Tous les articles par Lauriane

Parcours d’un scénario

Depuis le dernier billet, nous avons réalisé le dossier artistique de Parcours. Nous avons ensuite soumis à la lecture, ce dossier artistique à un notre groupe pour qu’il nous en fasse la critique. Leurs retours ont été très constructifs. Globalement, le dossier était bien construit mais il fallait revoir un peu le scénario. En effet, ces lecteurs regrettaient un peu de ne pas assez rentrer dans le conflit des deux sœurs. Nous étions restés à un niveau trop superficiel alors que ce conflit est pourtant l’élément central de cette histoire. De plus, ces lecteurs n’ont pas compris ce que les sœurs savaient du père biologique d’Emilie et remettaient également en cause la pertinence du grand-père dans l’histoire.

Au vu de toutes ses remarques, il était clair pour nous que le scénario devait être retravaillé en profondeur. Nous travaillons donc actuellement sur une nouvelle version de ce scénario. Tout est repris, chaque scène, chaque personnage et chaque élément est remis en question pour savoir s’ils sont pertinents quant à l’avancée de l’histoire. Par exemple, le personnage du grand-père est amené à disparaitre, ce qui engendre des conséquences sur le scénario puisqu’il annonce à Emilie que son père n’était pas son père biologique. Il faut alors trouver une autre façon d’amener cet événement dans le scénario. Tout est chamboulé mais pas de tournage sans un scénario abouti. C’est pour cette raison que nous n’hésitons pas à travailler et retravailler sur ce dernier pour aboutir à une version complète afin de pouvoir envisager le tournage… fin 2015 ?

Laëtitia

La lumière au bout du tunnel

Consigne : Mon travail de recherche, alors… heureux ?

Lorsque je suis entrée en deuxième année de master, je savais que l’un des gros travaux serait celui du mémoire. Dès la rentrée, nous avons été mis dans le bain par l’annonce des noms de nos directeurs de mémoire qui allaient suivre notre travail tout au long de l’année. Après avoir passé un an sur le film de Woody Allen, « La rose pourpre du Caire » il fallait se replonger dedans, trouver de nouvelles idées. A ce moment précis, j’avais vraiment l’impression d’avoir tout dit dans mon Travail Préparatoire de Recherche. L’autre crainte, pour ce travail de mémoire, était de devoir lire beaucoup de livres, des livres abordant des thèmes que je ne maîtrisais pas (philosophie, psychanalyse etc.). Malgré cela il fallait que j’avance !

 Aujourd’hui, à la fin de cette aventure, toutes mes craintes ont été surmontées : des nouvelles idées sont nées, des livres sont lus et la rédaction est presque terminée, j’en vois enfin le bout ! Reste encore à s’accrocher pour cette dernière ligne droite.
Ce mémoire m’aura permis de confirmer mon envie de rentrer dans la vie active et de sortir du cadre universitaire. En effet, même si ce travail de mémoire s’est bien déroulé et qu’il m’a paru intéressant, je sens que j’ai besoin de faire des choses qui me paraissent plus concrètes dans un cadre plus professionnel.

Laëtitia

Parcours vers un dossier artistique

Depuis le mois dernier nous avons bien avancé. Le scénario de Parcours a été retravaillé en profondeur. A la lecture de la première version, nous avions tous fait le même constat : il s’agissait d’un scénario pour un long ou moyen-métrage. Il y avait beaucoup trop d’actions et de déplacements pour un court-métrage.  Il a fallu retravailler l’ensemble de l’histoire et faire des choix en ce sens pour aboutir à un scénario cohérent et pas trop éloigné de l’idée principale de l’auteur. De plus, les personnages d’Emilie et Lisa, ont été affinés. On a créé la biographie de chaque personnage afin d’avoir une histoire cohérente autour des deux sœurs. Dans cette nouvelle version de court-métrage, le point de suspension se trouve sur l’acceptation des deux sœurs mais également sur la rencontre entre Emilie et son père biologique.

Une fois le scénario retravaillé, nous avons établi la liste des pièces à fournir pour demander une contribution financière auprès du CNC (Centre National du Cinéma), afin de pouvoir développer ce projet. Nous avons donc rédigé le synopsis, la note d’intention, la note de réalisation, la note du producteur, le CV de l’auteur… Toutes ces pièces réunies avec le scénario font parties d’un dossier artistique que nous pourrions déposer au CNC  pour obtenir cette aide avant réalisation. Il s’agit donc de faire un dossier professionnel et propre afin de donner envie aux lecteurs de nous suivre dans cette aventure.

Laëtitia

Je ne comprends rien, ça n’avance pas…

Consigne : C’est le bazar dans ma tête … (ou pas).

« Qu’est ce qu’on attend de moi ? » C’est la question que je me pose régulièrement. Si cela paraît clair pour les professeurs, je dois avouer que pour moi, l’objectif de ce mémoire reste encore flou.
Que lire ? Quoi ajouter ? Où creuser ? Vers quoi partir ? C’est tant de questions qui restent en interrogation dans ma tête. En effet, pour mon directeur de mémoire, l’objectif est précis mais semble loin de ce que l’on nous demande dans la formation ; beaucoup de psychanalyses (l’amour, l’imaginaire, la fascination) et de concepts lointains pour moi qui aime plutôt les choses concrètes.
C’est pourquoi trouver de nouvelles idées dans ce brouhaha cérébral est compliqué.

