Tous les articles par Emilie.D

Nouveau départ

Avant d’entamer la rédaction de ce dernier billet qui se veut récapitulatif, j’ai relu le billet précédent. J’annonce très clairement dans ce dernier l’avancée de notre projet et les actions à suivre. Après notre rencontre avec Anouk, nous étions sûrs de nous : la mise en route du projet était amorcée positivement. Nous avons donc tenté de rencontrer le directeur de l’école afin de présenter nos intentions et d’obtenir l’autorisation de tourner. Quelques semaines d’attentes et toujours rien. «Ça viendra, nous disions nous». Finalement, nous n’avons jamais obtenu de réponse.
Face au silence d’Anouk, notre seul contact avec l’école, nous nous sommes rendus à l’évidence : il fallait abandonner l’idée de tourner en ces lieux.

Très déçus, nous pensions que notre idée tombait totalement à l’eau. Ce n’est qu’après quelques semaines de discussion que nous avons décidé de donner à notre projet une nouvelle direction. Nous avons assisté à un atelier artistique à la maison de quartier « Union Saint-Bruno ». Le thème était le même mais la manière divergeait totalement de notre idée première. Nos recherches se sont alors dirigées vers une association accueillant les jeunes issus de quartiers défavorisés en leur proposant diverses activités. La notion de culture s’entremêle à la transmission d’une discipline et nous tenterons de tourner nos premières images prochainement. Finalement, le premier échec nous a permis de nous orienter vers un sujet qui nous touche et nous intéresse. Comme quoi parfois, d’une déception peut naître une idée.

Emilie D.

Quelle avancée…

Consigne: « Mon travail de recherche, alors… heureux? »

En proposant mon Travail Préparatoire à la Recherche fraichement rédigé l’année dernière, j’étais sûre du travail que j’avais fourni. Selon moi, les idées étaient bien exposées et répondaient entièrement à la problématique posée. Alors, quand en septembre on m’a demandé de trouver les failles de ma rédaction et de cibler les nouvelles idées à développer ma réponse fut brève: « J’ai déjà tout dit ». 
Les intervenants m’ont alors aiguillé en me disant que j’allais forcément trouver des propositions nouvelles mais que cela demandait du temps et une certaine organisation. Totalement cloisonnée par les barrières imposées par le TPR, j’ai commencé à paniquer pensant que je ne trouverais jamais une manière de creuser le sujet.

Et bien non, je n’avais pas tout dit. En relisant attentivement l’ensemble de mon travail, de nombreuses parties me sont apparues comme obsolètes. La rédaction alors épurée, une nouvelle problématique s’est dessinée. Repartir sur une problématique ciblée et claire m’a permis d’avancer chronologiquement et de créer un cheminement rédactionnel qui fait sens. 
J’ai alors compris grâce à la rédaction de ce mémoire que l’organisation était le maître mot de tout travail de recherche. En partant d’une idée claire, les sous-parties et paragraphes s’enchainent de manière naturelle et le travail qui en découle est simplifié. J’ai alors découvert une nouvelle manière de travailler basée sur l’organisation qui me sera utile tout au long de mon parcours professionnel.

Emilie D.

Le corps messager

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Lorsque l’on visionne un film, notre capacité à regarder est directement sollicitée. En effet, les images avec lesquelles nous établissons le premier contact nous disent beaucoup. Steve McQueen, réalisateur de trois longs-métrages extrêmement axés sur le champ du visuel l’a bien compris. Plasticien de renommée, il répercute ses travaux précédents, basés sur la représentation du corps, sur l’ensemble de sa filmographie. En établissant un rapport direct entre narration et esthétisme, il parvient à faire converger son personnage principal et des notions bibliques. Ma problématique se dessine alors : Peut-on dire qu’en établissant un lien entre Bobby Sands et la figure christique, Steve McQueen traite de la souffrance des corps?

