[B3, G6] Eparpillement

Des feuilles qui s’éparpillent, portées par le vent
[source: http://www.flickr.com/photos/luschei/1466010372/]

Force est d’avouer que nous nous sommes quelque peu égarés dans notre course à la recherche concernant le sujet de notre webdoc : l’aliénation – car c’est, ne l’oublions pas, un exercice s’apparentant au film de commande. Notre souci a été de nous laisser embarquer dans nos réflexions sur le sujet de l’aliénation au travail, omettant du coup la pièce Les Nouveaux barbares, dont nous n’aurions pas dû nous éloigner.

Nous étions dès le départ d’accord sur le fait que notre partie du web-doc ne devait pas traiter de la souffrance en elle même, mais des actes, comportements et règles à l’origine des symptômes. Pourtant les symptômes ont semblé être plus présents dans nos recherches que les facteurs. Pourquoi ? Il nous paraît utile de préciser que beaucoup de nos discussions concernant notre sujet de recherche se sont appuyées sur nos vies personnelles et des réflexions intimes (mais on ne va pas tout vous révéler, on n’est pas dans Voici.). Nous nous sommes certes intéressés aux facteurs de la souffrance au travail qui devient aliénation, mais n’avons pas pu nous empêcher de passer beaucoup de temps à cogiter sur les symptômes, car cela faisait écho à des phases de notre vécu personnel, et qu’il y avait quelque chose de libérateur, de thérapeutique à étudier un sujet auquel on pouvait rattacher notre vécu, un peu comme une sorte d’auto-psychanalyse. L’aliénation nous ramène rapidement à notre éducation, nos jobs occasionnels, nos études, et jusqu’à notre vie quotidienne, et ce depuis la petite enfance.

Aliénation, c’est à dire devenir étranger à soi-même – il y a forcément là-dedans le jeu d’un acteur extérieur, celui qui aliène, qui prend la propriété de l’autre, volontairement ou non, consciemment ou non. La souffrance de l’être aliéné n’est pas systématique, ou du moins consciente. Néanmoins, combien de choses fait-on sans réellement savoir pourquoi on les fait, pour quel intérêt, et pour qui ?

Analyser l’autre, c’est aussi s’analyser soi
dessin : Florent Poussard
9 novembre 2012

Précisons qu’on a l’un comme l’autre des vécus qui auraient de quoi passionner n’importe quel psychanalyste – ce point-là, ça nous regarde ; toujours est-il ce thème de l’aliénation nous a amené à nous (re)plonger dans nos vécus respectifs. Le fait de se confier l’un à l’autre nous a permis d’instaurer un rapport de confiance et surtout de comprendre des choses sur l’autre et sur nous-mêmes [fig.2 “Auto-psy”]. Ces réflexions ne sont certes pas à mettre de coté – du moins le pensons-nous – mais nous ont amenées à nous éparpiller dans l’écriture du web-doc [fig.3 “Hors piste”].

Quoi qu’il en soit, nous n’avons pas pu nous empêcher de penser que, quels que soient nos choix, on est toujours conditionné par quelque chose de l’extérieur, qu’une totale maîtrise de notre destin relève de l’illusion. Ainsi que dirait Jacques le fataliste, « Nous croyons conduire le destin, mais c’est toujours lui qui nous mène » Ne serions-nous que des marionnettes dont les fils sont tirés de là-haut ? [1]  Soit, mais prendre conscience des divers conditionnements qui nous ont amené à être ce que nous sommes, n’est-ce pas s’en libérer, quelque part ? Prendre position, grâce à une démarche de prise de recul, pour déjouer notre conditionnement et retrouver notre Moi, une démarche un peu à la manière du dubito ergo cogito ergo sum de Descartes [2]? Pouvons-nous dès lors affirmer un socratique “gnôthi seauton” [3] ?

