Tous les articles par jonathanrochier

Je suis Germain, en tout cas j’espère

C’était une première expérience comme comédien. Disons qu’habituellement, je suis plutôt derrière la caméra et je ne me pose pas vraiment la question si je suis bien coiffé. Là, c’était différent, je ne savais pas quel était le cadre, quelle était ma position dans l’image. Au début, c’était du stress surtout, de la gêne aussi et beaucoup de questions. Pourquoi le personnage réagit-il comme ça à ce moment-là ?  Qu’est-ce que ça me ferait moi si on me disait ça ? Il y a eu un moment où j’ai senti que ces questions étaient moins présentes à mon esprit et je sentais le personnage de Germain entrer en moi. J’avais déjà lu à propos de cette sensation. Elle était faible pour ma part car je suis trop peu expérimenté mais j’ai en tout cas pu imaginer ce que cela signifie « d’incarner un personnage ».

Je pense que je suis plus à l’aise derrière la caméra que devant et même si cette expérience était un beau défi et des moments humains que j’ai aimé partagé avec l’équipe et avec Tristan, je ne pense pas me proposer à nouveau pour jouer dans d’autres films. Par contre, je tire de ce film une expérience indispensable je crois à toute personne qui a envie de faire de la mise en scène. J’ai partiellement touché du doigt les craintes que peut avoir un comédien et ce dont il peut avoir besoin comme indications. Je me souviens d’un tournage où j’avais été exaspéré par une comédienne qui faisait « la princesse » sur le plateau. Je ne comprenais pas pourquoi le syndrome « princesse » était commun à presque tous les comédiens que j’avais rencontré, bien qu’à des niveaux différents. Germain m’a permis de comprendre que pour interpréter, la concentration est indispensable et qu’il ne faut jamais laisser ses pensées être occupées par autre chose que le rôle. Enfin, il y a un doute incroyable sur la qualité de ce que j’ai proposé à Tristan, une certaine peur de voir le résultat final et de ne pas supporter me voir ou m’entendre à l’image. Nous verrons bien, en tout cas j’ai hâte et merci à Tristan, Laetitia, Lucile, Manon et aux deux Vincent.

Jonathan  Rochier

Guerre créatrice ?

Buffle africain
Buffle africain

Et si les contours se dessinaient ? Après avoir complexifié ma pensée au point de ne plus rien comprendre du tout et avoir proposé une problématique du type : « La guerre fournit-elle le terreau nécessaire à l’édification d’une civilisation nouvelle avec ses propres mythes et restrictions morales ? « , la clarification pointe son nez.
Cette proposition pleine de redondance m’a tout de même amené à une question. De tout temps, les guerres ont marqué l’histoire de l’homme et notre civilisation s’est toujours écrite dans le sang. Pourquoi ? Le lien entre la violence et la nature humaine est indéniable et déjà maintes fois exploré. Qu’est-ce que nous ont amené ces guerres ? Il semblerait qu’elles aient souvent été cause d’émancipation sociale (augmentation des salaires de la classe ouvrière durant la Seconde Guerre mondiale) ou économique (les Trentes Glorieuses à peu près partout en occident). C’est donc le caractère non pas inhérent à l’être humain mais bien nécessaire à la civilisation de la guerre qui est posé. La guerre est-elle créatrice ? La guerre est-elle le seul moyen que l’homme a pour avancer ?

Je suis gêné par cette question qui en fait me taraudait depuis longtemps depuis les premiers travaux autour d’Apocalypse Now, sans pouvoir mettre de mots dessus. Je n’avais pas pris conscience de sa clarté et me poser cette question me dérange. Elle compromet par un paradoxe évident ma vision humaniste et progressiste du monde. L’humaniste ne cherche pas de bouc émissaire, il cherche l’union, le progressiste, cherche évidemment le progrès social. L’un appellerait au pacifisme, l’autre à la guerre. C’est une vision du monde extrêmement pessimiste que nous propose Coppola. Une vision appuyée par les mythes, par l’historie des civilisations et par des recherches ethnologiques qui semblent conséquentes en vue de mes premières pistes. Apocalypse Now n’est bien-sûr pas une preuve, c’est une question. Mais qu’est-ce qui ronge le colonel Kurtz au fond? C’est justement une question.

 

Jonathan Rochier

C’est un premier film

L’avancée du projet Germain et les difficultés que Tristan rencontre pendant son développement me renvoient à des contraintes auxquelles je suis moi-même confronté en réalisant mon premier court-métrage. Affiner le sujet, expliquer pourquoi cette histoire est importante, créer des plannings, imaginer un budget. Rêver. Rêver. Rêver. Être déçu. Perdre espoir. Être soutenu. Se retrouver face à un monument qui semble colossal alors que tout part d’une idée simple, un élan créatif spontané. Si le scénario d’un premier film existe, il y a une raison. Est-ce qu’il est intéressant, pas forcément. Est-ce qu’il peut toucher plus de personnes que son auteur seul ?  Pas forcément et tant pis.