Lorsque je me suis lancée dans mon travail d’analyse, j’ai d’abord visionné les  travaux précédents de l’auteur. J’ai tout de suite remarqué que le réalisateur axait ses œuvres sur le corps humain et sur son traitement. En me plongeant  particulièrement sur l’étude de  Hunger, j’ai constaté que ma théorie s’avérait juste et que le corps représentait l’un des aspects majeurs du film. C’est à ce moment précis qu’une question s’est imposée à moi : en travaillant ce corps meurtri, quel message le réalisateur souhaite-il nous faire passer ? En étudiant de manière plus globale le film, j’ai compris qu’un parallèle était établi entre le personnage principal et Jésus Christ. Dès lors, j’ai commencé l’analyse des images représentant le corps en tentant de déceler tous les indices renvoyant au Christ.

Emilie D.

Démarrage forcé

FLOU

Après la rédaction du premier billet visant à expliciter ce que l’on attendait réellement de ce projet documentaire, nous nous sommes tous réunis afin de discuter. Nous nous sommes alors très vite rendus compte que nos attentes pointaient la même direction. Le but sera de souligner cette relation professeur/élèves de la manière la plus juste en se focalisant sur l’art. Par ailleurs, la notion de multiculturalisme présente dans l’école internationale nous semble être l’un des points importants de notre récit. En effet, à une époque où l’on ne cesse d’interagir avec nos compatriotes européens et mondiaux, il serait intéressant de présenter le fait que dans une classe regroupant des élèves venus des quatre coins du monde, il est possible de mener un projet à bien, ensemble, en mêlant les cultures et les origines de chacun.

Afin de rencontrer les élèves, nous avons rédigé une lettre de demande de rendez-vous à l’attention du directeur de l’école. Première difficulté : il ne nous a pas répondu. Nous allons donc cette semaine tenter de le relancer. Ne pouvant pas commencer la rédaction d’un scénario sans cette rencontre primordiale, nous avons décidé de nous focaliser sur le dossier artistique. Mes camarades et moi sommes en train de travailler sur notre note d’intention et sur la note de traitement. Bien qu’étant tous d’accord sur la manière de réaliser le projet, il est quelque fois compliqué de travailler à 4, notamment sur les choses formelles comme celles-ci, chacun ayant sa propre façon de s’exprimer. Nous travaillons également sur la mise au point d’un scénario provisoire visant à nous orienter quant à la phase d’écriture. Toutes ces étapes nous aident jusqu’à présent à visualiser de façon claire l’ensemble du projet et également à nous préparer à la rencontre avec, dans un premier temps, le directeur, puis ensuite avec les élèves.

Emilie.D

Esprit embué

hunger f3

En écrivant la dernière ligne de mon Travail Préparatoire à la Recherche l’année dernière, j’étais sure de moi : tous les points concernant ma problématique étaient traités. Mon plan était fixe, organisé de manière cohérente et répondait à la problématique. Cependant, au moment de me replonger pleinement sur mon travail dans le but d’écrire mon mémoire final, tout s’est embrouillé. Comment pourrais-je compléter mon analyse ? De quelle manière m’y prendre ? Devrais-je changer ma problématique et repartir à zéro ? Ou devrais-je ponctuer celle-ci de mes dernières recherches en organisant un tout nouveau plan ? Tant de questions qui m’ont plongé dans le flou, embuant et enfumant mon esprit de manière à me perdre dans une mare d’informations.

Avant de céder à la panique, j’ai tenté d’appréhender cette nouvelle étape de façon calme et raisonnée. Après une longue discussion avec mon directeur de mémoire, j’ai compris qu’il était possible d’apporter à mon TPR les informations nécessaires afin de le transformer en mémoire. Il suffisait alors de structurer ce dernier et de venir glisser les éléments nouveaux de manière à le rendre complet et intelligible. En commençant les recherches premières, le dessin d’un nouveau plan a commencé à se dessiner dans ma tête. Il permettait alors, selon moi, de mêler les éléments déjà présents dans ma rédaction aux nouveaux aspects qui finalement correspondent également à la ligne directrice de ma problématique. Maintenant, reste à creuser et rédiger…

E.Donès