Tous les articles par camillenivat

Clap de fin.

(cc) Camille Nivat 10/03/2016
(cc) Camille Nivat 10/03/2016

Il est amusant de repenser à la genèse de ce teaser. En moins de trois heures, nous avions déjà défini les grandes lignes du projet, sélectionner les éléments primordiaux et nous nous étions mises d’accord sur un premier jet de scénario. De toute évidence, le groupe fonctionnait bien, très bien même. Et ça s’est confirmé dans le reste du processus de création! Pendant que certaines reprenaient certains détails du scénario, d’autres s’attaquaient à l’organisation du tournage. Et toute cette préparation nous a permis de faciliter la captation filmique. Le jour J, les plans se sont enchaînés et ce, malgré les nouvelles idées qui nous obligeaient à improviser. La journée de prise de vue s’est terminée étrangement tôt par rapport à nos prévisions préalables. Nous avons alors pris véritablement conscience de l’importance de l’organisation anticipée d’un tel tournage.

Lors de l’écriture, nous doutions quelque peu – voir fortement –  de notre capacité à matérialiser chacune de nos idées. Nous craignions tout particulièrement l’étape de captation ; nous avions peur d’être déçu lors de la visualisation de nos rushs. Et pourtant, il n’en a rien été. Certes, l’image n’était pas parfaite, la lumière laissait parfois à désirer ; nous avons même remarqué quelques faux-raccords au sein du décor. Mais rien d’insurmontable! Le montage nous permettrait de retoucher, voir faire disparaître les petites imperfections de nos plans. C’est cette dernière étape du processus de création qui s’est révélée être non seulement la plus longue mais aussi la plus difficile. Nous n’ignorions pas l’importance du montage, mais nous n’avions peut-être pas assez appréhendé l’exigence de cette étape. Le teaser final devait faire sens et présenter le plus clairement possible l’émission “Copains comme lardons”. C’est ce à quoi nous aspirions et c’est justement – je pense – ce à quoi nous sommes parvenues !

Camille Nivat

Fin indistincte…

(cc) Camille Nivat (14/02/2016)
(cc) Camille Nivat (14/02/2016)

Consigne : “Clap de fin”

La fin ? Je ne la visualise pas encore très bien… Il est certain que la phase de recherche est bel et bien terminée. Que la rédaction pure de chacun de mes arguments est derrière moi. Pourtant, il me semble avoir encore une montagne de corrections à effectuer. En effet, il faut encore relire – une, deux, trois fois…, reprendre certains points trop vagues ou mal exposés ; en somme retravailler l’ensemble de mon texte. Il est vrai que je vois le bout du tunnel concernant le fond de mon mémoire. En revanche, en ce qui concerne la forme… Il y a encore beaucoup à faire. Vérifier le système “auteur-date” au sein de mon développement, ajouter le timecode de chacune des captures d’écran, et surtout reprendre la bibliographie en se rattachant à la fiche de référencement. Mais ça ne s’arrête pas là. Il me faut insérer mes annexes, après les avoir choisies avec soin. Et il y a toujours ce résumé de mille signes – en français et anglais – qu’il faut que je termine.

Pour avoir une idée claire de ce qui me restait à faire, et parvenir au mieux à réaliser chacune de ces tâches, j’ai fait une liste précise. A partir de celle-ci, j’ai confectionné un calendrier. A chaque jour correspond une ou plusieurs tâche(s). Le lundi, ce sera la bibliographie et les référencements infra-textuels. Mardi, je m’occuperai de retrouver les timecodes de mes images. Et ainsi de suite… Tout est organisé de façon à finir au plus vite le mémoire. Il ne faut pas oublier qu’une fois le point final appliqué, l’impression est encore à prévoir. Et qu’il ne faut pas minimiser le temps que peut prendre cette étape. Nous ne sommes pas à l’abri d’un problème de dernière minute, d’un imprévu…

Camille Nivat

Silence! Ca tourne!

(cc) Camille Nivat (17/01/2016)
(cc) Camille Nivat (17/01/2016)

De nombreuses questions se sont posées lors de l’écriture du scénario du teaser. Comment donner assez d’information pour faire comprendre le concept tout en gardant assez de mystère? Comment donner envie aux spectateurs de regarder cette émission? Petit à petit, les choses se sont précisés dans nos esprits. Mais cela restait purement fictif… Après l’écriture du teaser, il faut se confronter à la réalité, la réalisation concrète  de nos idées. Rien que le choix de l’acteur est venu modifier – légèrement – le concept. En effet, l’acteur est québécois. Puis, il a fallu se décider sur l’appartement dans lequel vivrait ce même personnage. Et définir les plans en fonction de cet espace particulier. Et la voiture! Ou trouver une voiture assez emblématique pour devenir un symbole de l’émission…  Nous devions créer ce teaser avec “les moyens du bord”, nous creuser la tête, afin de trouver des solutions à chacun des problèmes auxquels nous étions confrontées. Même au dernier moment, quand nous pensions avoir pensé à tout, un nouveau problème s’est présenté. Nous n’avons pas pu récupérer de projecteur. Là encore, il nous a fallu réagir vite – nous tournions deux jours plus tard.

