Tous les articles par elodiechalumeau

Un projet qui en restera un

Sciences Infuses partait d’une belle idée : l’envie de vulgariser la science, de l’aborder avec humour tout en conservant le sérieux des propos. Nous en avons beaucoup discuté, et même débattu pourrait-on dire. Le projet a considérablement évolué en quelques mois. Nous avons matérialisé l’idée de départ à travers un dossier construit et détaillé. La réalisation de ce document nous a permis de nous renseigner sur ce qui existait déjà en terme d’émissions scientifiques, de cibler le public correspondant à notre idée et d’imaginer très précisément quel serait l’univers de la série. Cela nous a également donné l’opportunité de prendre contact avec un chercheur qui aurait pu devenir notre caution scientifique pour ce travail.

Malheureusement, ce projet ne se réalisera probablement pas. Du moins, il ne sera pas réalisé dans le cadre actuel (universitaire), ni avec l’équipe actuelle. Nous sommes en effet sur le point d’achever notre année scolaire ainsi que notre formation, sans avoir eu le temps de  concrétiser le projet. Sciences infuses restera donc de belles idées couchées sur du papier, dossier classé sur un disque dur. C’est un peu décevant pour nous de n’avoir pas pu mener ce projet jusqu’à son aboutissement. Mais peut-être que Fanny, la porteuse principale du projet, décidera plus tard, avec des moyens plus important qu’aujourd’hui, de ressortir le projet du tiroir et de passer à l’action. Car après tout, c’est avec des projets d’étudiants que l’on peut parfois lancer une belle carrière.

Elodie Chalumeau

Quand problématique rime avec tragique, comme solution à la rébellion

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

Rébellion et tragédie dans Elvira Madigan de Bo Widerberg, voilà l’objet d’étude de mon mémoire. Je pense que la rébellion est essentielle dans ce film. En effet, elle englobe à la fois les actions des personnages et celles du réalisateur, l’histoire et le contexte, le bon et le mauvais côté des choses. Elle est donc au cœur de toute ma réflexion. La tragédie, quant à elle, m’intéresse parce qu’elle est le meilleur qualificatif de la rébellion du film. De plus, elle apporte avec elle une ouverture de la réflexion aux outils d’un art extérieur au cinéma: le théâtre. Elle implique également une manière particulière de faire passer un message fort à un public que le réalisateur désire voir actif.

Je vais donc tenter de déterminer quelles sont les implications de la cohabitation entre rébellion et tragédie dans le film Elvira Madigan de Bo Widerberg.  La rébellion est là depuis le début de mon travail sur ce film, parce qu’elle me semblait comme une évidence avant tout le reste. Son association avec la tragédie n’est que plus récente dans mon esprit. Mais c’était une évidence pour d’autres personnes que j’ai consultées pour ne pas m’enfermer dans des idées stériles ; une évidence parmi d’autres, comme l’amour ou la beauté. Mais après voir fait le tri, il se trouve que c’est celle qui, je pense, permettra d’aboutir à un travail novateur et fertile.

Elodie Chalumeau

Les joies du travail d’équipe

Des idées on en a, pas de soucis. Le problème arrive quand il s’agit de les ordonner, de les creuser. Qu’est-ce qu’on doit faire ? Qu’est-ce qui nous manque ? Qui fait quoi ? Quand est-ce qu’on se réunit ? Nous ne sommes pas toujours tout à fait d’accord sur certains points et la discussion occupe le temps de cours attribué qu’il nous reste. Et puis nous passons à autre chose, l’heure du repas, un autre cours, nos activités extra-scolaires, etc. Et nous oublions le projet pour un temps. Chacune y repense chez elle à un moment et travaille sur la partie qui lui avait été attitrée.

