[B4, G9] Une pause s’impose

Lucille Hunter (30/10/2012)((1))

Nous avions décidé de commencer notre quatrième billet avec cette photographie. Elle a été prise lors d’une des deux rencontres qui ont eu lieu avec toute la troupe dans le lieu de répétition. Elle montre Frédéric en train de regarder sur un écran d’ordinateur un des comédiens de la troupe, qu’il a filmé la veille. Frédéric paraît très grand à côté de la toute petite figure du comédien qui n’est pas physiquement présent aux côtés du metteur en scène mais qui nous apparaît indirectement, par le biais de l’écran d’ordinateur. Tel Gulliver [Swift 1726] chez les Liliputiens ou Gargantua [Rabelais 1534] parmi les hommes, Frédéric est un Géant face à son (ses ?) comédien(s). Cette image peut suggérer qu’il leur inspire crainte et respect malgré son sourire en coin. Limengo, le comédien à l’écran, pourrait être un homme créé de toute pièce pour une animation assistée d’un logiciel. Il pourrait être un pantin, savamment manipulé par son créateur. Nous aimons cette image car elle dit ce que nous avons d’abord ressenti des rapports entre metteur en scène et comédiens : il y a un dominant et un dominé, un grand et un petit, un qui commande et un qui obéit. C’est une chose que nous nous sommes tellement répété que sa signification se dérobe à nous, nous finissons par croire que nous ne savons plus vraiment de quoi nous parlons.

Papier et portable,  éléments de travail d'écriture et organisationnel

Mariane P. (14/11/2012)

Moment de solitude, baisse de motivation. Un trieur violet, une feuille de papier pliée en deux posée en travers et au-dessus, un téléphone, écran face à la table, synonyme de rejet : le téléphone est l’objet auquel nous avons recours quand une activité nous lasse. Les lignes de cette photo se croisent à multiples reprises, créant un déséquilibre, un manque de stabilité qui reflète nos pensées. Le téléphone cache partiellement ce qui est écrit sur la feuille… De plus, la première partie de l’image est floue alors que l’arrière plan est net, nous savons où aller mais nous ne savons pas encore comment. On jette l’éponge ? On ne veut plus en entendre parler ? À force d’avoir l’esprit très occupé par l’écriture documentaire et de se sentir – il faut le dire – parfois un peu seules, l’exaspération prend le dessus et les esprits finissent par rejeter ce qu’ils ont créé. Un peu déstabilisées par ce moment de doute, nous finissons par apprécier le recul qu’il nous permet de prendre.

Lucille Hunter (23/11/2012)

On plie nos esprits dans tous les sens, on cherche à y trouver du sens. Mais les plis se répètent, parfois trop, et ce qu’on construit nous échappe. Le texte d’origine est encore là, mais nous avons intercalé tant de corrections, précisions, modifications qu’il nous file entre les mains et ne veut presque plus rien dire. C’est rageant de se sentir ainsi dépossédées de notre propre écrit, de le sentir presque étranger. Il ne faut pas laisser ce sentiment s’emparer de nous et s’empirer.  Nous n’aimons pas perdre le contrôle. Alors on fait une pause.

Lucille Hunter (23/11/2012)

Et on déplie. Les idées, les corrections, les précisions, les modifications. Au lieu de continuer à plier, on défait, et on observe. Et on découvre que c’était là, devant nos yeux, mais que des parties étaient cachées. Les traces des plis restent. Elles deviennent nos guides, des balises dans le texte qui nous permettent de retrouver nos idées initiales et de renouer avec elles, tout en prenant conscience du chemin parcouru.

Mariane P. (20/11/2012)

Écrire le séquencier. C’est ce qui nous a libérées. Nous nous sommes rendues compte que nous savions exactement ce que nous voulions, que nous avions une idée précise de ce que devaient contenir nos trois minutes. Ce fut un moment de soulagement, car nous avons découvert que nous n’étions pas réellement perdues, que les doutes, la sensation d’égarement étaient un passage obligé. Élaborer le séquencier nous a permis de préciser notre synopsis, notre note d’intention et notre grille de questions. Tout est devenu plus limpide.

Mariane P. (23/11/2012)

Le doute, l’agacement, le rejet, le recul, le soulagement, et enfin l’apaisement. Ce sont les stades d’un certain deuil. Nous avons l’impression d’avoir franchi une étape. Ce dessin est synonyme de conclusion du billet, tout est dit, c’est pourquoi il est si simple. Nous nous sentons plus légères et confiantes.

Lucille Hunter et Mariane P.

((1 Cette photo apparaît dans le billet 3 d’un autre groupe. Étant peu nombreux ce jour-là et munis d’un unique appareil photo que nous nous sommes échangé, nous avons décidé de partager nos ressources.))

Bibliographie

RABELAIS François [1534], Gargantua, Pocket, Paris 1998.

SWIFT Jonathan [1726], Gulliver’s Travels, Oxford University Press 1986.

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.