Tous les articles par jonathanrochier

Halucinogènes

Alexej Titarenko
Alexej Titarenko

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

Des rotors. Du jaune. Un peu de sang et beaucoup de fumée. C’est ainsi que je me souviens d’Apocalypse Now, une image mentale peu précise mais qui représente bien le film à mon sens. Je me souviens la première fois que j’ai été confronté à ces images et à ces sons. Je n’avais alors aucune notion du langage cinématographique mais déjà, j’avais senti que ce film était bien plus qu’un tableau de la guerre du Vietnam. Je percevais en lui une force et une profondeur qui dépassent le conflit du Vietnam et qui traitent de l’universel. Je n’aime pas les films de guerre, je ne suis pas avide de films à grand spectacle et j’ai un mal fou à être en empathie avec des personnages qui sont des stéréotypes de l’Oncle Sam. En ce cas, choisir Apocalypse Now pour l’étudier pendant deux ans relève du masochisme mais le monologue fleuve de Kurtz, l’interprétation infernale de Marlon Brando, l’abstraction de la photographie de Vittorio Storaro m’ont convaincu que ce film avait bien plus de choses à dire que je ne le percevais de prime abord.

Mon premier travail a été de comprendre le message du colonel Kurtz, la raison de son existence. J’ai donc regardé la dernière séquence du film de façon récurrente et j’essayais de réécrire ses dialogues, de créer des sons et des images qui faisaient écho à son propos. Je me sens à présent proche de ce personnage et de l’interprétation que Brando en fait. Je pense que pour continuer d’avancer sur la compréhension d’Apocalypse Now, je dois extraire tous les éléments qui m’ont touché sensiblement et les disséquer sémantiquement ou cinématographiquement pour les comprendre. Ce travail me permettra je l’espère de prendre de la distance avec ce film et de le mettre en perspective avec des ouvrages externes, probablement philosophiques et religieux.