Tous les articles par camillecoquereau

Casse-tête

(cc) Camille Coquereau (31/10/2015)
(cc) Camille Coquereau (31/10/2015)

Vents contraires, petit projet d’animation à l’état de mots doit à présent se faire une image. Six personnes pour mener le projet, c’est six visions différentes de cette histoire entre deux enfants.  Toutefois il faut se mettre d’accord car une seule représentation du scénario sera réalisée. C’est donc un casse-tête qui commence, celui du mélange des idées et des points de vues, des “je voyais cela plus comme ça” ou autres “on pourrait choisir cette couleur au lieu de celle-ci”. De ce méli-mélo d’idées nait notre petit film d’animation.

Puisqu’il faut bien se mettre d’accord un jour, une ébauche de story-board est faite. On sait alors quel cadre choisir ainsi que les objets qui seront visibles. Ceux qu’il faudra donc créer en priorité. Une direction de travail est donnée et ainsi le matériel à prévoir pour la réalisation de ces plans tests. Le plus important n’est pourtant pas encore fixé : à quoi ressembleront nos personnages ? Cette étape, la plus compliquée car aucune de nous ne sait réellement dessiner, est le challenge fixé pour la semaine. Gabriel et Victor auront-ils un visage qui plaira à tous ?

Camille Coquereau

“Who was Tom Doniphon ?”

doniphon 3
(cc) Camille Coquereau (23/10/2015)

Consigne : “Mes personnages & moi”

L’homme qui tua Liberty Valance, c’est Ransom Stoddard. Ou peut être Tom Doniphon, on ne sait pas très bien. Toujours est-il que Liberty Valance sera tué par l’un des deux. Entre Stoddard et Doniphon, je ne sais qui choisir, à l’image d’Hallie dont le cœur balance entre les deux. Le premier vient de l’Est et ne comprend pas que la violence puisse être la seule solution pour régler un conflit. Le second est un cowboy, persuadé qu’un homme doit être fort et pour qui le colt est synonyme de résolution de problèmes. Finalement, le héros, c’est lui.

Comment le cerner, le grand Doniphon ? Lors de sa première apparition, il est figuré par un cercueil. J’apprends alors, larme à l’œil, qu’il est mort. L’histoire qui va suivre est la sienne. Imposant par sa carrure de cowboy, main vissée au pistolet qu’il porte à la ceinture à tout instant, je le crains un peu, tout de même. La force est sa manière de répondre aux violences et il est considéré comme plus fort que l’homme le plus dangereux du pays. Paradoxalement, une forme d’admiration naît chez moi à son égard. Derrière cette force ce cache l’amour qu’il porte pour Hallie. Celle-ci lui préférant l’homme de l’Est, mon cœur se brise alors en même temps que le sien. Trop d’époques nous séparent, rendant l’identification impossible. Néanmoins, l’humanité de cet homme dur au cœur brisé m’atteint et le rend alors totalement fascinant.

Camille Coquereau