[B1, G8] Détourner la page blanche

Aujourd’hui, 19 septembre 2012, nous devons commencer à écrire les billets pour le blog. De nombreuses questions se posent alors. Plus nous réfléchissons sur l’écriture du premier billet, plus les questions apparaissent. Que pouvons-nous écrire sur ce premier billet ? Travailler en groupe a ses avantages et ses inconvénients, et si au départ cela permet de se sentir épaulé face à la tâche à accomplir, petit à petit on se rend compte que cela s’avère tout de même délicat.

Nous voilà face à une page blanche et nous n’avons aucune idée de la façon dont nous pouvons lui faire face. Ecrire, oui, mais sur quoi exactement et par où commencer ?
Après réflexion, pourquoi ne pas justement utiliser cette difficulté et la transformer en point de départ.
Nous avons pour consigne de nous présenter mais nous ne parvenons pas à trouver les termes adéquats. Pourquoi ne pas alors retourner la situation à notre avantage et partir de cette contrainte pour finalement expliquer notre tâtonnement face à ce premier billet ?

Ce n’est pas tant le fait d’écrire quelque chose qui pourrait s’avérer mauvais qui nous bloquait mais plutôt le fait de devoir se lancer, de rédiger la première ligne.
En faisant des recherches, nous nous sommes aperçues que cela avait un nom : la leucosélophobie, évoquée par ailleurs dans Les Miscellanées de Mr Schott (1) lorsque ce dernier établit la liste des phobies.
Bien que nous ne pouvions pas réellement comparer notre difficulté à nous exprimer à deux à celle de l’écrivain, il est intéressant de s’apercevoir que celle-ci est analysée sérieusement par Christian Bégin qui met en avant des méthodes de concentration (2) et F. Talbot entres autres.

Nous étions, au départ, dans le flou total, ne comprenant pas exactement ce qu’on attendait de nous, où nous devions aller etc. Nous avons alors décidé de procéder étape par étape. Tout d’abord, pour se connaître mieux l’une et l’autre, nous avons énoncé nos compétences respectives, aussi bien techniques que littéraires. Nous avons remarqué que finalement, même si nos parcours étaient différents, nous avons la même façon de travailler et que, peut-être, nos compétences se compléteraient assez bien.
En effet, selon nos parcours, nous avons toutes les deux été amenées à mettre en avant nos capacités de rédaction : Lisa en ce qui concerne l’écriture de scénarios et de nouvelles, et Lauriane pour des articles journalistiques.
Ainsi, nos approches sont différentes mais dans un sens cela nous permet d’aborder différemment les choses et au final notre travail en est enrichi.
De plus, nous préférons toutes les deux travailler en amont afin d’éviter le plus possible de travailler dans l’urgence.

Mais cela ne nous donnait pas pour autant matière à écrire sur le processus créatif. En effet, nous nous sommes rapidement rendues compte que nous buttions sur le fait d’écrire à quatre mains. Comment faire ? Que devons-nous écrire et sur quel ton ? Quel angle adopter ? Devons-nous écrire ensemble ou séparément ? Beaucoup de questions donc où nous n’avons pas franchement trouvé de réponse.

Nous ne savions pas comment évoquer ce que l’une et l’autre pouvaient ressentir en associant le « je » et le « nous » dans un même article sans avoir à identifier à chaque fois laquelle de nous deux s’exprimait.
Nous avons donc pris le parti de rédiger chacune de notre côté nos ressentis pour ensuite les imbriquer afin d’en ressortir un article qui puise dans nos ressentis respectifs.
Nous mettons donc en commun une fois réunies afin qu’aucune de nous ne soit lésée mais surtout dans le but de pouvoir donner chacune notre avis sur les travaux de l’autre et faire en sorte qu’ils puissent se combiner. Finalement, en se réunissant, nous avons remarqué que nos ressentis étaient similaires. Il était aisé de faire un mélange de nos textes. Nous avons alors décidé d’employer le « nous », au moins pour ce premier article, et de décrire notre cheminement face à cette page blanche.

Le second article sera probablement plus facile à rédiger car nous en saurons davantage sur le thème que nous souhaitons aborder concernant notre web-documentaire.
Toutes les réflexions concernant l’angle d’attaque, mais également la rencontre avec les différents intervenants ainsi que nos recherches sur le thème retenu nous permettrons de pouvoir nous reposer sur des idées plus concrètes et il sera alors peut-être plus facile de pouvoir prendre du recul afin d’analyser nos démarches.

Le travail d’équipe ou l’imbrication des savoir-faire (4)

Le fait de pouvoir travailler à deux est nécessairement un plus. D’une part, on se sent plus forte face aux difficultés. Mais on a également la possibilité de combiner des compétences permettant à notre travail d’évoluer. Cela nous permet d’avoir plus de recul vis-à-vis de notre démarche car nous sommes amenées à évaluer notre travail mais également celui de notre binôme.

Laurianne et Lisa

(1) Schott B., Les Miscellanées de Mr Schott, Paris, Allia, 2005

(2) Bégin C., Mieux vivre sa période de rédaction, Site web de l’UQAM, 1999, Disponible sur : http://www.vie-etudiante.uqam.ca/orientation/Pages/mieuxvivresaperiodederedaction.aspx (Dernière consultation octobre 2012)

(3) Talbot F., « Les défis du contexte de rédaction », Vies-à-vies. Bulletin du Service d’orientation et de consultation psychologique, Université de Montréal, vol. 15, n° 3, 2003

(4) Source photo : http://www.ysoria.com/pages/ava_collab.php

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.