Pour en revenir à l’écriture de notre web-documentaire, on peut dire que notre travail portera ses fruits au moins pour l’interview de l’expert, un ergonome spécialisé dans la prévention des risques psycho-sociaux liés au travail, dans la mesure où on aura acquis un bagage suffisant pour lui poser les bonnes questions. C’est en revanche dans le choix des témoins que nous avions fait fausse route (dans la mesure où nous « zappions » la consigne d’interroger des personnes appartenant à la compagnie de Frédéric Elkaïm). Il nous semblait pertinent de nous adresser à des témoins extérieurs à la troupe, au nombre de deux, et complémentaires : un employé qui aura subi des techniques de management abusives et pourra témoigner de l’humiliation, de la frustration, du déni et du sentiment d’injustice ; un manager à qui il aura été demandé d’appliquer des méthodes pathogènes. Pour nous c’était important d’avoir deux témoins pouvant témoigner de leur propre vécu, et non d’une pièce de théâtre : parler du monde réel et non d’une œuvre le « reflétant. » Ainsi nous aurions eu un employé pour donner à entendre le témoignage d’une « victime » représentative, et un manager pour parler des techniques de management et montrer qu’il n’est pas nécessairement coupable ni même responsable de ce qu’il fait subir à son employé, car ça lui a été imposé par ses propres supérieurs hiérarchiques et qu’il se retrouve donc dans une situation délicate dans le cas où il désapprouverait la méthode : défendre ses convictions ou se taire pour conserver son poste. Mais voilà, si quelque part on aurait parlé du sujet des Nouveaux barbares, le traitement de la pièce aurait été complètement absent. Du coup, on se pose de nouveau la question de quel témoin interroger : Frédéric Elkaïm, l’auteur, qui pourra nous expliquer le message qu’il aura voulu faire passer dans la pièce, comment il aura souhaité rendre compte de sa vision de la réalité ; ou bien un comédien, qui nous fera part de sa manière d’incarner l’employé qui souffre, comment il s’est préparé à son rôle.

Egalement, en partie suite au cours d’Emmanuel Quillet autour de la mise en image d’un documentaire sonore via le logiciel Klynt, nous commençons à être à même d’entamer notre réflexion sur les images que nous montreront dans notre web-documentaire, images qui ne doivent pas simplement illustrer mais au contraire apporter un regard voué à enrichir le document sonore, à multiplier les possibilités de lecture et d’interprétation. Cette réflexion fera l’objet du prochain billet.

Et donc, à présent, le hors piste on va éviter !
dessin : Florent Poussard
10 novembre 2012

Capucine Girard – Florent Poussard

1. Denis DIDEROT, Jacques le fataliste et son maître (Paris, 1796) : le personnage de Jacques est convaincu que le monde est régi par une puissance supérieure (« Le grand rouleau où tout est écrit ») et que tout évènement n’a lieu qu’en fonction d’un principe de causalité, remettant en cause le principe de libre-arbitre. Bien que Diderot ne soit pas fataliste lui-même (on peut au contraire voir une forme de raillerie dans son traitement du personnage de Jacques), il écrit encore : « Faute de savoir ce qui est écrit là-haut, on ne sait ni ce qu’on veut ni ce qu’on fait, et qu’on suit sa fantaisie qu’on appelle raison, ou sa raison qui n’est souvent qu’une dangereuse fantaisie qui tourne tantôt bien, tantôt mal. » 

2. René DESCARTES, Discours de la méthode (La Haye, 1637) : l’auteur développe la méthode du doute pour reconstruire son savoir sur des certitudes : « je doute, donc je pense, donc je suis », raisonnement logique auquel Descartes confère une exactitude mathématique, pour constituer des connaissances dont on ne peut ensuite plus douter. La méthode du doute est à l’opposée de la tradition scolastique à l’époque prédominante, que Descartes juge trop spéculative.

3. « Connais-toi toi-même », traduction du grec ancien “gnôthi seauton” (γνῶθι σεαυτόν), rapportée par le personnage de Critias dans le discours Charmide de PLATON, idée qu’à la base de toute sagesse est la connaissance de soi, et qu’il faut donc aborder la quête de connaissance par une démarche introspective.

Capucine Girard, Florent Poussard

Florent P.

Écriveur, théâtreur, dessineur, dreameur.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.