Tous les articles par laetitiastoffel

Une première expérience prometteuse

Au début de l’année nous n’avions qu’une ébauche de scénario écrite par Tristan au cours de l’été. Aujourd’hui nous avons des rushes qui ne demandent qu’à être montés les uns avec les autres pour donner vie au court-métrage La Vie en Négatif de Germain.
Tristan nous avait bien dit à la rentrée qu’il voulait que cette deuxième année de master soit l’occasion pour lui de réaliser son premier film, et pour nous de l’y aider en nous improvisant producteur, assistant réalisateur, ingénieur du son, script ou encore comédien. Nous avons d’abord travaillé ensemble sur la réécriture du scénario pour en faire un vrai outil de tournage, et ensuite nous nous sommes répartis selon les différents postes clés sur un tournage. Et c’est ainsi que j’ai été amenée à être première assistante réalisateur. En cours on nous avait parlé de ce métier et pendant mon stage j’ai eu l’occasion de côtoyer un premier assistant réalisateur. Mais mes connaissances de ce métier n’étaient que théoriques et de l’ordre de l’observation.

Je me suis donc improvisée première assistante réalisateur et j’ai travaillé en étroite collaboration avec Tristan pour élaborer le plan de travail du tournage à partir du découpage technique qu’il avait préparé. La répartition des jours de tournage s’est organisée en fonction de nos compétences respectives et de la disponibilité des comédiens. Nous avons commencé par une demi-journée de tournage comportant des séquences simples dans un temps assez large pour que chacun puisse trouver sa place dans l’équipe et bien s’approprier son poste. Sur cette première demi-journée nous avons eu quatre heures de retard, mais cela nous a permis de nous acclimater à la dynamique du groupe et du tournage, et de nous familiariser avec le matériel, ce qui nous a permis de tenir les autres jours de tournage dans les temps.

Cette première expérience d’assistanat de réalisation m’a beaucoup enrichie, autant sur le plan personnel que professionnel. Je me suis vraiment investie dans ce travail et tout au long de l’avancée du projet, je me suis sentie à ma place. A l’avenir il me plairait beaucoup de travailler occasionnellement en tant qu’assistante réalisateur, même si j’ai conscience que travailler avec des professionnels ayant quinze ans de bouteille ne sera pas aussi facile qu’avec mes camarades de master. Mais je pense que c’est un poste qui pourrait bien me convenir et j’espère qu’un jour j’aurais l’occasion de renouveler cette expérience, peut-être avec mes camarades, autour d’un projet ou sur un tournage, professionnel cette fois-ci.

Laetitia STOFFEL

L’homme et le mal : une relation banale

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

J’ai toujours eu un certain goût pour les films noirs pessimistes qui dépeignent une vision obscure du monde et des sociétés. Les films d’Henri-Georges Clouzot, qui mettent en scène les différentes perversions dont les hommes sont capables, m’ont tous beaucoup plus. C’est pourquoi, à la fin de ma première année de master, après une étude générale de l’œuvre de Clouzot, j’avais déjà choisi d’orienter mon mémoire sur la question du mal. Cependant, cet objet d’étude étant très vaste, j’ai choisi de me concentrer plus précisément sur le mal à travers les hommes et leurs agissements. Je veux montrer que le mal est directement lié à la nature de l’homme.

C’est en faisant des recherches sur le mal et en discutant avec des amis et avec mon directeur de recherche que j’en suis arrivée à découvrir le concept de la banalité du mal. Je me suis alors renseignée sur Hannah Arendt qui pose cette théorie pour la première fois en 1966 avec la publication de son livre Eichmann à Jérusalem. J’en suis alors venue à m’intéresser au mal ordinaire et à la façon dont des gens ordinaires peuvent, ensemble, faire le mal. Car pour être efficace le mal a besoin d’être puissant, et il puise ses forces dans la quantité d’hommes médiocres agissant méchamment. Cela a fini par m’amener à m’intéresser à la philosophie de Sartre selon laquelle « on est ce que l’on fait » et ainsi à penser que les hommes peuvent se définir par leurs actes, et intrinsèquement par leurs actes mauvais.

Laetitia STOFFEL

 

En cours de production

Voilà déjà presque trois mois que nous travaillons avec passion sur le projet La Vie en Négatif de Germain, un projet qui nous anime toujours autant et auquel nous nous attelons dès que nous le pouvons. Car nous souhaitons toujours le porter le plus loin possible, c’est-à-dire jusqu’à la diffusion dans des festivals. Mais ce but est encore loin, et dans l’immédiat, il nous faut nous concentrer sur la production de ce film. Cette étape consiste principalement en la constitution d’un dossier de production, contenant un scénario, une note d’intention de production, une note d’intention de réalisation, une note de traitement, un devis, un plan de financement et une liste du matériel nécessaire au tournage.

