Tous les articles par Emilie.D

L’art de la transmission

Anouk est une artiste. Elle s’intéresse à l’art et notamment à la création depuis son plus jeune âge. Baignée dans une atmosphère culturelle et artistique toute son adolescence, c’est naturellement qu’elle se lance dans l’accomplissement d’un master qui lui permettra de se positionner en tant qu’artiste plasticienne dans le milieu.
Mais ce que veut Anouk, ce n’est pas seulement assouvir son propre désir de création mais le partager avant tout. Ici se dessine alors la ligne directrice de notre projet. A mes yeux, l’important sera de souligner le périmètre de ce cercle qui entremêlera « envie de transmettre » d’une part et « besoin de recevoir » de l’autre.

Cette idée, motrice selon moi, fût confirmée dès notre première rencontre avec Anouk. « L’art est un langage ». Voilà ce qu’elle nous a dit. Anouk enseigne à des enfants de tout âge à l’école Internationale de Bordeaux. Evoluant jour après jour avec des élèves venant de tous les continents, elle nous explique que le point central des classes gravite autour de cette notion de partage et d’échange constant. Ce dernier, qui est le moteur de l’enseignement, se traduit tout d’abord par le langage artistique mais également par l’enthousiasme que présentent tous les intervenants en adaptant la langue parlée en fonction du pays d’origine de leur interlocuteur. L’idée qui émerge de cette observation repose sur le fait que malgré leurs différences, les artistes en herbe parviennent à se comprendre pour produire ensemble.Le message que véhiculera le documentaire est alors clair : l’envie de transmettre trouve motivation dans l’envie de recevoir.

E. Donès

La lutte des sentiments

 Consigne: Mon film, entre amour et haine.

« Hunger », film réalisé par Steve McQueen sorti en 2008. A sa sortie en salle, j’étais alors âgée de 18 ans. Je ne me souviens pas clairement du sentiment que j’ai éprouvé lorsque les images ont percuté mes yeux, mon corps, mon esprit plongés dans la noirceur de la salle de cinéma. Ce qui a pourtant marqué ma mémoire est le mal-être ressenti à mon retour à la « réalité » après ces une heure et quarante minutes intenses. Choquée, par la dureté des coups et par la violence indescriptible, attristée, par la lutte de cet homme conscient de son auto-condamnation et chamboulée par cette histoire relatant des faits historiques. Voilà l’état d’esprit dans lequel je me trouvais malgré moi. Cependant, je ne peux nier l’entière admiration ressentie à ce moment là envers ce réalisateur qui m’a transporté pendant près de deux heures, me faisant oublier le monde extérieur tant je me suis sentie envoutée par les images saisissantes et d’une beauté rare. Au moment de faire un choix en septembre, je n’ai pas réfléchi longtemps.

L’aspect le plus compliqué de mon travail de recherche fût de regarder le film de la manière la plus neutre possible. En effet, lors du premier visionnage il a fallu que je me concentre sur chaque détail afin de trouver rapidement une problématique. Je me suis rendue compte dès les premières minutes que malgré toute ma volonté, il me serait impossible de me détacher totalement de mes sentiments tant le film me transportait. Toutefois, une image a changé la donne. Bobby Sands, personnage principal du film, transporté après un passage à tabac, dessine par son corps meurtri une croix. Dès lors, des détails auxquels je n’avais pas prêté attention, m’apparaissent comme une révélation. Ma problématique est trouvée.
Cette image porteuse de sens a été le déclic me permettant de passer outre mes sentiments et de me positionner en amont de ce film qui auparavant m’écrasait par sa puissance. Commence ici un travail de longue haleine qui va absorber toute ma concentration et me permettre d’aborder le film d’une manière différente tout en y prenant autant de plaisir.

Emilie Donès