Un autre jour, l’une de nous relance l’idée de faire une réunion, car nous l’avions un peu trop laissé de côté et l’échéance arrive. La date de rendu ! Elle nous paraissait si lointaine le premier jour, et voilà quelle est là, tout près, et rien n’est bouclé. Il va falloir re-répartir les choses, en parler rapidement et écrire. Parce que les bribes d’informations dans tous les sens c’est bien, mais un dossier ça s’écrit, et ça se relit. Autant dire qu’une fois de plus, malgré toute la bonne volonté déployée au début, c’est un dossier achevé seulement la veille qui sera rendu. Car malheureusement, la pression semble encore être la seule capable de booster un groupe d’étudiant.

Elodie Chalumeau

Alors, c’est quoi le plan ?

Consigne: C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

Alors c’est quoi le plan ?

Dans ma tête il y a des idées, des envies, des informations, mais rien de très clair encore. Une seule certitude s’impose : mon film parle d’amour. Mais je ne souhaite pas m’arrêter à ça. Depuis plus d’un an maintenant, je cherche le bon angle à adopter, celui grâce auquel je pourrais attaquer cet amour, lui donner du sens, un sens que même ceux qui n’ont pas envie d’entendre « parler d’amour » pourront trouver intéressant. En cherchant cet angle d’analyse, j’ai croisé beaucoup de propositions : la beauté, le lyrisme, l’amour fou, le road-movie, la société, etc… Et chacune de ces idées était accompagnée d’une foule d’arguments, de citations, d’éléments significatifs dans mon film. Et puis, finalement, je crois que j’ai enfin trouvé ce que je cherchais : je vais analyser mon film pour démontrer que l’amour fou au cinéma peut-être utilisé comme un genre de la rébellion.

Bonne nouvelle : mon sujet est posé. Reste maintenant à trouver la bonne méthode pour l’exploiter. Le premier outil qui va me sauver sera un plan. Un plan intelligent, bien détaillé avec des grands thèmes, des résumés de mes parties, mais aussi des mots-clés. Et pour construire ce plan, je vais reprendre toutes les idées que j’ai trouvées préalablement au cours de mes recherches, tenter de juger si elles sont pertinentes ou pas, et ensuite les classer dans le plan, là où elles seront utiles à ma démonstration (en devenant ainsi les fameux mots-clés). Et quand tout cela sera bien rangé, viendra le temps de réfléchir pour en faire de belles phrases.

(cc) Elodie Chalumeau (11/11/2014)
(cc) Elodie Chalumeau (11/11/2014)

Elodie Chalumeau

Le commencement

Notre projet, initié par Fanny, est de créer une émission de vulgarisation scientifique qui apporte à la fois des informations réelles d’actualité et du divertissement. La première étape du travail est divisée en deux parties. D’une part, il faut se renseigner sur ce qui existe déjà en la matière, pour pouvoir à la fois s’en inspirer et surtout ne pas se lancer dans du déjà vu. L’objectif est ici de mettre en place une émission au concept unique et nouveau, pouvant attirer un public bien ciblé dès le début. D’autre part, il est nécessaire de réfléchir au type de sujets que nous souhaitons traiter avant de contacter des personnes susceptibles de nous aider dans la mise en place du projet. En effet, choisir de traiter de culture scientifique demande une certaine rigueur dans le traitement des sujets présentés et surtout des références provenant d’une personne travaillant directement dans le secteur concerné.

 Commencement de la science

Pour ma part, je me suis occupée de faire un inventaire des émissions de télévision à caractère scientifique existant ou ayant existé enFrance. Grâce à internet, j’ai pu trouver des images d’archives de magazines télévisuels ou de documentaires qui ne passent plus à l’antenne aujourd’hui et même depuis longtemps pour certaines. Pour chaque émission trouvée, j’ai cherché à savoir quel est, ou était, son concept principal, son format et ses conditions de diffusion. Ce rassemblement d’informations permet d’avoir une idée globale de l’état du secteur de la culture scientifique à la télévision et nous aidera sûrement dans la prochaine étape de notre projet : la prise de décision concernant la structure et la forme à donner à l’émission.

Elodie Chalumeau