Tous les articles par camillenivat

JEUN’S

Jeun's

Difficile de se lancer sur un projet qui n’est pas le nôtre… Très rapidement, il a fallu comprendre en quoi consistait le projet proposé par nos camarades. Une émission de cuisine ? N’étant pas une grande adepte de cette pratique, ni même de ce genre de programme, je ne me suis pas sentie emballée. Ce n’est que par la suite que l’originalité du concept s’est révélée. Un jeune québécois extraverti et loufoque (Arthur ou Sam ?) traverse la France, et vient à la rencontre de dix séniors – tous plus excentrique les uns que les autres – pour découvrir le patrimoine culinaire de diverses régions. Il est certain que la réussite de l’émission dépend entièrement de la personnalité de l’animateur ainsi que de celle des autres intervenants. C’est justement cette rencontre intergénérationnelle décalée qui m’a intéressée. Il faut ajouter qu’après chaque recette, le jeune propose à son hôte de faire une activité qu’il n’a jamais osé faire auparavant. C’est drôle, c’est jeune, c’est dynamique !  Mais comment intégrer toutes ces idées au sein du teaser ?

Un teaser ? Avant même de commencer à réfléchir au scénario, il fallait d’abord définir en quoi consistait un teaser. Etait-ce un complément du dossier de production ? Ou bien une introduction à ce même dossier ? Devions-nous présenter l’émission dans son ensemble ? Ou bien garder quelques points secrets ? Après s’être posé ces différentes questions, nous nous sommes lancées dans l’écriture du scénario. Nous avons jouées la carte de l’humour, en présentant notre héros durant la préparation de son départ. Il remplit son sac d’objets insolites n’ayant rien à voir les uns avec les autres : une épuisette, des rollers, un skate, des casseroles… Puis, il remplit sa voiture de tous ces objets et part sur les routes dans son iconique voiture rétro. Nous nous sommes entendues pour donner un rythme dynamique à notre montage, à l’aide de nombreux inserts, de plans assez courts. Nous en sommes tout de même venues à nous interroger sur la compréhension du concept. Le scénario permet-il vraiment de comprendre que le jeune part à la rencontre de séniors dans le but d’apprendre leurs recettes phares ? Nous ne voulions pas insérer de voix-off trop explicative. Nous avions peur que ça alourdisse le résultat final. Nous avons donc optées pour que le jeune parle face caméra – ça nous semblait plus en adéquation avec notre thème. S’en est suivi un  découpage rapide de la séquence, et le dépouillement du scénario. Mais tout cela n’est que le début du travail ; nous avons encore beaucoup à faire…

Camille Nivat

Million Dollar Maggie

(cc) Camille Nivat 26/10/15
(cc) Camille Nivat 26/10/15

Consigne : “Mes personnages & moi”

Maggie ? Frankie ? Sans oublier Scrap ? Après avoir passé autant de temps à leur côté, il devient difficile de ne privilégier qu’un personnage. A croire que tous, à leur façon, ils me touchent, ils me ressemblent, ils me fascinent. Mais quitte à n’en choisir qu’un, le héros qui m’est le plus cher n’est autre que Maggie. Ses interrogations personnelles sont bien plus proches de celles que j’ai eu à me poser par le passé ou de celles que j’aurai à me poser à l’avenir. J’ai énormément d’admiration pour sa détermination – à tel point que j’en ai fait le sujet de mon mémoire. Maggie sait clairement ce qu’elle veut et se donne les moyens d’atteindre ses objectifs, en balayant d’un revers de main les rejets, les brimades ou bien encore les remarques machistes. De plus, en parallèle de cette volonté à toute épreuve, Maggie reste quelqu’un d’extrêmement humain, sensible, spontané et, d’une certaine façon, fragile. Et c’est par ces aspects que l’identification est possible.

Million dollar Baby joue énormément sur la complémentarité entre force et fragilité. Cette complémentarité apparaît au travers de la relation entre Maggie et Frankie, qui peut se définir de deux manières distinctes. Tout d’abord, le rapport entre entraîneur et boxeur. Dès le début de leur entente sportive, Frankie met les choses au clair. Maggie ne doit pas se plaindre, ni même pleurer. Elle ne doit pas laisser paraître sa faiblesse, mais se démener à chaque instant. De plus, le choix de la boxe n’est pas anodin. En effet, il s’agit d’un sport qui se base sur une violence explicite, très visuelle. Par la suite apparaît le rapport entre père et fille. Frankie va donner une place toute particulière à Maggie – ceci va passer par des marques explicites d’affection et de tendresse. Mais aussi par le terme gaëlique, Mo Cuishle (Ma Chérie, Mon Sang). Maggie, malgré toute sa détermination, reste en manque de repère parental. Son père est décédé alors qu’elle était encore enfant. Sa mère, quant à elle, ne cesse de la critiquer, et désapprouve ouvertement l’amour de Maggie pour la boxe. Selon elle, Maggie devrait se trouver un mari et avoir des enfants. A mes yeux et au vu de cette remarque, cette complémentarité peut être poussée encore plus loin. Jusqu’à une complémentarité entre masculin et féminin…

Camille Nivat