Le scénario est maintenant terminé. Il a beaucoup changé depuis la première version proposée par Tristan : la voix off a disparu, des bonbons ont pris une nouvelle couleur, des personnages ont changé de nom et le récit a pris une nouvelle forme. Dès que le scénario nous a convenu, nous nous sommes focalisés sur les notes d’intention de production et de réalisation. Tristan, en tant qu’auteur et réalisateur du film, s’est chargé d’écrire la note d’intention de réalisation, pendant que nous nous chargions d’écrire celle de production. Une fois les notes relues et corrigées, nous avons discuté ensemble du traitement que Tristan voulait pour son film. La liste de matériel pour le tournage a suivi tout naturellement. Et hier nous avons terminé le devis et le plan de financement. Ce dernier a été élaboré après des recherches antérieures sur les différents partenaires [1] qui pourraient potentiellement nous aider à financer notre film. Dans les prochains jours, nous présenterons ce dossier à nos camarades de promotion afin d’avoir un retour de leur part, pour pouvoir le perfectionner avant de l’envoyer aux partenaires que nous avons repérés, ainsi qu’à un hôpital et une école, pour leur présenter le projet et leur demander l’autorisation de pouvoir tourner dans leurs locaux. Ensuite il ne nous restera plus qu’à trouver les derniers comédiens, et la préparation du tournage entrera en jeu.

Laetitia STOFFEL


[1] tels que les villes de Bordeaux et de Pessac, les départements de la Gironde et de la Corrèze, ainsi que la Région Aquitaine, entre autres.

Le flou de mes recherches

Le flou de mes recherches (cc) Laetitia Stoffel (11/11/2014)
Le flou de mes recherches (cc) Laetitia Stoffel (11/11/2014)

Consigne : C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

Écrire un mémoire, c’est d’abord faire des recherches. Et toutes ces recherches se traduisent par des idées qui nous viennent à l’esprit, en discutant avec nos parents ou nos amis de notre film, en replongeant notre nez dans des cours de philosophie datant du lycée, ou en promenant notre regard sur les étagères de la bibliothèque de nos parents. Cela prend un certain temps et nous paraît souvent vain, dans la mesure où seules les pistes les plus larges et les plus opposées les unes des autres germent dans notre esprit. Pourtant, au bout d’un moment, une idée va traverser notre esprit et nous intéresser plus que les autres. Elle aura une ou plusieurs particularités qui nous donneront envie de la développer et d’en savoir davantage. Commencera alors une partie de recherches plus plaisante : lorsque l’on sait où l’on va.

J’espère qu’au fil de mes lectures, une idée va germer dans ma tête et donner naissance à une hypothèse viable, qui pourra prendre la forme d’une problématique par la suite, et alimenter ainsi toutes mes recherches ultérieures. Je compte également sur les pistes que j’avais abordées l’année dernière lors de la rédaction de mon TPR (travail préparatoire à la recherche) pour orienter et éclairer mes recherches. Il faut donc que je m’accroche à mes lectures, que je ne désespère pas de ne rien trouver, et que je reste aux aguets, pour être à même d’identifier la bonne idée ou l’hypothèse intéressante et pertinente qui traversera mon esprit.

Laetitia Stoffel

Deux personnages à caractériser

Ce scénario raconte l’histoire de 2 jeunes femmes, sœurs, qui ont la vingtaine d’années et qui viennent de perdre leur mère. L’une a 26 ans, elle est psychologue, fiancée, elle vient d’acheter un appartement. L’autre a 20 ans, elle est encore en études, artiste et beaucoup plus délurée que sa sœur. Ces 2 jeunes femmes totalement opposées qui ne s’entendent pas très bien, se retrouvent à faire un périple familiale ensemble. Entre histoires familiales, rivalité et révélation, les 2 filles tentent de se comprendre.

L’enjeu de ce scénario est de comprendre la complexité des relations fraternelles. Ces 2 jeunes femmes qui ne se comprennent plus vont affronter ensemble leur histoire familiale et enfin tenter de se connaître réellement. La caractérisation de ces 2 personnages est donc un enjeu très important dans le scénario puisque chacune d’entre elles réagit selon son caractère, son mode de vie, son travail, ses études… Ce travail de caractérisation doit donc être précis afin que l’histoire soit cohérente et crédible. De plus, il faut que le cadre soit posé rapidement, dès les premières minutes, afin que le spectateur comprenne facilement à qui il a à faire, pourquoi il y a un conflit, pourquoi elles ont de telles réactions… L’enjeu de ce scénario va donc se trouver sur cette caractérisation, point sur lequel nous allons travailler.

Laëtitia