C’est un premier film. Ni plus ni moins. Un premier film avec les étoiles dans les yeux et toute l’humilité qui en dépend. Ces premiers films doivent exister. Ils sont imparfaits. Tout est à découvrir. Ils doivent conserver leur spontanéité, sonner faux, être vilain et ne rien raconter. Tant pis. Car même s’ils ne sont pas du cinéma avec un C majuscule, même s’ils ne rencontrent pas leur public, ils correspondent à l’aboutissement d’une recherche personnelle, au désir profond d’un auteur de proposer quelque chose qui lui semble essentiel. Le premier film, il parle de soi, souvent ou même tout le temps. Il n’est peut-être pas passionnant mais il permet à son auteur de se regarder dans un miroir d’une manière bien différente. Il permet de se connaître en fait. On y injecte des choses très personnelles, sans même en avoir conscience. Je pense que pour pouvoir parler aux autres, communiquer avec le langage cinématographique des idées, une vision du monde qui soit cohérente et pertinente, il faut d’abord s’être confronté à soi-même au travers d’un premier film. Alors que faire ? Nos études nous poussent à murir les projets, à les perfectionner, à leur donner un sens le plus universel possible. Tant pis, c’est un premier film, il doit exister en l’état, être tourné vite, être vite post-produit, que son auteur leur regarde, en soit fier pour que deux mois plus tard, il le déteste et le range dans un maudit carton. Quand je regarde Germain et que je vois les peurs de Tristan, j’ai envie de lui dire : « Mets tout ton cœur dans Germain, ça ne dira rien à personne mais à toi si. Fais-le, vite, c’est essentiel »

Jonathan Rochier

Au bout du couloir

10380460_10203306812383741_2423447891731995630_o

Consigne: C’est le bazar dans tête… (ou pas)

Depuis que nous avons commencé les travaux de recherche autour de notre film, j’ai toujours eu l’impression d’errer dans des nuées aussi épaisses et envoûtantes que celles des fumigènes d’Apocalypse Now. Loin s’en faut pour que l’horizon soit bien dégagé mais quoi qu’il en soit, un chemin prend forme et les premières pierres d’un édifice solide semblent posées. J’hésitais jusqu’alors entre l’approche psychanalytique, philosophique ou encore anthropologique. Suite à nos échanges avec Franck Cormerais, mon directeur de recherche, je suis à présent convaincu de traiter mon sujet principalement avec un angle psychanalytique.

Alors que reste-t-il à faire ? Lire, lire et lire pour le moment. Yung, Freud, Nietzsche, Girard et bien d’autres. Un programme alléchant. Quoi qu’il en soit,  ce travail m’intéresse et ce n’est pas à contre cœur que des post-it de toutes les couleurs commencent à s’accumuler autour de mon bureau et de mon ordinateur. Peu à peu, mon plan s’affinera et je pourrai envisager plus sereinement de créer du contenu. Mais c’est encore trop tôt. Des bonnes résolutions ? Que ce travail demeure un plaisir.

 

Jonathan R.

Déni infantile

P1000011

La vie en négatif de Germain n’est pas le premier texte que je lis de Tristan. Celui-ci est probablement le plus abouti mais de chacun se dégage une atmosphère singulière et des thèmes gravitent autour des personnages qu’il créé. Souvent, ceux-ci sont emprisonnés d’eux-mêmes, d’un maladie mentale ou d’une personnalité qui les freine.

Lorsque j’ai lu ce scénario, je me suis demandé quel était son sujet, je n’arrivais pas à poser des mots dessus. Cependant, connaissant la personnalité de Tristan et certaines de ses autres créations, je pressentais que les évènements qui arrivent dans la vie de Germain n’étaient pas dénués de sens et que leur enchaînement créait quelque chose de signifiant. Je pense que Tristan a essayé d’extraire de lui-même des craintes qu’il ressent et les a injectés en Germain. Je vois en ce personnage la matérialisation d’un problème de société qui touche notre génération. Une sorte de distorsion du réel qui se substitue peu à peu à notre vie et l’influence au quotidien. L’impossibilité d’avoir des interactions sociales poussées. Le fantasme qui prend le dessus sur le possible. Confronté au monde, Germain refuse d’ouvrir les yeux et de grandir. Tantôt par lâcheté ou par naïveté il s’enfonce dans un déni qui le tuera. Par ce qu’être adulte c’est anticiper, c’est regarder le futur et ça, Germain n’en veut pas. Seuls ses petits plaisirs comptent, ses bonbons à l’anis et les photos de Madeleine, sa passion, l’image de sa mère, le fantôme de l’amour qui aurait pu le pousser vers l’âge adulte.

Jonathan