Dimanche, 8h30, parking de l’université. L’équipe se rejoint sous une pluie battante; tout le matériel est chargé dans les voitures. Un petit café, et la journée – marathon – de tournage commence. En espérant que la pluie cesse, nous nous rendons en périphérie de bordeaux, à la campagne pour tourner la scène de fin du teaser. La pluie ne s’arrête pas; finalement cela donnera un aspect d’autant plus comique à l’image. Il nous faut nous organiser, deux d’entre nous bloquent la rue. La réalisatrice et son assistante font diverses essais de cadre, tout en protégeant au maximum le matériel de la pluie.  Sam est en place, la voiture aussi. Une autre personne est accroupie dans le véhicule, tenant le volant d’une main et le frein à main de l’autre. Action! Coupé! Le tournage de cette scène est extrêmement rapide. On remballe. Toute l’équipe repart vers Bordeaux, direction l’appartement du personnage central du teaser. Nous avions déjà fait des essais concernant ces plans, tout avait été décidé à l’avance. Nous n’avons plus qu’à poser la caméra à l’emplacement choisi, répété les mouvements et travailler le jeu d’acteur. La captation se poursuit. Nous pensions finir relativement tard et nous craignions que la lumière naturelle nous fasse défaut. En réalité, le travail préalable nous a permis de finir relativement tôt. C’est là où nous avons compris l’importance d’une telle préparation.

Avant la réalisation concrète de ce projet, nous avions toutes peur du résultat. Nous pensions ne pas réussir à concrétiser nos idées. Finalement, nous sommes plutôt fières de ce que nous avons réalisé. Vivement le montage terminé que l’on puisse voir à quoi ressemble notre teaser, une fois achevé!

Camille Nivat

Réflexion en cours…

Réflexion en cours...
Consigne : “Mon mémoire : un montage narratif”

Voici venue l’étape de l’élaboration du plan détaillé de mon mémoire… Une étape primordiale qui matérialise, de manière concrète, l’ensemble de ma réflexion et de mes recherches effectuées jusqu’ici. Il faut rappeler que j’aborde mon film, Million Dollar Baby, du point de vue du désir de reconnaissance de Maggie. La problématique centrale – ou question principale – se devait d’englober les deux modalités de reconnaissance que j’avais pu distinguer au sein du film. Par là, j’entends le désir de reconnaissance sociale ainsi que le désir de reconnaissance affective, portés par la rencontre entre les deux protagonistes, Maggie et Frankie.  Après un certain temps de réflexion, et non sans quelques difficultés, je suis enfin parvenue à formuler la question principale  de mon mémoire : “en quoi sa passion sportive pour la boxe est-elle, pour Maggie, sa seule manière d’être au monde ?” Il me semblait indispensable d’énoncer, de la manière la plus claire qui soit, cette problématique pour parvenir à élaborer le plan le plus minutieux et adapté possible.

