Tous les articles par alexiadicioccio

A la croisée des projets

Notre projet est né d’une rencontre, celle d’Anouk. Son métier de professeur d’arts plastiques dans une école internationale nous a tout de suite inspiré. Nous avons donc monté un dossier artistique afin de pouvoir donner le jour à notre projet. Malgré nos efforts et nos lettres de demandes nous n’avons pas réussi à entrer dans cette école. Aujourd’hui le projet est en pause car nous n’avons plus aucunes nouvelles d’Anouk. Nous avons finalement décidé de laisser le projet de côté pour le moment. Puis nous avons réfléchi un certain temps à comment surmonter ce problème.

De nos discussions a découlé la recherche de nouveaux organismes qui initient les enfants à l’art. Ce qui nous a amené à contacter plusieurs structures sur Bordeaux, cependant les ateliers qu’elles proposaient ne correspondaient pas à nos attentes. Après quelques semaines de passage à vide nous avons fini par rebondir. Nous avons trouvé par le biais d’une amie, une association qui accompagne des adolescents de quartiers défavorisés. Cette association travaille en partenariat avec la mairie de la ville de Marseille. Elle propose aux jeunes de nombreuses activités pendant les vacances et les weekends. Ces activités sont aussi bien sportives que culturelles. Notre sujet initial sur la transmission de l’art à donc totalement été abandonné en faveur d’un questionnement sur la place de la jeunesse dans notre société.

 A. D

Une esthétique problématique

Consigne : Ma problématique, une odyssée !

L’objet de mon mémoire porte sur l’esthétisme dans le cinéma d’Amos Gitai.  J’ai choisi cet angle car je pense qu’il est essentiel dans  le domaine de l’audiovisuel de décrypter l’image. Le cinéma est un art visuel avant tout, on ne peut en faire une lecture uniquement narrative.  Les images, elles aussi, constituent une forme de narration, pour cela il faut creuser leur sens caché. Amos Gitai a fait ses armes en tant que réalisateur de documentaires, il cherche à produire du « réel » au travers des images qu’il tourne, à la limite du « docu-fiction ». La question qui en découle est la suivante : Quelles représentations de la communauté Juive ultra-orthodoxe, la caméra d’Amos Gitai met – elle en lumière ? »

L’étude de cet esthétisme s’est imposée d’elle-même. Lorsqu’on visionne « Kadosh » les images nous suggèrent implicitement de nombreuses significations. Plusieurs scènes sont des rites du Judaïsme reproduits à l’identique. Au départ, je ne comprenais pas  ce qu’Amos Gitai voulait représenter. Après avoir fait des recherches j’ai compris les rituels. Dès lors les mouvements de caméra, les décors, les couleurs m’ont frappés. Mon esprit était prisonnier de la narration à vouloir absolument tout comprendre, les indices étaient pourtant devant moi, dans l’esthétique qui compose chaque scène. Au travers de cet esthétisme, l’enfermement et la servitude volontaire engendrent une libération inéluctable des personnages.

Alexia DI CIOCCIO

Un chemin encore long entre projet et réalisation

Après avoir rassemblé nos différentes idées, nous avons compris que notre documentaire serait orienté sur le lien de transmission de l’art entre Anouk et ses élèves. Collaborer avec une classe multilingue et surtout multiculturelle est une grande opportunité. En effet la technique éducative des professeurs diffère de l’enseignement classique que nous connaissons en France. Un autre aspect important, est que ces d’adolescents sont dans une section spécialité Arts.  En plus de filmer un enseignement international, nous tenterons de montrer comment ce brassage des cultures se ressent au travers de la création artistique. La sensibilité et la créativité de chacun est – elle décuplée par l’ouverture à l’autre ?

Afin de pouvoir concrétiser ce projet, nous nous concentrons actuellement sur la rédaction du dossier artistique.  Après quelques cours de prise de vue, nous voyons plus concrètement comment nous désirons traiter esthétiquement ce documentaire. En manipulant et en faisant des essais afin de se familiariser avec le matériel technique, la mise en scène du film commence à murir. Cependant nous arrivons à un moment où le développement du projet stagne. Nous n’avons toujours pas pu rencontrer le directeur pour exposer nos idées, et ainsi pouvoir rencontrer la classe d’Anouk. Malgré plusieurs lettres et contacts avec le secrétariat nos demandes restent sans réponses. Ne pas avoir fait la connaissance des élèves représente un véritable frein. Il devient compliqué de terminer notre dossier artistique notamment en ce qui concerne le traitement.

A. DI CIOCCIO

Remue-méninges, remue-ménage

Consigne: C’est le bazar dans ma tête… (ou pas)

La définition d’une nouvelle problématique pour mon mémoire n’a pas été une tâche aisée. Après de nombreuses lectures, les choses ont commencé doucement à se mettre en place dans ma tête. En effet, les ouvrages de Freud, Spinoza, Foucault et bien d’autres m’ont confortée dans l’analyse de l’enfermement dans le film « Kadosh ». Ils m’ont aussi offert de nouvelles pistes afin d’élargir mon sujet. Il sera donc question dans cette analyse d’une confrontation entre enfermement et liberté. Cependant des doutes me viennent, ne suis-je pas en train de m’égarer ? La multitude de concepts que je mets en avant afin de répondre à cette problématique ne va t-elle pas finir par me nuire ?

Toutes ces pistes ont permis de faire émerger une problématique quasi définitive. Maintenant il va falloir organiser tout cela, faire naître un plan fixe.  Il est temps de prendre les pistes une à une,  de lister les différents éléments de réponses qu’elles apportent à ma problématique. Une fois ce listage fait, je sélectionnerai les plus pertinentes et éliminerai de façon définitive les autres. Ainsi je pense pouvoir me consacrer pleinement au développement des points principaux et commencer leur rédaction.

A. DI CIOCCIO

L’école de l’art

Pour notre projet nous nous sommes dirigés vers un documentaire, qui aura pour objet de suivre Anouk une artiste plasticienne. Ses créations ont fréquemment pour sujet l’Afrique et ses habitants. Au delà de son travail de création, Anouk est aussi enseignante. Elle donne des cours d’art pour des personnes de tout âge, des initiations comme des cours réguliers dans une école internationale à Bordeaux. Ses classes sont composées d’enfants entre 12 et 18 ans. Nous voulons que notre documentaire porte sur comment elle transmet le goût de l’art à des jeunes. Les cours sont donnés en Anglais, qui est loin d’être la langue natale de tous, ni même de l’enseignante. Les niveaux étant différents, comment avec cette contrainte, qui n’en est peut être pas une, Anouk enseigne-t-elle l’art ?

Lorsque que je pense à ce documentaire, j’imagine qu’une grande partie se tournera dans sa salle de classe. Avec des portraits d’adolescents, la vision qu’ils ont de l’art et  son apprentissage. Il y a une richesse à capter dans leurs profils, le lieu d’enseignement étant une école internationale les enfants viennent des quatre coins du monde. Ils amènent dans ce cours d’art, une culture, une sensibilité propre à eux. Je pense qu’il est intéressant de filmer cette relation entre Anouk et ses élèves.  Quelles sont les méthodes employées par cette classe pour échanger et transmettre ? Je pense qu’il est primordial de mettre en avant cette pédagogie alternative. Elle s’adapte au multiculturalisme et s’appuie sur cette différence pour faire émerger des projets créatifs.

Alexia DI CIOCCIO