Tous les articles par jeannevidalgiraud

Le dernier celluloïd

celluloids-du-roi-et-loiseau-de-paul-grimault-don-du-bfi
Cc Jeanne Vidal-Giraud (15/02/16)

Consigne : « Clap de fin »

Difficile de mettre un point final à un travail qui aura pris deux ans. Deux années entre périodes creuses, caractérisées par l’angoisse de la page blanche, la redondance, le manque d’inspiration, et périodes pleines, marquées par une effusion d’idées, un trop-plein d’informations. Des idées, de nouvelles pistes qu’il m’a fallu explorer, pour parfois revenir sur mes pas, me tromper et recommencer. Même quand la peur et le doute s’immiscent, il faut tenter de trouver le bon chemin. L’aboutissement d’une problématique menant à un enchaînement logique, organisé en plusieurs parties. Et surtout, lire encore et toujours. Enregistrer les informations, les trier et les sélectionner de manière judicieuse et rigoureuse. Et enfin, la rédaction. Penser au lecteur, faire des phrases simples et efficaces, respecter la mise en forme, les alinéas et la présentation. Il s’agit de rendre sa pensée intelligible et agréable à lire.

Deux semaines avant le rendu, les modifications de dernières minutes sont en cours. Il est pourtant si difficile d’avoir un regard objectif sur ce travail de recherche, même achevé. Après avoir passé deux ans à travailler sur un film, et les derniers mois à peaufiner un texte, à le retourner dans tous les sens, à effacer, copier, coller, etc., comment juger son travail avec si peu de recul ? C’est le moment de confier cette tâche au jury, et d’attendre le verdict…

Jeanne Vidal-Giraud

Au pied du mur

billet
(cc) 20/12/15 Jeanne Vidal-Giraud

Consigne : « Mon mémoire, un montage narratif ».

Retours en arrière et flash-back sont devenus monnaie courante dans l’élaboration de mon mémoire. L’intrigue, qui doit se terminer par le rendu de celui-ci, emprunte une voie incertaine dans laquelle se dessinent mille chemins de traverse. Contrairement à l’oiseau dans le film ayant bâti son nid en hauteur et profitant d’une vue d’ensemble sur la situation, je peine encore à monter les interminables marches du palais royal de Tachycardie sans passer par l’ascenseur. Mes différentes lectures remettent en question et redéfinissent mon plan, m’obligeant sans cesse à revenir sur mes pas pour assurer mes arrières.

Tenter de ne pas s’enfermer dans une idée, élargir notre champ de possibilités et prendre de la hauteur. Il ne s’agit plus de voir comment fonctionne le film. Il faut savoir ce qu’il dit et apporter un point de vue détaillé et justifié sur ce discours. Dégager des pistes, des idées, les agencer de manière logique dans un plan et défendre chacune d’elle. Au fil de mes lectures, un phénomène nouveau se produit, mes idées se relient entre elles, j’aperçois des connexions que je n’avais encore jamais faites. La définition des termes de mon mémoire me permet de voir les liens, les enchaînements logiques et narratifs entre ces derniers. Les idées principales de ma recherche s’agencent dans le but de répondre à mes interrogations. Je gravis les étages lentement mais sûrement, prenant de plus en plus de hauteur par rapport à mon sujet et discernant de mieux en mieux les tenants et les aboutissants.

Jeanne Vidal-Giraud

L’ombre d’un doute

jeux-dombre
(cc) Jeanne Vidal-Giraud 02/11/15

Le désir de rejoindre le projet d’animation à peut être inconsciemment quelque chose à voir avec le choix de mon sujet de mémoire sur Le roi et l’oiseau. En tout cas, il relève d’une prise de conscience récente sur les qualités de l’animation et la variété de ses formes. En effet, de nombreux exemples me viennent en tête : Valse avec Bachir et Le congrès de Ari Folman, Persepolis de Marjane Satrapi, Les noces funèbres, L’étrange noël de monsieur Jack, autant de films animés prenant des libertés que la prise de vue réelle ne permet pas. Je rejoint donc Vent contraires, projet d’animation sur fond de Don Quichotte, où comment l’imagination de deux enfants peut transformer un objet banal en quelque chose de merveilleux.

Le défi de ce teaser est de définir un style bien particulier qui va retenir l’attention du spectateur et donner renvie d’en savoir plus sur cette histoire pourtant simple. L’idée du jeu sur les matières à été évoquée, surtout quand on en vient à réfléchir à la conception de  l’arbre. Comment faire pour rendre ce dernier  tour à tour inquiétant, puis merveilleux? Lors de notre dernière entrevue, le travail de Michel Ocelot dans Princes et princesses a été mentionné. C’est une idée qui est restée dans un coin de ma tête jusqu’à ce que je tombe sur une oeuvre de Dan Ohlmann, au musée du cinéma et de la miniature de Lyon. La simplicité même, tout de carton noir et de lumière, un quartier reconstitué, on y voit les passants à pied ou à vélo, les gens à leurs fenêtre. Ces personnages donnent l’impression qu’ils vont s’animer dès que l’on tournera le dos à la vitrine dans laquelle ils sont exposés.

Jeanne Vidal-Giraud

 

 

 

 

L’oiseau et moi

photo billet
(cc) Jeanne Vidal-Giraud (26/10/2015)

Consigne : « Mes personnages & moi »

Le roi et l’oiseau est un dessin animé qui m’accompagne depuis mes 4 ans. J’ai  passé des périodes plus ou moins longues sans le voir, mais ce film a toujours croisé ma route de façon régulière, jusqu’à devenir mon sujet de mémoire. Quand j’ai commencé à réfléchir aux personnages créés par Paul Grimault et Jacques Prévert et à ma relation avec eux, je me suis dit que ce qui caractérisait cette relation, c’est que ceux-ci m’accompagnaient depuis ma plus tendre enfance. Que je sois triste, heureuse, que je m’ennuie ou que je sois en colère, Le roi et l’oiseau étaient toujours là.

J’ai 6 ans. L’oiseau c’est mon grand frère, le roi c’est notre nounou tyrannique, les lions ce sont mes cousins. J’ai 12 ans. Le roi je l’ai retrouvé dans les professeurs que j’ai détesté, l’oiseau dans le cancre de la classe, la bergère et le ramoneur c’est les premiers amours de cours de récré. J’ai 16 ans. La bergère? Dois-je vraiment m’identifier à la bergère? C’est ça la vie? Choisir entre le roi et le ramoneur? Entre le méchant et le bon garçon? A l’époque c’était ça pour moi. Quand j’ai eu 18 ans et que j’ai obtenu le droit de vote, j’ai vu le roi partout, et l’oiseau aussi. J’ai compris ce qu’on appelle le « charisme », j’ai compris que les discours et les promesses pouvaient conquérir les foules. Maintenant que je les retrouve à 21 ans, je les trouve toujours aussi beaux. Et finalement, je ne sais toujours pas si je dois croire l’oiseau aveuglément, si l’automate va nous sauver, ou même si je dois choisir le roi ou le ramoneur. Une chose est sûre, il m’accompagneront encore longtemps, et je ne cesserai de les redécouvrir.

Jeanne Vidal-Giraud