Ma première partie vient analyser le désir de reconnaissance sociale comme moteur de la révolte. Je m’explique. Maggie est issue d’un milieu social défavorisé et dénigré par l’ensemble de la société. Ainsi je pars de l’idée que Maggie en tant que membre de cette communauté est invisible pour la masse dominante. Maggie va donc se révolter contre le déterminisme qui la rattache malgré elle à ses origines. Pour cela, elle va quitter le foyer familial puis se lancer dans la folle aventure de la boxe. Ce sport se caractérise d’abord par son aspect spectaculaire. Maggie sera vue, sera acclamée et ce, de manière directe. Mais cette reconnaissance est-elle véritable ? Je conclus cette première partie en démontrant qu’il s’agit d’une reconnaissance illusoire. Le public ne voue aucun culte à Maggie en tant que personne, mais acclame la violence. Ainsi, j’en viens à la seconde modalité de reconnaissance : le désir de reconnaissance affective. En effet, j’essaie de démontrer que la reconnaissance, qui lie les deux héros du récit, est véritable car réciproque et sincère. Pour le moment, cette partie ne me semble pas bien agencée dans sa structure interne. Les sous-parties ne me semblent pas pertinentes… Cette partie devra tout de même intégrer le rejet de la famille vis-à-vis de Maggie, et la prise de conscience progressive de cette dernière. Maggie finira par rejeter sa propre famille, comprenant qu’elle n’était qu’une banque à leurs yeux. Le second point à aborder m’est venue lors de la lecture de la théorie de Axel Honneth. Il explique que la reconnaissance est avant tout un acte, autrement dit elle est caractérisée par des gestes expressifs. Or, la relation de Frankie et Maggie est justement fondée sur la preuve affective, plus que sur la parole. Pour la troisième partie, j’en viens à dénoncer les limites de ce besoin de reconnaissance. En effet, cette quête mène Maggie à la Mort. Elle est motivée, portée par quelque chose qui la dépasse totalement. C’est pourquoi cette partie portera sur la pulsion –  qui fera référence à Freud. Je finirai mon mémoire en dénonçant l’aliénation de Maggie qui vit, et fait des choix en fonction du regard des autres. Cependant, sur son lit de mort, Maggie parvient à se détacher de ces regards. Elle prend donc la décision ultime de sa vie, mettre fin à ses jours, libérée de toute pression…

Bien que la structure narrative s’ajuste, s’affine de plus en plus, elle est encore amenée à évoluer. Je dois encore la confronter à la réalité de la rédaction… Alors, au travail!

Camille Nivat

Une UNIQUE question

(cc) Camille Nivat (22/11/15)
(cc) Camille Nivat (22/11/15)

 

Consigne : “Ma problématique, un casse-tête chinois”

Un an. Un an à s’informer sur un réalisateur, à étudier, analyser, décortiquer l’un de ses films, Million Dollar Baby. A essayer de déceler les différents sujets abordés. Et le voilà, le mémoire final du Master 2 ! Cela signifie se résoudre à analyser un unique sujet. Mais comment se décider, comment choisir ? J’ai débuté l’année en pensant travailler sur le thème de la culpabilité, et ce, en me focalisant d’avantage sur le personnage de Frankie. Une multitude d’approches se sont présentées à moi : l’angoisse, la perte, la solitude… Mais aucune ne me convenait. C’est alors que plusieurs interrogations m’ont traversé l’esprit. Pourquoi me restreindre à Frankie ? Après tout, le personnage de Maggie ne me parle-t-il pas d’avantage ? C’est ainsi que mon regard a basculé ; je me suis concentrée sur le personnage de Maggie. J’ai alors interrogé l’histoire de cette jeune femme. Qui est-elle ? Que fait-elle ? Et surtout que recherche-t-elle ? J’ai énoncé un sujet général : la Liberté au travers du sport. J’ai sélectionné les séquences qui me semblaient en lien direct avec ce sujet et je les ai analysées. C’est ainsi que le concept de la reconnaissance est apparu et s’est imposé au centre de mon mémoire.

Reste encore à énoncer la problématique ! Une unique question, qui vient porter l’ensemble d’une réflexion. Il est impératif de choisir les termes avec le plus grand soin. Et comment les choisir sans en connaître le sens exact, la profondeur? Il me faut donc poursuivre avec un travail de recherche poussé, visant à définir de manière détaillée le besoin de reconnaissance. Mais en aucun cas il ne faut se détacher de l’objet filmique – Million Dollar Baby – autour duquel tourne la problématique elle-même et l’ensemble de la réflexion qui en découle. Je me suis donc recentrée sur mon film et j’ai observé l’évolution du besoin de reconnaissance de Maggie. Comment se traduit-il ? Par quels moyens Maggie compte-t-elle l’assouvir ? Par qui Maggie souhaite-t-elle être reconnue? Pourquoi ? Et surtout comment cette quête se termine-t-elle ? J’ai alors pu distinguer deux types de reconnaissance. Une première, une reconnaissance sociale qu’elle obtient par la boxe, un sport de spectacle. Le public l’applaudit, clame son nom. Mais cette reconnaissance est-elle véritable ? Suffisante ? Une seconde, de l’ordre de la reconnaissance affective. Maggie souhaite être reconnue par Frankie ; dans un premier temps comme boxeuse, puis comme fille. Dans quelle mesure le second type de reconnaissance présenté prévaut sur le premier ? Il est important d’ajouter que cette quête de reconnaissance aboutit à la mort de Maggie. Alors en quoi ce désir est-il destructeur ? Beaucoup de questions auxquelles il faut répondre…

Camille Nivat