Heureusement, les rendez-vous avec mon directeur de mémoire permettent d’avancer petit à petit, même si l’objectif final est loin d’être clair. Ensemble nous définissons des objectifs à court-terme (pour la prochaine rencontre), ce qui permet d’avancer pas à pas.
Il m’a fallu définir les mots-clés des thèmes de mon film : amour, cinéma, fascination… pour découler sur des questionnements qui aboutiront à une problématique. De plus, ses conseils de lecture sur l’amour, l’imaginaire, le mélodrame au cinéma vont pouvoir enrichir ma future analyse.
Il s’agit donc maintenant de lire ces ouvrages et parallèlement prendre le temps de réfléchir, poser les questions et sortir une problématique qui pourrait englober tous ces concepts en rapport avec « La Rose pourpre du Caire ».

Laëtitia

 

Entre Rêves et Réalité

Entre Rêves et Réalité - Laetitia Stoffel (20/10/2014)
Entre Rêves et Réalité – Laetitia Stoffel (20/10/2014)

En ce début de deuxième année de Master 2 Création Production Images, nous nous sommes regroupés autour de projets proposés par certains d’entre nous, dans le but de les porter le plus loin possible, en les développant, voire même en les produisant.

Mon choix s’est arrêté sur le projet de Tristan, car lorsqu’il nous l’a présenté en nous résumant le scénario qu’il avait déjà commencé à écrire, j’ai rapidement été touchée par cet univers à la frontière du réel, presque intemporel, dans lequel un jeune homme, Germain, se retrouve coincé entre ses rêves et la réalité à la suite d’un accident de voiture. Le personnage de Germain m’a également beaucoup séduite dans la mesure où je trouve qu’il incarne une profonde innocence, et pas seulement lors de sa jeunesse, mais tout au long de sa vie. Car en effet, un peu comme Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain, cette histoire, qui s’intitule La Vie en Négatif de Germain, retrace, comme son nom l’indique, la vie de Germain, depuis sa tendre enfance jusqu’à ses dernières belles années. Ce qui m’a également beaucoup touchée dans cette histoire, c’est ce voyage de Germain, le voyage de sa vie en fin de compte, qui montre que, d’une certaine façon Germain se cherche, cherche à connaître son identité, à savoir qui il est vraiment. Et cela se traduit à la fois par le fait qu’il prend des photos pour s’exprimer, qu’il se perd, et jongle entre ses rêves et la réalité, et qu’il suit l’Amour, au travers d’un personnage irréel pour trouver le chemin de sa vie. Cette histoire est aussi celle d’un homme qui refuse de grandir de façon plus ou moins inconsciente, puisqu’il vit dans une sorte de rêve éveillé dans lequel ses passions et ses jeux d’enfant le stimulent.

Maintenant que l’idée est posée, il ne nous reste plus qu’à commencer à travailler, et un long chemin se profile devant nous. En effet, puisqu’il s’agira d’un court-métrage de fiction, il faut accorder une très grande importance au scénario. C’est pourquoi dans l’immédiat nous nous focalisons sur la réécriture et l’approfondissement du scénario proposé par Tristan, à la fois pour que chacun d’entre nous s’approprie le projet, et pour que l’histoire tienne bien la route. Pour cela, il est important que nous cadrions davantage le sujet de ce film. En effet, la première ébauche de scénario proposée par Tristan évoque plusieurs thèmes, certes liés, mais bien différents. Or pour un court-métrage, il est important de se focaliser sur un seul et même thème. Nous avons donc passé plusieurs heures à essayer de déterminer quel était le sujet phare porté par cette histoire. Cela s’est traduit par l’écriture d’un séquencier assez différent de l’idée initiale (même si l’histoire reste relativement similaire), que nous allons transformer en scénario.

Par la suite, dès que le scénario sera proche de sa version finale, nous nous attaquerons à l’élaboration du plan de financement et du devis prévisionnel du projet. Même si nous ne pensons pas recevoir d’aides financières pour réaliser ce projet, nous attacherons un soin particulier à ce travail, car cela représente un excellent exercice de production et une concrète mise en situation pour nous, petits producteurs en herbe. En parallèle, nous réfléchissons également à des décors susceptibles de correspondre à l’atmosphère que nous recherchons pour réaliser les séquences. Nous cherchons également des personnes, dans nos connaissances, dans les lieux publics, etc. qui auraient des caractéristiques physiques intéressantes pour jouer les différents personnages qui interviendront dans ce court-métrage.

Tout cela représente une certaine quantité de travail qu’il va falloir réaliser avec rapidité et précision car nous avons prévu de tourner les séquences au cours du mois de janvier, ce qui ne nous laisse que deux petits mois pour tout organiser… Mais cela ne nous fait pas froid aux yeux, au contraire c’est un challenge que nous comptons remporter avec brio !

Laetitia STOFFEL