Tous les articles par Fanny G.

Sciences Infuses, version 2.0 ou 0.1 ?

dernierbillet

Aujourd’hui Sciences Infuses en est à sa cinquième version. Le dossier s’est précisé et affiné tant sur le fond que sur la forme. Julien, notre “caution scientifique” du projet, nous a livré une première ébauche qui nous servira pour l’écriture de notre pilote : un article complet sur l’encodage de données dans l’ADN… tout en anglais ! En effet, l’anglais est la langue première utilisée pour le travail des chercheurs, et Julien n’échappe pas à cette règle. Par chance, la traduction ne fut pas si compliquée que cela…

Et c’est bien plus qu’une simple explication que l’article se propose de donner. Non seulement il vulgarise tout en respectant les codes des articles scientifiques mais en plus il livre des exemples très ludiques et originaux nous permettant de faire travailler notre imagination et d’ouvrir des perspectives. Grâce à cet article, un premier travail d’écriture a été réalisé. Nous avons dès à présent des pistes plus précises pour nous lancer dans l’écriture de notre pilote et pour accompagner notre futur scénariste.

Fanny G.

“Étrange ? Vous avez dit étrange ?”

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Capture d’écran 2015-01-18 à 22.04.19
Mulholland Drive, 2001

Étrange… D’abord dans sa conception : un pilote refusé par ABC qui est passé aux salles obscures avec l’aide de productions françaises, devenant ainsi un film culte. Cela fait de M.D un objet atypique avec des conditions de production hollywoodiennes tout en s’inscrivant dans le film d’auteur européen. Étrange ensuite, d’un point de vue narratif : ces personnages qui disparaissent aussi vite qu’ils sont apparus, ces questions qui resteront sans réponses, ces fausses pistes, ces obsessions : les téléphones, les rideaux, les lampes, la boîte bleue… Et ces visages ? Ces visages auxquels le réalisateur nous a attachés pendant plus d’une heure et demie. Quoi de plus étrange et inquiétant que de ne plus reconnaître ce que nous pensions connaître ?

Étrange… C’est le premier mot qui m’est venu à l’esprit après avoir visionné pour la première fois M.D. car j’avais l’impression de ne pas le comprendre, que quelque chose m’échappait. Mais peu importe, l’émotion était bien présente. J’ai d’abord tenté d’expliquer le film, en essayant de détacher le rêve de la réalité. Puis, je me suis rendue compte que la clé n’était sûrement pas de trouver une explication rationnelle. Ce qui reste au final se trouve au niveau des sensations et émotions : celles des protagonistes et des spectateurs. Ce sujet me permet de faire le pont entre les différents points dont je veux parler, de faire le tri et également de prolonger une partie de mon travail sur la psychanalyse, débuté l’an dernier.

 Fanny Galou

Sciences infuses, cerveaux bouillonnants

Doutes et confusions. Sciences Infuses à réussi à nous embrumer l’esprit ces derniers temps. Alors que je pensais que le concept était bien infusé par toute l’équipe et moi-même, je me suis rendue compte que ce n’était peut-être pas si évident. Via quel médium notre projet verrait il le jour ? Un projet web comme ou alors un concept télé à part entière ? Nous nous sommes confondues et perdues entre le potentiellement réalisable et l’idéal. Après maintes discussions, nos cerveaux en ébullition se sont apaisés et nous sommes reparties la base: un projet entièrement web.

Maintenant il s’agit de constituer notre dossier et d’affiner le plus possible notre concept. Pour cela nous menons un travail presque journalistique en écumant les articles et les statistiques. Nous devons parfaitement définir notre cible: qui est elle et quelles sont ses habitudes envers les médias et notre sujet ? Quel rapport les français entretiennent-ils avec la science ?

scinfusesbillet
(cc) Fanny Galou (28/11/2014)

Et j’ai vu la lumière…

Mulholland Drive (2001)

Mulholland Drive mais t’es folle ! On comprend rien à ce film !” Certes, et aujourd’hui j’ai compris qu’il ne fallait pas essayer de comprendre ! On ne rationalise pas l’irrationnel. Trop de pistes, trop de sujets: le rêve, l’inconscient, le désir, l’amour, la violence et j’en passe. Ensuite, sur quel mode les traiter ? La philosophie, la psychanalyse, entre d’autres mots: du chinois pour moi. Sans parler de la quantité pharaonique d’informations et de lectures concernant Monsieur Lynch. Et en plus de tout cela, on nous demande d’être original !?

Après avoir essayé pendant un an de mettre des cubes dans des cercles, je pense enfin avoir trouvé une piste ! Et cette piste me plaît, rien de plus motivant que de traiter d’un sujet auquel on s’intéresse vraiment. Pour couronner le tout, la piste en question, n’a pas l’air d’avoir été tant empruntée que ça par les précédents éclaireurs lynchiens. Maintenant que j’ai ouvert une brèche, il ne me reste plus qu’à m’y engouffrer et débroussailler encore plus le chemin. En plus clair: délimiter le champ de mes recherches, définir les termes et concepts que je compte utiliser, puis affiner mes lectures. Bref, en un mot: rassurée.

Fanny G.

” Vous dites que Pluton n’est plus une planète !?”

aWeirdScienceBig
Weird Science, 1985

Le jour où j’ai appris que notre système solaire n’était pas composé d’uniquement neuf planètes mais de milliers ou encore qu’il n’y avait pas qu’une seule galaxie dans notre univers mais un nombre indéfinissable, c’est comme si tous mes repères s’écroulaient ! Mauvaise en sciences mais grande amatrice de SF, mon imaginaire a été nourri par toute cette vague de séries des années 90 comme X-Files,  Au delà du Réel ou plus récemment la série suédoise Real Humans et ses humanoïdes plus vrais que nature. Seulement, je suis toujours fascinée de découvrir que ce qui semblait relever de l’imagination et du fantasme tend à se rapprocher de plus en plus de la réalité grâce aux nouvelles avancées physiques, technologiques, biologiques et j’en passe. Ces découvertes bousculent notre conception de la réalité et nous pousse à nous remettre constamment en question. Pourtant si importante, la science effraie plus qu’elle n’attire et reste difficilement accessible à tous.

Parler de la science autrement me semble indispensable pour la rendre plus accessible et ainsi capter le public de jeunes adultes que nous visons. Il s’agit de susciter de la curiosité et d’élargir le champ des possibles afin d’aiguiser le sens critique indispensable à tous les citoyens. La vulgarisation scientifique fait souvent débat du fait qu’elle ne soit pas assez rigoureuse. Cependant je suis persuadée que c’est par la vulgarisation que la réconciliation avec les sciences aura lieu. Mais vulgarisation ne rime pas avec imprécision. De ce fait, j’ai contacté un jeune docteur physicien qui s’est montré très intéressé par le projet et qui accepte volontiers de se porter comme garant de l’exactitude des informations.

Une fois le conducteur établit nous avons sélectionné le thème du pilote : la téléportation quantique. Les prochaines étapes de notre travail seront de définir ce qu’est la culture scientifique et technique et quel sera notre positionnement vis-à-vis de celle-ci.  Les idées nous n’en manquons pas, il s’agit à présent de tout formaliser, travailler la note d’intention et préciser le concept. Reste le principal problème qui est l’écriture précise du pilote. Après avoir trouvé celui qui garantit le sérieux des informations, il s’agit de trouver la personne qui sache apporter de l’humour à notre projet. Une première piste se dessine après avoir pris contact auprès d’une jeune journaliste, elle-même passionnée par les sciences et la vulgarisation. Affaire à suivre…

Fanny G.