai trouvé plusieurs pistes plutôt vagues qui demandent encore un approfondissement. Mes différents questionnements m’ont menée à d’autres réflexions qui ont fini par m’embrouiller. En effet, je me retrouve avec des idées partant dans tous les sens qui ne sont pas encore assez précises.

Me voilà avec tout un tas de questions qui forment la base de ma réflexion : Pourquoi le réalisateur utilise le compte initiatique ? Quel est son but ? Et qu’est-ce qu’il veut nous dire ? Comment le traite-t-il ? Je ne veux surtout pas me perdre et perdre du temps dans tout ce marasme d’idées et de pistes. En utilisant la méthodologie de l’entonnoir, j’ai pu préciser ma pensée. Après quelques échanges avec les chargés de mémoire, je me suis rendu compte qu’il était tout à fait possible de rapprocher mon ancienne problématique avec ma nouvelle idée. Il ne reste plus qu’à trouver les nouveaux éléments en rapport avec le conte et de les incorporer dans mon ancien travail.

Lisa Delpech