Tous les articles par Julie T

De petits détails amènent de grands changements

Google map

Larrons et Lardons, ou peut importe le nom pour l’instant de cette émission, est un programme sur l’importance du lien intergénérationnel et patrimonial. Un jeune qui part à la découverte de 10 régions de France et leurs spécialités culinaires à travers un pépé ou une mémé qui partage avec lui un instant de vie et des souvenirs. Les personnes âgées parlent de leur passé, de leur culture avec une nostalgie, un bonheur des choses vécues et savourées … La première fois qu’ils ont réussis leur cassoulet, sentis l’odeur de la bouillabaisse … Le jeune prend alors le pas et leur montre qu’il n’y a pas que le passé et il les emmène sauter en parachute, skier, faire de la plongée… Le lien intergénérationnel est ce que l’on perd aujourd’hui. D’autant plus avec le numérique qui fait partie intégrante de la vie des jeunes générations et qui est si étranger aux personnes âgées.

En souhaitant réaliser le teaser de cette émission, les envies et les contraintes ont fait que notre jeune homme sera interprété par un jeune québécois. Sans le vouloir, cela rajoute une dimension culturelle qui vient enrichir le projet ! En plus de l’échange culturel entre régions, l’échange culturel se fait aussi outre-Atlantique. Ce jeune québécois apportera un œil neuf et innocent sur les coutumes et les spécialités culinaires des différentes régions de France. Cela sera un moyen de mettre en valeur les multiples facettes du pays. La bonne humeur et l’humour québécois seront les garants d’une ambiance joviale et conviviale. Au final ce petit détail qui nous a amusé, ce québécois étant le compagnon d’une d’entre nous, amène un changement majeur dans le projet.

Serais-je une répliquante ?

Consigne : “Mes personnages & moi”

Réplicant : un androïde en tout point similaire à l’homme à ceci près qu’il ne ressent aucune émotion …

Les personnages principaux de Blade Runner de Riddley Scott sont tous des réplicants : Roy Batty, Pris, Zhor , Rachael et peut-être Deckard (la question reste en suspens même si le réalisateur s’est prononcé)… Malgré des scènes intenses avec chacun des personnages : la mort de Roy, les doutes de Rachael ; je ne m’identifie à aucun des personnages. Ils me parlent par la remise en question de leur identité, de leur existence. Aucun ne me rebute ou me fascine. Ils ne sont que des clés pour appréhender le sujet de l’histoire.

La mise en scène et le montage mettent le spectateur dans un état de contemplation. C’est ainsi que nous percevons les personnages : nous contemplons leur vie et leurs doutes. Le film n’en est pas moins fort, il n’utilise simplement pas l’attachement et l’identification au personnage, mais plutôt une esthétique particulière.

Julie T.