Tous les articles par delphinedelumeau

This is the end

L’aventure « Vents contraires » est terminée ! Grâce aux dernières séances nous avons pu enfin mettre en forme quelques plans tests de notre court métrage d’animation. Nous avons pu nous rendre compte que le stop motion est une technique de précision qui demande beaucoup de temps et de patience. C’est également un travail d’équipe exigeant une bonne communication entre tous les techniciens. Malgré les difficultés rencontrées, nous sommes ravies du résultat. Le rendu de ces plans tests sont très différents de ce que nous avions imaginé au départ cependant notre idée initiale a été respectée. Nous avons pu nous adapter à ce que nous étions capable de faire et aux envies de chacune. Cet atelier nous a appris à ne pas se laisser décourager face aux difficultés et aux lacunes.

Le projet n’est pas du tout terminé, il s’agit seulement d’une première approche. Cependant cet atelier projet fût une expérience très enrichissante et formatrice. Pendant ce travail d’équipe nous avons pu prendre conscience des difficultés à établir un projet en partant de 0. Cet exercice nous a permis de nous mettre en condition, nous avons fait face à des problèmes que nous pourrions rencontrer au cours de notre vie professionnelle. La principale difficulté que nous avons rencontrée est celle de la démotivation. D’ailleurs re-motiver l’équipe c’est le rôle du producteur, il se doit de tout faire pour mettre en œuvre le projet dans lequel il a investi beaucoup.

Take me from this road

Consigne : “Clap de fin”

La route fut longue et périlleuse mais le voyage touche à sa fin. Il me reste encore quelques modifications à effectuer mais le travail de rédaction se termine. L’étape ultime de la soutenance approche, j’ai déjà quelques idées de la façon dont je vais aborder cet oral. Je souhaiterais mettre en image le développement de mon mémoire à l’aide d’une vidéo présentant des extraits du film. Je souhaiterais montrer, par les images, que Easy Rider met en scène les croyances portées par la Contre-culture, puis l’essoufflement du mouvement contestataire. Ainsi j’apporterais des éléments supplémentaires à mon mémoire écrit.

Tout d’abord, j’ai commencé à réaliser la vidéo permettant d’illustrer mes propos. Elle présente les plans de Wyatt et Billy sur la route à bord de leurs motos Harley Davidson. Par cette succession de plans sur la route, nous découvrons la trajectoire des deux héros. Car, comme j’ai pu l’expliquer dans mon mémoire, ce n’est pas l’objectif du voyage qui est intéressant dans les road movies, mais la trajectoire effectuée par les héros. Au début du film, nous découvrons les grands espaces sacrés de l’Amérique de l’Ouest. Puis au fil du voyage, les deux bikers traversent une Amérique post-industrielle grisâtre, et les plans serrés encadrent les deux motards. Cette succession d’images sur la route nous permet de montrer l’euphorie du début du voyage, le désir de renverser le système et également la dure réalité qui les rattrape.

Le temps passe…

Lors de la dernière séance de l’atelier projet, nous avons pu découvrir le matériel que nous allons utiliser pour réaliser le teaser de notre film d’animation « Vent Contraire ». La tâche s’annonce plutôt difficile car le temps passe et nous n’avons toujours pas encore nos décors. La baisse de motivation au sein de l’équipe se fait sentir et ces derniers temps nous n’avons pas pris le temps de reparler du projet ensemble. Il faut dire que nous avions un peu sous estimé le travail de préparation. De plus nous avons changé de nombreuses fois les matériaux et couleurs que nous souhaitions utiliser et également la manière dont nous allons tourner. Aucune d’entre nous ne possède véritablement de talents de dessinatrice et de créatrice, il est donc difficile pour nous de mettre en forme l’univers que nous imaginons depuis un peu plus d’un an.

Pour la prochaine séance de l’atelier projet, nous allons retrousser nos manches et essayer tant bien que mal de réaliser des éléments du décor. Ensuite nous allons faire une mise en situation en effectuant quelques tests avec l’appareil photo. Cet exercice nous permettra de réellement visualiser plus précisément le projet dans son ensemble et de se rendre compte des difficultés que nous pouvons rencontrer. Après cette séance il n’y aura, je l’espère, plus de doute sur la façon de procéder. En espérant que cette prochaine séance nous permettre de retrouver la motivation perdue et que nous puissions avancer dans ce projet et à le mettre en place.

Le temps nous est compté

Consigne : “Mon mémoire, un montage narratif”.

La date du rendu de mon mémoire approche. Après avoir modifié de nombreuses fois ma problématique ainsi que mon plan, il est temps de commencer la rédaction. Cette course contre le temps me fait penser à un moment de mon film d’étude. Avant de prendre la route, Wyatt lâche sa montre sur le sol et ce geste a une portée symbolique. En jetant sa montre, Wyatt rompt avec la servitude de la temporalité et renonce ainsi à la civilisation. Ainsi, ce film incarne une vision contestataire puisque les deux amis mènent un périple vers une liberté totale sans aucun attachement matériel, contraire au système capitaliste de la société américaine. Cependant, contrairement à Wyatt et Billy, je dois prendre mes responsabilités de chercheuse et le temps m’est compté.

Avant de rédiger et de développer mes trois parties sur les anti-héros, la violence et la liberté singulière du film, je dois rédiger l’introduction. Tout d’abord, j’ai réfléchi à une accroche pour susciter l’intérêt du lecteur et amener le sujet de la contre-culture. Je souhaiterais débuter mon introduction par les paroles de la bande originale du film « Born to be wild » de Steppenwolf, car elles sont en adéquation avec le thème de la contre-culture. Il faut savoir que Easy Rider est un film raconté en musique, c’est une ode composée par les rockeurs des années 1960. Lorsque les deux protagonistes reprennent la route une chanson débute et les paroles sont en lien avec la narration du film.

Delphine Delumeau

La problématique ce n’est pas automatique

Consigne : “Ma problématique, un casse-tête chinois”.

Depuis que j’ai commencé mon travail de recherche, j’ai pour objectif de traiter du contexte historique du film Easy Rider, c’est-à-dire le mouvement de la contre-culture américaine dans les années soixante. La formulation de ma problématique va me permettre de poser la bonne question à laquelle je vais tâcher de répondre dans mon développement. Ainsi la problématique doit faire ressortir les thèmes principaux que je souhaite traiter dans mon mémoire, c’est-à-dire l’esprit contestataire du film, le mouvement de la contre-culture dans lequel il s’inscrit et enfin l’expression d’une liberté singulière. C’est toute la difficulté d’un travail de rédaction d’un mémoire, la mauvaise formulation d’une problématique peut entraîner un hors-sujet.

Pour le moment l’intitulé de ma problématique est : “Comment Easy Rider, un road-movie contestataire, illustre-t-il le mouvement de la contre-culture américaine dans les années soixante ?” Cependant la plupart du temps, quand je rédige une dissertation, mon développement n’est pas entièrement en cohérence avec ma problématique, je suis donc dans l’obligation de la reformuler lorsque mon travail d’analyse est abouti. Je procède donc de manière inversée. Suis-je comme les personnages principaux de mon film d’étude ? En effet le parcours de Wyatt et Billy est le chemin inversé des pionniers aux États-Unis puisqu’ils partent de la Californie pour se rendre à la Nouvelle-Orléans. Pour en revenir à mon travail de recherche, il est donc possible que l’intitulé de ma problématique, au cours de mon travail de recherche, soit modifié. Nous pouvons donc en conclure qu’une problématique ce n’est vraiment pas automatique !

Delphine Delumeau